REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

INFORMATIONS SUR LES COOKIES

1. Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est un fichier texte susceptible d’être enregistré, sous réserve de vos choix, dans un espace dédié du disque dur de votre terminal, à l’occasion de la consultation d’un service en ligne grâce à votre logiciel de navigation.

Un fichier cookie permet à son émetteur d’identifier le terminal dans lequel il est enregistré, pendant la durée de validité.

2. A quoi servent les cookies émis sur notre site ?

Seul l’émetteur d’un cookie est susceptible de lire ou de modifier les informations qui y sont contenues.

Les cookies utilisés sur notre site permettent d'identifier les services et rubriques que l'utilisateur a visités, et plus généralement son comportement en matière de visites. Ces informations sont utiles pour mieux personnaliser les services, contenus, offres promotionnelles et bannières qui apparaissent sur notre site et faciliter votre navigation sur notre site. Des cookies sont également nécessaires au bon fonctionnement de certains services ou encore pour mesurer leur audience.

Des cookies sont susceptibles d’être inclus dans les espaces publicitaires de notre site. Ces espaces contribuent au financement des contenus et services que nous mettons à votre disposition.

 

3. Les cookies que nous émettons sur notre site :

Lorsque vous vous connectez à notre site, nous pouvons être amenés, sous réserve de vos choix, à installer divers cookies dans votre terminal nous permettant de reconnaître le navigateur de votre terminal pendant la durée de validité du cookie concerné.
Les cookies que nous émettons sont utilisés aux fins décrites ci-dessous, sous réserve de vos choix qui résultent des paramètres de votre logiciel de navigation utilisé lors de votre visite de notre site.

Les cookies que nous émettons nous permettent de :

4. Faciliter votre navigation sur notre site :

- en adaptant la présentation de notre site aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc) lors de vos visites sur notre site, selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en mémorisant des informations relatives à un formulaire que vous avez rempli sur notre site (inscription ou accès à votre compte) ou à des produits, services ou informations que vous avez choisis sur notre site (service souscrit, contenu consulté, achat effectué etc …).

- en vous permettant d’accéder à des espaces réservés et personnels de notre site, tels que votre compte, grâce à des identifiants ou des données que vous nous avez éventuellement antérieurement confiés

- en mettant en œuvre des mesures de sécurité.

 

5. Améliorer nos services :

Ces cookies permettent d’établir des statistiques et volume de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant notre site (rubriques et contenus visité, parcours) afin d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie de nos services.

6. Adapter la publicité proposée sur notre site :

- en comptabilisant le nombre total de publicités affichées par nos soins sur nos espaces publicitaires, d’identifier ces publicités, le nombre d’utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et d’établir des statistiques,

- en adaptant nos espaces publicitaires aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal par nos espaces publicitaires, selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- en adaptant le cas échéant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous nous avez fournies

7. Les cookies émis sur notre site par des tiers

L'émission et l'utilisation de cookies par des tiers sont soumises aux politiques de protection de la vie privée de ces tiers. Nous vous informons de l'objet des cookies dont nous avons connaissance et des moyens dont vous disposez pour effectuer des choix à l'égard de ces cookies.

a) Du fait d'applications tierces intégrées à notre site

Nous sommes susceptibles d'inclure sur notre site/application, des applications informatiques émanant de tiers, qui vous permettent de partager des contenus de notre site avec d'autres personnes ou de faire connaître à ces autres personnes votre consultation ou votre opinion concernant un contenu de notre site/application. Tel est notamment le cas des boutons "Partager", "J'aime", issus de réseaux sociaux tels que Facebook "Twitter", LinkedIn", "Viadeo", etc.

