REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

INFORMATIONS SUR LES COOKIES

1. Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est un fichier texte susceptible d’être enregistré, sous réserve de vos choix, dans un espace dédié du disque dur de votre terminal, à l’occasion de la consultation d’un service en ligne grâce à votre logiciel de navigation.

Un fichier cookie permet à son émetteur d’identifier le terminal dans lequel il est enregistré, pendant la durée de validité.

2. A quoi servent les cookies émis sur notre site ?

Seul l’émetteur d’un cookie est susceptible de lire ou de modifier les informations qui y sont contenues.

Les cookies utilisés sur notre site permettent d'identifier les services et rubriques que l'utilisateur a visités, et plus généralement son comportement en matière de visites. Ces informations sont utiles pour mieux personnaliser les services, contenus, offres promotionnelles et bannières qui apparaissent sur notre site et faciliter votre navigation sur notre site. Des cookies sont également nécessaires au bon fonctionnement de certains services ou encore pour mesurer leur audience.

Des cookies sont susceptibles d’être inclus dans les espaces publicitaires de notre site. Ces espaces contribuent au financement des contenus et services que nous mettons à votre disposition.

 

3. Les cookies que nous émettons sur notre site :

Lorsque vous vous connectez à notre site, nous pouvons être amenés, sous réserve de vos choix, à installer divers cookies dans votre terminal nous permettant de reconnaître le navigateur de votre terminal pendant la durée de validité du cookie concerné.
Les cookies que nous émettons sont utilisés aux fins décrites ci-dessous, sous réserve de vos choix qui résultent des paramètres de votre logiciel de navigation utilisé lors de votre visite de notre site.

Les cookies que nous émettons nous permettent de :

4. Faciliter votre navigation sur notre site :

- en adaptant la présentation de notre site aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc) lors de vos visites sur notre site, selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en mémorisant des informations relatives à un formulaire que vous avez rempli sur notre site (inscription ou accès à votre compte) ou à des produits, services ou informations que vous avez choisis sur notre site (service souscrit, contenu consulté, achat effectué etc …).

- en vous permettant d’accéder à des espaces réservés et personnels de notre site, tels que votre compte, grâce à des identifiants ou des données que vous nous avez éventuellement antérieurement confiés

- en mettant en œuvre des mesures de sécurité.

 

5. Améliorer nos services :

Ces cookies permettent d’établir des statistiques et volume de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant notre site (rubriques et contenus visité, parcours) afin d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie de nos services.

6. Adapter la publicité proposée sur notre site :

- en comptabilisant le nombre total de publicités affichées par nos soins sur nos espaces publicitaires, d’identifier ces publicités, le nombre d’utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et d’établir des statistiques,

- en adaptant nos espaces publicitaires aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal par nos espaces publicitaires, selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- en adaptant le cas échéant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous nous avez fournies

7. Les cookies émis sur notre site par des tiers

L'émission et l'utilisation de cookies par des tiers sont soumises aux politiques de protection de la vie privée de ces tiers. Nous vous informons de l'objet des cookies dont nous avons connaissance et des moyens dont vous disposez pour effectuer des choix à l'égard de ces cookies.

a) Du fait d'applications tierces intégrées à notre site

Nous sommes susceptibles d'inclure sur notre site/application, des applications informatiques émanant de tiers, qui vous permettent de partager des contenus de notre site avec d'autres personnes ou de faire connaître à ces autres personnes votre consultation ou votre opinion concernant un contenu de notre site/application. Tel est notamment le cas des boutons "Partager", "J'aime", issus de réseaux sociaux tels que Facebook "Twitter", LinkedIn", "Viadeo", etc.

