REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

INFORMATIONS SUR LES COOKIES

1. Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est un fichier texte susceptible d’être enregistré, sous réserve de vos choix, dans un espace dédié du disque dur de votre terminal, à l’occasion de la consultation d’un service en ligne grâce à votre logiciel de navigation.

Un fichier cookie permet à son émetteur d’identifier le terminal dans lequel il est enregistré, pendant la durée de validité.

2. A quoi servent les cookies émis sur notre site ?

Seul l’émetteur d’un cookie est susceptible de lire ou de modifier les informations qui y sont contenues.

Les cookies utilisés sur notre site permettent d'identifier les services et rubriques que l'utilisateur a visités, et plus généralement son comportement en matière de visites. Ces informations sont utiles pour mieux personnaliser les services, contenus, offres promotionnelles et bannières qui apparaissent sur notre site et faciliter votre navigation sur notre site. Des cookies sont également nécessaires au bon fonctionnement de certains services ou encore pour mesurer leur audience.

Des cookies sont susceptibles d’être inclus dans les espaces publicitaires de notre site. Ces espaces contribuent au financement des contenus et services que nous mettons à votre disposition.

 

3. Les cookies que nous émettons sur notre site :

Lorsque vous vous connectez à notre site, nous pouvons être amenés, sous réserve de vos choix, à installer divers cookies dans votre terminal nous permettant de reconnaître le navigateur de votre terminal pendant la durée de validité du cookie concerné.
Les cookies que nous émettons sont utilisés aux fins décrites ci-dessous, sous réserve de vos choix qui résultent des paramètres de votre logiciel de navigation utilisé lors de votre visite de notre site.

Les cookies que nous émettons nous permettent de :

4. Faciliter votre navigation sur notre site :

- en adaptant la présentation de notre site aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc) lors de vos visites sur notre site, selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en mémorisant des informations relatives à un formulaire que vous avez rempli sur notre site (inscription ou accès à votre compte) ou à des produits, services ou informations que vous avez choisis sur notre site (service souscrit, contenu consulté, achat effectué etc …).

- en vous permettant d’accéder à des espaces réservés et personnels de notre site, tels que votre compte, grâce à des identifiants ou des données que vous nous avez éventuellement antérieurement confiés

- en mettant en œuvre des mesures de sécurité.

 

5. Améliorer nos services :

Ces cookies permettent d’établir des statistiques et volume de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant notre site (rubriques et contenus visité, parcours) afin d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie de nos services.

6. Adapter la publicité proposée sur notre site :

- en comptabilisant le nombre total de publicités affichées par nos soins sur nos espaces publicitaires, d’identifier ces publicités, le nombre d’utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et d’établir des statistiques,

- en adaptant nos espaces publicitaires aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal par nos espaces publicitaires, selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- en adaptant le cas échéant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous nous avez fournies

7. Les cookies émis sur notre site par des tiers

L'émission et l'utilisation de cookies par des tiers sont soumises aux politiques de protection de la vie privée de ces tiers. Nous vous informons de l'objet des cookies dont nous avons connaissance et des moyens dont vous disposez pour effectuer des choix à l'égard de ces cookies.

a) Du fait d'applications tierces intégrées à notre site

Nous sommes susceptibles d'inclure sur notre site/application, des applications informatiques émanant de tiers, qui vous permettent de partager des contenus de notre site avec d'autres personnes ou de faire connaître à ces autres personnes votre consultation ou votre opinion concernant un contenu de notre site/application. Tel est notamment le cas des boutons "Partager", "J'aime", issus de réseaux sociaux tels que Facebook "Twitter", LinkedIn", "Viadeo", etc.

