REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

INFORMATIONS SUR LES COOKIES

1. Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est un fichier texte susceptible d’être enregistré, sous réserve de vos choix, dans un espace dédié du disque dur de votre terminal, à l’occasion de la consultation d’un service en ligne grâce à votre logiciel de navigation.

Un fichier cookie permet à son émetteur d’identifier le terminal dans lequel il est enregistré, pendant la durée de validité.

2. A quoi servent les cookies émis sur notre site ?

Seul l’émetteur d’un cookie est susceptible de lire ou de modifier les informations qui y sont contenues.

Les cookies utilisés sur notre site permettent d'identifier les services et rubriques que l'utilisateur a visités, et plus généralement son comportement en matière de visites. Ces informations sont utiles pour mieux personnaliser les services, contenus, offres promotionnelles et bannières qui apparaissent sur notre site et faciliter votre navigation sur notre site. Des cookies sont également nécessaires au bon fonctionnement de certains services ou encore pour mesurer leur audience.

Des cookies sont susceptibles d’être inclus dans les espaces publicitaires de notre site. Ces espaces contribuent au financement des contenus et services que nous mettons à votre disposition.

 

3. Les cookies que nous émettons sur notre site :

Lorsque vous vous connectez à notre site, nous pouvons être amenés, sous réserve de vos choix, à installer divers cookies dans votre terminal nous permettant de reconnaître le navigateur de votre terminal pendant la durée de validité du cookie concerné.
Les cookies que nous émettons sont utilisés aux fins décrites ci-dessous, sous réserve de vos choix qui résultent des paramètres de votre logiciel de navigation utilisé lors de votre visite de notre site.

Les cookies que nous émettons nous permettent de :

4. Faciliter votre navigation sur notre site :

- en adaptant la présentation de notre site aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc) lors de vos visites sur notre site, selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en mémorisant des informations relatives à un formulaire que vous avez rempli sur notre site (inscription ou accès à votre compte) ou à des produits, services ou informations que vous avez choisis sur notre site (service souscrit, contenu consulté, achat effectué etc …).

- en vous permettant d’accéder à des espaces réservés et personnels de notre site, tels que votre compte, grâce à des identifiants ou des données que vous nous avez éventuellement antérieurement confiés

- en mettant en œuvre des mesures de sécurité.

 

5. Améliorer nos services :

Ces cookies permettent d’établir des statistiques et volume de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant notre site (rubriques et contenus visité, parcours) afin d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie de nos services.

6. Adapter la publicité proposée sur notre site :

- en comptabilisant le nombre total de publicités affichées par nos soins sur nos espaces publicitaires, d’identifier ces publicités, le nombre d’utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et d’établir des statistiques,

- en adaptant nos espaces publicitaires aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal par nos espaces publicitaires, selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- en adaptant le cas échéant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous nous avez fournies

7. Les cookies émis sur notre site par des tiers

L'émission et l'utilisation de cookies par des tiers sont soumises aux politiques de protection de la vie privée de ces tiers. Nous vous informons de l'objet des cookies dont nous avons connaissance et des moyens dont vous disposez pour effectuer des choix à l'égard de ces cookies.

a) Du fait d'applications tierces intégrées à notre site

Nous sommes susceptibles d'inclure sur notre site/application, des applications informatiques émanant de tiers, qui vous permettent de partager des contenus de notre site avec d'autres personnes ou de faire connaître à ces autres personnes votre consultation ou votre opinion concernant un contenu de notre site/application. Tel est notamment le cas des boutons "Partager", "J'aime", issus de réseaux sociaux tels que Facebook "Twitter", LinkedIn", "Viadeo", etc.

Le réseau social fournissant un tel bouton applicatif est susceptible de vous identifier grâce à ce bouton, même si vous n'avez pas utilisé ce bouton lors de votre consultation de notre site/application. En effet, ce type de bouton applicatif peut permettre au réseau social concerné de suivre votre navigation sur notre site, du seul fait que votre compte au réseau social concerné était activé sur votre terminal (session ouverte) durant votre navigation sur notre site.
Nous n'avons aucun contrôle sur le processus employé par les réseaux sociaux pour collecter des informations relatives à votre navigation sur notre site et associées aux données personnelles dont ils disposent. Nous vous invitons à consulter les politiques de protection de la vie privée de ces réseaux sociaux afin de prendre connaissance des finalités d'utilisation, notamment publicitaires, des informations de navigation qu'ils peuvent recueillir grâce à ces boutons applicatifs. Ces politiques de protection doivent notamment vous permettre d'exercer vos choix auprès de ces réseaux sociaux, notamment en paramétrant vos comptes d'utilisation de chacun de ces réseaux.

