REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

INFORMATIONS SUR LES COOKIES

1. Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est un fichier texte susceptible d’être enregistré, sous réserve de vos choix, dans un espace dédié du disque dur de votre terminal, à l’occasion de la consultation d’un service en ligne grâce à votre logiciel de navigation.

Un fichier cookie permet à son émetteur d’identifier le terminal dans lequel il est enregistré, pendant la durée de validité.

2. A quoi servent les cookies émis sur notre site ?

Seul l’émetteur d’un cookie est susceptible de lire ou de modifier les informations qui y sont contenues.

Les cookies utilisés sur notre site permettent d'identifier les services et rubriques que l'utilisateur a visités, et plus généralement son comportement en matière de visites. Ces informations sont utiles pour mieux personnaliser les services, contenus, offres promotionnelles et bannières qui apparaissent sur notre site et faciliter votre navigation sur notre site. Des cookies sont également nécessaires au bon fonctionnement de certains services ou encore pour mesurer leur audience.

Des cookies sont susceptibles d’être inclus dans les espaces publicitaires de notre site. Ces espaces contribuent au financement des contenus et services que nous mettons à votre disposition.

 

3. Les cookies que nous émettons sur notre site :

Lorsque vous vous connectez à notre site, nous pouvons être amenés, sous réserve de vos choix, à installer divers cookies dans votre terminal nous permettant de reconnaître le navigateur de votre terminal pendant la durée de validité du cookie concerné.
Les cookies que nous émettons sont utilisés aux fins décrites ci-dessous, sous réserve de vos choix qui résultent des paramètres de votre logiciel de navigation utilisé lors de votre visite de notre site.

Les cookies que nous émettons nous permettent de :

4. Faciliter votre navigation sur notre site :

- en adaptant la présentation de notre site aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc) lors de vos visites sur notre site, selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en mémorisant des informations relatives à un formulaire que vous avez rempli sur notre site (inscription ou accès à votre compte) ou à des produits, services ou informations que vous avez choisis sur notre site (service souscrit, contenu consulté, achat effectué etc …).

- en vous permettant d’accéder à des espaces réservés et personnels de notre site, tels que votre compte, grâce à des identifiants ou des données que vous nous avez éventuellement antérieurement confiés

- en mettant en œuvre des mesures de sécurité.

 

5. Améliorer nos services :

Ces cookies permettent d’établir des statistiques et volume de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant notre site (rubriques et contenus visité, parcours) afin d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie de nos services.

6. Adapter la publicité proposée sur notre site :

- en comptabilisant le nombre total de publicités affichées par nos soins sur nos espaces publicitaires, d’identifier ces publicités, le nombre d’utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et d’établir des statistiques,

- en adaptant nos espaces publicitaires aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal par nos espaces publicitaires, selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- en adaptant le cas échéant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous nous avez fournies

7. Les cookies émis sur notre site par des tiers

L'émission et l'utilisation de cookies par des tiers sont soumises aux politiques de protection de la vie privée de ces tiers. Nous vous informons de l'objet des cookies dont nous avons connaissance et des moyens dont vous disposez pour effectuer des choix à l'égard de ces cookies.

a) Du fait d'applications tierces intégrées à notre site

Nous sommes susceptibles d'inclure sur notre site/application, des applications informatiques émanant de tiers, qui vous permettent de partager des contenus de notre site avec d'autres personnes ou de faire connaître à ces autres personnes votre consultation ou votre opinion concernant un contenu de notre site/application. Tel est notamment le cas des boutons "Partager", "J'aime", issus de réseaux sociaux tels que Facebook "Twitter", LinkedIn", "Viadeo", etc.

Le réseau social fournissant un tel bouton applicatif est susceptible de vous identifier grâce à ce bouton, même si vous n'avez pas utilisé ce bouton lors de votre consultation de notre site/application. En effet, ce type de bouton applicatif peut permettre au réseau social concerné de suivre votre navigation sur notre site, du seul fait que votre compte au réseau social concerné était activé sur votre terminal (session ouverte) durant votre navigation sur notre site.
Nous n'avons aucun contrôle sur le processus employé par les réseaux sociaux pour collecter des informations relatives à votre navigation sur notre site et associées aux données personnelles dont ils disposent. Nous vous invitons à consulter les politiques de protection de la vie privée de ces réseaux sociaux afin de prendre connaissance des finalités d'utilisation, notamment publicitaires, des informations de navigation qu'ils peuvent recueillir grâce à ces boutons applicatifs. Ces politiques de protection doivent notamment vous permettre d'exercer vos choix auprès de ces réseaux sociaux, notamment en paramétrant vos comptes d'utilisation de chacun de ces réseaux.

b) Via des contenus de tiers diffusés dans nos espaces publicitaires

Les contenus publicitaires sont susceptibles de contenir des cookies émis par des tiers : soit l'annonceur à l'origine du contenu publicitaire concerné, soit une société tierce à l'annonceur (agence conseil en communication, société de mesure d'audience, prestataire de publicité ciblée, etc.), qui a associé un cookie au contenu publicitaire d'un annonceur.