Le réseau social fournissant un tel bouton applicatif est susceptible de vous identifier grâce à ce bouton, même si vous n'avez pas utilisé ce bouton lors de votre consultation de notre site/application. En effet, ce type de bouton applicatif peut permettre au réseau social concerné de suivre votre navigation sur notre site, du seul fait que votre compte au réseau social concerné était activé sur votre terminal (session ouverte) durant votre navigation sur notre site.
Nous n'avons aucun contrôle sur le processus employé par les réseaux sociaux pour collecter des informations relatives à votre navigation sur notre site et associées aux données personnelles dont ils disposent. Nous vous invitons à consulter les politiques de protection de la vie privée de ces réseaux sociaux afin de prendre connaissance des finalités d'utilisation, notamment publicitaires, des informations de navigation qu'ils peuvent recueillir grâce à ces boutons applicatifs. Ces politiques de protection doivent notamment vous permettre d'exercer vos choix auprès de ces réseaux sociaux, notamment en paramétrant vos comptes d'utilisation de chacun de ces réseaux.

b) Via des contenus de tiers diffusés dans nos espaces publicitaires

Les contenus publicitaires sont susceptibles de contenir des cookies émis par des tiers : soit l'annonceur à l'origine du contenu publicitaire concerné, soit une société tierce à l'annonceur (agence conseil en communication, société de mesure d'audience, prestataire de publicité ciblée, etc.), qui a associé un cookie au contenu publicitaire d'un annonceur.

Le cas échéant, les cookies émis par ces tiers peuvent leur permettre, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre d'affichages des contenus publicitaires diffusés via nos espaces publicitaires, d'identifier les publicités ainsi affichées, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité, leur permettant de calculer les sommes dues de ce fait et d'établir des statistiques,

- de reconnaître votre terminal lors de sa navigation ultérieure sur tout autre site ou service sur lequel ces annonceurs ou ces tiers émettent également des cookies et, le cas échéant, d'adapter ces sites et services tiers ou les publicités qu'ils diffusent, à la navigation de votre terminal dont ils peuvent avoir connaissance.

c) Par une régie publicitaire externe exploitant nos espaces publicitaires

Les espaces publicitaires de notre site sont susceptibles d'être exploités par une ou plusieurs régie(s) publicitaire(s) externe(s) et, le cas échéant, de contenir des cookies émis par l'une d'entre elles. Le cas échéant, les cookies émis par ces régies publicitaires externes leur permettent, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre total de publicités affichées par leurs soins sur nos espaces publicitaires, d'identifier ces publicités, leur nombre d'affichages respectifs, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et, le cas échéant, les actions ultérieures effectuées par ces utilisateurs sur les pages auxquelles mènent ces publicités, afin de calculer les sommes dues aux acteurs de la chaîne de diffusion publicitaire (annonceur, agence de communication, régie publicitaire, site/support de diffusion) et d'établir des statistiques,

- d'adapter les espaces publicitaires qu'elles opèrent aux préférences d'affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d'affichage, système d'exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation antérieure ou ultérieure de votre terminal sur des sites de tiers au sein desquels la régie concernée émet également des cookies, sous réserve que ces cookies aient été enregistrés dans votre terminal conformément aux choix que vous avez exercés à l'égard de cette régie,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation (longitude et latitude) transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous auriez pu fournir à cette régie publicitaire.

8. Vos choix concernant les cookies

Plusieurs possibilités vous sont offertes pour gérer les cookies. Tout paramétrage que vous pouvez entreprendre sera susceptible de modifier votre navigation sur Internet et notre site ainsi que vos conditions d'accès à certains services nécessitant l'utilisation de cookies. Vous pouvez faire le choix à tout moment d'exprimer et de modifier vos souhaits en matière de cookies, par les moyens décrits ci-dessous.

Les choix qui vous sont offerts par votre logiciel de navigation :

Vous pouvez configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que des cookies soient enregistrés dans votre terminal ou, au contraire, qu'ils soient rejetés, soit systématiquement, soit selon leur émetteur. Vous pouvez également configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que l'acceptation ou le refus des cookies vous soient proposés ponctuellement, avant qu'un cookie soit susceptible d'être enregistré dans votre terminal. Pour plus d'informations, consultez la rubrique "Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?"