b) Via des contenus de tiers diffusés dans nos espaces publicitaires

Les contenus publicitaires sont susceptibles de contenir des cookies émis par des tiers : soit l'annonceur à l'origine du contenu publicitaire concerné, soit une société tierce à l'annonceur (agence conseil en communication, société de mesure d'audience, prestataire de publicité ciblée, etc.), qui a associé un cookie au contenu publicitaire d'un annonceur.

Le cas échéant, les cookies émis par ces tiers peuvent leur permettre, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre d'affichages des contenus publicitaires diffusés via nos espaces publicitaires, d'identifier les publicités ainsi affichées, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité, leur permettant de calculer les sommes dues de ce fait et d'établir des statistiques,

- de reconnaître votre terminal lors de sa navigation ultérieure sur tout autre site ou service sur lequel ces annonceurs ou ces tiers émettent également des cookies et, le cas échéant, d'adapter ces sites et services tiers ou les publicités qu'ils diffusent, à la navigation de votre terminal dont ils peuvent avoir connaissance.

c) Par une régie publicitaire externe exploitant nos espaces publicitaires

Les espaces publicitaires de notre site sont susceptibles d'être exploités par une ou plusieurs régie(s) publicitaire(s) externe(s) et, le cas échéant, de contenir des cookies émis par l'une d'entre elles. Le cas échéant, les cookies émis par ces régies publicitaires externes leur permettent, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre total de publicités affichées par leurs soins sur nos espaces publicitaires, d'identifier ces publicités, leur nombre d'affichages respectifs, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et, le cas échéant, les actions ultérieures effectuées par ces utilisateurs sur les pages auxquelles mènent ces publicités, afin de calculer les sommes dues aux acteurs de la chaîne de diffusion publicitaire (annonceur, agence de communication, régie publicitaire, site/support de diffusion) et d'établir des statistiques,

- d'adapter les espaces publicitaires qu'elles opèrent aux préférences d'affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d'affichage, système d'exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation antérieure ou ultérieure de votre terminal sur des sites de tiers au sein desquels la régie concernée émet également des cookies, sous réserve que ces cookies aient été enregistrés dans votre terminal conformément aux choix que vous avez exercés à l'égard de cette régie,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation (longitude et latitude) transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous auriez pu fournir à cette régie publicitaire.

8. Vos choix concernant les cookies

Plusieurs possibilités vous sont offertes pour gérer les cookies. Tout paramétrage que vous pouvez entreprendre sera susceptible de modifier votre navigation sur Internet et notre site ainsi que vos conditions d'accès à certains services nécessitant l'utilisation de cookies. Vous pouvez faire le choix à tout moment d'exprimer et de modifier vos souhaits en matière de cookies, par les moyens décrits ci-dessous.

Les choix qui vous sont offerts par votre logiciel de navigation :

Vous pouvez configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que des cookies soient enregistrés dans votre terminal ou, au contraire, qu'ils soient rejetés, soit systématiquement, soit selon leur émetteur. Vous pouvez également configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que l'acceptation ou le refus des cookies vous soient proposés ponctuellement, avant qu'un cookie soit susceptible d'être enregistré dans votre terminal. Pour plus d'informations, consultez la rubrique "Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?"

(a) L’accord sur les Cookies

L’enregistrement d’un cookie dans un terminal est subordonné à la volonté de l’utilisateur du terminal, que celui-ci peut exprimer et modifier à tout moment et gratuitement à travers les choix qui lui sont offerts par son logiciel de navigation. Si vous avez accepté dans votre logiciel de navigation l’enregistrement de cookies dans votre Terminal, les cookies intégrés dans les pages et contenus que vous avez consultés pourront être stockés temporairement dans un espace dédié de votre terminal. Ils y seront lisibles uniquement par leur émetteur.

