REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

INFORMATIONS SUR LES COOKIES

1. Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est un fichier texte susceptible d’être enregistré, sous réserve de vos choix, dans un espace dédié du disque dur de votre terminal, à l’occasion de la consultation d’un service en ligne grâce à votre logiciel de navigation.

Un fichier cookie permet à son émetteur d’identifier le terminal dans lequel il est enregistré, pendant la durée de validité.

2. A quoi servent les cookies émis sur notre site ?

Seul l’émetteur d’un cookie est susceptible de lire ou de modifier les informations qui y sont contenues.

Les cookies utilisés sur notre site permettent d'identifier les services et rubriques que l'utilisateur a visités, et plus généralement son comportement en matière de visites. Ces informations sont utiles pour mieux personnaliser les services, contenus, offres promotionnelles et bannières qui apparaissent sur notre site et faciliter votre navigation sur notre site. Des cookies sont également nécessaires au bon fonctionnement de certains services ou encore pour mesurer leur audience.

Des cookies sont susceptibles d’être inclus dans les espaces publicitaires de notre site. Ces espaces contribuent au financement des contenus et services que nous mettons à votre disposition.

 

3. Les cookies que nous émettons sur notre site :

Lorsque vous vous connectez à notre site, nous pouvons être amenés, sous réserve de vos choix, à installer divers cookies dans votre terminal nous permettant de reconnaître le navigateur de votre terminal pendant la durée de validité du cookie concerné.
Les cookies que nous émettons sont utilisés aux fins décrites ci-dessous, sous réserve de vos choix qui résultent des paramètres de votre logiciel de navigation utilisé lors de votre visite de notre site.

Les cookies que nous émettons nous permettent de :

4. Faciliter votre navigation sur notre site :

- en adaptant la présentation de notre site aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc) lors de vos visites sur notre site, selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en mémorisant des informations relatives à un formulaire que vous avez rempli sur notre site (inscription ou accès à votre compte) ou à des produits, services ou informations que vous avez choisis sur notre site (service souscrit, contenu consulté, achat effectué etc …).

- en vous permettant d’accéder à des espaces réservés et personnels de notre site, tels que votre compte, grâce à des identifiants ou des données que vous nous avez éventuellement antérieurement confiés

- en mettant en œuvre des mesures de sécurité.

 

5. Améliorer nos services :

Ces cookies permettent d’établir des statistiques et volume de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant notre site (rubriques et contenus visité, parcours) afin d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie de nos services.

6. Adapter la publicité proposée sur notre site :

- en comptabilisant le nombre total de publicités affichées par nos soins sur nos espaces publicitaires, d’identifier ces publicités, le nombre d’utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et d’établir des statistiques,

- en adaptant nos espaces publicitaires aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal par nos espaces publicitaires, selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- en adaptant le cas échéant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous nous avez fournies

7. Les cookies émis sur notre site par des tiers

L'émission et l'utilisation de cookies par des tiers sont soumises aux politiques de protection de la vie privée de ces tiers. Nous vous informons de l'objet des cookies dont nous avons connaissance et des moyens dont vous disposez pour effectuer des choix à l'égard de ces cookies.

a) Du fait d'applications tierces intégrées à notre site

Nous sommes susceptibles d'inclure sur notre site/application, des applications informatiques émanant de tiers, qui vous permettent de partager des contenus de notre site avec d'autres personnes ou de faire connaître à ces autres personnes votre consultation ou votre opinion concernant un contenu de notre site/application. Tel est notamment le cas des boutons "Partager", "J'aime", issus de réseaux sociaux tels que Facebook "Twitter", LinkedIn", "Viadeo", etc.

