REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

INFORMATIONS SUR LES COOKIES

1. Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est un fichier texte susceptible d’être enregistré, sous réserve de vos choix, dans un espace dédié du disque dur de votre terminal, à l’occasion de la consultation d’un service en ligne grâce à votre logiciel de navigation.

Un fichier cookie permet à son émetteur d’identifier le terminal dans lequel il est enregistré, pendant la durée de validité.

2. A quoi servent les cookies émis sur notre site ?

Seul l’émetteur d’un cookie est susceptible de lire ou de modifier les informations qui y sont contenues.

Les cookies utilisés sur notre site permettent d'identifier les services et rubriques que l'utilisateur a visités, et plus généralement son comportement en matière de visites. Ces informations sont utiles pour mieux personnaliser les services, contenus, offres promotionnelles et bannières qui apparaissent sur notre site et faciliter votre navigation sur notre site. Des cookies sont également nécessaires au bon fonctionnement de certains services ou encore pour mesurer leur audience.

Des cookies sont susceptibles d’être inclus dans les espaces publicitaires de notre site. Ces espaces contribuent au financement des contenus et services que nous mettons à votre disposition.

 

3. Les cookies que nous émettons sur notre site :

Lorsque vous vous connectez à notre site, nous pouvons être amenés, sous réserve de vos choix, à installer divers cookies dans votre terminal nous permettant de reconnaître le navigateur de votre terminal pendant la durée de validité du cookie concerné.
Les cookies que nous émettons sont utilisés aux fins décrites ci-dessous, sous réserve de vos choix qui résultent des paramètres de votre logiciel de navigation utilisé lors de votre visite de notre site.

Les cookies que nous émettons nous permettent de :

4. Faciliter votre navigation sur notre site :

- en adaptant la présentation de notre site aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc) lors de vos visites sur notre site, selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en mémorisant des informations relatives à un formulaire que vous avez rempli sur notre site (inscription ou accès à votre compte) ou à des produits, services ou informations que vous avez choisis sur notre site (service souscrit, contenu consulté, achat effectué etc …).

- en vous permettant d’accéder à des espaces réservés et personnels de notre site, tels que votre compte, grâce à des identifiants ou des données que vous nous avez éventuellement antérieurement confiés

- en mettant en œuvre des mesures de sécurité.

 

5. Améliorer nos services :

Ces cookies permettent d’établir des statistiques et volume de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant notre site (rubriques et contenus visité, parcours) afin d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie de nos services.

6. Adapter la publicité proposée sur notre site :

- en comptabilisant le nombre total de publicités affichées par nos soins sur nos espaces publicitaires, d’identifier ces publicités, le nombre d’utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et d’établir des statistiques,

- en adaptant nos espaces publicitaires aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal par nos espaces publicitaires, selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- en adaptant le cas échéant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous nous avez fournies

7. Les cookies émis sur notre site par des tiers

L'émission et l'utilisation de cookies par des tiers sont soumises aux politiques de protection de la vie privée de ces tiers. Nous vous informons de l'objet des cookies dont nous avons connaissance et des moyens dont vous disposez pour effectuer des choix à l'égard de ces cookies.

a) Du fait d'applications tierces intégrées à notre site

Nous sommes susceptibles d'inclure sur notre site/application, des applications informatiques émanant de tiers, qui vous permettent de partager des contenus de notre site avec d'autres personnes ou de faire connaître à ces autres personnes votre consultation ou votre opinion concernant un contenu de notre site/application. Tel est notamment le cas des boutons "Partager", "J'aime", issus de réseaux sociaux tels que Facebook "Twitter", LinkedIn", "Viadeo", etc.