(b) Le refus des Cookies

Si vous refusez l'enregistrement de cookies dans votre terminal, ou si vous supprimez ceux qui y sont enregistrés, vous ne pourrez plus bénéficier d'un certain nombre de fonctionnalités nécessaires pour naviguer dans certains espaces de notre site. Tel serait le cas si vous tentiez d'accéder à nos contenus ou services qui nécessitent de vous identifier. Tel serait également le cas lorsque nous -ou nos prestataires- ne pourrions pas reconnaître, à des fins de compatibilité technique, le type de navigateur utilisé par votre terminal, ses paramètres de langue et d'affichage ou le pays depuis lequel votre terminal semble connecté à Internet. Le cas échéant, nous déclinons toute responsabilité pour les conséquences liées au fonctionnement dégradé de nos services résultant de l'impossibilité pour nous d'enregistrer ou de consulter les cookies nécessaires à leur fonctionnement et que vous auriez refusés ou supprimés.

(c) Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?

Pour la gestion des cookies et de vos choix, la configuration de chaque navigateur est différente. Elle est décrite dans le menu d'aide de votre navigateur, qui vous permettra de savoir de quelle manière modifier vos souhaits en matière de cookies.
Pour Internet Explorer™
Pour Safari™
Pour Chrome™
Pour Firefox™
Pour Opera™
etc...

(d) Les cookies "Flash"© de "Adobe Flash Player"™

"Adobe Flash Player"™ est une application informatique qui permet le développement rapide des contenus dynamiques utilisant le langage informatique "Flash". Flash (et les applications de même type) mémorise les paramètres, les préférences et l'utilisation de ces contenus grâce à une technologie similaire aux cookies. Toutefois, "Adobe Flash Player"™ gère ces informations et vos choix via une interface différente de celle fournie par votre logiciel de navigation.

Dans la mesure où votre terminal serait susceptible de visualiser des contenus développés avec le langage Flash, nous vous invitons à accéder à vos outils de gestion des cookies Flash, directement depuis le site http://www.adobe.com/fr.

Le Printemps des Libertés

A la fois libéral et conservateur, Hervé Mariton propose dans un livre-programme sa vision pour la France. L’auteur présente les réformes à réaliser lors du prochain quinquennat qui selon lui permettront de redresser le pays. Il pourfend quelques faux consensus et bien des idées reçues. Pour le député, la réforme du logement c’est d’abord supprimer la notion de logement social ; la sécurité intérieure, c’est d’abord la mobilisation des Français plutôt que l’Etat d’urgence. Il propose aussi de supprimer le code du travail, de bouleverser le SMIC pour libérer l’entreprise et l’emploi. Rendre l’école autonome, conforter la famille comme pilier de la société. Hervé Mariton, candidat à la primaire de la droite et du centre en novembre prochain développe un « projet d’ordre et de liberté ».

Auteur : Hervé Mariton

* Né en 1958 à Alger, Hervé Mariton, X-Mines, marié, père de quatre enfants, est député de la Drôme et maire de Crest. Ancien ministre, chargé du projet de l’UMP de 2012 à 2014, il a été candidat à la présidence de ce parti en 2014. Hervé Mariton est président de Droit au cœur.

Dans ce livre, je propose, clés en main, l’agenda des mesures à lancer dès le début du prochain quinquennat. Ces réformes, essentiellement législatives, représentent une réponse authentiquement de droite aux problèmes de notre pays. […] Redresser notre pays représente une tâche immense. Avec une dépense publique qui dépasse 50 % du PIB, notre économie a cessé d’être libre. Avec l’acceptation tacite que les lois sociétales de la gauche représentent des « progrès » sur lesquels nous ne pourrions revenir, nous avons abdiqué sur nos valeurs. Avec le renoncement de la droite sur une partie de ses convictions, nous avons cédé à l’influence du politiquement correct. Un politiquement correct de gauche qui reste toujours aussi influent dans les médias, mais qui perd chaque jour du terrain dans l’opinion.

À force de tergiversations et de renoncements, la droite a donné raison à ceux qui prétendent que le clivage entre gauche et droite n’a plus de sens, conférant ainsi le monopole de la politique alternative aux extrêmes, au premier rang desquels figure le Front national. Les repères se brouillent d’autant qu’une partie de la gauche française s’est convertie à l’économie de marché, avec quelques décennies de retard sur ses homologues européennes.

De son côté, la droite accrédite l’idée d’une proximité avec la gauche en adoptant un discours trop tiède sur le plan économique.[…]

Sauver l’école : plus de liberté dans la gestion des établissements scolaires et universitaires

L’Éducation nationale ne remplit plus sa mission de permettre à tous les enfants, quelles que soient leurs origines, de réussir selon leurs capacités et leurs mérites.