Le réseau social fournissant un tel bouton applicatif est susceptible de vous identifier grâce à ce bouton, même si vous n'avez pas utilisé ce bouton lors de votre consultation de notre site/application. En effet, ce type de bouton applicatif peut permettre au réseau social concerné de suivre votre navigation sur notre site, du seul fait que votre compte au réseau social concerné était activé sur votre terminal (session ouverte) durant votre navigation sur notre site.
Nous n'avons aucun contrôle sur le processus employé par les réseaux sociaux pour collecter des informations relatives à votre navigation sur notre site et associées aux données personnelles dont ils disposent. Nous vous invitons à consulter les politiques de protection de la vie privée de ces réseaux sociaux afin de prendre connaissance des finalités d'utilisation, notamment publicitaires, des informations de navigation qu'ils peuvent recueillir grâce à ces boutons applicatifs. Ces politiques de protection doivent notamment vous permettre d'exercer vos choix auprès de ces réseaux sociaux, notamment en paramétrant vos comptes d'utilisation de chacun de ces réseaux.

b) Via des contenus de tiers diffusés dans nos espaces publicitaires

Les contenus publicitaires sont susceptibles de contenir des cookies émis par des tiers : soit l'annonceur à l'origine du contenu publicitaire concerné, soit une société tierce à l'annonceur (agence conseil en communication, société de mesure d'audience, prestataire de publicité ciblée, etc.), qui a associé un cookie au contenu publicitaire d'un annonceur.

Le cas échéant, les cookies émis par ces tiers peuvent leur permettre, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre d'affichages des contenus publicitaires diffusés via nos espaces publicitaires, d'identifier les publicités ainsi affichées, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité, leur permettant de calculer les sommes dues de ce fait et d'établir des statistiques,

- de reconnaître votre terminal lors de sa navigation ultérieure sur tout autre site ou service sur lequel ces annonceurs ou ces tiers émettent également des cookies et, le cas échéant, d'adapter ces sites et services tiers ou les publicités qu'ils diffusent, à la navigation de votre terminal dont ils peuvent avoir connaissance.

c) Par une régie publicitaire externe exploitant nos espaces publicitaires

Les espaces publicitaires de notre site sont susceptibles d'être exploités par une ou plusieurs régie(s) publicitaire(s) externe(s) et, le cas échéant, de contenir des cookies émis par l'une d'entre elles. Le cas échéant, les cookies émis par ces régies publicitaires externes leur permettent, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre total de publicités affichées par leurs soins sur nos espaces publicitaires, d'identifier ces publicités, leur nombre d'affichages respectifs, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et, le cas échéant, les actions ultérieures effectuées par ces utilisateurs sur les pages auxquelles mènent ces publicités, afin de calculer les sommes dues aux acteurs de la chaîne de diffusion publicitaire (annonceur, agence de communication, régie publicitaire, site/support de diffusion) et d'établir des statistiques,

- d'adapter les espaces publicitaires qu'elles opèrent aux préférences d'affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d'affichage, système d'exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation antérieure ou ultérieure de votre terminal sur des sites de tiers au sein desquels la régie concernée émet également des cookies, sous réserve que ces cookies aient été enregistrés dans votre terminal conformément aux choix que vous avez exercés à l'égard de cette régie,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation (longitude et latitude) transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous auriez pu fournir à cette régie publicitaire.

8. Vos choix concernant les cookies

Plusieurs possibilités vous sont offertes pour gérer les cookies. Tout paramétrage que vous pouvez entreprendre sera susceptible de modifier votre navigation sur Internet et notre site ainsi que vos conditions d'accès à certains services nécessitant l'utilisation de cookies. Vous pouvez faire le choix à tout moment d'exprimer et de modifier vos souhaits en matière de cookies, par les moyens décrits ci-dessous.

Les choix qui vous sont offerts par votre logiciel de navigation :

Vous pouvez configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que des cookies soient enregistrés dans votre terminal ou, au contraire, qu'ils soient rejetés, soit systématiquement, soit selon leur émetteur. Vous pouvez également configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que l'acceptation ou le refus des cookies vous soient proposés ponctuellement, avant qu'un cookie soit susceptible d'être enregistré dans votre terminal. Pour plus d'informations, consultez la rubrique "Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?"

(a) L’accord sur les Cookies

L’enregistrement d’un cookie dans un terminal est subordonné à la volonté de l’utilisateur du terminal, que celui-ci peut exprimer et modifier à tout moment et gratuitement à travers les choix qui lui sont offerts par son logiciel de navigation. Si vous avez accepté dans votre logiciel de navigation l’enregistrement de cookies dans votre Terminal, les cookies intégrés dans les pages et contenus que vous avez consultés pourront être stockés temporairement dans un espace dédié de votre terminal. Ils y seront lisibles uniquement par leur émetteur.

