REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

INFORMATIONS SUR LES COOKIES

1. Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est un fichier texte susceptible d’être enregistré, sous réserve de vos choix, dans un espace dédié du disque dur de votre terminal, à l’occasion de la consultation d’un service en ligne grâce à votre logiciel de navigation.

Un fichier cookie permet à son émetteur d’identifier le terminal dans lequel il est enregistré, pendant la durée de validité.

2. A quoi servent les cookies émis sur notre site ?

Seul l’émetteur d’un cookie est susceptible de lire ou de modifier les informations qui y sont contenues.

Les cookies utilisés sur notre site permettent d'identifier les services et rubriques que l'utilisateur a visités, et plus généralement son comportement en matière de visites. Ces informations sont utiles pour mieux personnaliser les services, contenus, offres promotionnelles et bannières qui apparaissent sur notre site et faciliter votre navigation sur notre site. Des cookies sont également nécessaires au bon fonctionnement de certains services ou encore pour mesurer leur audience.

Des cookies sont susceptibles d’être inclus dans les espaces publicitaires de notre site. Ces espaces contribuent au financement des contenus et services que nous mettons à votre disposition.

 

3. Les cookies que nous émettons sur notre site :

Lorsque vous vous connectez à notre site, nous pouvons être amenés, sous réserve de vos choix, à installer divers cookies dans votre terminal nous permettant de reconnaître le navigateur de votre terminal pendant la durée de validité du cookie concerné.
Les cookies que nous émettons sont utilisés aux fins décrites ci-dessous, sous réserve de vos choix qui résultent des paramètres de votre logiciel de navigation utilisé lors de votre visite de notre site.

Les cookies que nous émettons nous permettent de :

4. Faciliter votre navigation sur notre site :

- en adaptant la présentation de notre site aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc) lors de vos visites sur notre site, selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en mémorisant des informations relatives à un formulaire que vous avez rempli sur notre site (inscription ou accès à votre compte) ou à des produits, services ou informations que vous avez choisis sur notre site (service souscrit, contenu consulté, achat effectué etc …).

- en vous permettant d’accéder à des espaces réservés et personnels de notre site, tels que votre compte, grâce à des identifiants ou des données que vous nous avez éventuellement antérieurement confiés

- en mettant en œuvre des mesures de sécurité.

 

5. Améliorer nos services :

Ces cookies permettent d’établir des statistiques et volume de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant notre site (rubriques et contenus visité, parcours) afin d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie de nos services.

6. Adapter la publicité proposée sur notre site :

- en comptabilisant le nombre total de publicités affichées par nos soins sur nos espaces publicitaires, d’identifier ces publicités, le nombre d’utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et d’établir des statistiques,

- en adaptant nos espaces publicitaires aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal par nos espaces publicitaires, selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- en adaptant le cas échéant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous nous avez fournies

7. Les cookies émis sur notre site par des tiers

L'émission et l'utilisation de cookies par des tiers sont soumises aux politiques de protection de la vie privée de ces tiers. Nous vous informons de l'objet des cookies dont nous avons connaissance et des moyens dont vous disposez pour effectuer des choix à l'égard de ces cookies.

a) Du fait d'applications tierces intégrées à notre site

Nous sommes susceptibles d'inclure sur notre site/application, des applications informatiques émanant de tiers, qui vous permettent de partager des contenus de notre site avec d'autres personnes ou de faire connaître à ces autres personnes votre consultation ou votre opinion concernant un contenu de notre site/application. Tel est notamment le cas des boutons "Partager", "J'aime", issus de réseaux sociaux tels que Facebook "Twitter", LinkedIn", "Viadeo", etc.