Pour qu’elle assure de nouveau ce devoir fondamental, il importe de procéder dans le bon ordre et de ne pas brûler les étapes. L’école doit d’abord fournir à tous un socle commun – savoir lire, écrire, compter, se retrouver dans une culture commune héritée de l’Histoire de France –, puis permettre aux jeunes de développer leurs talents et leur esprit critique afin de se construire en individus libres dans la société et s’insérer efficacement dans le monde professionnel.

Je propose qu’un vent de liberté souffle sur les établissements scolaires, à travers une large autonomie permise par un statut « sous contrat » élargi et renouvelé. Le Printemps des Libertés dans l’éducation doit permettre de faire face à la diversité des situations. Il faut mettre fin à la carte scolaire et au collège unique, ces réponses trop standardisées. Je souhaite également que les établissements d’enseignement supérieur et leurs étudiants soient plus libres, à travers un système de frais de scolarité prélevés sur les premiers salaires après la formation, afin de donner des moyens aux universités sans discriminer les jeunes issus de milieux modestes. […].

Réduire structurellement la dépense publique de l’Etat et des collectivités

Pour la droite, la réduction de la dépense publique doit être la base de toute politique économique sérieuse. C’est la logique fondamentale du projet du Printemps des Libertés que je porte, tant ce principe de liberté se marie mal avec l’étatisation à outrance qui caractérise notre pays. C’est le seul moyen de diminuer notre dette et de réduire les prélèvements obligatoires. Contrairement aux idées reçues keynésiennes, qui voient un effet récessif dans chaque baisse de dépense publique – qu’elle soit jugée efficace ou non –, il n’est pas d’autre choix pour relancer la croissance à moyen terme en instaurant un climat de confiance dans l’économie et en libérant les initiatives du privé comme de la société civile.[…]

La spirale sans fin des déficits publics est le fruit d’un déficit de gouvernance démocratique dans la gestion des équilibres entre dépenses et recettes. Ce n’est pas tant d’une « règle d’or » quantitative dont nous avons besoin, mais surtout d’un meilleur contrôle démocratique sur la dépense […]

Réduire les effectifs et réformer le statut de la fonction publique

Notre pays est suradministré. La France compte quatre-vingt-dix agents publics pour mille habitants, contre seulement cinquante en Allemagne. Alors que l’emploi à vie reste la règle chez nous, d’autres États européens ont réussi en quelques années à réviser le statut de la fonction publique. C’est le cas de la Suède en 1993, avec la fin de l’emploi à vie pour 90 % des fonctionnaires, ou de l’Italie, qui est progressivement passée de la logique du statut à celle de la contractualisation pour 85 % des agents publics.

[…] Tant pour des raisons de contraintes budgétaires que pour redonner le pouvoir à la société civile, il est indispensable de diminuer le périmètre de l’État et le nombre de ses fonctionnaires. Certaines interventions publiques doivent être abandonnées, en particulier celles qui consistent à fournir d’une main des aides pour les entreprises ou le logement, et de l’autre à les taxer dans un grand jeu à somme nulle. Cette logique consommatrice d’agents publics et source de complexité administrative doit cesser. D’autres missions peuvent être automatisées ou externalisées vers le secteur privé dans le cadre d’une délégation de service public. Cela est déjà le cas dans des domaines comme les contrôles techniques pour les véhicules. Il est possible d’aller beaucoup plus loin, par exemple pour l’orientation des chômeurs ou pour certaines inspections sanitaires, environnementales et sociales.

Deuxième proposition : que les fonctionnaires travaillent plus, ce qui suppose d’augmenter la durée hebdomadaire du travail (passage de 35 à 40 heures) et de lutter contre l’absentéisme. Il serait souhaitable d’imposer deux journées de carence pour les arrêts maladie dans le public comme dans le privé. De telles mesures – combinées à une réforme audacieuse des missions de l’État, de la Sécurité sociale et des collectivités locales – doivent permettre de ne pas remplacer deux fonctionnaires sur trois partant à la retraite.

Troisième proposition : un alignement du statut de la fonction publique sur les contrats du secteur privé. […]

Réaliser plus de 100 milliards d’euros d’économies sur la durée du prochain quinquennat

David Cameron a remporté les dernières élections britanniques grâce à de bons résultats économiques, fruits de réformes courageuses. Celles-ci ont été inspirées par le concept de Big Society, mis en avant lors de sa première élection, qui représente l’une des intuitions politiques les plus innovantes de ces dernières décennies à droite.

