REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

INFORMATIONS SUR LES COOKIES

1. Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est un fichier texte susceptible d’être enregistré, sous réserve de vos choix, dans un espace dédié du disque dur de votre terminal, à l’occasion de la consultation d’un service en ligne grâce à votre logiciel de navigation.

Un fichier cookie permet à son émetteur d’identifier le terminal dans lequel il est enregistré, pendant la durée de validité.

2. A quoi servent les cookies émis sur notre site ?

Seul l’émetteur d’un cookie est susceptible de lire ou de modifier les informations qui y sont contenues.

Les cookies utilisés sur notre site permettent d'identifier les services et rubriques que l'utilisateur a visités, et plus généralement son comportement en matière de visites. Ces informations sont utiles pour mieux personnaliser les services, contenus, offres promotionnelles et bannières qui apparaissent sur notre site et faciliter votre navigation sur notre site. Des cookies sont également nécessaires au bon fonctionnement de certains services ou encore pour mesurer leur audience.

Des cookies sont susceptibles d’être inclus dans les espaces publicitaires de notre site. Ces espaces contribuent au financement des contenus et services que nous mettons à votre disposition.

 

3. Les cookies que nous émettons sur notre site :

Lorsque vous vous connectez à notre site, nous pouvons être amenés, sous réserve de vos choix, à installer divers cookies dans votre terminal nous permettant de reconnaître le navigateur de votre terminal pendant la durée de validité du cookie concerné.
Les cookies que nous émettons sont utilisés aux fins décrites ci-dessous, sous réserve de vos choix qui résultent des paramètres de votre logiciel de navigation utilisé lors de votre visite de notre site.

Les cookies que nous émettons nous permettent de :

4. Faciliter votre navigation sur notre site :

- en adaptant la présentation de notre site aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc) lors de vos visites sur notre site, selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en mémorisant des informations relatives à un formulaire que vous avez rempli sur notre site (inscription ou accès à votre compte) ou à des produits, services ou informations que vous avez choisis sur notre site (service souscrit, contenu consulté, achat effectué etc …).

- en vous permettant d’accéder à des espaces réservés et personnels de notre site, tels que votre compte, grâce à des identifiants ou des données que vous nous avez éventuellement antérieurement confiés

- en mettant en œuvre des mesures de sécurité.

 

5. Améliorer nos services :

Ces cookies permettent d’établir des statistiques et volume de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant notre site (rubriques et contenus visité, parcours) afin d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie de nos services.

6. Adapter la publicité proposée sur notre site :

- en comptabilisant le nombre total de publicités affichées par nos soins sur nos espaces publicitaires, d’identifier ces publicités, le nombre d’utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et d’établir des statistiques,

- en adaptant nos espaces publicitaires aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal par nos espaces publicitaires, selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- en adaptant le cas échéant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous nous avez fournies

7. Les cookies émis sur notre site par des tiers

L'émission et l'utilisation de cookies par des tiers sont soumises aux politiques de protection de la vie privée de ces tiers. Nous vous informons de l'objet des cookies dont nous avons connaissance et des moyens dont vous disposez pour effectuer des choix à l'égard de ces cookies.

a) Du fait d'applications tierces intégrées à notre site

Nous sommes susceptibles d'inclure sur notre site/application, des applications informatiques émanant de tiers, qui vous permettent de partager des contenus de notre site avec d'autres personnes ou de faire connaître à ces autres personnes votre consultation ou votre opinion concernant un contenu de notre site/application. Tel est notamment le cas des boutons "Partager", "J'aime", issus de réseaux sociaux tels que Facebook "Twitter", LinkedIn", "Viadeo", etc.