Le cas échéant, les cookies émis par ces tiers peuvent leur permettre, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre d'affichages des contenus publicitaires diffusés via nos espaces publicitaires, d'identifier les publicités ainsi affichées, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité, leur permettant de calculer les sommes dues de ce fait et d'établir des statistiques,

- de reconnaître votre terminal lors de sa navigation ultérieure sur tout autre site ou service sur lequel ces annonceurs ou ces tiers émettent également des cookies et, le cas échéant, d'adapter ces sites et services tiers ou les publicités qu'ils diffusent, à la navigation de votre terminal dont ils peuvent avoir connaissance.

c) Par une régie publicitaire externe exploitant nos espaces publicitaires

Les espaces publicitaires de notre site sont susceptibles d'être exploités par une ou plusieurs régie(s) publicitaire(s) externe(s) et, le cas échéant, de contenir des cookies émis par l'une d'entre elles. Le cas échéant, les cookies émis par ces régies publicitaires externes leur permettent, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre total de publicités affichées par leurs soins sur nos espaces publicitaires, d'identifier ces publicités, leur nombre d'affichages respectifs, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et, le cas échéant, les actions ultérieures effectuées par ces utilisateurs sur les pages auxquelles mènent ces publicités, afin de calculer les sommes dues aux acteurs de la chaîne de diffusion publicitaire (annonceur, agence de communication, régie publicitaire, site/support de diffusion) et d'établir des statistiques,

- d'adapter les espaces publicitaires qu'elles opèrent aux préférences d'affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d'affichage, système d'exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation antérieure ou ultérieure de votre terminal sur des sites de tiers au sein desquels la régie concernée émet également des cookies, sous réserve que ces cookies aient été enregistrés dans votre terminal conformément aux choix que vous avez exercés à l'égard de cette régie,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation (longitude et latitude) transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous auriez pu fournir à cette régie publicitaire.

8. Vos choix concernant les cookies

Plusieurs possibilités vous sont offertes pour gérer les cookies. Tout paramétrage que vous pouvez entreprendre sera susceptible de modifier votre navigation sur Internet et notre site ainsi que vos conditions d'accès à certains services nécessitant l'utilisation de cookies. Vous pouvez faire le choix à tout moment d'exprimer et de modifier vos souhaits en matière de cookies, par les moyens décrits ci-dessous.

Les choix qui vous sont offerts par votre logiciel de navigation :

Vous pouvez configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que des cookies soient enregistrés dans votre terminal ou, au contraire, qu'ils soient rejetés, soit systématiquement, soit selon leur émetteur. Vous pouvez également configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que l'acceptation ou le refus des cookies vous soient proposés ponctuellement, avant qu'un cookie soit susceptible d'être enregistré dans votre terminal. Pour plus d'informations, consultez la rubrique "Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?"

(a) L’accord sur les Cookies

L’enregistrement d’un cookie dans un terminal est subordonné à la volonté de l’utilisateur du terminal, que celui-ci peut exprimer et modifier à tout moment et gratuitement à travers les choix qui lui sont offerts par son logiciel de navigation. Si vous avez accepté dans votre logiciel de navigation l’enregistrement de cookies dans votre Terminal, les cookies intégrés dans les pages et contenus que vous avez consultés pourront être stockés temporairement dans un espace dédié de votre terminal. Ils y seront lisibles uniquement par leur émetteur.

(b) Le refus des Cookies

Si vous refusez l'enregistrement de cookies dans votre terminal, ou si vous supprimez ceux qui y sont enregistrés, vous ne pourrez plus bénéficier d'un certain nombre de fonctionnalités nécessaires pour naviguer dans certains espaces de notre site. Tel serait le cas si vous tentiez d'accéder à nos contenus ou services qui nécessitent de vous identifier. Tel serait également le cas lorsque nous -ou nos prestataires- ne pourrions pas reconnaître, à des fins de compatibilité technique, le type de navigateur utilisé par votre terminal, ses paramètres de langue et d'affichage ou le pays depuis lequel votre terminal semble connecté à Internet. Le cas échéant, nous déclinons toute responsabilité pour les conséquences liées au fonctionnement dégradé de nos services résultant de l'impossibilité pour nous d'enregistrer ou de consulter les cookies nécessaires à leur fonctionnement et que vous auriez refusés ou supprimés.

(c) Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?