Le réseau social fournissant un tel bouton applicatif est susceptible de vous identifier grâce à ce bouton, même si vous n'avez pas utilisé ce bouton lors de votre consultation de notre site/application. En effet, ce type de bouton applicatif peut permettre au réseau social concerné de suivre votre navigation sur notre site, du seul fait que votre compte au réseau social concerné était activé sur votre terminal (session ouverte) durant votre navigation sur notre site.
Nous n'avons aucun contrôle sur le processus employé par les réseaux sociaux pour collecter des informations relatives à votre navigation sur notre site et associées aux données personnelles dont ils disposent. Nous vous invitons à consulter les politiques de protection de la vie privée de ces réseaux sociaux afin de prendre connaissance des finalités d'utilisation, notamment publicitaires, des informations de navigation qu'ils peuvent recueillir grâce à ces boutons applicatifs. Ces politiques de protection doivent notamment vous permettre d'exercer vos choix auprès de ces réseaux sociaux, notamment en paramétrant vos comptes d'utilisation de chacun de ces réseaux.

b) Via des contenus de tiers diffusés dans nos espaces publicitaires

Les contenus publicitaires sont susceptibles de contenir des cookies émis par des tiers : soit l'annonceur à l'origine du contenu publicitaire concerné, soit une société tierce à l'annonceur (agence conseil en communication, société de mesure d'audience, prestataire de publicité ciblée, etc.), qui a associé un cookie au contenu publicitaire d'un annonceur.

Le cas échéant, les cookies émis par ces tiers peuvent leur permettre, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre d'affichages des contenus publicitaires diffusés via nos espaces publicitaires, d'identifier les publicités ainsi affichées, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité, leur permettant de calculer les sommes dues de ce fait et d'établir des statistiques,

- de reconnaître votre terminal lors de sa navigation ultérieure sur tout autre site ou service sur lequel ces annonceurs ou ces tiers émettent également des cookies et, le cas échéant, d'adapter ces sites et services tiers ou les publicités qu'ils diffusent, à la navigation de votre terminal dont ils peuvent avoir connaissance.

c) Par une régie publicitaire externe exploitant nos espaces publicitaires

Les espaces publicitaires de notre site sont susceptibles d'être exploités par une ou plusieurs régie(s) publicitaire(s) externe(s) et, le cas échéant, de contenir des cookies émis par l'une d'entre elles. Le cas échéant, les cookies émis par ces régies publicitaires externes leur permettent, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre total de publicités affichées par leurs soins sur nos espaces publicitaires, d'identifier ces publicités, leur nombre d'affichages respectifs, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et, le cas échéant, les actions ultérieures effectuées par ces utilisateurs sur les pages auxquelles mènent ces publicités, afin de calculer les sommes dues aux acteurs de la chaîne de diffusion publicitaire (annonceur, agence de communication, régie publicitaire, site/support de diffusion) et d'établir des statistiques,

- d'adapter les espaces publicitaires qu'elles opèrent aux préférences d'affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d'affichage, système d'exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation antérieure ou ultérieure de votre terminal sur des sites de tiers au sein desquels la régie concernée émet également des cookies, sous réserve que ces cookies aient été enregistrés dans votre terminal conformément aux choix que vous avez exercés à l'égard de cette régie,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation (longitude et latitude) transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous auriez pu fournir à cette régie publicitaire.

8. Vos choix concernant les cookies

Plusieurs possibilités vous sont offertes pour gérer les cookies. Tout paramétrage que vous pouvez entreprendre sera susceptible de modifier votre navigation sur Internet et notre site ainsi que vos conditions d'accès à certains services nécessitant l'utilisation de cookies. Vous pouvez faire le choix à tout moment d'exprimer et de modifier vos souhaits en matière de cookies, par les moyens décrits ci-dessous.

Les choix qui vous sont offerts par votre logiciel de navigation :

Vous pouvez configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que des cookies soient enregistrés dans votre terminal ou, au contraire, qu'ils soient rejetés, soit systématiquement, soit selon leur émetteur. Vous pouvez également configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que l'acceptation ou le refus des cookies vous soient proposés ponctuellement, avant qu'un cookie soit susceptible d'être enregistré dans votre terminal. Pour plus d'informations, consultez la rubrique "Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?"