Si nous voulons répondre à la défiance qui gangrène et sclérose notre société, nous devons redonner toute sa place à la société civile. Aujourd’hui, la puissance publique est à la fois perçue comme écrasante et impuissante. […]

L’État doit adopter un double principe de subsidiarité, de parcimonie, pour laisser sa place à la société civile : d’une part en restreignant ses domaines d’intervention aux sujets les plus importants et à la correction des déséquilibres les plus flagrants, d’autre part en se concentrant sur la définition des objectifs de politique publique et en laissant à la société civile le soin de trouver la meilleure façon de les accomplir.

Au-delà d’une démarche d’amélioration de sa gestion, il est primordial de diminuer le champ de l’intervention publique. Nous devons avoir le courage de réduire, voire de supprimer, certaines missions de l’État dont la contribution à l’intérêt général n’est pas probante. Il est ainsi légitime de questionner la présence d’entreprises publiques dans des secteurs concurrentiels non stratégiques, comme l’audiovisuel ou les transports. Deux domaines où, a contrario, l’État doit demeurer une puissance de régulation. […]

Libérer les entreprises pour relancer l’activité économique

Diminuer les charges des entreprises

Pour continuer à investir et créer de l’emploi, les entreprises doivent dégager des profits. Une baisse des charges sur le travail et une baisse des charges fiscales leur permettraient enfin d’évoluer dans un environnement comparable à la moyenne des autres pays européens. Ces mesures ne constituent pas un « cadeau » aux entreprises ou à leurs actionnaires : il ne s’agit que de corriger une situation excessive qui décourage l’activité et empêche la création de revenus du capital – des revenus qui doivent être assujettis à l’impôt à un taux raisonnable et uniforme […]

Renforcer la famille et la filiation

Mettre en place une politique fiscale et sociale plus juste pour les familles

La politique familiale ne doit pas être l’otage de calculs politiciens sur le bon niveau de redistribution entre ménages modestes et ménages aisés. Il est donc important de revenir sur la logique destructrice de la gauche en réinstaurant le principe d’universalité des allocations familiales.

La réforme fiscale que j’ai présentée permet de conserver le quotient familial et d’éliminer tous les systèmes bancals et injustes de plafonnement de ce quotient, qui remettent aujourd’hui en cause le principe essentiel d’équité horizontale. Les fondamentaux de la politique familiale seraient ainsi rétablis, apportant aux Français la confiance et la stabilité nécessaires pour leur permettre de se projeter dans l’avenir.

Abroger la loi Taubira et créer un contrat d’union civile

Dans son immense majorité, la droite avait promis de revenir sur la loi Taubira ouvrant le mariage aux personnes de même sexe. Notre famille politique doit tenir sa promesse, faute de quoi sa parole serait totalement décrédibilisée. Changer de position sur un sujet aussi important serait le signe d’une légèreté et d’une désinvolture à même de rompre toute forme de confiance avec des pans entiers de la société. Cette loi n’est pas une simple reconnaissance de l’amour entre deux personnes, ou une protection civile de leur patrimoine commun. Elle permet délibérément de priver un enfant d’un père ou d’une mère et de consacrer la logique du « droit à l’enfant ». Il convient donc de l’abroger d’urgence. Pour des raisons constitutionnelles relatives au principe de non-rétroactivité de la loi, de respect, mais aussi d’humanité, cette abrogation ne reviendra pas sur les mariages et adoptions déjà prononcés. Un contrat d’union civile, célébré en mairie, sera instauré pour pallier les carences du Pacs, mais celui-ci n’ouvrira aucun droit en termes de filiation.

Cette union civile ne constitue en aucun cas une concession à certains groupes de pression progressistes. Elle se justifie pleinement car – indépendamment de la question de la filiation – l’inscription d’un couple dans la durée est bénéfique à la société, qu’il soit hétérosexuel ou homosexuel. C’est donc au nom de principes conservateurs que cette idée mérite d’être défendue. […] 

Le Printemps des Libertés – Hervé Mariton – L’Archipel – 206 pages

Avec l’aimable autorisation des Editions de l’Archipel

© L’Archipel, 2016

 

2106 K2_VIEWS