REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

INFORMATIONS SUR LES COOKIES

1. Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est un fichier texte susceptible d’être enregistré, sous réserve de vos choix, dans un espace dédié du disque dur de votre terminal, à l’occasion de la consultation d’un service en ligne grâce à votre logiciel de navigation.

Un fichier cookie permet à son émetteur d’identifier le terminal dans lequel il est enregistré, pendant la durée de validité.

2. A quoi servent les cookies émis sur notre site ?

Seul l’émetteur d’un cookie est susceptible de lire ou de modifier les informations qui y sont contenues.

Les cookies utilisés sur notre site permettent d'identifier les services et rubriques que l'utilisateur a visités, et plus généralement son comportement en matière de visites. Ces informations sont utiles pour mieux personnaliser les services, contenus, offres promotionnelles et bannières qui apparaissent sur notre site et faciliter votre navigation sur notre site. Des cookies sont également nécessaires au bon fonctionnement de certains services ou encore pour mesurer leur audience.

Des cookies sont susceptibles d’être inclus dans les espaces publicitaires de notre site. Ces espaces contribuent au financement des contenus et services que nous mettons à votre disposition.

 

3. Les cookies que nous émettons sur notre site :

Lorsque vous vous connectez à notre site, nous pouvons être amenés, sous réserve de vos choix, à installer divers cookies dans votre terminal nous permettant de reconnaître le navigateur de votre terminal pendant la durée de validité du cookie concerné.
Les cookies que nous émettons sont utilisés aux fins décrites ci-dessous, sous réserve de vos choix qui résultent des paramètres de votre logiciel de navigation utilisé lors de votre visite de notre site.

Les cookies que nous émettons nous permettent de :

4. Faciliter votre navigation sur notre site :

- en adaptant la présentation de notre site aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc) lors de vos visites sur notre site, selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en mémorisant des informations relatives à un formulaire que vous avez rempli sur notre site (inscription ou accès à votre compte) ou à des produits, services ou informations que vous avez choisis sur notre site (service souscrit, contenu consulté, achat effectué etc …).

- en vous permettant d’accéder à des espaces réservés et personnels de notre site, tels que votre compte, grâce à des identifiants ou des données que vous nous avez éventuellement antérieurement confiés

- en mettant en œuvre des mesures de sécurité.

 

5. Améliorer nos services :

Ces cookies permettent d’établir des statistiques et volume de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant notre site (rubriques et contenus visité, parcours) afin d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie de nos services.

6. Adapter la publicité proposée sur notre site :

- en comptabilisant le nombre total de publicités affichées par nos soins sur nos espaces publicitaires, d’identifier ces publicités, le nombre d’utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et d’établir des statistiques,

- en adaptant nos espaces publicitaires aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal par nos espaces publicitaires, selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- en adaptant le cas échéant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous nous avez fournies

7. Les cookies émis sur notre site par des tiers

L'émission et l'utilisation de cookies par des tiers sont soumises aux politiques de protection de la vie privée de ces tiers. Nous vous informons de l'objet des cookies dont nous avons connaissance et des moyens dont vous disposez pour effectuer des choix à l'égard de ces cookies.

a) Du fait d'applications tierces intégrées à notre site

Nous sommes susceptibles d'inclure sur notre site/application, des applications informatiques émanant de tiers, qui vous permettent de partager des contenus de notre site avec d'autres personnes ou de faire connaître à ces autres personnes votre consultation ou votre opinion concernant un contenu de notre site/application. Tel est notamment le cas des boutons "Partager", "J'aime", issus de réseaux sociaux tels que Facebook "Twitter", LinkedIn", "Viadeo", etc.