Le réseau social fournissant un tel bouton applicatif est susceptible de vous identifier grâce à ce bouton, même si vous n'avez pas utilisé ce bouton lors de votre consultation de notre site/application. En effet, ce type de bouton applicatif peut permettre au réseau social concerné de suivre votre navigation sur notre site, du seul fait que votre compte au réseau social concerné était activé sur votre terminal (session ouverte) durant votre navigation sur notre site.
Nous n'avons aucun contrôle sur le processus employé par les réseaux sociaux pour collecter des informations relatives à votre navigation sur notre site et associées aux données personnelles dont ils disposent. Nous vous invitons à consulter les politiques de protection de la vie privée de ces réseaux sociaux afin de prendre connaissance des finalités d'utilisation, notamment publicitaires, des informations de navigation qu'ils peuvent recueillir grâce à ces boutons applicatifs. Ces politiques de protection doivent notamment vous permettre d'exercer vos choix auprès de ces réseaux sociaux, notamment en paramétrant vos comptes d'utilisation de chacun de ces réseaux.

b) Via des contenus de tiers diffusés dans nos espaces publicitaires

Les contenus publicitaires sont susceptibles de contenir des cookies émis par des tiers : soit l'annonceur à l'origine du contenu publicitaire concerné, soit une société tierce à l'annonceur (agence conseil en communication, société de mesure d'audience, prestataire de publicité ciblée, etc.), qui a associé un cookie au contenu publicitaire d'un annonceur.

Le cas échéant, les cookies émis par ces tiers peuvent leur permettre, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre d'affichages des contenus publicitaires diffusés via nos espaces publicitaires, d'identifier les publicités ainsi affichées, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité, leur permettant de calculer les sommes dues de ce fait et d'établir des statistiques,

- de reconnaître votre terminal lors de sa navigation ultérieure sur tout autre site ou service sur lequel ces annonceurs ou ces tiers émettent également des cookies et, le cas échéant, d'adapter ces sites et services tiers ou les publicités qu'ils diffusent, à la navigation de votre terminal dont ils peuvent avoir connaissance.

c) Par une régie publicitaire externe exploitant nos espaces publicitaires

Les espaces publicitaires de notre site sont susceptibles d'être exploités par une ou plusieurs régie(s) publicitaire(s) externe(s) et, le cas échéant, de contenir des cookies émis par l'une d'entre elles. Le cas échéant, les cookies émis par ces régies publicitaires externes leur permettent, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre total de publicités affichées par leurs soins sur nos espaces publicitaires, d'identifier ces publicités, leur nombre d'affichages respectifs, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et, le cas échéant, les actions ultérieures effectuées par ces utilisateurs sur les pages auxquelles mènent ces publicités, afin de calculer les sommes dues aux acteurs de la chaîne de diffusion publicitaire (annonceur, agence de communication, régie publicitaire, site/support de diffusion) et d'établir des statistiques,

- d'adapter les espaces publicitaires qu'elles opèrent aux préférences d'affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d'affichage, système d'exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation antérieure ou ultérieure de votre terminal sur des sites de tiers au sein desquels la régie concernée émet également des cookies, sous réserve que ces cookies aient été enregistrés dans votre terminal conformément aux choix que vous avez exercés à l'égard de cette régie,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation (longitude et latitude) transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous auriez pu fournir à cette régie publicitaire.

8. Vos choix concernant les cookies

Plusieurs possibilités vous sont offertes pour gérer les cookies. Tout paramétrage que vous pouvez entreprendre sera susceptible de modifier votre navigation sur Internet et notre site ainsi que vos conditions d'accès à certains services nécessitant l'utilisation de cookies. Vous pouvez faire le choix à tout moment d'exprimer et de modifier vos souhaits en matière de cookies, par les moyens décrits ci-dessous.

Les choix qui vous sont offerts par votre logiciel de navigation :

Vous pouvez configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que des cookies soient enregistrés dans votre terminal ou, au contraire, qu'ils soient rejetés, soit systématiquement, soit selon leur émetteur. Vous pouvez également configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que l'acceptation ou le refus des cookies vous soient proposés ponctuellement, avant qu'un cookie soit susceptible d'être enregistré dans votre terminal. Pour plus d'informations, consultez la rubrique "Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?"

(a) L’accord sur les Cookies

L’enregistrement d’un cookie dans un terminal est subordonné à la volonté de l’utilisateur du terminal, que celui-ci peut exprimer et modifier à tout moment et gratuitement à travers les choix qui lui sont offerts par son logiciel de navigation. Si vous avez accepté dans votre logiciel de navigation l’enregistrement de cookies dans votre Terminal, les cookies intégrés dans les pages et contenus que vous avez consultés pourront être stockés temporairement dans un espace dédié de votre terminal. Ils y seront lisibles uniquement par leur émetteur.

