REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

INFORMATIONS SUR LES COOKIES

1. Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est un fichier texte susceptible d’être enregistré, sous réserve de vos choix, dans un espace dédié du disque dur de votre terminal, à l’occasion de la consultation d’un service en ligne grâce à votre logiciel de navigation.

Un fichier cookie permet à son émetteur d’identifier le terminal dans lequel il est enregistré, pendant la durée de validité.

2. A quoi servent les cookies émis sur notre site ?

Seul l’émetteur d’un cookie est susceptible de lire ou de modifier les informations qui y sont contenues.

Les cookies utilisés sur notre site permettent d'identifier les services et rubriques que l'utilisateur a visités, et plus généralement son comportement en matière de visites. Ces informations sont utiles pour mieux personnaliser les services, contenus, offres promotionnelles et bannières qui apparaissent sur notre site et faciliter votre navigation sur notre site. Des cookies sont également nécessaires au bon fonctionnement de certains services ou encore pour mesurer leur audience.

Des cookies sont susceptibles d’être inclus dans les espaces publicitaires de notre site. Ces espaces contribuent au financement des contenus et services que nous mettons à votre disposition.

 

3. Les cookies que nous émettons sur notre site :

Lorsque vous vous connectez à notre site, nous pouvons être amenés, sous réserve de vos choix, à installer divers cookies dans votre terminal nous permettant de reconnaître le navigateur de votre terminal pendant la durée de validité du cookie concerné.
Les cookies que nous émettons sont utilisés aux fins décrites ci-dessous, sous réserve de vos choix qui résultent des paramètres de votre logiciel de navigation utilisé lors de votre visite de notre site.

Les cookies que nous émettons nous permettent de :

4. Faciliter votre navigation sur notre site :

- en adaptant la présentation de notre site aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc) lors de vos visites sur notre site, selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en mémorisant des informations relatives à un formulaire que vous avez rempli sur notre site (inscription ou accès à votre compte) ou à des produits, services ou informations que vous avez choisis sur notre site (service souscrit, contenu consulté, achat effectué etc …).

- en vous permettant d’accéder à des espaces réservés et personnels de notre site, tels que votre compte, grâce à des identifiants ou des données que vous nous avez éventuellement antérieurement confiés

- en mettant en œuvre des mesures de sécurité.

 

5. Améliorer nos services :

Ces cookies permettent d’établir des statistiques et volume de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant notre site (rubriques et contenus visité, parcours) afin d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie de nos services.

6. Adapter la publicité proposée sur notre site :

- en comptabilisant le nombre total de publicités affichées par nos soins sur nos espaces publicitaires, d’identifier ces publicités, le nombre d’utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et d’établir des statistiques,

- en adaptant nos espaces publicitaires aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal par nos espaces publicitaires, selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- en adaptant le cas échéant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous nous avez fournies

7. Les cookies émis sur notre site par des tiers

L'émission et l'utilisation de cookies par des tiers sont soumises aux politiques de protection de la vie privée de ces tiers. Nous vous informons de l'objet des cookies dont nous avons connaissance et des moyens dont vous disposez pour effectuer des choix à l'égard de ces cookies.

a) Du fait d'applications tierces intégrées à notre site

Nous sommes susceptibles d'inclure sur notre site/application, des applications informatiques émanant de tiers, qui vous permettent de partager des contenus de notre site avec d'autres personnes ou de faire connaître à ces autres personnes votre consultation ou votre opinion concernant un contenu de notre site/application. Tel est notamment le cas des boutons "Partager", "J'aime", issus de réseaux sociaux tels que Facebook "Twitter", LinkedIn", "Viadeo", etc.

Le réseau social fournissant un tel bouton applicatif est susceptible de vous identifier grâce à ce bouton, même si vous n'avez pas utilisé ce bouton lors de votre consultation de notre site/application. En effet, ce type de bouton applicatif peut permettre au réseau social concerné de suivre votre navigation sur notre site, du seul fait que votre compte au réseau social concerné était activé sur votre terminal (session ouverte) durant votre navigation sur notre site.
Nous n'avons aucun contrôle sur le processus employé par les réseaux sociaux pour collecter des informations relatives à votre navigation sur notre site et associées aux données personnelles dont ils disposent. Nous vous invitons à consulter les politiques de protection de la vie privée de ces réseaux sociaux afin de prendre connaissance des finalités d'utilisation, notamment publicitaires, des informations de navigation qu'ils peuvent recueillir grâce à ces boutons applicatifs. Ces politiques de protection doivent notamment vous permettre d'exercer vos choix auprès de ces réseaux sociaux, notamment en paramétrant vos comptes d'utilisation de chacun de ces réseaux.

b) Via des contenus de tiers diffusés dans nos espaces publicitaires

Les contenus publicitaires sont susceptibles de contenir des cookies émis par des tiers : soit l'annonceur à l'origine du contenu publicitaire concerné, soit une société tierce à l'annonceur (agence conseil en communication, société de mesure d'audience, prestataire de publicité ciblée, etc.), qui a associé un cookie au contenu publicitaire d'un annonceur.