(a) L’accord sur les Cookies

L’enregistrement d’un cookie dans un terminal est subordonné à la volonté de l’utilisateur du terminal, que celui-ci peut exprimer et modifier à tout moment et gratuitement à travers les choix qui lui sont offerts par son logiciel de navigation. Si vous avez accepté dans votre logiciel de navigation l’enregistrement de cookies dans votre Terminal, les cookies intégrés dans les pages et contenus que vous avez consultés pourront être stockés temporairement dans un espace dédié de votre terminal. Ils y seront lisibles uniquement par leur émetteur.

(b) Le refus des Cookies

Si vous refusez l'enregistrement de cookies dans votre terminal, ou si vous supprimez ceux qui y sont enregistrés, vous ne pourrez plus bénéficier d'un certain nombre de fonctionnalités nécessaires pour naviguer dans certains espaces de notre site. Tel serait le cas si vous tentiez d'accéder à nos contenus ou services qui nécessitent de vous identifier. Tel serait également le cas lorsque nous -ou nos prestataires- ne pourrions pas reconnaître, à des fins de compatibilité technique, le type de navigateur utilisé par votre terminal, ses paramètres de langue et d'affichage ou le pays depuis lequel votre terminal semble connecté à Internet. Le cas échéant, nous déclinons toute responsabilité pour les conséquences liées au fonctionnement dégradé de nos services résultant de l'impossibilité pour nous d'enregistrer ou de consulter les cookies nécessaires à leur fonctionnement et que vous auriez refusés ou supprimés.

(c) Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?

Pour la gestion des cookies et de vos choix, la configuration de chaque navigateur est différente. Elle est décrite dans le menu d'aide de votre navigateur, qui vous permettra de savoir de quelle manière modifier vos souhaits en matière de cookies.
Pour Internet Explorer™
Pour Safari™
Pour Chrome™
Pour Firefox™
Pour Opera™
etc...

(d) Les cookies "Flash"© de "Adobe Flash Player"™

"Adobe Flash Player"™ est une application informatique qui permet le développement rapide des contenus dynamiques utilisant le langage informatique "Flash". Flash (et les applications de même type) mémorise les paramètres, les préférences et l'utilisation de ces contenus grâce à une technologie similaire aux cookies. Toutefois, "Adobe Flash Player"™ gère ces informations et vos choix via une interface différente de celle fournie par votre logiciel de navigation.

Dans la mesure où votre terminal serait susceptible de visualiser des contenus développés avec le langage Flash, nous vous invitons à accéder à vos outils de gestion des cookies Flash, directement depuis le site http://www.adobe.com/fr.

Ces Français au service de l’étranger

Mondialisées et heureuses de l’être, trop de nos élites ont perdu le sens de l’intérêt national. Hommes politiques, hauts fonctionnaires, espions ou chefs d’entreprise se sont reconvertis dans la défense d’intérêts étrangers. Quitte pour certains à soutenir des positions antagonistes à celles de la France. États-Unis, Chine, Russie, Émirats du Golfe ou anciennes colonies : les puissances étrangères recrutent en masse au sein de l’intelligentsia française pour gagner du terrain dans les luttes de pouvoir et d’influence. Nicolas Sarkozy, Dominique de Villepin, Dominique Strauss-Kahn, Bernard Kouchner recyclent leur carnet d’adresses et le prestige acquis dans leurs fonctions. D’anciens hauts fonctionnaires deviennent lobbyistes pour Apple, Amazon, Huawei, General Electric ou pour des fonds activistes qui déstabilisent notre économie. Naïveté coupable ou compromission ? Une partie de nos élites a en tout cas oublié la devise qui donnait sa raison d’être à l’ENA : « Servir sans s’asservir ». Fondée sur de nombreux témoignages et documents exclusifs, cette enquête implacable apporte un éclairage inédit sur les guerres de l’ombre qui se jouent loin des yeux du grand public. © Plon

Auteur : Clément Fayol*

* Clément Fayol est journaliste d’investigation. Spécialiste des réseaux internationaux et du monde clair-obscur des intermédiaires, il collabore avec les cellules d’investigation des plus grandes rédactions françaises. Ces Français au service de l’étranger est son troisième livre d’enquête.