Le réseau social fournissant un tel bouton applicatif est susceptible de vous identifier grâce à ce bouton, même si vous n'avez pas utilisé ce bouton lors de votre consultation de notre site/application. En effet, ce type de bouton applicatif peut permettre au réseau social concerné de suivre votre navigation sur notre site, du seul fait que votre compte au réseau social concerné était activé sur votre terminal (session ouverte) durant votre navigation sur notre site.
Nous n'avons aucun contrôle sur le processus employé par les réseaux sociaux pour collecter des informations relatives à votre navigation sur notre site et associées aux données personnelles dont ils disposent. Nous vous invitons à consulter les politiques de protection de la vie privée de ces réseaux sociaux afin de prendre connaissance des finalités d'utilisation, notamment publicitaires, des informations de navigation qu'ils peuvent recueillir grâce à ces boutons applicatifs. Ces politiques de protection doivent notamment vous permettre d'exercer vos choix auprès de ces réseaux sociaux, notamment en paramétrant vos comptes d'utilisation de chacun de ces réseaux.

b) Via des contenus de tiers diffusés dans nos espaces publicitaires

Les contenus publicitaires sont susceptibles de contenir des cookies émis par des tiers : soit l'annonceur à l'origine du contenu publicitaire concerné, soit une société tierce à l'annonceur (agence conseil en communication, société de mesure d'audience, prestataire de publicité ciblée, etc.), qui a associé un cookie au contenu publicitaire d'un annonceur.

Le cas échéant, les cookies émis par ces tiers peuvent leur permettre, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre d'affichages des contenus publicitaires diffusés via nos espaces publicitaires, d'identifier les publicités ainsi affichées, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité, leur permettant de calculer les sommes dues de ce fait et d'établir des statistiques,

- de reconnaître votre terminal lors de sa navigation ultérieure sur tout autre site ou service sur lequel ces annonceurs ou ces tiers émettent également des cookies et, le cas échéant, d'adapter ces sites et services tiers ou les publicités qu'ils diffusent, à la navigation de votre terminal dont ils peuvent avoir connaissance.

c) Par une régie publicitaire externe exploitant nos espaces publicitaires

Les espaces publicitaires de notre site sont susceptibles d'être exploités par une ou plusieurs régie(s) publicitaire(s) externe(s) et, le cas échéant, de contenir des cookies émis par l'une d'entre elles. Le cas échéant, les cookies émis par ces régies publicitaires externes leur permettent, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre total de publicités affichées par leurs soins sur nos espaces publicitaires, d'identifier ces publicités, leur nombre d'affichages respectifs, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et, le cas échéant, les actions ultérieures effectuées par ces utilisateurs sur les pages auxquelles mènent ces publicités, afin de calculer les sommes dues aux acteurs de la chaîne de diffusion publicitaire (annonceur, agence de communication, régie publicitaire, site/support de diffusion) et d'établir des statistiques,

- d'adapter les espaces publicitaires qu'elles opèrent aux préférences d'affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d'affichage, système d'exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation antérieure ou ultérieure de votre terminal sur des sites de tiers au sein desquels la régie concernée émet également des cookies, sous réserve que ces cookies aient été enregistrés dans votre terminal conformément aux choix que vous avez exercés à l'égard de cette régie,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation (longitude et latitude) transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous auriez pu fournir à cette régie publicitaire.

8. Vos choix concernant les cookies

Plusieurs possibilités vous sont offertes pour gérer les cookies. Tout paramétrage que vous pouvez entreprendre sera susceptible de modifier votre navigation sur Internet et notre site ainsi que vos conditions d'accès à certains services nécessitant l'utilisation de cookies. Vous pouvez faire le choix à tout moment d'exprimer et de modifier vos souhaits en matière de cookies, par les moyens décrits ci-dessous.

Les choix qui vous sont offerts par votre logiciel de navigation :

Vous pouvez configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que des cookies soient enregistrés dans votre terminal ou, au contraire, qu'ils soient rejetés, soit systématiquement, soit selon leur émetteur. Vous pouvez également configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que l'acceptation ou le refus des cookies vous soient proposés ponctuellement, avant qu'un cookie soit susceptible d'être enregistré dans votre terminal. Pour plus d'informations, consultez la rubrique "Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?"