(a) L’accord sur les Cookies

L’enregistrement d’un cookie dans un terminal est subordonné à la volonté de l’utilisateur du terminal, que celui-ci peut exprimer et modifier à tout moment et gratuitement à travers les choix qui lui sont offerts par son logiciel de navigation. Si vous avez accepté dans votre logiciel de navigation l’enregistrement de cookies dans votre Terminal, les cookies intégrés dans les pages et contenus que vous avez consultés pourront être stockés temporairement dans un espace dédié de votre terminal. Ils y seront lisibles uniquement par leur émetteur.

(b) Le refus des Cookies

Si vous refusez l'enregistrement de cookies dans votre terminal, ou si vous supprimez ceux qui y sont enregistrés, vous ne pourrez plus bénéficier d'un certain nombre de fonctionnalités nécessaires pour naviguer dans certains espaces de notre site. Tel serait le cas si vous tentiez d'accéder à nos contenus ou services qui nécessitent de vous identifier. Tel serait également le cas lorsque nous -ou nos prestataires- ne pourrions pas reconnaître, à des fins de compatibilité technique, le type de navigateur utilisé par votre terminal, ses paramètres de langue et d'affichage ou le pays depuis lequel votre terminal semble connecté à Internet. Le cas échéant, nous déclinons toute responsabilité pour les conséquences liées au fonctionnement dégradé de nos services résultant de l'impossibilité pour nous d'enregistrer ou de consulter les cookies nécessaires à leur fonctionnement et que vous auriez refusés ou supprimés.

(c) Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?

Pour la gestion des cookies et de vos choix, la configuration de chaque navigateur est différente. Elle est décrite dans le menu d'aide de votre navigateur, qui vous permettra de savoir de quelle manière modifier vos souhaits en matière de cookies.
Pour Internet Explorer™
Pour Safari™
Pour Chrome™
Pour Firefox™
Pour Opera™
etc...

(d) Les cookies "Flash"© de "Adobe Flash Player"™

"Adobe Flash Player"™ est une application informatique qui permet le développement rapide des contenus dynamiques utilisant le langage informatique "Flash". Flash (et les applications de même type) mémorise les paramètres, les préférences et l'utilisation de ces contenus grâce à une technologie similaire aux cookies. Toutefois, "Adobe Flash Player"™ gère ces informations et vos choix via une interface différente de celle fournie par votre logiciel de navigation.

Dans la mesure où votre terminal serait susceptible de visualiser des contenus développés avec le langage Flash, nous vous invitons à accéder à vos outils de gestion des cookies Flash, directement depuis le site http://www.adobe.com/fr.

Ma santé 2022 : un horizon différé pour des politiques contrariées

Par Jean-Pierre Door, Député du Loiret, Vice-président de la Commission des Affaires sociales

En dépit de l’importance d’une dépense de santé d’un montant annuel de 200 milliards d’euros, soit 8,6 % du PIB, et des succès obtenus quant à la qualité des soins et dans le domaine de la recherche médicale, les performances de notre système de santé sont très inégales et une remise en question s’impose. Mais sous la pression des événements et de la colère sociale, l’urgence d’une transformation profonde pourtant annoncée à grand renfort de communication par le gouvernement s’en trouve différée.

Il y a un an, le Président de la République présentait à la presse un plan de réforme de notre système de santé fixé à l’horizon de la fin du quinquennat, alors apparu d’inspiration essentiellement technocratique et n’étant pas à la hauteur des attentes des Français pour résoudre les urgences récurrentes. Rebaptisée « Ma santé 2022 », cette réforme est évidemment nécessaire à condition qu’elle corresponde à nos besoins en matière de soins. Or, ceux-ci ont considérablement changé sous l’effet de plusieurs facteurs : vieillissement de la population, forte augmentation des maladies chroniques et insuffisance de la prévention, sous l’effet aussi des progrès technologiques, des nouvelles thérapeutiques et de l’entrée du numérique dans la santé. L’hôpital public est actuellement en crise, crise à la fois financière, structurelle et organisationnelle. Et l’explosion des services d’urgence n’est que le révélateur de ses propres contradictions et de sa mauvaise situation financière. Ma santé 2022 n’est en soi pas susceptible de résoudre la situation catastrophique des hôpitaux et de l’accès aux soins qui nous a été rappelée par les Gilets jaunes. C’est pourtant bien d’une refondation dont aurait besoin l’hôpital.