(b) Le refus des Cookies

Si vous refusez l'enregistrement de cookies dans votre terminal, ou si vous supprimez ceux qui y sont enregistrés, vous ne pourrez plus bénéficier d'un certain nombre de fonctionnalités nécessaires pour naviguer dans certains espaces de notre site. Tel serait le cas si vous tentiez d'accéder à nos contenus ou services qui nécessitent de vous identifier. Tel serait également le cas lorsque nous -ou nos prestataires- ne pourrions pas reconnaître, à des fins de compatibilité technique, le type de navigateur utilisé par votre terminal, ses paramètres de langue et d'affichage ou le pays depuis lequel votre terminal semble connecté à Internet. Le cas échéant, nous déclinons toute responsabilité pour les conséquences liées au fonctionnement dégradé de nos services résultant de l'impossibilité pour nous d'enregistrer ou de consulter les cookies nécessaires à leur fonctionnement et que vous auriez refusés ou supprimés.

(c) Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?

Pour la gestion des cookies et de vos choix, la configuration de chaque navigateur est différente. Elle est décrite dans le menu d'aide de votre navigateur, qui vous permettra de savoir de quelle manière modifier vos souhaits en matière de cookies.
Pour Internet Explorer™
Pour Safari™
Pour Chrome™
Pour Firefox™
Pour Opera™
etc...

(d) Les cookies "Flash"© de "Adobe Flash Player"™

"Adobe Flash Player"™ est une application informatique qui permet le développement rapide des contenus dynamiques utilisant le langage informatique "Flash". Flash (et les applications de même type) mémorise les paramètres, les préférences et l'utilisation de ces contenus grâce à une technologie similaire aux cookies. Toutefois, "Adobe Flash Player"™ gère ces informations et vos choix via une interface différente de celle fournie par votre logiciel de navigation.

Dans la mesure où votre terminal serait susceptible de visualiser des contenus développés avec le langage Flash, nous vous invitons à accéder à vos outils de gestion des cookies Flash, directement depuis le site http://www.adobe.com/fr.

“Pour défendre ses intérêts, la France doit être en mesure d’avoir des navires plus puissants et mieux armés pour faire face à la résurgence des menaces militaires en mer”

Entretien avec le contre-amiral Marc-Antoine de Saint-Germain

Les espaces maritimes sont des lieux d’activités multiples, mêlant intérêts géostratégiques, économiques et militaires. Particulièrement convoités, ils sont le théâtre d’un regain d’intérêt pour les nombreuses ressources dont ils regorgent. Quel est donc l’usage de mer depuis la fin de la guerre froide ? En quoi est-elle convoitée plus encore que par le passé ? Le contre-amiral Marc-Antoine de Saint-Germain, ancien « Pacha » du Charles De Gaulle, et actuel directeur du Centre d’Etudes Stratégiques de la Marine (CESM) nous dresse un panorama des enjeux maritimes contemporains.

La fin de la guerre froide a marqué le terme des affrontements entre les deux puissances mondiales majeures : les Etats-Unis et l’URSS, dont les affrontements se faisaient sur terre comme sur mer. La mer a-t-elle changée de fonctions depuis ?

La fin de l’URSS a entraîné une chute de l’action militaire en mer, sans avoir pour autant totalement disparu. La période de 1990 à nos jours voit la mer devenir un espace total de liberté, mais où les grandes puissances maritimes restent malgré tout mobilisées, les Américains et les Chinois en particulier, notamment parce que les menaces deviennent hybrides. Je pense notamment à l’attaque suicide par une petite embarcation bourrée d’explosifs de l’USS Cole dans le port d’Aden en octobre 2000. Pour autant, la manière d’appréhender la mer a changé. Elle est devenue essentiellement un espace d’échanges, d’exploitation de richesses (gaz, pétrole) ainsi que de recherche, mais également de pillage (ressources halieutiques), de comportements agressifs sur l’environnement (dégazages en haute mer, pollution plastique, surmortalité des cétacés…). Avec l’entrée de la Chine dans l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2001, on a assisté à une hyper-maritimisation du commerce mondial. Plus généralement, l’Asie de l’Est est devenue la plaque tournante du commerce maritime. C’est par elle que transitent plus de deux tiers des marchandises mondiales. Les détroits de Formose et de Malacca sont ainsi devenus stratégiques dans le Pacifique, tout comme le canal de Suez.