(a) L’accord sur les Cookies

L’enregistrement d’un cookie dans un terminal est subordonné à la volonté de l’utilisateur du terminal, que celui-ci peut exprimer et modifier à tout moment et gratuitement à travers les choix qui lui sont offerts par son logiciel de navigation. Si vous avez accepté dans votre logiciel de navigation l’enregistrement de cookies dans votre Terminal, les cookies intégrés dans les pages et contenus que vous avez consultés pourront être stockés temporairement dans un espace dédié de votre terminal. Ils y seront lisibles uniquement par leur émetteur.

(b) Le refus des Cookies

Si vous refusez l'enregistrement de cookies dans votre terminal, ou si vous supprimez ceux qui y sont enregistrés, vous ne pourrez plus bénéficier d'un certain nombre de fonctionnalités nécessaires pour naviguer dans certains espaces de notre site. Tel serait le cas si vous tentiez d'accéder à nos contenus ou services qui nécessitent de vous identifier. Tel serait également le cas lorsque nous -ou nos prestataires- ne pourrions pas reconnaître, à des fins de compatibilité technique, le type de navigateur utilisé par votre terminal, ses paramètres de langue et d'affichage ou le pays depuis lequel votre terminal semble connecté à Internet. Le cas échéant, nous déclinons toute responsabilité pour les conséquences liées au fonctionnement dégradé de nos services résultant de l'impossibilité pour nous d'enregistrer ou de consulter les cookies nécessaires à leur fonctionnement et que vous auriez refusés ou supprimés.

(c) Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?

Pour la gestion des cookies et de vos choix, la configuration de chaque navigateur est différente. Elle est décrite dans le menu d'aide de votre navigateur, qui vous permettra de savoir de quelle manière modifier vos souhaits en matière de cookies.
Pour Internet Explorer™
Pour Safari™
Pour Chrome™
Pour Firefox™
Pour Opera™
etc...

(d) Les cookies "Flash"© de "Adobe Flash Player"™

"Adobe Flash Player"™ est une application informatique qui permet le développement rapide des contenus dynamiques utilisant le langage informatique "Flash". Flash (et les applications de même type) mémorise les paramètres, les préférences et l'utilisation de ces contenus grâce à une technologie similaire aux cookies. Toutefois, "Adobe Flash Player"™ gère ces informations et vos choix via une interface différente de celle fournie par votre logiciel de navigation.

Dans la mesure où votre terminal serait susceptible de visualiser des contenus développés avec le langage Flash, nous vous invitons à accéder à vos outils de gestion des cookies Flash, directement depuis le site http://www.adobe.com/fr.

Les solutions de l’Europe face aux migrants

La Commission européenne veut mettre en place un système imposant des quotas à chaque pays afin de soulager l'Italie, Malte et la Grèce, en première ligne dans la prise en charge des migrants.

 