Pour la gestion des cookies et de vos choix, la configuration de chaque navigateur est différente. Elle est décrite dans le menu d'aide de votre navigateur, qui vous permettra de savoir de quelle manière modifier vos souhaits en matière de cookies.
Pour Internet Explorer™
Pour Safari™
Pour Chrome™
Pour Firefox™
Pour Opera™
etc...

(d) Les cookies "Flash"© de "Adobe Flash Player"™

"Adobe Flash Player"™ est une application informatique qui permet le développement rapide des contenus dynamiques utilisant le langage informatique "Flash". Flash (et les applications de même type) mémorise les paramètres, les préférences et l'utilisation de ces contenus grâce à une technologie similaire aux cookies. Toutefois, "Adobe Flash Player"™ gère ces informations et vos choix via une interface différente de celle fournie par votre logiciel de navigation.

Dans la mesure où votre terminal serait susceptible de visualiser des contenus développés avec le langage Flash, nous vous invitons à accéder à vos outils de gestion des cookies Flash, directement depuis le site http://www.adobe.com/fr.

La France qui déclasse

Par Pierre Vermeren, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en histoire contemporaine du monde arabe*

Dans La France qui déclasse, je sors de mon champ de spécialité pour m’intéresser à un sujet d’intérêt national en tant que citoyen, en tant qu’historien et géographe de formation, et en tant qu’observateur, pour avoir vu évoluer plusieurs régions de France, dans lesquelles je séjourne plus ou moins longuement, mais régulièrement, depuis des décennies (la Lorraine, le Pas-de-Calais, Paris, La Bretagne, le Sud-Ouest et le Massif central). La crise des gilets jaunes, qui a tant énervé de nombreux observateurs, n’en est pas moins l’indice d’un dérèglement profond de notre société et de notre économie. Il ne s’agit ni de taxes ni de kilomètres heures. Ce ne furent que les gouttes d’eau de trop dans un vase de souffrances et d’incompréhensions prêt à déborder après des décennies de dérives sans retour. De quoi s’agit-il ?

Depuis les années 1970, la France a changé de modèle économique. Elle était une grande économie productive depuis l’Ancien régime, et elle s’est délestée sans scrupules de trop nombreuses activités productives, au son de convictions infondées telles que la « fin du travail », la fin de la « classe ouvrière », la « mort des campagnes » etc. En quelques décennies, des millions d’emplois industriels et agricoles ont été supprimés, outre tous ceux liés à l’exploitation du territoire : pêche, marine, carrières, forêts, cueillette, mines etc. Depuis la guerre, dix millions d’emplois productifs ont été supprimés. Or la modernisation et la productivité n’expliquent pas tout. En attestent notre déficit industriel considérable (car la production abandonnée est partie à l’étranger), la perte de pans entiers de notre industrie, et notre régression agricole (nous exportons moins que les Pays-Bas et l’Allemagne, nonobstant la dégradation de la qualité des produits !).

La France s’est convertie au tertiaire, dont elle est devenue le champion d’Europe ! Elle y a incontestablement remporté de belles batailles, tant en France qu’à l’international. Mais la finance française ne contrôle pas l’Europe, loin s’en faut. Et ce n’est que grâce au tourisme que notre balance est positive en ce domaine, sans compenser le déficit industriel. Nous avons oublié que le tertiaire, dans toutes ses spécialités, est au service de la production. Un pays qui ne produit pas est condamné à dépérir.

Or les conséquences de ce choix ont été redoutables tant sur la société que sur l’ensemble du territoire. Au plan social, Paris et les grandes villes se sont débarrassé du gros de leur secteur industriel : dès les années 1960-1970 à Paris dans le cadre de la décentralisation industrielle. La classe ouvrière parisienne s’est reconvertie ou a quitté l’Île-de-France pour retourner dans ses provinces. Elle a laissé place à une nouvelle économie, essentiellement tertiaire et de cadres, qui n’a plus besoin des travailleurs d’autrefois. L’Île-de-France, c’est un cadre sur trois en France (plus d’1,5 million) et un tiers du PIB, pour un gros sixième de la population. Les activités tertiaires subalternes et le BTP ont été confiées à l’immigration récente qui s’est installée depuis les années 1980 (un immigré sur deux habite cette région).

Ce phénomène s’est reproduit depuis les années 1990-2000 dans le reste du pays autour de 10 à 12 « métropoles ». Ces grandes villes ont attiré à elles les cadres, les activités les plus rémunératrices, et ont expulsé les classes moyennes et populaires vers les banlieues (la France compte 23 millions de banlieusards) et le périurbain (16 millions de Français y habitent). Seuls les logements sociaux sont restés dans la métropole - voire y ont été accrus pour répondre à la loi SRU -, mais ils accueillent surtout l’immigration récente mise au service de cette économie de cadres (emplois à domicile, petit commerce, restauration…). Ces banlieues sont désignées comme les « quartiers populaires » de la République ; or ce n’est que la partie à portée de vue des urbains des métropoles. Or ces métropoles-centres sont devenues, comme Paris, le lieu des activités tertiaires les plus rentables (finance, conseil aux entreprises, médecine de CHU, médias, enseignement supérieur, métiers juridiques, tourisme hôtelier etc.), si bien qu’une douzaine de métropoles produisent aujourd’hui la moitié du PIB sur 5 % du territoire.