Une anecdote illustre la vision que les diplomaties étrangères ont de nos institutions. Au début de l’été 2017, quelques semaines après les élections législatives, l’ambassade d’Azerbaïdjan mandate deux lobbyistes : Sihem Souid et Sihame Arbib. Dans un document daté du 1er juillet, Eldar Mammadov, conseiller de l’ambassade à Paris, passe commande de la création d’un groupe d’amitié franco-azéri à l’Assemblée nationale. Dont il attend une amitié démonstrative et appliquée, nos représentants appelés à y siéger devant – selon sa ligne – en être les fers de lance. Les deux lobbyistes doivent donc « identifier des députés ayant un caractère assez courageux pour encaisser les coups et ceux qui souhaitent nuire à l’Azerbaïdjan, et répondre aux détracteurs dans les moments opportuns (par une [sic] rédaction et publication d’une tribune par exemple et par des questions à l’assemblée nationale) ». Six points sont listés dans cette lettre de mission qui décrivent clairement les députés à sélectionner en leviers d’influence au bénéfice du pays commanditaire. Les heureux recrutés auront ainsi vocation à « faire passer des messages positifs concernant l’Azerbaïdjan au sein des différentes institutions » et à « encourager le Président et les ministres à se rendre en Azerbaïdjan ».

En plus d’être invités régulièrement dans cet heureux pays, les sélectionnés consentants auront – qui sait – la chance d’y croiser Rachida Dati, amie affichée et de longue date de l’autocratie. Pour l’ancienne République soviétique ayant gardé les oripeaux et travers de l’URSS, il s’agit bel et bien de s’appuyer sur des élus français afin d’améliorer son image. Et le recours aux deux lobbyistes lui paraît plus simple que de se charger elle-même d’un tel travail en organisant des rencontres entre le personnel diplomatique et des élus.

[...] Pour la diplomatie azérie, l’Assemblée nationale est en fait un vivier de leviers d’influence. Non pour obtenir des textes de loi allant dans le sens d’un intérêt économique ou politique du pays, mais afin d’avoir des relais. Aussi est-elle prête à payer ce qu’il faut. Cela tombe bien, car un business s’est créé autour de ce genre de demandes, plus répandues qu’on ne le croit, qui voit des consultants, des lobbyistes, des avocats ou des hommes d’affaires promettre à leurs clients d’obtenir des faveurs d’élus.

D’après la facture d’un cabinet de lobbying parisien que j’ai récupérée, un rendez-vous avec un député coûterait ainsi 7 000 euros. Or la somme encaissée par le cabinet de lobbying en question sous le doux euphémisme de « prestations de conseil » rémunérait seulement l’organisation d’un déjeuner avec le président d’une commission. Inutile de s’étonner que beaucoup s’engouffrent dans la brèche. Et quand on songe que, pour la mise sur pied du groupe d’amitié avec l’Azerbaïdjan, un demi-million d’euros a été réclamé par les consultants – qui se sont ensuite brouillés avec l’ambassade à Paris, ce qui a permis de découvrir le pot aux roses –, on n’est guère surpris de voir qu’un tel « travail » attise les convoitises. Et crée des vocations.

Sarkozy Entreprise contre Villepin & Fils

Nicolas Sarkozy est membre du Conseil constitutionnel mais n’y siège pas. Cette fonction officielle, prévue automatiquement et à vie pour les anciens chefs de l’État, leur confère un rôle de sage. Une place que l’homme politique, à 65 ans, n’est pas encore prêt à prendre. Lui innove par rapport à ses homologues de la Vème République en assumant sa reconversion dans le privé. Reste qu’il n’a pas renoncé aux deniers publics qui sont le privilège de son rang : en sortant de l’Élysée, en 2012, il s’est installé dans un bureau de 300 mètres carrés du 8ème arrondissement de Paris réglé par l’État. Avec les autres dépenses qui lui sont autorisées, sa retraite de 75 000 euros, ses trois collaborateurs, les frais de sa sécurité et de son chauffeur, plus de 1 million d’euros d’argent public sert, chaque année, à assurer son train de vie, à préserver la fonction présidentielle. Dans les faits, ces avantages participent plutôt au prestige de la petite entreprise Sarkozy.