Devant les conclusions du sommet européen consacré aux migrations en Méditerranée, le Président de la Commission européenne, Jean- Claude Juncker, s'est avoué déçu et a souhaité affirmer sa volonté de remettre de nouvelles propositions sur la table. Mais le Conseil européen a rejeté ses propositions.
Le Président luxembourgeois a tenté d'utiliser la réunion extraordinaire des chefs d'État et de gouvernement pour promouvoir une proposition législative relative à l'immigration, en vain. Jean- Claude Juncker a également essayé de convaincre les dirigeants européens que l'UE devrait accueillir 10 000 réfugiés. Selon un représentant de l'UE, une autre proposition, portant sur 5 000 places d'accueil, a été écartée car jugée trop limitée pour être convaincante.
Il intervenait au Parlement européen, où une résolution a été votée pour demander la mise en place de solutions d’urgence, au lendemain de l’accord du Conseil européen pour doubler le budget de l’opération en cours, Triton, qui secourt des navires en Méditerranée.
La Commission européenne a donc anticipé la publication de son « Agenda européen sur la migration » et présenté un plan d'actions pour tenter de stopper le trafic des migrants, mais beaucoup de ces propositions suscitent l'hostilité au sein des pays membres. Jean- Claude Juncker est reparti au front et a décidé de porter ce projet. Il souhaite instaurer un système de quotas d’accueil pour les migrants demandeurs d’asile dans le but de soulager l’Italie, la Grèce et Malte après la série de naufrages de ces dernières semaines.
Le président de la Commission européenne entend mettre en place un «mécanisme de distribution» pour des migrants qui ont «clairement besoin d’une protection internationale ». Ainsi, le Président Luxembourgeois veut instaurer des quotas qui seraient basés sur des critères tels que le PIB du pays, sa taille, son taux de chômage ou encore son nombre de demandeurs d’asiles volontairement pris en charge. Ce serait un système temporaire, face à l'urgence, en application de l'article 78-3 du traité de Lisbonne.
Bruxelles songe également à un système de quotas pour la réinstallation (resettlement) de personnes persécutées ayant fui vers un pays tiers. Elles sont plus de 10 millions dans le monde, et les Nations unies, qui coordonnent un programme de réinstallation, aimeraient que l’UE accueille 20 000 personnes par an.
Bruxelles propose de le faire en deux ans. Ces « quotas », fixés pour chaque pays européen, marqueraient une rupture avec la règle existante: celleci impose aux seuls pays de débarquement - l'Italie surtout, mais aussi la Grèce, Malte et Chypre - l'obligation de prendre en charge les migrants secourus en mer. À eux ensuite d'examiner individuellement chaque cas et de faire le tri entre ceux qui méritent l'asile, selon le droit international, et ceux qui, déboutés, peuvent être renvoyés à leur point de départ.
La Commission Juncker a donc proposé aux pays de l'UE d'accueillir jusqu'à 40 000 demandeurs d'asile venus principalement de deux nations, la Syrie et l'Érythrée. Le plafond de 40 000 correspond à 40 % des 100 000 demandeurs d'asile qui ont posé le pied dans les deux pays méditerranéens l'an dernier. 24 000 seraient concernés en Italie et 16 000 en Grèce. Le placement se ferait dans la plupart des pays de l'UE, à destination principalement de l'Allemagne (18 %), de la France (14 %), de l'Italie (12 %) et de l'Espagne (9 %), d'après des «clés» de répartition calculées le mois dernier.
La proposition sera soumise à un vote décisif des capitales européennes. Elle s'appliquerait pour 24 mois. Le plan de la Commission ne concerne pas les migrants « économiques », venus essentiellement d'Afrique de l'Ouest à travers la Méditerranée. Ceux-là ne sont pas menacés, eux, et peuvent être ramenés chez eux.
« Aucun pays ne devrait être laissé seul face aux immenses pressions migratoires », affirme Jean-Claude Juncker, le Président de la Commission européenne. Pour bousculer l'ordre établi, il s'appuie sur une disposition jusqu'ici inusitée du traité de Lisbonne: l'article 78.3, qui confie à la Commission le soin d'établir des « mesures provisoires » en cas d'«afflux soudain de ressortissants de pays tiers» dans l'UE. Mais c'est aux États eux-mêmes qu'il reviendra, à travers le Conseil européen, d'accepter, de rejeter ou de modifier le dispositif, après consultation du Parlement européen.
La France a apporté son soutien à cette politique de redistribution des réfugiés. « Il est normal qu'il y ait une répartition entre les différents pays de l'UE », a estimé le ministre de l'Intérieur français, saluant la proposition du chef de la Commission européenne. Bernard Cazeneuve affirme d'ailleurs que la France avait formulé cette proposition de quotas « au mois d'août » : « le nombre de demandeurs d'asile a diminué de 3% en 2014. Tous ceux qui relèvent de l'asile doivent être accueillis mais ceux qui ne peuvent pas bénéficier du droit d'asile doivent avec fermeté être reconduits à la frontière. Notre politique est très claire. »
Mais François Hollande et Manuel Valls ont refusé le principe du quota. Le Premier ministre a même qualifié lors d’une séance de questions à l’Assemblée nationale, de « faute morale et éthique » le recours proposé par Bruxelles aux quotas pour les demandeurs d’asile en Méditerranée, au motif que la demande d’asile est un droit reconnu ou non suivant des critères légaux. Un peu plus tôt, c’est le chef de l’Etat, en visite à Berlin, qui avait aussi affirmé : « il n’est pas question qu’il y ait des quotas d’immigrés, parce que nous avons des règles » sur « le contrôle des frontières et des politiques de maîtrise de l’immigration ». Il a mis en garde contre le risque de « confusion », induit par la notion de quotas : « elle laisse entendre que tous les migrants qui parviennent en Europe ont vocation à y être accueillis et ce, indépendamment des raisons de leur présence. »
Le gouvernement du conservateur David Cameron a lui déclaré la guerre à ce plan d'action européen. « Les migrants qui tentent de gagner l'Union européenne en traversant la Méditerranée devraient être renvoyés », a affirmé dans les médias britanniques la ministre de l'Intérieur, Theresa May.