Le réseau social fournissant un tel bouton applicatif est susceptible de vous identifier grâce à ce bouton, même si vous n'avez pas utilisé ce bouton lors de votre consultation de notre site/application. En effet, ce type de bouton applicatif peut permettre au réseau social concerné de suivre votre navigation sur notre site, du seul fait que votre compte au réseau social concerné était activé sur votre terminal (session ouverte) durant votre navigation sur notre site.
Nous n'avons aucun contrôle sur le processus employé par les réseaux sociaux pour collecter des informations relatives à votre navigation sur notre site et associées aux données personnelles dont ils disposent. Nous vous invitons à consulter les politiques de protection de la vie privée de ces réseaux sociaux afin de prendre connaissance des finalités d'utilisation, notamment publicitaires, des informations de navigation qu'ils peuvent recueillir grâce à ces boutons applicatifs. Ces politiques de protection doivent notamment vous permettre d'exercer vos choix auprès de ces réseaux sociaux, notamment en paramétrant vos comptes d'utilisation de chacun de ces réseaux.

b) Via des contenus de tiers diffusés dans nos espaces publicitaires

Les contenus publicitaires sont susceptibles de contenir des cookies émis par des tiers : soit l'annonceur à l'origine du contenu publicitaire concerné, soit une société tierce à l'annonceur (agence conseil en communication, société de mesure d'audience, prestataire de publicité ciblée, etc.), qui a associé un cookie au contenu publicitaire d'un annonceur.

Le cas échéant, les cookies émis par ces tiers peuvent leur permettre, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre d'affichages des contenus publicitaires diffusés via nos espaces publicitaires, d'identifier les publicités ainsi affichées, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité, leur permettant de calculer les sommes dues de ce fait et d'établir des statistiques,

- de reconnaître votre terminal lors de sa navigation ultérieure sur tout autre site ou service sur lequel ces annonceurs ou ces tiers émettent également des cookies et, le cas échéant, d'adapter ces sites et services tiers ou les publicités qu'ils diffusent, à la navigation de votre terminal dont ils peuvent avoir connaissance.

c) Par une régie publicitaire externe exploitant nos espaces publicitaires

Les espaces publicitaires de notre site sont susceptibles d'être exploités par une ou plusieurs régie(s) publicitaire(s) externe(s) et, le cas échéant, de contenir des cookies émis par l'une d'entre elles. Le cas échéant, les cookies émis par ces régies publicitaires externes leur permettent, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre total de publicités affichées par leurs soins sur nos espaces publicitaires, d'identifier ces publicités, leur nombre d'affichages respectifs, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et, le cas échéant, les actions ultérieures effectuées par ces utilisateurs sur les pages auxquelles mènent ces publicités, afin de calculer les sommes dues aux acteurs de la chaîne de diffusion publicitaire (annonceur, agence de communication, régie publicitaire, site/support de diffusion) et d'établir des statistiques,

- d'adapter les espaces publicitaires qu'elles opèrent aux préférences d'affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d'affichage, système d'exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation antérieure ou ultérieure de votre terminal sur des sites de tiers au sein desquels la régie concernée émet également des cookies, sous réserve que ces cookies aient été enregistrés dans votre terminal conformément aux choix que vous avez exercés à l'égard de cette régie,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation (longitude et latitude) transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous auriez pu fournir à cette régie publicitaire.

8. Vos choix concernant les cookies

Plusieurs possibilités vous sont offertes pour gérer les cookies. Tout paramétrage que vous pouvez entreprendre sera susceptible de modifier votre navigation sur Internet et notre site ainsi que vos conditions d'accès à certains services nécessitant l'utilisation de cookies. Vous pouvez faire le choix à tout moment d'exprimer et de modifier vos souhaits en matière de cookies, par les moyens décrits ci-dessous.

Les choix qui vous sont offerts par votre logiciel de navigation :

Vous pouvez configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que des cookies soient enregistrés dans votre terminal ou, au contraire, qu'ils soient rejetés, soit systématiquement, soit selon leur émetteur. Vous pouvez également configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que l'acceptation ou le refus des cookies vous soient proposés ponctuellement, avant qu'un cookie soit susceptible d'être enregistré dans votre terminal. Pour plus d'informations, consultez la rubrique "Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?"