Le réseau social fournissant un tel bouton applicatif est susceptible de vous identifier grâce à ce bouton, même si vous n'avez pas utilisé ce bouton lors de votre consultation de notre site/application. En effet, ce type de bouton applicatif peut permettre au réseau social concerné de suivre votre navigation sur notre site, du seul fait que votre compte au réseau social concerné était activé sur votre terminal (session ouverte) durant votre navigation sur notre site.
Nous n'avons aucun contrôle sur le processus employé par les réseaux sociaux pour collecter des informations relatives à votre navigation sur notre site et associées aux données personnelles dont ils disposent. Nous vous invitons à consulter les politiques de protection de la vie privée de ces réseaux sociaux afin de prendre connaissance des finalités d'utilisation, notamment publicitaires, des informations de navigation qu'ils peuvent recueillir grâce à ces boutons applicatifs. Ces politiques de protection doivent notamment vous permettre d'exercer vos choix auprès de ces réseaux sociaux, notamment en paramétrant vos comptes d'utilisation de chacun de ces réseaux.

b) Via des contenus de tiers diffusés dans nos espaces publicitaires

Les contenus publicitaires sont susceptibles de contenir des cookies émis par des tiers : soit l'annonceur à l'origine du contenu publicitaire concerné, soit une société tierce à l'annonceur (agence conseil en communication, société de mesure d'audience, prestataire de publicité ciblée, etc.), qui a associé un cookie au contenu publicitaire d'un annonceur.

Le cas échéant, les cookies émis par ces tiers peuvent leur permettre, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre d'affichages des contenus publicitaires diffusés via nos espaces publicitaires, d'identifier les publicités ainsi affichées, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité, leur permettant de calculer les sommes dues de ce fait et d'établir des statistiques,

- de reconnaître votre terminal lors de sa navigation ultérieure sur tout autre site ou service sur lequel ces annonceurs ou ces tiers émettent également des cookies et, le cas échéant, d'adapter ces sites et services tiers ou les publicités qu'ils diffusent, à la navigation de votre terminal dont ils peuvent avoir connaissance.

c) Par une régie publicitaire externe exploitant nos espaces publicitaires

Les espaces publicitaires de notre site sont susceptibles d'être exploités par une ou plusieurs régie(s) publicitaire(s) externe(s) et, le cas échéant, de contenir des cookies émis par l'une d'entre elles. Le cas échéant, les cookies émis par ces régies publicitaires externes leur permettent, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre total de publicités affichées par leurs soins sur nos espaces publicitaires, d'identifier ces publicités, leur nombre d'affichages respectifs, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et, le cas échéant, les actions ultérieures effectuées par ces utilisateurs sur les pages auxquelles mènent ces publicités, afin de calculer les sommes dues aux acteurs de la chaîne de diffusion publicitaire (annonceur, agence de communication, régie publicitaire, site/support de diffusion) et d'établir des statistiques,

- d'adapter les espaces publicitaires qu'elles opèrent aux préférences d'affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d'affichage, système d'exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation antérieure ou ultérieure de votre terminal sur des sites de tiers au sein desquels la régie concernée émet également des cookies, sous réserve que ces cookies aient été enregistrés dans votre terminal conformément aux choix que vous avez exercés à l'égard de cette régie,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation (longitude et latitude) transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous auriez pu fournir à cette régie publicitaire.

8. Vos choix concernant les cookies

Plusieurs possibilités vous sont offertes pour gérer les cookies. Tout paramétrage que vous pouvez entreprendre sera susceptible de modifier votre navigation sur Internet et notre site ainsi que vos conditions d'accès à certains services nécessitant l'utilisation de cookies. Vous pouvez faire le choix à tout moment d'exprimer et de modifier vos souhaits en matière de cookies, par les moyens décrits ci-dessous.

Les choix qui vous sont offerts par votre logiciel de navigation :

Vous pouvez configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que des cookies soient enregistrés dans votre terminal ou, au contraire, qu'ils soient rejetés, soit systématiquement, soit selon leur émetteur. Vous pouvez également configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que l'acceptation ou le refus des cookies vous soient proposés ponctuellement, avant qu'un cookie soit susceptible d'être enregistré dans votre terminal. Pour plus d'informations, consultez la rubrique "Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?"