(b) Le refus des Cookies

Si vous refusez l'enregistrement de cookies dans votre terminal, ou si vous supprimez ceux qui y sont enregistrés, vous ne pourrez plus bénéficier d'un certain nombre de fonctionnalités nécessaires pour naviguer dans certains espaces de notre site. Tel serait le cas si vous tentiez d'accéder à nos contenus ou services qui nécessitent de vous identifier. Tel serait également le cas lorsque nous -ou nos prestataires- ne pourrions pas reconnaître, à des fins de compatibilité technique, le type de navigateur utilisé par votre terminal, ses paramètres de langue et d'affichage ou le pays depuis lequel votre terminal semble connecté à Internet. Le cas échéant, nous déclinons toute responsabilité pour les conséquences liées au fonctionnement dégradé de nos services résultant de l'impossibilité pour nous d'enregistrer ou de consulter les cookies nécessaires à leur fonctionnement et que vous auriez refusés ou supprimés.

(c) Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?

Pour la gestion des cookies et de vos choix, la configuration de chaque navigateur est différente. Elle est décrite dans le menu d'aide de votre navigateur, qui vous permettra de savoir de quelle manière modifier vos souhaits en matière de cookies.
Pour Internet Explorer™
Pour Safari™
Pour Chrome™
Pour Firefox™
Pour Opera™
etc...

(d) Les cookies "Flash"© de "Adobe Flash Player"™

"Adobe Flash Player"™ est une application informatique qui permet le développement rapide des contenus dynamiques utilisant le langage informatique "Flash". Flash (et les applications de même type) mémorise les paramètres, les préférences et l'utilisation de ces contenus grâce à une technologie similaire aux cookies. Toutefois, "Adobe Flash Player"™ gère ces informations et vos choix via une interface différente de celle fournie par votre logiciel de navigation.

Dans la mesure où votre terminal serait susceptible de visualiser des contenus développés avec le langage Flash, nous vous invitons à accéder à vos outils de gestion des cookies Flash, directement depuis le site http://www.adobe.com/fr.

Ennemis de trente ans

Nicolas Sarkozy vs Alain Juppé. Une histoire riche en rebondissements qui a commencé en 1976. Une vie commune rythmée par les trahisons, les coups bas et coups de génie, les lunes de miel et de fiel. Une relation complexe mêlant admiration et détestation, alliances et rejets, méfiance et mépris. Une réédition de la guerre entre leur mentor respectif, Edouard Balladur et Jacques Chirac, les fameux « amis de trente ans ». Plus de trente ans après leurs premiers accrochages, Sarkozy et Juppé sont encore en haut de l’affiche. Et ils veulent tout rafler : la primaire de 2016 et la présidentielle de 2017. Les auteurs sont remontés aux sources de leur inimité jusqu’à aujourd’hui.

Auteur : Anita Hausser et Olivier Biscaye*

* Anita Hauser a dirigé le service politique de TF1 et de LCI. A publié la première biographie de Nicolas Sarkozy : « Sarkozy, l’ascension d’une jeune homme pressé » (Belfond, 1995). Olivier Biscaye, ancien directeur des rédactions du Groupe Nice-Matin et Var-Matin de 2009 à 2015. A publié en 2015 « Bruno Le Maire, l’insoumis » (Ed. du Moment)

Le fils illégitime contre l’héritier

Nicolas Sarkozy a sa tête des mauvais jours. Cette grand-messe du 17 novembre 2002 l’ennuie profondément. Assister à la consécration d’Alain Juppé, président fondateur de l’UMP, est au-dessus de ses forces.

Il ne parvient pas à s’y faire. Déjà, il n’a jamais caché son scepticisme devant la création de ce parti unique de la droite, qui ambitionne de réunir gaullistes, libéraux et centristes. […] Sarkozy n’est pas dupe de l’OPA des chiraquiens. Il soupçonne toujours le chef de l’État de ne pas avoir abandonné son dessein de mettre en orbite son protégé Alain Juppé.