(a) L’accord sur les Cookies

L’enregistrement d’un cookie dans un terminal est subordonné à la volonté de l’utilisateur du terminal, que celui-ci peut exprimer et modifier à tout moment et gratuitement à travers les choix qui lui sont offerts par son logiciel de navigation. Si vous avez accepté dans votre logiciel de navigation l’enregistrement de cookies dans votre Terminal, les cookies intégrés dans les pages et contenus que vous avez consultés pourront être stockés temporairement dans un espace dédié de votre terminal. Ils y seront lisibles uniquement par leur émetteur.

(b) Le refus des Cookies

Si vous refusez l'enregistrement de cookies dans votre terminal, ou si vous supprimez ceux qui y sont enregistrés, vous ne pourrez plus bénéficier d'un certain nombre de fonctionnalités nécessaires pour naviguer dans certains espaces de notre site. Tel serait le cas si vous tentiez d'accéder à nos contenus ou services qui nécessitent de vous identifier. Tel serait également le cas lorsque nous -ou nos prestataires- ne pourrions pas reconnaître, à des fins de compatibilité technique, le type de navigateur utilisé par votre terminal, ses paramètres de langue et d'affichage ou le pays depuis lequel votre terminal semble connecté à Internet. Le cas échéant, nous déclinons toute responsabilité pour les conséquences liées au fonctionnement dégradé de nos services résultant de l'impossibilité pour nous d'enregistrer ou de consulter les cookies nécessaires à leur fonctionnement et que vous auriez refusés ou supprimés.

(c) Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?

Pour la gestion des cookies et de vos choix, la configuration de chaque navigateur est différente. Elle est décrite dans le menu d'aide de votre navigateur, qui vous permettra de savoir de quelle manière modifier vos souhaits en matière de cookies.
Pour Internet Explorer™
Pour Safari™
Pour Chrome™
Pour Firefox™
Pour Opera™
etc...

(d) Les cookies "Flash"© de "Adobe Flash Player"™

"Adobe Flash Player"™ est une application informatique qui permet le développement rapide des contenus dynamiques utilisant le langage informatique "Flash". Flash (et les applications de même type) mémorise les paramètres, les préférences et l'utilisation de ces contenus grâce à une technologie similaire aux cookies. Toutefois, "Adobe Flash Player"™ gère ces informations et vos choix via une interface différente de celle fournie par votre logiciel de navigation.

Dans la mesure où votre terminal serait susceptible de visualiser des contenus développés avec le langage Flash, nous vous invitons à accéder à vos outils de gestion des cookies Flash, directement depuis le site http://www.adobe.com/fr.

Les Français devraient manger moins de viande

Manger moins de viande est bon pour la planète explique la dernière étude conjointe du réseau Action Climat et de la Société française de nutrition*.

Manger moins de viande. Une nouvelle injonction pour les Français ? Après « Limiter les aliments gras sucrés salés », « manger-bouger », peut être verrons-nous bientôt le mois sans viande comme il existe le Dry january. Quoiqu’il en soit, le « manger moins de viande » est le nouveau credo prôné par de plus en plus d’études pour réduire fortement les émissions de gaz à effet de serre et limiter ainsi notre empreinte carbone. La dernière étude en date, parue à quelques jours du salon de l’Agriculture a été présentée par la Société française de nutrition (SFN) et le réseau d’ONG écologistes Réseau Action Climat (RAC). Elle vise à prendre en compte les enjeux environnementaux dans le Programme National Nutrition Santé qui doit être prochainement révisé.

Chiffres à l’appui, les auteurs estiment qu’avec une diminution de 50 % de la consommation de viande par rapport à la moyenne française actuelle, cela permettrait à la France d’atteindre ses objectifs climatiques liés à l’agriculture : neutralité carbone et réduction des émissions de gaz à effet de serre de son secteur agricole de 46 % d’ici 2050.