Déposé le 13 février 2019 à l’Assemblée nationale, le projet de la loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé, après un compromis en commission mixte paritaire a été définitivement adopté le 23 juillet dernier. Il traduit seulement une partie des mesures annoncées par Emmanuel Macron. Le texte, dont la méthode de discussion est contestable, je l’ai dit devant l’Assemblée nationale, reste flou car plusieurs de ses dispositions sont renvoyées au décret et d’autres à des ordonnances. Le Parlement a ainsi été privé d’un débat complet sur des sujets importants.

La loi du 24 juillet 2019 relative à l’organisation et à la transformation du système de santé modifie en premier lieu le mode d’accès aux études médicales, pharmaceutiques, odontologiques et maïeutiques. La mesure la plus spectaculaire en est la suppression de la première année commune aux études de santé et celle du numerus clausus pour intégrer la deuxième année de premier cycle. L’entrée dans le cursus de médecine restera toutefois sélective et il vaudrait ainsi mieux parler d’une révision du numerus clausus. Il reste à voir comment sera déterminé le nombre d’étudiants formés dans ces études, quelles seront les capacités de formation et des besoins du système de santé, et comment elles seront appréciées. En tout état de cause, cette disposition ne saurait être une réponse immédiate aux projections alarmantes de la démographie médicale, le ministère de la Santé estimant que les effectifs des médecins libéraux vont baisser de 14 % à l’horizon 2027. Car les études médicales ont une durée de 9 à 12 ans !

La loi supprime aussi les épreuves classantes nationales. Pour accéder à l’internat, les externes devront non seulement avoir validé leur 2ème cycle, mais aussi avoir obtenu une note minimale aux nouvelles épreuves, dont le volet théorique doit rester national. Les études médicales ont désormais pour objectif de permettre à l’étudiant d’acquérir des compétences dans l’exercice des activités de soins et de prévention dans différents territoires et modes d’exercice, ce à quoi nous ne pouvons que souscrire. L’objectif devrait en tout cas être l’attractivité de la médecine générale. Ainsi, je considère utile que le contrat d’engagement du service public, aide à l’installation étendue par la loi, puisse bénéficier à ceux qui se destinent à la médecine générale libérale.

Le texte a en second lieu pour objectif de développer un collectif de soins, entre professionnels, et secteur ambulatoire, médico-social ou hospitalier, et d’instituer une nouvelle organisation territoriale de soins. Il encourage le développement de projets de santé de territoire. Il crée, d’une part, le projet territorial de santé mais prévoit le contrôle par l’agence régionale de santé des projets des communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS). Dans les CPTS, tous les professionnels de santé devront travailler en réseau. En encourageant le travail interdisciplinaire entre libéraux, en facilitant le parcours de soins des patients et en offrant des consultations sans rendez-vous ce peut être un moyen de désengorger à l’avenir les urgences hospitalières. Les groupements hospitaliers de territoire (GHT) qui regroupent plusieurs hôpitaux d’un même département devront partager leurs ressources en praticiens, en trésorerie et en investissements. Les commissions médicales de groupement sont désormais obligatoires dans chaque groupement hospitalier de territoire, ce qui vise à renforcer l’intégration des groupements hospitaliers de territoire. J’ai à cet égard demandé un renforcement du rôle des élus locaux dans le pilotage territorial de la santé au sein du conseil de surveillance des agences régionales de santé. Afin d’assurer le premier niveau de la gradation de l’offre de soins, des centres hospitaliers vont être labellisés hôpitaux de proximité mais il est à craindre que cela ne se traduise par une suppression de la chirurgie conventionnelle et de l’obstétrique.