Le cas échéant, les cookies émis par ces tiers peuvent leur permettre, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre d'affichages des contenus publicitaires diffusés via nos espaces publicitaires, d'identifier les publicités ainsi affichées, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité, leur permettant de calculer les sommes dues de ce fait et d'établir des statistiques,

- de reconnaître votre terminal lors de sa navigation ultérieure sur tout autre site ou service sur lequel ces annonceurs ou ces tiers émettent également des cookies et, le cas échéant, d'adapter ces sites et services tiers ou les publicités qu'ils diffusent, à la navigation de votre terminal dont ils peuvent avoir connaissance.

c) Par une régie publicitaire externe exploitant nos espaces publicitaires

Les espaces publicitaires de notre site sont susceptibles d'être exploités par une ou plusieurs régie(s) publicitaire(s) externe(s) et, le cas échéant, de contenir des cookies émis par l'une d'entre elles. Le cas échéant, les cookies émis par ces régies publicitaires externes leur permettent, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre total de publicités affichées par leurs soins sur nos espaces publicitaires, d'identifier ces publicités, leur nombre d'affichages respectifs, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et, le cas échéant, les actions ultérieures effectuées par ces utilisateurs sur les pages auxquelles mènent ces publicités, afin de calculer les sommes dues aux acteurs de la chaîne de diffusion publicitaire (annonceur, agence de communication, régie publicitaire, site/support de diffusion) et d'établir des statistiques,

- d'adapter les espaces publicitaires qu'elles opèrent aux préférences d'affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d'affichage, système d'exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation antérieure ou ultérieure de votre terminal sur des sites de tiers au sein desquels la régie concernée émet également des cookies, sous réserve que ces cookies aient été enregistrés dans votre terminal conformément aux choix que vous avez exercés à l'égard de cette régie,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation (longitude et latitude) transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous auriez pu fournir à cette régie publicitaire.

8. Vos choix concernant les cookies

Plusieurs possibilités vous sont offertes pour gérer les cookies. Tout paramétrage que vous pouvez entreprendre sera susceptible de modifier votre navigation sur Internet et notre site ainsi que vos conditions d'accès à certains services nécessitant l'utilisation de cookies. Vous pouvez faire le choix à tout moment d'exprimer et de modifier vos souhaits en matière de cookies, par les moyens décrits ci-dessous.

Les choix qui vous sont offerts par votre logiciel de navigation :

Vous pouvez configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que des cookies soient enregistrés dans votre terminal ou, au contraire, qu'ils soient rejetés, soit systématiquement, soit selon leur émetteur. Vous pouvez également configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que l'acceptation ou le refus des cookies vous soient proposés ponctuellement, avant qu'un cookie soit susceptible d'être enregistré dans votre terminal. Pour plus d'informations, consultez la rubrique "Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?"

(a) L’accord sur les Cookies

L’enregistrement d’un cookie dans un terminal est subordonné à la volonté de l’utilisateur du terminal, que celui-ci peut exprimer et modifier à tout moment et gratuitement à travers les choix qui lui sont offerts par son logiciel de navigation. Si vous avez accepté dans votre logiciel de navigation l’enregistrement de cookies dans votre Terminal, les cookies intégrés dans les pages et contenus que vous avez consultés pourront être stockés temporairement dans un espace dédié de votre terminal. Ils y seront lisibles uniquement par leur émetteur.

(b) Le refus des Cookies

Si vous refusez l'enregistrement de cookies dans votre terminal, ou si vous supprimez ceux qui y sont enregistrés, vous ne pourrez plus bénéficier d'un certain nombre de fonctionnalités nécessaires pour naviguer dans certains espaces de notre site. Tel serait le cas si vous tentiez d'accéder à nos contenus ou services qui nécessitent de vous identifier. Tel serait également le cas lorsque nous -ou nos prestataires- ne pourrions pas reconnaître, à des fins de compatibilité technique, le type de navigateur utilisé par votre terminal, ses paramètres de langue et d'affichage ou le pays depuis lequel votre terminal semble connecté à Internet. Le cas échéant, nous déclinons toute responsabilité pour les conséquences liées au fonctionnement dégradé de nos services résultant de l'impossibilité pour nous d'enregistrer ou de consulter les cookies nécessaires à leur fonctionnement et que vous auriez refusés ou supprimés.