La France périphérique commence dans le péri-urbain de ces grandes villes, et englobe quasiment tout le reste du territoire, à quelques exceptions près, comme les zones touristiques des « métropolitains » (côte d’Azur, Pays Basque, littoral de Bretagne sud, grandes stations alpines etc.), voire de petites sous-régions ou villes secondaires spécialisées (dans le vin, le champagne, le luxe, l’énergie, la frontière etc.). 60 % de la population vit donc dans la France périphérique. On y trouve l’essentiel des retraités (ils sont plus 16 millions en France), des ouvriers (il en reste 6/7 millions contrairement à ce qui est ressassé), des artisans, des agriculteurs, mais aussi des millions d’inactifs (3 millions de jeunes de 16 à 35 ans sont hors étude et sans activité ni stage) et de pauvres (8 millions) ; certes, les banlieues ne sont pas exemptes de ces catégories, mais la grande majorité vit dans la France périphérique.

Comment en est-on arrivé là, et aux conséquences qui en découlent ? Ce grand mouvement économique s’est accompagné d’une déqualification massive de la main d’œuvre manuelle. Paysans et ouvriers spécialisés avaient des savoir faire de pointe qui ont été perdus ou sont devenus inutiles à l’heure de la mondialisation. Or depuis les années 1970, l’industrie a perdu 2,5 millions d’emplois en France. Et dans le bâtiment, on construit moins de nos jours qu’on n’assemble des matériaux standardisés fabriqués ailleurs. Toutes les villes de provinces petites et moyennes, ont été durement affectées. Car il n’y a pas eu la même substitution que dans les métropoles : l’économie de services ne peut employer cette masse d’inactifs. On ne transforme pas un ouvrier qualifié en cadre commercial ou en informaticien ; et même si c’était possible, on n’en a pas besoin. Depuis des décennies, la France a le même nombre d’emplois occupés, environ 16 millions hors fonction publique.

La population s’accroît mais l’emploi stagne, d’où les 6,5 millions de chômeurs à temps plein ou partiel de 2018, contre 0,2 million en 1968. Si la situation n’implose pas davantage, cela tient à notre économie sociale hors-marché : l’énorme redistribution permet à 45 millions de Français de vivre sans travailler (en incluant la jeunesse et les personnes âgées). Qui ne voit que ce modèle n’est pas sain, et qu’il mine le fonctionnement de la démocratie. Les gilets jaunes ne sont qu’un symptôme superficiel quand la jeunesse a cessé de voter (on parle de 80 % aux Européennes), quand plus de la moitié de la population s’abstient (aux législatives de 2017), et que les « populistes » recueillent près d’une voix sur deux sur ce qui reste. La démocratie ne peut pas fonctionner sur une partie résiduelle de la population. Alors que faire ?

C’est un vaste débat. En premier, faire le constat de cette situation très problématique. En deuxième, profiter des impératifs écologiques urgents pour rebâtir le modèle économique et productif, tant dans l’industrie que dans l’agriculture. C’est une opportunité pour réindustrialiser des régions et reprendre en main une exploitation agricole rationnelle et qui utilise l’espace. La France a abandonné 10 millions d’hectares de terres agricoles en vingt ans, puisque les bêtes sont entassées dans des hangars. Et l’espace bâti autour des villes - la France « moche » - dévore des dizaines de milliers d’hectares par an sans créer aucune activité, puisque ce sont celles des centres villes qui sont siphonnés. Tout cela est absurde. Il faut passer de l’intérêt de quelques uns à l’intérêt général. Troisièmement, l’Etat est assez fort en France avec son armée des 6 millions de fonctionnaires pour intensifier la déconcentration. Si 0,5 million d’emplois publics (soit un sur 3) étaient transférés de l’Île-de-France en province (et les grandes métropoles peuvent faire de même), et que 3 à 6000 fonctionnaires s’installent dans chaque préfecture, cela dynamiserait tout le tissu urbain, l’immobilier et l’emploi local dans tout le pays. On peut trouver cela utopique, mais il n’y a aucune raison pour que les activités de direction ne soient pas déconcentrées. Est ce que quelqu’un se plaint que les Mutuelles soient au Mans et la Marine à Toulon ? Si le Ministère de l’environnement était à Epinal, et le Ministère de l’Agriculture à Saint-Brieuc, serait-ce si absurde ? 


* A récemment publié La France qui déclasse, Tallandier, Paris, 2019.