Le réseau social fournissant un tel bouton applicatif est susceptible de vous identifier grâce à ce bouton, même si vous n'avez pas utilisé ce bouton lors de votre consultation de notre site/application. En effet, ce type de bouton applicatif peut permettre au réseau social concerné de suivre votre navigation sur notre site, du seul fait que votre compte au réseau social concerné était activé sur votre terminal (session ouverte) durant votre navigation sur notre site.
Nous n'avons aucun contrôle sur le processus employé par les réseaux sociaux pour collecter des informations relatives à votre navigation sur notre site et associées aux données personnelles dont ils disposent. Nous vous invitons à consulter les politiques de protection de la vie privée de ces réseaux sociaux afin de prendre connaissance des finalités d'utilisation, notamment publicitaires, des informations de navigation qu'ils peuvent recueillir grâce à ces boutons applicatifs. Ces politiques de protection doivent notamment vous permettre d'exercer vos choix auprès de ces réseaux sociaux, notamment en paramétrant vos comptes d'utilisation de chacun de ces réseaux.

b) Via des contenus de tiers diffusés dans nos espaces publicitaires

Les contenus publicitaires sont susceptibles de contenir des cookies émis par des tiers : soit l'annonceur à l'origine du contenu publicitaire concerné, soit une société tierce à l'annonceur (agence conseil en communication, société de mesure d'audience, prestataire de publicité ciblée, etc.), qui a associé un cookie au contenu publicitaire d'un annonceur.

Le cas échéant, les cookies émis par ces tiers peuvent leur permettre, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre d'affichages des contenus publicitaires diffusés via nos espaces publicitaires, d'identifier les publicités ainsi affichées, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité, leur permettant de calculer les sommes dues de ce fait et d'établir des statistiques,

- de reconnaître votre terminal lors de sa navigation ultérieure sur tout autre site ou service sur lequel ces annonceurs ou ces tiers émettent également des cookies et, le cas échéant, d'adapter ces sites et services tiers ou les publicités qu'ils diffusent, à la navigation de votre terminal dont ils peuvent avoir connaissance.

c) Par une régie publicitaire externe exploitant nos espaces publicitaires

Les espaces publicitaires de notre site sont susceptibles d'être exploités par une ou plusieurs régie(s) publicitaire(s) externe(s) et, le cas échéant, de contenir des cookies émis par l'une d'entre elles. Le cas échéant, les cookies émis par ces régies publicitaires externes leur permettent, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre total de publicités affichées par leurs soins sur nos espaces publicitaires, d'identifier ces publicités, leur nombre d'affichages respectifs, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et, le cas échéant, les actions ultérieures effectuées par ces utilisateurs sur les pages auxquelles mènent ces publicités, afin de calculer les sommes dues aux acteurs de la chaîne de diffusion publicitaire (annonceur, agence de communication, régie publicitaire, site/support de diffusion) et d'établir des statistiques,

- d'adapter les espaces publicitaires qu'elles opèrent aux préférences d'affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d'affichage, système d'exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation antérieure ou ultérieure de votre terminal sur des sites de tiers au sein desquels la régie concernée émet également des cookies, sous réserve que ces cookies aient été enregistrés dans votre terminal conformément aux choix que vous avez exercés à l'égard de cette régie,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation (longitude et latitude) transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous auriez pu fournir à cette régie publicitaire.

8. Vos choix concernant les cookies

Plusieurs possibilités vous sont offertes pour gérer les cookies. Tout paramétrage que vous pouvez entreprendre sera susceptible de modifier votre navigation sur Internet et notre site ainsi que vos conditions d'accès à certains services nécessitant l'utilisation de cookies. Vous pouvez faire le choix à tout moment d'exprimer et de modifier vos souhaits en matière de cookies, par les moyens décrits ci-dessous.

Les choix qui vous sont offerts par votre logiciel de navigation :

Vous pouvez configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que des cookies soient enregistrés dans votre terminal ou, au contraire, qu'ils soient rejetés, soit systématiquement, soit selon leur émetteur. Vous pouvez également configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que l'acceptation ou le refus des cookies vous soient proposés ponctuellement, avant qu'un cookie soit susceptible d'être enregistré dans votre terminal. Pour plus d'informations, consultez la rubrique "Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?"