[…] Entre les deux hommes, les relations restent tendues.

Preuve en est trois semaines plus tard, à l’occasion d’un séminaire de la fédération UMP à Paris, au cours duquel Nicolas Sarkozy, qui ne lâche rien, prévient : « Aucune ambition ne sera satisfaite sur la division, sur le sectarisme et sur la fermeture. Il n’y a que les faibles qui se referment, qui se privent des compétences des autres. » Avant Noël, Hortefeux se voit proposer un poste de secrétaire général adjoint…Moins d’un an plus tard, dans un entretien au journal Le Parisien, le ministre de l’Intérieur pousse l’avantage en dénonçant sans ménagement les carrières politiques trop protégées : « Je pense depuis longtemps que les héritiers sont faits pour être guillotinés. » Juppé peut apprécier.

Nicolas Sarkozy ne se laissera pas voler 2007.

Son plan ne souffre alors aucune ambiguïté : ne consentir aucun espace à ses opposants, éliminer ses adversaires les uns après les autres, s’imposer auprès des Français comme le candidat naturel. Il a cinq ans pour y parvenir.

Chirac lui a refusé Matignon. Parfait. À l’Intérieur, il endossera le costume du Premier ministre bis, accompagné de ses fidèles Claude Guéant, Franck Louvrier, Laurent Solly, Rachida Dati, Emmanuelle Mignon… Tout député européen qu’il est, Brice Hortefeux dispose d’un bureau place Beauvau.

Quand l’un tombe, l’autre monte

Mis en examen dans l’affaire, des emplois fictifs du RPR, Alain Juppé est renvoyé devant le tribunal correctionnel pour prise illégale d’intérêt. Ainsi le décide le parquet de Nanterre en mai 2003.

Son procès, comme celui de vingt-six autres personnes, s’ouvre le 29 septembre 2003. Après presque huit ans d’enquête. […]

Le procureur de la République René Grouman requiert huit mois de prison avec sursis et écarte toute peine d’inéligibilité contre le maire de Bordeaux. Soulagement.

Quatre mois plus tard, douche glacée. Ce vendredi 30 janvier 2004, à 14 h 25, le tribunal correctionnel de Nanterre frappe fort. Il condamne Alain Juppé à dix-huit mois de prison avec sursis, et à dix ans d’inéligibilité. En sa double qualité de secrétaire général du RPR et d’adjoint aux Finances à la mairie de Paris, Juppé est reconnu coupable d’avoir employé, pour son parti, sept permanents censés travailler à la ville de Paris. Pour le tribunal, l’ancien Premier ministre a même « délibérément trompé la confiance du peuple souverain ».

Le 1er décembre 2004, en appel, cette peine est ramenée à un an d’inéligibilité et quatorze mois de prison avec sursis. En l’espace de douze mois, Alain Juppé perd tout : la présidence de l’UMP abandonnée en juillet 2004, son mandat de député, la mairie de Bordeaux et la possibilité de concourir pour la présidentielle de 2007. « Une peine de mort politique », estime alors son avocat Francis Szpiner. […]

À l’Élysée, Jacques Chirac évoque sa « grande peine », exprime « son amitié, sa reconnaissance et sa confiance » à son fils préféré. À l’UMP, Nicolas Sarkozy s’associe aux messages de soutien des ténors : « Nous lui devons beaucoup. Rien de ce qui se passe aujourd’hui n’aurait été possible sans lui. » Amabilité qui ne peut quand même pas cacher une réalité : dans la course à la présidentielle, le ministre des Finances, en poste depuis le 31 mars 2004, voit l’un de ses principaux rivaux quitter l’aventure.

Qui pourrait d’ailleurs arrêter la fulgurante ascension de celui qui confie penser au rendez-vous électoral de 2007, et « pas seulement en [se] rasant1 » ? Le 28 novembre 2004, il vient de prendre la présidence de l’UMP, plébiscité par 85,1 % des voix (Nicolas Dupont-Aignan en a obtenu 9,1 % et Christine Boutin, 5,82 %).