(a) L’accord sur les Cookies

L’enregistrement d’un cookie dans un terminal est subordonné à la volonté de l’utilisateur du terminal, que celui-ci peut exprimer et modifier à tout moment et gratuitement à travers les choix qui lui sont offerts par son logiciel de navigation. Si vous avez accepté dans votre logiciel de navigation l’enregistrement de cookies dans votre Terminal, les cookies intégrés dans les pages et contenus que vous avez consultés pourront être stockés temporairement dans un espace dédié de votre terminal. Ils y seront lisibles uniquement par leur émetteur.

(b) Le refus des Cookies

Si vous refusez l'enregistrement de cookies dans votre terminal, ou si vous supprimez ceux qui y sont enregistrés, vous ne pourrez plus bénéficier d'un certain nombre de fonctionnalités nécessaires pour naviguer dans certains espaces de notre site. Tel serait le cas si vous tentiez d'accéder à nos contenus ou services qui nécessitent de vous identifier. Tel serait également le cas lorsque nous -ou nos prestataires- ne pourrions pas reconnaître, à des fins de compatibilité technique, le type de navigateur utilisé par votre terminal, ses paramètres de langue et d'affichage ou le pays depuis lequel votre terminal semble connecté à Internet. Le cas échéant, nous déclinons toute responsabilité pour les conséquences liées au fonctionnement dégradé de nos services résultant de l'impossibilité pour nous d'enregistrer ou de consulter les cookies nécessaires à leur fonctionnement et que vous auriez refusés ou supprimés.

(c) Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?

Pour la gestion des cookies et de vos choix, la configuration de chaque navigateur est différente. Elle est décrite dans le menu d'aide de votre navigateur, qui vous permettra de savoir de quelle manière modifier vos souhaits en matière de cookies.
Pour Internet Explorer™
Pour Safari™
Pour Chrome™
Pour Firefox™
Pour Opera™
etc...

(d) Les cookies "Flash"© de "Adobe Flash Player"™

"Adobe Flash Player"™ est une application informatique qui permet le développement rapide des contenus dynamiques utilisant le langage informatique "Flash". Flash (et les applications de même type) mémorise les paramètres, les préférences et l'utilisation de ces contenus grâce à une technologie similaire aux cookies. Toutefois, "Adobe Flash Player"™ gère ces informations et vos choix via une interface différente de celle fournie par votre logiciel de navigation.

Dans la mesure où votre terminal serait susceptible de visualiser des contenus développés avec le langage Flash, nous vous invitons à accéder à vos outils de gestion des cookies Flash, directement depuis le site http://www.adobe.com/fr.

Terra Nova veut nous faire dormir sur nos deux oreilles

Le sommeil, loin d’être un sujet anecdotique est une question bien plus sérieuse et importante qu’il n’y paraît. On parle ici d’un enjeu de santé publique et de compétitivité. Le coût associé au manque de sommeil peut même se chiffrer en milliards d’euros. C’est la raison pour laquelle Terra Nova s’est penché sur le sujet au travers d’un rapport fouillé intitulé « Retrouver le sommeil ; une affaire publique ? ». Pour le think tank, il est plus que temps que les pouvoirs publics se saisissent du sujet.

“Nous avons tous besoin d’une quantité incompressible de sommeil de bonne qualité, en deçà de laquelle la santé et les capacités de travail ou d’apprentissage sont mises en cause”. Cette réflexion simple établie par les auteurs du rapport n’est pourtant pas partagée par tous aujourd’hui. L’idée d’une quantité de sommeil suffisante a même du mal à se faire une place dans une société de la performance qui en demande toujours plus et pour laquelle le sommeil est une variable d’ajustement. « Si la décision de dormir est éminemment personnelle, les conditions d’un bon sommeil sont largement conditionnées par l’environnement physique, culturel et social » s’accordent à dire les rapporteurs qui ont exploré le sommeil sous tous ces aspects : la santé publique et la sécurité (consommation de médicaments, sécurité routière), le travail de nuit, le sommeil des enfants et des adolescents, les effets du bruit et de la pollution lumineuse, ou encore les inégalités sociales produites ou révélées par le sommeil.