(a) L’accord sur les Cookies

L’enregistrement d’un cookie dans un terminal est subordonné à la volonté de l’utilisateur du terminal, que celui-ci peut exprimer et modifier à tout moment et gratuitement à travers les choix qui lui sont offerts par son logiciel de navigation. Si vous avez accepté dans votre logiciel de navigation l’enregistrement de cookies dans votre Terminal, les cookies intégrés dans les pages et contenus que vous avez consultés pourront être stockés temporairement dans un espace dédié de votre terminal. Ils y seront lisibles uniquement par leur émetteur.

(b) Le refus des Cookies

Si vous refusez l'enregistrement de cookies dans votre terminal, ou si vous supprimez ceux qui y sont enregistrés, vous ne pourrez plus bénéficier d'un certain nombre de fonctionnalités nécessaires pour naviguer dans certains espaces de notre site. Tel serait le cas si vous tentiez d'accéder à nos contenus ou services qui nécessitent de vous identifier. Tel serait également le cas lorsque nous -ou nos prestataires- ne pourrions pas reconnaître, à des fins de compatibilité technique, le type de navigateur utilisé par votre terminal, ses paramètres de langue et d'affichage ou le pays depuis lequel votre terminal semble connecté à Internet. Le cas échéant, nous déclinons toute responsabilité pour les conséquences liées au fonctionnement dégradé de nos services résultant de l'impossibilité pour nous d'enregistrer ou de consulter les cookies nécessaires à leur fonctionnement et que vous auriez refusés ou supprimés.

(c) Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?

Pour la gestion des cookies et de vos choix, la configuration de chaque navigateur est différente. Elle est décrite dans le menu d'aide de votre navigateur, qui vous permettra de savoir de quelle manière modifier vos souhaits en matière de cookies.
Pour Internet Explorer™
Pour Safari™
Pour Chrome™
Pour Firefox™
Pour Opera™
etc...

(d) Les cookies "Flash"© de "Adobe Flash Player"™

"Adobe Flash Player"™ est une application informatique qui permet le développement rapide des contenus dynamiques utilisant le langage informatique "Flash". Flash (et les applications de même type) mémorise les paramètres, les préférences et l'utilisation de ces contenus grâce à une technologie similaire aux cookies. Toutefois, "Adobe Flash Player"™ gère ces informations et vos choix via une interface différente de celle fournie par votre logiciel de navigation.

Dans la mesure où votre terminal serait susceptible de visualiser des contenus développés avec le langage Flash, nous vous invitons à accéder à vos outils de gestion des cookies Flash, directement depuis le site http://www.adobe.com/fr.

Le déclin de la R&D publique en France contribue à la baisse de la productivité

Par Arnaud Dyèvre, Doctorant en économie à la London School of Economics

La productivité économique est le pilier fondamental de notre prospérité collective. La question de son amélioration reste primordiale : comment pouvons-nous l’augmenter efficacement ?

Cette question soulève le rôle crucial que jouent tant le secteur privé que le gouvernement dans l’essor de la productivité via le financement de la Recherche et Développement (R&D). Ce sujet est d’autant plus pertinent que nous observons une transformation significative dans la structure du financement de la R&D en France au cours des quatre dernières décennies. Autrefois dominé par le financement public dans les années 1980, le panorama a basculé vers une prédominance du financement privé, qui excède aujourd’hui celui du public de 70 % (voir ci-dessous).

Cette évolution a été au cœur de nombreuses études récentes, tant en France qu’aux Etats-Unis, dévoilant les implications de ce basculement dans le modèle de financement de la R&D. Ces recherches offrent des perspectives nuancées à un débat souvent polarisé entre les fervents défenseurs d’un Etat interventionniste et les partisans de l’innovation portée par le secteur privé. Cette polarisation n’est pas utile. Nous comprenons aujourd’hui que l’Etat et le secteur privé sont des partenaires complémentaires dans le financement de la R&D, plutôt que des opposants. Leur collaboration réussie repose sur une spécialisation efficace : à l’Etat d’investir dans la recherche fondamentale, et au secteur privé de pousser le développement commercial. En se concentrant sur leurs forces respectives et en favorisant un échange continu entre les deux sphères, le financement public de la R&D peut se transformer en un levier puissant pour stimuler la productivité. Cette tribune explore les découvertes, parfois inattendues, issues des travaux de recherche en économie les plus récents en la matière. (1)

Pourquoi la R&D publique est différente de la R&D privée ?