(c) Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?

Pour la gestion des cookies et de vos choix, la configuration de chaque navigateur est différente. Elle est décrite dans le menu d'aide de votre navigateur, qui vous permettra de savoir de quelle manière modifier vos souhaits en matière de cookies.
Pour Internet Explorer™
Pour Safari™
Pour Chrome™
Pour Firefox™
Pour Opera™
etc...

(d) Les cookies "Flash"© de "Adobe Flash Player"™

"Adobe Flash Player"™ est une application informatique qui permet le développement rapide des contenus dynamiques utilisant le langage informatique "Flash". Flash (et les applications de même type) mémorise les paramètres, les préférences et l'utilisation de ces contenus grâce à une technologie similaire aux cookies. Toutefois, "Adobe Flash Player"™ gère ces informations et vos choix via une interface différente de celle fournie par votre logiciel de navigation.

Dans la mesure où votre terminal serait susceptible de visualiser des contenus développés avec le langage Flash, nous vous invitons à accéder à vos outils de gestion des cookies Flash, directement depuis le site http://www.adobe.com/fr.

“Ma santé 2022”, un an après

Par André Grimaldi, Professeur émérite CHU Pitié Salpêtrière

La crise des Urgences a montré la pertinence du diagnostic de la Ministre : la crise de l’hôpital public a deux causes fondamentales, d’une part l’insuffisance d’organisation de la médecine de ville avec des professionnels du premier et du deuxième recours travaillant en équipe et assurant des missions de service public, d’autre part l’assimilation du management et du financement de l’hôpital public à ceux d’une entreprise commerciale.

La crise des Urgences a surtout révélé l’insuffisance dramatique du traitement prévu par le plan « Ma santé 2022 ». La Ministre prétend guérir l’hôpital en soignant la ville grâce à la mise en place des Communautés professionnelles de territoire (CPTS) rassemblant tous les professionnels libéraux d’un territoire sur la base du volontariat. Le résultat sera donc variable d’un territoire à l’autre, incertain dans son efficacité (qui sera de toute façon quasi nulle dans les « déserts médicaux »), et surtout lointain avec une discordance des temps entre la ville et l’hôpital. En effet, la crise de l’hôpital s’est acutisée avec des fermetures d’unités de soins voire de services entiers, faute de personnels. Médecins et paramédicaux fuient la dégradation des conditions de travail et/ou sont attirés par les salaires plus attractifs du privé (dans cette crise, les 35heures sans embauches suffisantes et ayant justifié le blocage des salaires, ont une bonne part de responsabilité). Même l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris a du mal désormais à recruter. A la fermeture délibérée de lits depuis 15 ans (moins 15 %) au nom du « virage ambulatoire », s’ajoutent, aujourd’hui, les fermetures de lits faute de personnels. Y compris en réanimation. Y compris à la Salpêtrière.

La crise des Urgences n’est donc pas seulement due à l’afflux de patients qui devraient être normalement pris en charge en ville par le service de la médecine de proximité qui fait défaut. Il s’explique aussi et surtout par la difficulté de trouver un lit pour coucher les malades qui doivent être hospitalisés. Ils attendent donc des heures voire des jours sur des brancards, le temps que le service des Urgences trouve une place dans un service spécialisé. Et si ce dernier ne correspond pas à la pathologie du patient, (le malade ayant fait un accident vasculaire se retrouve par exemple hospitalisé en rhumatologie …) ce sera à la fois une perte de chance pour le malade et une désorganisation supplémentaire pour l’hôpital. Pendant qu’ils restent sur des brancards, ces malades hospitalisés aux Urgences doivent être soignés par les personnels qui assument ainsi une double tâche : assurer les soins de patients en attente de lits et accueillir les nouveaux consultants.

Pour résoudre la crise des Urgences, il faut donc un plan d’Urgence pour l’ensemble de l’hôpital, un plan financé par des moyens réellement supplémentaires non et pas par un jeu de bonneteau de redéploiements, déshabillant Pierre pour habiller Paul, comme c’est le cas des 750 millions du « plan Urgences » annoncé par la ministre dont on peut prédire, sans risque d’erreur, l’échec. Les critères de jugement sont d’ailleurs simples.