Ce nouvel espace de liberté comporte également de nouvelles menaces...

Absolument. Si les mers sont devenues un espace d’échanges et de liberté, ceci veut aussi dire que s’y développe tous types de trafics illicites, dont celui de la drogue. Depuis trente ans, il a considérablement grandi, avec notamment l’explosion du narcotrafic par voie maritime, en Atlantique et en Méditerranée en provenance des Caraïbes ou de certains pays du Maghreb, ou en océan Indien en provenance de pays comme l’Afghanistan. À titre d’exemple, 45 tonnes de cocaïne ont été saisies par la France en 2021. C’est une goutte d’eau dans l’immensité de ce trafic, mais cela illustre bien son ampleur, sur tous les continents.

Il y a ensuite l’enjeu de la piraterie, dans certaines zones bien ciblées, particulièrement sur la côte est de l’Afrique, au large de la Somalie, mais aussi au large du golfe de Guinée et en mer d’Indonésie, autour des Philippines et bien-sûr aux alentours du détroit du Malacca. Il appartient aux pays riverains de ces zones de très forte densité de flux maritimes, et aux grandes puissances maritimes mondiales dont la France, de sécuriser ces routes maritimes ou ces passages stratégiques, pour garantir ainsi la pérennité du commerce mondial. Dans l’ensemble, le bilan de la lutte contre la piraterie est satisfaisant là où agit la France, en particulier au large de la Somalie et dans le Golfe de Guinée. Mais ces résultats ne peuvent pas être atteints sans une volonté politique forte des pays riverains de la juguler. Depuis quelques années, le fléau de la pêche INN (illégale, non déclarée, non réglementée) est également un trafic qui met gravement en danger l’équilibre général des ressources halieutiques. Ce phénomène est aggravé par le réchauffement général des mers et océans qui mène à des mouvements globaux des ressources, mettant en danger les écosystèmes des différentes régions maritimes dans le monde, et par conséquent la vie de nombreuse populations qui dépendant exclusivement des ressources alimentaires liées à la pêche.

Avec la diminution, voire l’absence des conflits en mer, on observe paradoxalement un réarmement au niveau mondial en particulier s’agissant de la marine militaire.

L’ampleur du réarmement est en effet considérable et pas seulement chez les grandes puissances maritimes. La Chine par exemple vient de mettre à l’eau son 3ème porte-avions, le Fujian, équipé de catapultes magnétiques comme le dernier-né des porte-avions américains, ce qui révèle sa capacité à combler son retard technologique. Les Russes sont aussi très actifs dans le domaine militaire et opèrent régulièrement des opérations en mer et dans les airs. Depuis 2017, ils envoient d’ailleurs des bombardiers stratégiques et procèdent à des tirs à partir depuis la mer Caspienne par exemple. Ils souhaitent par-là envoyer des messages de puissance. Malgré les succès mitigés de la flotte russe en mer Noire, celle-ci s’est particulièrement densifiée dans la partie orientale de la Méditerranée. Lorsque j’étais au large de Chypre en 2019 sur le Charles De Gaulle, trois frégates russes naviguaient régulièrement à proximité du porte-avions.

Si maintenant on se projette au niveau mondial, il est frappant d’observer l’ampleur du développement de la marine militaire dans nombre de pays. Sur la période 2008-2030, la flotte du Japon a bondi de 28 %, celle de l’Inde, de 40 % et plus spectaculaire encore, celle de la Chine, avec une croissance de 138 %. Enfin, pour revenir en Méditerranée orientale, nous pouvons mentionner la Turquie, dont la flotte a augmenté sa capacité de 32 % et surtout Israël, qui a développé sa flotte de 138 %, en 14 ans seulement.