Élu pour trois ans, Sarkozy promet déjà le changement. […] « Libre de penser, de proposer, d’imaginer, de débattre. Par-dessus tout, je veux rassembler. » Son ambition présidentielle ? Il ne la cache plus : « Je suis prêt comme sans doute jamais je ne l’ai été. J’ai appris, tout au long de ces longues années d’engagement politique, qu’il y a beaucoup d’épreuves sur la route de celui qui a un grand dessein. » La voie est toute tracée pour Nicolas Sarkozy : 2005 la remise en marche du parti, 2006 le projet, et 2007 la présidentielle.

A Juppé, le silence, à Sarkozy, le bruit médiatique

[…] En ce début d’année 2007, il a conscience que la route vers l’Élysée a été ouverte à Sarkozy par Chirac lui-même. Sans son accident judiciaire, sa candidature paraissait évidente. Après sa condamnation, elle semblait encore possible, bien que lointaine. Sauf que « Sarkozy s’était déjà affirmé » observe Juppé.

Et il faut bien dire que Chirac l’avait géré en dépit du bon sens. Après avoir dit : “je décide et il exécute”, il le réintègre au gouvernement, le laisse prendre l’UMP. L’élu bordelais l’a fait remarquer à Chirac : « Vous l’avez mis en situation d’être le candidat incontournable alors que rien, en 2002, ne vous obligeait à en faire le numéro 2 du gouvernement et qu’on ne peut pas dire qu’il se soit investi dans votre campagne, pas plus que dans la création de l’UMP. »

Le chat et la souris

Un soutien par dépit alors ? Oui et non. Un soutien pragmatique.

De janvier à mai 2007, Juppé s’engage pour son « champion de circonstance », et enchaîne meetings, rencontres, interviews…

Même s’il avouera quelques années plus tard dans son dialogue avec Michel Rocard : « J’ai fait campagne pour Nicolas Sarkozy, sans excès sans doute car je n’étais pas toujours à l’aise avec l’équipe et le discours. » […] Mais lorsque le candidat UMP lui propose une place de choix dans un futur gouvernement en cas de victoire, le maire de Bordeaux ne ferme pas la porte, bien au contraire. Nicolas Sarkozy lui laisse le choix entre deux options : les Affaires étrangères et l’Environnement. La seconde a sa préférence.

Il croit au sujet, en a fait une priorité depuis son séjour au Canada. Dix ans après les grandes grèves de décembre, trois ans après son « humiliante condamnation », un an après son exil québécois, Juppé prépare son grand retour dans ce mégaministère dont il a dessiné les contours.[…]

Le destin lui sourit à nouveau. Qui l’aurait imaginé après tant de brouilles et de combats ? […]

En ce mois de mai 2007, l’heure est cependant à l’apaisement, à l’unité retrouvée. Au conte de fées. […]. Un mois plus tard, changement d’ambiance. « Violence : c’est le mot qui m’est venu sur les lèvres, hier soir, quand j’ai voulu dire aux centaines de Bordelaises et de Bordelais, rassemblés devant ma permanence, comment j’avais ressenti les événements des deux derniers jours. » Juppé accuse le coup. Battu aux législatives à Bordeaux par la socialiste Michèle Delaunay, il démissionne, se pliant à la règle fixée par le Premier ministre François Fillon selon laquelle un candidat battu doit quitter le gouvernement. « En quelques heures, j’ai vu s’effacer tout ce que j’avais patiemment construit depuis des mois », regrette-t-il. Sarkozy a bien tenté de l’en dissuader. « Tu n’es pas obligé… » lui dit le chef de l’État au téléphone au soir du second tour. Mais non. L’orgueil encore une fois. […]

Un brin désabusé, Juppé jette un petit pavé dans la mare dans Le Monde du 10 avril 2010. Sous le titre « Mon offre pour 2012 », Juppé affirme n’avoir « jamais cru à la rupture », revient sur les erreurs de cette première partie du quinquennat et en appelle en priorité à la recherche « autant que possible, du consensus. J’en parle en connaissance de cause. » S’il se dit « toujours dans la majorité », il défend bec et ongles « sa liberté de parole ». S’il juge Sarkozy « le candidat naturel de la droite en 2012 », il ne cache pas non plus que son horizon personnel reste la présidentielle dans deux ans. Tout en apportant un bémol : « S’il advenait que Nicolas Sarkozy ne soit pas candidat en 2012, alors, j’envisagerai de concourir. »