Si les Français dorment en moyenne 7 heures et 47 minutes par jour, les variations sont fortes d’une personne à l’autre. Selon une étude de l’Insee, à 23 heures, seule une personne sur deux est couchée. À une heure du matin, un Français sur dix ne dort pas. Le pic de sommeil se situe à 3h du matin, où 96 % des plus de 11 ans dorment. Aujourd’hui, ce sont donc 62 % des Français qui déclarent souffrir d’un manque de sommeil, 16 % ont des difficultés pour s’endormir, 42 % pour se rendormir pendant la nuit et 19 % pour récupérer pendant leur sommeil. La « dette de sommeil » touche un adulte sur cinq et un adulte actif sur trois.. « Le temps passé à dormir a baissé de 18 minutes en 25 ans. Cette baisse atteint 50 minutes pour les adolescents, signe qu’une évolution spécifique a eu lieu pour cette tranche d’âge » ajoute Terra Nova. Restait à savoir quelles étaient les raisons de ce déficit de sommeil. L’enquête sur les représentations, les attitudes, les connaissances et les pratiques du sommeil des jeunes adultes en France réalisée par l’Inpes révèle que le travail est la principale cause déclarée de manque de sommeil (53 %), suivie des difficultés psychologiques (40 %) et, dans une moindre mesure, les enfants (27 %), les loisirs (21 %), et le temps de transport (17 %). Par ailleurs, complète le rapport, « près de la moitié des Français déclaraient être dérangés pendant leur sommeil par des bruits à l’intérieur de la maison (25 %) ou à l’extérieur (21 %) ou encore par leur partenaire de lit (20 %) ». L’enquête de l’Inpes révèle que 45 % des personnes interrogées estiment dormir moins que ce dont elles ont besoin. De plus, un quart des personnes interrogées ne se sentent pas reposées lorsqu’elles se réveillent le matin (58 % chez les insomniaques). Une personne sur dix souffre également de troubles de somnolence diurne.

Les Français premiers consommateurs de somnifères

Ces troubles du sommeil ne sont pas anodins et sont à prendre au sérieux. Ils représentent notamment un enjeu majeur de santé publique. Avec 131 millions de boîtes de médicaments contenant des benzodiazépines (1) ou apparentées vendues en France en 2012 (dont 53 % d’anxiolytiques et 40 % d’hypnotiques), les Français sont les plus gros consommateurs de somnifères en France. Environ 11,5 millions de Français ont consommé au moins une fois une benzodiazépine en France en 2012 souligne l’étude de Terra Nova. « De la dépendance rapide et forte aux accidents en tous genres (iatrogénie, sevrage, rebond, accidentologie domestique ou routière, psychasthénie, troubles de la mémoire, effets adverses…), cette consommation n’est jamais innocente et porte à conséquence » s’alarme Terra Nova. Son rapport pointe notamment du doigt le lien entre somnolence et accidents de la route. Selon l’Observatoire National Interministériel de Sécurité routière (ONISR) 2015, près de 12 % des accidents en France sont attribuables en 2013 à une perte de vigilance. Sur autoroute, ce sont 33 % des accidents mortels qui seraient liés à la somnolence (première cause de mortalité, devant l’alcool et la vitesse) et 8 % de l’ensemble des décès sur la route, soit une évaluation à 260 morts et plusieurs milliers de blessés par an.