Deux différences majeures distinguent la recherche et développement (R&D) publique de son homologue privée. D’une part, la R&D publique tend vers la recherche fondamentale, se concentrant sur l’élucidation de phénomènes plutôt que sur le développement d’applications commerciales directes. Un exemple éloquent nous vient des Etats-Unis en 2020, où il a été observé que 33 % de la R&D publique était dédiée à des projets de nature fondamentale, comparativement à seulement 7 % dans le secteur privé. Cette recherche, bien que non immédiatement orientée vers la création de produits ou services, s’avère être une source d’innovations appliquées capitale. En effet, les retombées technologiques de la recherche fondamentale publique sont considérables : à partir d’un seul brevet issu de la recherche gouvernementale, on peut voir émerger entre un et trois brevets supplémentaires dans le secteur privé, tirant parti des découvertes initiales souvent dans des domaines variés. (2) (3)

D’autre part, les modalités de financement de la R&D publique offrent une plus grande marge de manœuvre aux chercheurs. Les contrats de recherche financés par le secteur public sont typiquement plus souples, permettant aux chercheurs de capitaliser librement sur leurs résultats, voire de fonder des start-ups basées sur leurs découvertes (4). À l’opposé, le financement privé tend à restreindre les chercheurs à des projets spécifiques, plus immédiatement rentables pour les entreprises qui les financent.

Cette autonomie conférée aux chercheurs en science fondamentale est vitale. Il est souvent difficile de prédire les impacts économiques à long terme de domaines émergents tels que l’informatique quantique, la théorie des jeux, ou la génétique des organismes monocellulaires. L’histoire nous montre toutefois que les applications découlant de ces recherches sont vastes, transcendant le cadre initial de la quête de connaissance, de l’innovation médicale salvatrice, ou de l’exploration spatiale. Ces contributions, bien au-delà de leur objectif premier, alimentent un écosystème d’innovation riche et diversifié.

Des ingrédients complémentaires

Les retombées spectaculaires et souvent inattendues de la recherche publique dans l’économie civile ne doivent cependant pas nous faire perdre de vue le rôle complémentaire que joue la R&D privée. En effet, le financement privé joue un rôle indispensable dans la transformation des découvertes fondamentales en innovations concrètes, améliorant ainsi notre quotidien. Selon une analyse récente du programme ’Laboratoires d’Excellence’, initié en France en 2010 pour stimuler la recherche académique, deux principaux vecteurs facilitent cette transformation (5). Premièrement, une série d’accords contractuels entre universités et entreprises—incluant les partenariats public-privé, la co-direction de thèses et la cession de brevets universitaires aux entreprises. Deuxièmement, la transition des chercheurs académiques vers le secteur privé, renforçant ainsi le pont entre recherche fondamentale et application industrielle. Un échange constant et constructif entre le monde académique et le secteur privé s’avère être un pilier de cette dynamique, propice à l’application pratique des découvertes scientifiques en avancées productives.

De surcroît, loin d’évincer la R&D privée, les investissements publics accroissent les investissements privés en R&D (6). Ils créent un terrain fertile d’opportunités technologiques, où les entreprises peuvent innover à leur tour. En d’autres termes, R&D privée et R&D publique sont complémentaires et non substituables. Pour nourrir ce cercle vertueux, il est essentiel d’encourager une augmentation des investissements publics dans la recherche fondamentale et de maintenir un dialogue ouvert et continu entre le secteur privé et les acteurs de la recherche publique, notamment les universités.

Un autre rôle pour le gouvernement : créer de la demande pour de nouvelles technologies

Au-delà de son rôle de financement direct de la recherche fondamentale, les gouvernements peuvent aussi jouer un rôle important quand ils génèrent de la demande pour des biens technologiques comme des avions de combat, des équipements spatiaux ou des vaccins.