Si le plan ministériel est efficace on devrait voir s’inverser la courbe du nombre de passages aux Urgences et s’annuler le nombre de patients sur des brancards en attente d’un lit. Si ces indicateurs s’avèrent négatifs, la Ministre, qui est une scientifique, devrait en tirer les conclusions.

Ce plan d’urgence pour l’Hôpital public doit permettre d’ouvrir des lits en particulier pour des unités de médecine polyvalente post Urgences et pour des unités spécialisées post soins aigus pour les personnes qui ne peuvent pas poursuivre leurs soins à domicile.

Il doit financer l’embauche de personnels en fixant les quotas de personnels nécessaires par unité de soins pour assurer la sécurité des patients. Il doit permettre de revaloriser les salaires des personnels (la France est en 26ème position des 35 pays de l’OCDE pour le salaire des infirmières rapporté au salaire moyen du pays).

Il doit, enfin, avoir une composante nationale et une composante régionale prenant en compte les disparités régionales en matière de logement et de transports et les variations de l’offre de soins selon les spécialités et selon les territoires.

C’est un plan de plusieurs milliards qui est nécessaire, au lieu de continuer à étrangler l’hôpital public en prévoyant une augmentation de l’ONDAM de 2.1 % quand l’augmentation programmée des charges est de 4.5 % (inflation, paiement des intérêts de la dette, augmentation des prix des innovations thérapeutiques, glissement vieillisse technicité-GVT -, mesures de revalorisation catégorielles, entretien des locaux et de la logistique….). Pour éviter d’aggraver leurs déficits, les directions hospitalières réduisent drastiquement leurs investissements, mettant en péril l’avenir de l’excellence hospitalière français.

Où trouver l’argent, alors qu’on dépense déjà 11.5 % du PIB pour la santé, ce qui nous place au 3ème rang mondial derrière les USA et la Suisse, ex aequo avec l’Allemagne ? En réalité, en dollars par habitant, nous sommes en 12ème position. Ce décalage entre ces deux indicateurs des dépenses de santé, en pourcentage de PIB et en dollars par habitant, témoignent d’une part de la faiblesse relative de la moyenne des revenus des soignants de notre pays et,d’autre part, d’une importance relative des prescriptions et des actes. La ministre avait estimé que 20 % des prescriptions et des actes étaient injustifiés, rançon du paiement à l’acte et de la tarification à l’activité(T2A), par nature inflationnistes. Mais où est le grand plan, mobilisant l’ensemble des sociétés savantes de médecine, les doyens et les enseignants, les syndicats de professionnels, les associations de malades et les médecins conseils de la Sécurité sociale pour améliorer la pertinence des soins ?

Et quelles mesures sont prises à l’échelle nationale et européenne pour exiger la transparence des coûts de recherche et développement des industriels de la santé. Leurs prix sont désormais calculés sur le service médical rendu ou la « création de valeur en santé », sachant qu’une année de vie en bonne santé est estimée entre 50 000 et 100 000 euros ! Mais avec cette logique, quel aurait dû être le prix de la pénicilline ou du vaccin anti-poliomyélite ? Remarquons que les pénuries de plus en plus fréquentes de médicaments indispensables ne concernent jamais les médicaments innovants très chers mais seulement les médicaments tombés dans le domaine public et qui n’intéressent pas les actionnaires des big - pharma.

Enfin La France, avec son système mixte assurantiel redondant, faisant rembourser un même soin par l’assureur public et les assureurs privés, a des coûts de gestion du système de santé très supérieur à la moyenne des pays de l’OCDE avec 7.5 milliards de frais de gestion pour les assurances complémentaires qui ne remboursent que 13 % du coût des soins et 7.3 Milliards pour la Sécu,l’assurance obligatoire,qui en rembourse 78 %. Mais pourquoi faut-il que la Sécu rembourse de moins en moins les soins courants alors que les mutuelles sont moins solidaires en terme de cotisations, moins égalitaires en terme de prestations, moins efficientes en terme de frais de gestion ?

En conclusion « Ma santé 2022 » s’avère être un exercice de diagnostic mais pas un réel projet thérapeutique. C’est un couteau sans lame. Si rien n’est fait, la crise de l’hôpital public va perdurer et le secteur privé, lucratif ou non, se développera en absorbant les activités « rentables »selon la logique du business plan et non selon celle d’un service public offrant des soins de qualité à toutes et à tous, quelles que soient leurs pathologies et leurs conditions sociales.

Les premiers de cordée n’ont toujours pas compris qu’un système de santé égalitaire et solidaire est une chance pour que les riches soient soignés aussi bien que les pauvres ! 

1072 K2_VIEWS