Le travail de nuit en hausse

Alors que le sommeil est une question centrale, « il est souvent peu abordé dans l’organisation du travail de nuit » regrettent les rapporteurs qui rappellent que plus de 6 millions de Français travaillent la nuit ou en horaires décalés, soit 20 % des travailleurs salariés et une proportion sans doute plus élevée de travailleurs indépendants. Et aujourd’hui contrairement à ce que l’on imagine pour travail de nuit (urgence, nécessité des 3x8 dans le secteur industriel), le profil des travailleurs de nuit change. On trouve de plus en plus de femmes et de plus en plus de secteur tertiaire, de la communication, des transports. « La proportion de salariés déclarant travailler habituellement de nuit (c’est-à-dire exclusivement) a plus que doublé en 20 ans : 3,5 % en 1991 et 7,4 % en 2012 » note encore Terra Nova. Des travailleurs de nuit qui décrivent des conditions de travail nettement plus difficiles que celles des autres salariés. Un travail de nuit et/ou en décalé qui n’est pas sans conséquence sur la santé. Le risque de somnolence peut ici entraîner des pertes de vigilances avec des risques d’accidents, notamment de circulation (trajet de retour après un poste de nuit) et de travail. On parle aussi d’anxiété et de dépression. Il peut être aussi considéré comme un facteur de risque cardiovasculaire. On parle encore de risques plus élevés de cancers et notamment de cancer du sein. Il présente aussi un risque pour la grossesse.

« Il n’y a pas d’enfance heureuse sans sommeil heureux »

Le manque de sommeil n’est pas sans conséquence non plus pour les enfants et les adolescents. On sait mais il est sans doute nécessaire de le rappeler le nouveau-né a un besoin impératif de sommeil pour son développement physique et cognitif. Quant aux adolescents, la préservation du sommeil est une priorité tant « Les troubles du sommeil peuvent affecter le fonctionnement de l’organisme et du psychisme, et de ce fait l’ensemble de la vie sociale, avec des conséquences telles que les difficultés à suivre le rythme scolaire et parfois les accidents liés à la somnolence ». Dans une tribune publiée par Libération, les auteurs rappellent qu’« il n’y a pas d’enfance heureuse, sans sommeil heureux » (2). Mais surtout, alors que l’on sait que « les enfants ont besoin de dormir et qu’ils ne dorment pas assez » le rapport met sur la sellette le mode de vie de nos adolescents avec une présence envahissante des écrans. Selon l’INSEE, le temps consacré à Internet et à la pratique des jeux vidéo a augmenté de 106 % entre 1999 et 2010 chez les 15 ans et plus. Les jeunes hommes de 15 à 24 ans sont ceux qui passent le plus de temps par jour (en moyenne 3h58 pour les hommes de 25-34 ans : 3h25 pour les jeunes femmes de 15 à 24 ans, 3h21). Ils regardent aussi beaucoup (trop ?) la télévision. Les jeunes âgés de 11 à 14 ans passent en moyenne deux heures par jour devant la télévision et cinquante minutes sur un ordinateur. A cela il faut ajouter les équipements nomades (smartphones et tablettes) qui sont de plus en plus utilisés par les enfants et qui s’immiscent dans les temps et les comportements alimentaires. « On observe de plus en plus ces outils sur les tables des repas et dans les chambres des enfants ». Attention danger.

L’influence de l’environnement sur la qualité de notre sommeil

Le rapport décidemment très exhaustif s’est intéressé à notre environnement. Trois facteurs sont particulièrement connus pour influencer le sommeil : le bruit (Près de 2/3 des Français déclarent être gênés par le bruit), la température et la lumière et notamment ce que l’on appelle la pollution lumineuse (la lumière extérieure gêne 42 % des Français pour s’endormir, enquête INSV-MGEN 2013). Cette pollution lumineuse qui peut être extérieure (éclairage public) est aussi présente à l’intérieur même des maisons avec des appareils électroniques – portable, radio, télévision ou ordinateurs – « qui sont présents dans 3 chambres sur 4 en France et souvent laissés allumés en dépit de la luminosité des écrans et des voyants lumineux de toutes sortes ». 4 Français sur 10 dorment avec leur téléphone portable en marche et 46 % d’entre eux lisent leur message la nuit sur des écrans petits, mais bien éclairés…