Réforme du droit d’asile au Sénat

Ce point de vue britannique est assez largement partagé par les gouvernements conservateurs de l'UE. En France, où elle est dans l'opposition, la droite fait part de la même hostilité. Au contraire du gouvernement. Ces mesures ont le don de hérisser beaucoup de pays d’Europe de l’Est. Viktor Orban, le Premier ministre hongrois, a déjà expliqué qu’il trouvait ce système « insensé ».
Cette initiative intervient alors que les pays de l'Union européenne entendent mener des actions sous l’égide de l’ONU, y compris par la force, contre les réseaux de passeurs et de trafiquants qui récupèrent les migrants en quête d'asile et leur font traverser la Méditerranée, notamment depuis la Libye, au péril de leur vie.
Les pays européens membres du Conseil (France, Royaume-Uni, Espagne, Lituanie) et l'Italie s'efforcent de mettre au point un projet de résolution qui donnerait une plus grande légitimité internationale aux opérations européennes pour arraisonner des navires chargés de migrants dans les eaux internationales.
Dans le même temps, la réforme du droit d'asile a été examinée au Sénat. Après un passage sans heurts à l'Assemblée, les débats s'annoncent ici beaucoup plus houleux. Avant même son examen, le texte a donné lieu à de vifs échanges entre le gouvernement et l'opposition. La Commission nationale réagissait à la publication, deux jours auparavant dans Le Figaro, d'un document provisoire de la Cour des comptes chiffrant à 2 milliards d'euros par an le coût de l'asile en France et affirmant que 1% seulement des déboutés faisant l'objet d'une obligation de quitter le territoire français (OQTF) sont effectivement expulsés.
Des chiffres vivement contestés par la suite au ministère de l'Intérieur. L'un des objectifs de cette réforme du droit d'asile est de réduire les délais d'examen des demandes à neuf mois au lieu de deux ans actuellement. Mais les sénateurs ont voulu profiter de l'examen du texte sur la réforme de l'asile pour traiter des questions des déboutés, en les durcissant, alors qu’elles ne devaient être évoquées que lors du projet de loi immigration du gouvernement.
Les sénateurs ont ainsi fait voter que tout migrant à qui est refusé de manière définitive le statut de réfugié ait une obligation de quitter le territoire français.
Un autre amendement prévoit que les déboutés ne puissent solliciter un titre de séjour sous un autre motif (regroupement familial par exemple). La réforme du droit d'asile n'est pas encore prête d'arriver à son terme puisque qu'elle fera l'objet d'une seconde lecture à l'Assemblée nationale avant d'être définitivement adoptée.
Depuis le début de l'année, le nombre de réfugiés qui tentent la traversée de la Méditerranée pour gagner l'Europe est sans précédent. La Sicile s'attend ainsi à accueillir 5 000 migrants par semaine jusqu'en septembre, selon le ministère de l'Intérieur italien. En cinq mois, au moins 1 500 personnes sont mortes en tentant la traversée vers l’Europe. En 2014, sur la même période, ils étaient moins d’une centaine.

 

 

1720 K2_VIEWS