Pour le consommateur français, cela reviendrait à consommer pas plus de 450 g de viande par semaine (toutes viandes confondues, incluant la viande rouge, la volaille et la charcuterie), « et à manger des légumineuses chaque jour (lentilles, pois chiches, haricots secs, etc.) », histoire de satisfaire l’ensemble des apports nutritionnels recommandés. A la Prévert cela donne : « De la viande trois à quatre fois par semaine en incluant la charcuterie ; des œufs deux, trois fois par semaine ; du poisson deux fois par semaine dont un poisson gras ; cinq fruits et légumes par jour comme c’est aujourd’hui recommandé ; deux petites poignées de fruits à coque par jour ; pour les produits céréaliers s’orienter vraiment vers les produits complets ou semi-complets ; deux à trois portions de produits laitiers par jour ; et une petite portion quotidienne de légumineuses, c’est-à-dire de légumes secs cuits comme les pois chiches, les lentilles, les flageolets » résume l’experte en nutrition et santé publique et membre de la Société Française de Nutrition, Nicole Darmon, qui a participé à l’étude.

En France, après deux décennies de baisse entre 1990 et 2012, la consommation de viande par habitant affiche une légère hausse depuis une dizaine d’années : elle a progressé d’un peu plus de 2 % entre 2013 et 2022. Une évolution qui est toutefois différente selon les viandes : à la baisse pour la viande rouge (avec une légère remontée ces deux dernières années) et le porc, et en hausse pour le poulet dont la consommation française a plus que doublé entre 2000 et 2022. « Au final, déplorent les rapporteurs, avec en moyenne 85 kg par an, la quantité de viande consommée par habitant en France est aujourd’hui deux fois supérieure à la moyenne mondiale ». Mais cela reste dans la moyenne européenne et loin des 100 kg de viande aux Etats-Unis ou des 17 kg avalés par un Chinois.

Pour les auteurs de l’étude, manger moins de viande n’a que des avantages. « Le système agricole et alimentaire est responsable de 34 % des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial » soulignent-ils en insistant bien sur le fait que l’alimentation représente au niveau national 22 % de notre empreinte carbone. Et au sein de l’alimentation, la viande est le premier contributeur (rejet de méthane dans les rots des vaches, chèvres et moutons). L’étude dénonce également la déforestation nécessaire pour un élevage intensif (espace et alimentation). Bon pour le climat mais aussi bon pour la santé. « Si on divise la viande par deux et qu’on fait une bonne végétalisation de son alimentation hebdomadaire, au contraire on va vers du mieux parce qu’on a une alimentation qui est plus riche en fibres, qui est moins riche en acides gras saturés, en sel, en sucre... et tout ça, on sait que ça va permettre une meilleure prévention des maladies non transmissibles liées à l’alimentation » explique Nicole Darmon.

Fort de ce constat, Réseau Action Climat et la Société française de nutrition insistent sur « l’urgence de se doter de politiques publiques pour des régimes sains et durables ». Une transition qui doit passer par une révision des recommandations du PNNS « de manière à prendre en compte les enjeux environnementaux » (Jusque-là ces recommandations ne prenaient en compte que les enjeux de nutrition et de santé humaine). C’est ce qui se fait déjà dans 25 pays insistent les rapporteurs, majoritairement en Europe mais aussi au Brésil, au Canada, en Chine ou encore au Mexique. « Les guides alimentaires de ces pays montrent qu’il est donc possible d’élaborer des recommandations favorables à la fois à la santé des populations et à l’environnement, ce qui est inspirant pour les évolutions nécessaires à apporter aux recommandations du PNNS en France » se félicitent les auteurs de l’étude.

Du côté des éleveurs, on se montre plus réservé bien sûr en s’inquiétant des risques pour leur activité. Ce à quoi, les auteurs de l’étude répondent qu’en consommant moins mais mieux et localement, il n’y aurait aucun risque pour la production nationale et ce d’autant plus lorsque l’on sait qu’en moyenne, plus de 30 % de la viande consommée en France en 2022 était importée. 

*Comment concilier nutrition et climat ? Pour la prise en compte des enjeux environnementaux dans le Programme National Nutrition Santé.

L’alimentation représente 22 % de l’empreinte carbone nationale.