La course à l’espace des années 1960 a été la cause d’un accroissement massif des dépenses publiques, aux Etats-Unis et en Russie soviétique, non seulement pour accroître l’avancement technologique de ces deux nations, mais aussi pour acheter de nouvelles pièces qui sont essentielles dans la construction de véhicules spatiaux. Les achats de la NASA faits auprès d’entreprises contractuelles pendant cette période ont été considérables et ont généré un taux de rendement dits « social » de 77 %. Ce taux de rendement prend en compte l’ensemble des retombées bénéfiques liées aux dépenses de la NASA ; par exemple, le fait que de nouvelles technologies soient développées et permettent ensuite à d’autres entreprises de créer des produits les utilisant. Ce rendement social de 77 % est à comparer à un taux de rendement (privé) aux alentours de 7 % pour la plupart des actifs à risque tels que les actions en entreprise (7). En d’autres termes, le retour sur investissement d’un dollar de dépense de la NASA dans les années 1960 a généré un retour sur investissement phénoménal pour la société.

Si l’exemple de la NASA montre que la société peut grandement bénéficier des dépenses de recherche publique, nous avons aussi de bonnes raisons de penser que les entreprises accroissent leur productivité lorsqu’elles sont grandement sollicitées par le gouvernement, comme en tant de guerre. C’est ce que révèle l’analyse fine de l’accroissement de la production d’avions pour l’US Air Force pendant la Second Guerre mondiale. Faisant face à un accroissement soudain de la demande du gouvernement Américain, les usines d’avions de combat ont soudainement amélioré leurs capacités de production. Elles ont « appris par nécessité » en améliorant leurs chaines de production, en externalisant des tâches (« outsourcing ») et en s’attaquant à l’absentéisme de leur main d’œuvre (8). Il est peu probable qu’un choc de demande privé aurait pu être de taille comparable aux commandes d’avions du gouvernement américain en temps de guerre.

En résumé, la recherche publique a toujours été une force à part dans la marche du progrès technologique. Son importance dans la recherche fondamentale, la liberté qu’elle accorde au chercheurs, sa forte complémentarité avec la recherche privée et la force avec laquelle elle est déployée dans des périodes de pandémie, de guerre et de conquête spatiale doivent nous faire prendre conscience que le déclin de la recherche publique est un enjeux fondamental pour notre futur. Plus de dépenses de recherche publique sont nécessaire ; c’est l’investissement le plus rentable qui existe pour nos sociétés. 

1. Les documents de travail et articles mentionnés dans cette tribune sont soit déjà publiés dans des revues économiques rigoureuses, soit en révision avant publication. Cela leur confère un degré de fiabilité plus élevé que des travaux n’ayant pas été revu par des pairs.

2. Myers, K. R., & Lanahan, L. (2022). Estimating spillovers from publicly funded R&D : Evidence from the US Department of Energy. American Economic Review, 112(7), 2393-2423.

3. Azoulay, P., Graff Zivin, J. S., Li, D., & Sampat, B. N. (2019). Public R&D investments and private-sector patenting : evidence from NIH funding rules. The Review of economic studies, 86(1), 117-152.

4. Babina, T., He, A. X., Howell, S. T., Perlman, E. R., & Staudt, J. (2023). Cutting the Innovation Engine : How Federal Funding Shocks Affect University Patenting, Entrepreneurship, and Publications. The Quarterly Journal of Economics, 138(2), 895-954.

5. Bergeaud, A., Guillouzouic, A., Henry, E., & Malgouyres, C. (2022). From public labs to private firms : magnitude and channels of R&D spillovers.

6. Moretti, E., Steinwender, C., & Van Reenen, J. (2023). The intellectual spoils of war ? Defense R&D, productivity, and international spillovers. Review of Economics and Statistics, 1-46.

7. Kantor, S., & Whalley, A. T. (2023). Moonshot : Public R&D and growth (No. w31471). National Bureau of Economic Research.

8. Ilzetzki, E. (2023). Learning by necessity : Government demand, capacity constraints, and productivity growth. Centre for Economic Policy Research.

37 K2_VIEWS

ISSN 2402-5836 Mentions légales Contact