[….] À l’automne, Juppé a manifestement réfléchi… Sur le plateau de France 3 Aquitaine, il avance un pion et se déclare « prêt à [s]’investir et à aider le président de la République », car il est selon lui le seul « candidat à droite et au centre susceptible de gagner » en 2012. Il ajoute : « J’ai des sentiments d’amitié pour lui. Ça fait trente ans que je le connais. » Ses relations avec lui ? Elles « dépendent des jours » mais ne sont « jamais glaciales ».

Affrontement primaire

Levez le doigt s’il vous plaît ! Que celles et ceux qui avaient assez d’imagination au lendemain de la défaite de la droite en 2012 pour envisager le scénario qui est en train de se dessiner se fassent connaître sans attendre : l’ancien président de la République et son ex-ministre des Affaires étrangères, habitués à jouer à « je t’aime, moi non plus » depuis des décennies, en compétition dans des primaires pour 2017 ! Si Nicolas Sarkozy a très vite rêvé de revanche, imaginait-il trouver Alain Juppé sur sa route ? Quant au maire de Bordeaux, pensait-il vraiment lui faire face dans la course à la présidentielle ? Mais le destin emprunte parfois des chemins de traverse…

Pour avoir vu le sien contrarié en 2007 et a fortiori en 2012, Alain Juppé a longuement réfléchi, étudié, calculé. Même si en son for intérieur, il n’a jamais abandonné cette perspective, il ne s’est pas lancé à la légère. Rien à voir avec le retour de Nicolas Sarkozy, moins sinueux car dicté par l’urgence. Certes, Juppé affirme ne vivre que pour Bordeaux, mais ça ne l’empêche tout de même pas de garder un oeil sur les prochaines échéances électorales. Tout en invitant ses amis qui piaffent d’impatience à attendre le moment opportun.

[…] Depuis l’avènement de LR, une nouvelle période entre les deux hommes s’est ouverte, plus frontale. Nicolas Sarkozy comprend que le maire de Bordeaux est déterminé à aller jusqu’au bout, il répète à l’envi : « Alain aura besoin de moi et j’aurai besoin de lui. » La concurrence s’installe. Une enquête Odoxa pour I-Télé et Le Parisien-Aujourd’hui en France vient doucher les ambitions de Nicolas Sarkozy : 72 % des Français ne veulent pas qu’il soit de nouveau candidat à l’élection présidentielle. Juppé savoure. Au « Grand Rendez-Vous » Europe 1-I-Télé, répondant aux questions sur ses chances de l’emporter, il souligne : « Sarkozy a le parti, pour l’instant j’ai l’opinion. J’organise ma petite PME. Parfois, il arrive que des PME performantes soient plus efficaces que des entreprises du CAC 40. » Quelques heures plus tard, Nicolas Sarkozy réplique : « Ce n’est pas moi qui vais en vouloir à Alain Juppé de dire cela, puisqu’il m’était arrivé de dire la même chose lorsque je soutenais Édouard Balladur contre Jacques Chirac avec le succès que vous connaissez. » Une réflexion qui provoque aussitôt la colère de Balladur. Il déplore « l’absence de propositions » de son ancien ministre du Budget et rappelle une vérité : Jacques Chaban-Delmas avait le parti, ça ne l’a pas empêché de perdre l’élection en 1974. La polémique se poursuit. Le 3 juin, sur RTL,

Alain Juppé ironise à son tour : « Je ne vais pas ressasser 1995. Si je suis Balladur, qui est Chirac alors ? Nicolas Sarkozy ? Ça fera sourire… » Il évoque au passage des « relations vigoureuses » avec le président de LR. Entre eux, tout devient prétexte à débats, réactions et mises au point. 

Ennemis de trente ans - Anita Hausser et Olivier Biscaye – 202 pages

© Avec l’aimable autorisation des Éditions Du Moment

 

1725 K2_VIEWS