Plan élevage du gouvernement
Au premier jour du salon de l’agriculture, Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire a présenté aux filières d’élevage le plan gouvernemental pour reconquérir notre souveraineté sur l’élevage.
“Aujourd’hui, l’élevage est en danger et la reconquête de notre souveraineté est un impératif” a affirmé le ministre en présentantau Salon de l’Agriculture ce plan gouvernemental pour l’élevage, très attendu par la filière. Si nombre de mesures ne sont pas nouvelles, l’exécutif a toutefois déclaré vouloir « accélérer leur mise en œuvre ». Mais l’objectif en ligne de mire est bien celui d’enrayer la baisse du cheptel français afin de permettre à la France d’être « en capacité d’approvisionner sa population en denrées alimentaires issues d’animaux élevés sur le sol français ». En sept ans, le nombre de vaches a reculé de près d’un million de têtes pour descendre autour de sept millions. « La réduction de la taille de notre cheptel d’élevage en France n’a jamais constitué et ne saurait constituer un objectif de politique publique » confirme le ministère.
Plusieurs mesures fiscales viennent soutenir cette ambition, alors que « la rémunération des éleveurs demeure globalement plus faible que dans les autres productions agricoles malgré l’accroissement des soutiens publics, notamment de la PAC, sur la décennie passée ». Dès le mois de juillet le secteur de l’élevage bénéficiera d’une enveloppe de 400 Me de prêts garantis. Ont été aussi promis une allocation de 30 Me par an pour soutenir l’investissement en agroéquipements contribuant à réduire significativement les GES avec l’objectif de « replacer l’élevage au cœur de la transition écologique », sans pour autant « réduire la taille du cheptel » ; et le déblocage d’une enveloppe de 15 Me pour renforcer la lutte contre la tuberculose, etc.
Le plan entend également « combattre les attaques injustifiées menées à l’encontre de l’élevage » savamment entretenues par « idéologie » par une poignée d’ONG militantes. Cela passera notamment par une vaste campagne de communication de 3 millions d’euros sur les métiers agricoles. Elle viendra expliquer « les apports positifs de l’élevage » permettant ainsi d’apporter des « contre-arguments face aux informations erronées ».
Fin février le décret protégeant les dénominations utilisées pour désigner les denrées alimentaires d’origine animale a été publié (voir ci-dessous). La viande de synthèse « ne correspond pas à notre modèle d’alimentation » a bien martelé le ministère. Un groupe de travail interministériel sur les manuels scolaires sera aussi mis en place « pour objectiver si des raccourcis conduisant à des stigmatisations ou informations inexactes à l’aune des connaissances scientifiques existantes sont présents, et le cas échéant, inviter à les corriger ». Enfin, l’exécutif souhaite obliger la restauration collective à intégrer dans ses menus 100 % des produits « durables et de qualité » pour les viandes et poissons.

Finis les termes de « steak végétal » ou « bacon végétal », ces appellations trompeuses dénoncées par les filières élevage et boucherie-charcuterie. Le décret publié fin février interdit d’ici fin mai l’utilisation de termes associés à la viande sur les étiquettes de produits végétaux. Il désigne les termes interdits pour la désignation des denrées alimentaires comportant des protéines végétales comme filet, faux-filet, rumsteck, bifteck, entrecôte, bavette, escalope, jambon, flanchet ou paleron. Sont également interdits dans le cadre d’une commercialisation de produits à base de protéines végétales les termes « faisant référence aux noms des espèces et groupes d’espèces animales, à la morphologie ou à l’anatomie animale ». Une autre liste autorise l’utilisation de certains termes pour désigner des denrées alimentaires « d’origine animale pouvant contenir des protéines végétales », sous condition de respecter une part maximale - en pourcentage - de végétal, très faible. Le décret prévoit des sanctions en cas d’infractions (amende). Toutefois, « les produits légalement fabriqués ou commercialisés dans un autre Etat membre de l’Union européenne ou dans un pays tiers » restent autorisés indique le gouvernement.

55 K2_VIEWS

ISSN 2402-5836 Mentions légales Contact