Le rapport montre aussi combien le sommeil est facteur d’inégalités sociales en touchant plus spécifiquement des catégories de la population, en particulier les plus défavorisées. « Les ouvriers sont ainsi plus nombreux à avoir des nuits avec peu ou pas de sommeil, du fait notamment de leurs contraintes professionnelles ». « Si nous ne sommes pas tous égaux face au sommeil, les victimes des troubles ou du manque de sommeil ne sont pas également réparties dans la population, ce qui a des conséquences aussi bien en termes de santé qu’en termes de vie familiale ou professionnelle ». Une inégalité ressentie non seulement par les adultes mais aussi chez les plus jeunes, « les enfants de cadres déclarant moins de troubles de sommeil que les autres ». « Ce manque de sommeil poursuit le rapport, peut ainsi conduire à des difficultés scolaires, créant ainsi des écarts entre milieux sociaux en termes de réussite à l’école et donc d’intégration professionnelle ».

Le coût de l’insomnie

S’il n’existe aujourd’hui que très peu de publications concernant les conséquences économiques de l’insomnie reconnaît le rapport, plusieurs études américaines ont toutefois permis de calculer le coût de l’insomnie. En 1988 aux États-Unis, il a été estimé de 92,5 à 107,5 Mds $. Au-delà du coût direct (consultations externes des patients et traitements médicamenteux de l’insomnie) estimé aux Etats-Unis à 13,93 Mds $, il faut aussi s’attarder sur les coûts indirects. Une autre étude américaine a estimé la perte de productivité liée à l’insomnie aux États-Unis à 41,1 milliards de dollars en 1988. Le coût de l’absentéisme évalué chez les employés non cadres a été estimé à 143 dollars par jour ou plus de 57 milliards de dollars par an. En France, une étude réalisée chez 369 personnes en activité souffrant d’insomnie, représentatifs de la population active d’Ile-de- France et comparés à des professionnels bons dormeurs a montré que les insomniaques présentaient deux fois plus d’absentéisme que les bons dormeurs. Le surcoût indirect lié à l’absentéisme des insomniaques a été estimé à 77 euros par employé, par an pour l’Assurance maladie, 233 euros par employé par an pour l’employeur pour le remplacement du salarié et la perte de productivité et 100 euros par an pour l’employé insomniaque. « Finalement, conclut le rapport, 88 % du coût indirect de l’insomnie est donc à la charge de l’employeur en France »

1. Les benzodiazépines (BZD) sont des molécules qui agissent sur le système nerveux central et qui possèdent des propriétés anxiolytiques, hypnotiques et anticonvulsivantes.
2. Sans être une donnée absolue, il est admis qu’un adolescent de 11-12 ans ne doit pas dormir moins de 11h par nuit, ce seuil étant de 10h à 13-14 ans et de 9h à 15 ans.

 

Les Français dorment en moyenne 7 heures et 47 minutes par jour
• Le temps passé à dormir a baissé de 18 minutes en 25 ans.
• 62 % des Français <déclarent souffrir d’un manque de sommeil
• Pour 53 % des Français, le travail est la principale cause déclarée de manque de sommeil
• Près de la moitié des Français déclaraient être dérangés pendant leur sommeil
• 131 millions de boîtes de somnifères ont été vendues en France en 2012
• Plus de 6 millions de Français travaillent la nuit ou en horaires décalés, soit 20 % des travailleurs salariés
• Près de 12 % des accidents en France sont attribuables à une perte de vigilance (2013).
• Sur autoroute, 33 % des accidents mortels seraient liés à la somnolence (première cause de mortalité, devant l’alcool et la vitesse)
• Le temps consacré à Internet et à la pratique des jeux vidéo a augmenté de 106 % entre 1999 et 2010 chez les 15 ans et plus.
• La lumière extérieure gêne 42 % des Français pour s’endormir
• 4 Français sur 10 dorment avec leur téléphone portable en marche et 46 % d’entre eux lisent leurs messages la nuit
• Le surcoût indirect lié à l’absentéisme des insomniaques a été estimé à 77 euros par employé, par an pour l’Assurance maladie, 233 euros par employé par an pour l’employeur

 

1056 K2_VIEWS