Pour faire gagner du temps aux médecins, le texte permet la délégation de certaines de leurs tâches aux pharmaciens ou aux infirmières, par exemple, mais c’est bien peu au regard du poids des tâches administratives. Une plate-forme des données est créée afin de réunir, organiser et mettre à disposition les données du système national des données de santé. Chaque usager peut ouvrir son espace numérique d’ici le 1er janvier 2022 afin d’accéder à son dossier médical partagé ainsi qu’à des outils numériques permettant des échanges sécurisés avec les professionnels et établissements de santé. L’usager peut décider à tout moment de la fermeture de son espace numérique de santé et détruire les données y figurant. Le texte adapte le cadre légal existant afin d’assurer le déploiement de la télémédecine et des télésoins. Je suis évidemment favorable à cette mesure car elle constitue une voie nouvelle visant à faciliter l’accès des citoyens aux soins sur l’ensemble du territoire et évitant au patient des déplacements inutiles ou un recours à des services d’urgence surchargés. Elle permet aussi d’accélérer la prise en charge et le suivi des patients. Ainsi, en créant l’Association de médecine du Gâtinais, j’ai moi-même fait le pari de la médecine 2.0 et j’ai ainsi incité notamment les maires de ma circonscription de l’est du Loiret à se mobiliser pour lancer la téléconsultation dans leur commune.

L’introduction, par un amendement du Sénat, d’une séquence de professionnalisation territoriale à la fin du troisième cycle des études de médecine, a constitué le cœur des débats en commission mixte paritaire. Un travail commun des rapporteurs des deux assemblées a permis de parvenir à une rédaction de compromis, prévoyant l’obligation pour les étudiants de troisième cycle de médecine générale et d’autres spécialités de premier recours d’effectuer un stage d’au moins six mois en médecine ambulatoire, en priorité dans les zones sous-denses, sous la supervision d’un médecin. Plusieurs des apports du Sénat en première lecture ont été conservés. Je me réjouis que le principe de la liberté d’installation du médecin ait finalement été préservé.

Cependant des points négatifs ou totalement absents de ce projet de loi demeurent. Par exemple, l’absence de vision stratégique de la prévention et de l’innovation, ou le manque de propositions sur le statut des centres hospitaliers universitaires. Une réflexion devrait être menée à son terme pour l’intégration complète de certains praticiens à diplôme étranger hors Union européenne encore oubliés de ce texte.

Il reste aussi que la situation des finances de la Sécurité sociale en général – et du régime de retraite en particulier - sonne comme un sévère avertissement. Celle-ci s’est fortement dégradée en 2019 non seulement en raison du ralentissement de l’économie mais du coût des mesures d’urgence concédées en décembre 2018 aux Gilets jaunes. Au lieu d’un léger excédent promis l’an dernier par le gouvernement les comptes de la Sécurité sociale replongeront de nouveau cette année dans le rouge avec un déficit de 5,4 milliards d’euros. Cette dérive continuera en 2020 avec un déficit de 5,1 milliards. Le retour à l’équilibre attendu depuis 18 ans ne pourra pas être atteint avant 2023. Le retour à une hausse annuelle de l’ONDAM de 2,3 % à partir de 2020, après 2,5 % en 2019, suppose, comme l’observe la Cour des comptes, un net renforcement de la maîtrise des dépenses sur les autres postes. Comment dans ces conditions le gouvernement va-t-il à l’avenir tenir cet objectif étant donné, par exemple, la situation des déficits hospitaliers et son engagement à financer la transformation du système de santé à l’horizon 2022 ?

Au total “Ma Santé 2022” laisse un goût d’inachevé. La loi ne tient pas assez compte ni des enjeux ni des besoins. Et en l’absence d’une véritable réforme de la gouvernance du système de soins elle risque de n’être que la répétition des plans précédents puis d’être remplacée par un suivant. Contrarié par la crise des Gilets jaunes, l’horizon se décale peu à peu au-delà du quinquennat. L’urgence s’en trouve encore différée. 

1547 K2_VIEWS