Comment peut-on expliquer un tel phénomène ?

Depuis une trentaine d’années, la force du droit régissant les rapports entre les Etats a diminué en importance et a été fragilisée par des pays qui ont décidé que les rapports de force redevenaient un paramètre de régulation, arguant notamment du fait que les Occidentaux n’étaient eux-mêmes pas exemplaires dans ce domaine. D’autres nations d’une moindre envergure souhaitent démontrer à leur tour que c’est d’abord par le rapport de force et non par le droit qu’elles pourront s’affirmer dans le concert des nations. De fait, les menaces militaires sur des zones maritimes ressurgissent et certains pays veulent se réarmer pour faire face à certains pays qui revendiquent leur souveraineté sur des ces espaces maritimes suivant le principe du fait accompli. Le meilleur exemple en la matière est celui de la mer de Chine méridionale que la Chine veut « privatiser » contre les règles du droit de la mer, et en particulier de Taïwan que la Chine souhaiterait ramener dans son giron. Une ambition qui est certainement à l’origine du réarment du Japon, ou encore de la Corée du Sud. Le très fort développement de la flotte chinoise est probablement une source d’inquiétude supplémentaire pour ces pays. D’ailleurs, les Etats-Unis en ont pris acte dès 2008, en retirant l’essentiel de leur flotte du Golfe arabo-persique pour se recentrer dans le Pacifique dans un mouvement de pivot vers l’Asie. Pour la France dans ce contexte, la question de la souveraineté de ses DROM-COM dans l’Indopacifique est majeure.

Quel est justement le positionnement de la France dans ce panorama complexe ?

Au niveau mondial, la France possède 35 navires déployés dans le monde entier, dans tous types de missions : surveillance, protection de nos territoires métropolitain et ultra-marins, lutte contre la piraterie, projection de forces ou de puissance militaire à partir de la mer, mission permanente de dissuasion nucléaire... Nos deux grandes forces sont indéniablement nos sous-marins nucléaires et notre porte-avions à propulsion nucléaire, le Charles De Gaulle. Celui-ci nous permet de mener des opérations de très longue durée et peut parcourir jusqu’à 1 000 km par jour, il avait été un appui important lors des conflits récents en Afghanistan, en Libye ou en Syrie et en Irak. Vecteur d’une volonté politique forte et significative, il nous permet d’entraîner les Européens lors d’opérations de déploiement aéronavales. À ces occasions – comme en 2019 – il y a systématiquement des Britanniques – qui ont désormais deux porte-avions – des Allemands, des Italiens, des Belges, des Danois, mais également des Australiens ou des Américains, qui mènent avec nous des actions militaires pendant plusieurs mois, en fonction des intérêts stratégiques partagés. Ces alliances de circonstances se mettent en place pour défendre des intérêts communs dans des régions sous tension face à des compétiteurs puissants, et le porte-avions répond à cela. Le Charles De Gaulle est par conséquent un outil de puissance stratégique et militaire majeur pour la France.

Quels sont les grands axes de travail pour la Marine nationale d’ici 2030 ?

La Marine nationale est en plein renouvellement depuis une dizaine d’années, un processus qui devrait être achevé d’ici 2030. Les domaines en cours de modernisation sont en particulier la réactualisation de nos systèmes de combat, le développement des drones mais aussi le remplacement des frégates et des sous-marins, ou encore des moyens de surveillance, d’analyse et d’action qui doivent nous permettre de mieux connaître les fonds marins. Les rapports de force étant appelés à s’accroître dans les mois à venir, la France aura plus que jamais besoin d’une marine moderne et équipée pour défendre ses intérêts face à ses concurrents. Dans les années 1990, nous effectuions des missions de surveillance, à bord de navires aux normes civiles et à peine armés. Aujourd’hui, pour défendre ses intérêts, la France doit être en mesure d’avoir des navires plus puissants et mieux armés pour faire face à la résurgence des menaces militaires en mer. 

Lire également :

“Le gouvernement français agit sur plusieurs fronts pour faire face aux différents enjeux portés par les câbles”

226 K2_VIEWS