[...] À bien y regarder, l’essentiel des activités de ce dernier consiste à capitaliser sur ses anciennes fonctions. En quittant l’Élysée, Nicolas Sarkozy s’est en effet rapidement retrouvé au catalogue de prestigieuses agences de conférenciers. Les deux premières années, il a enchaîné à un rythme infernal les apparitions aux quatre coins du monde. Abu Dhabi, Doha, Shanghai, Moscou, São Paulo, Las Vegas ou Brazzaville, la liste est longue. D’après mes calculs, il s’agit d’une quarantaine d’interventions entre 2012 et 2015, rémunérées autour de 100 000 euros chacune.

[...] Pendant ces conférences, il analyse les enjeux du monde, parle des Gilets jaunes, de ses prédécesseurs, usant d’un exercice que l’ancien homme politique maîtrise à la perfection : celui de la connivence feinte. Du côté des commanditaires, notons des banques étrangères comme BTG Pactual au Brésil, Goldman Sachs, mais aussi des chambres de commerce, des fonds étrangers ou des entreprises qui organisent des événements.

Ce rôle de représentation est habituel aux anciennes gloires de la politique anglo-saxonne. Après Nicolas Sarkozy, François Hollande s’est ainsi lui aussi mis à l’exercice. Ce qui est plus rare en revanche, c’est de cumuler les casquettes d’ancien Président et d’actuel représentant d’intérêts privés étrangers. Car, pour des questions protocolaires, Nicolas Sarkozy continue d’être envoyé par Emmanuel Macron incarner la France à divers événements, comme l’intronisation de l’empereur du Japon ou les obsèques de l’émir d’Oman. Or, là-bas, avec ses différentes activités, peut-on réellement dire qu’il représente seulement la France ?

Villepin, du discours en Irak aux tableaux à Hong-Kong

Après Nicolas Sarkozy, la personnalité française qui se sert le mieux du prestige de la France est Dominique de Villepin. L’homme du discours contre l’intervention en Irak aux Nations unies de 2003 est considéré comme une mascotte par certains autocrates ou chefs d’entreprise. [...] L’ancien Premier ministre assume être devenu une marque, lui qui a créé la société Villepin International. Les comptes de celle-ci ne sont pas déposés depuis 2015, année pour laquelle il a déclaré un chiffre d’affaires de 1,6 million d’euros. Une activité qui est loin de révéler la véritable ampleur de ses interventions. Car, cette même année, trois sociétés ont été mises sur pied à l’étranger. [...] Hong-Kong est un choix stratégique pour Dominique de Villepin. La ville est une porte d’entrée internationale sur la Chine, raison pour laquelle il y a incorporé deux sociétés. Lorsqu’il se lance dans le pays, il peut se targuer de son amitié avec l’ambassadeur de France de l’époque, entre 2014 et 2017, un autre chiraquien, Maurice Gourdault-Montagne. Cela dit, l’ancien Premier ministre a ses propres entrées au plus haut niveau de l’État chinois. À savoir directement auprès du président Xi Jinping !

[...] Juste retour des choses, il n’hésite pas à défendre des dossiers chinois en Afrique ou en Europe. Il siège aussi au fonds d’investissement China Minsheng et a aidé l’agence de notation chinoise Dagong, qui voulait s’opposer à ses homologues occidentales, dont fait partie le français Fitch. [...] Pourtant attention : Dominique de Villepin ne doit pas être considéré comme un agent d’influence « chinois ». Car, quand il y voit une opportunité, il n’hésite pas à se mettre au service d’autres intérêts. En mai 2019, avec son fils Arthur, il s’est en effet rendu pour la deuxième fois en quelques mois en République démocratique du Congo.

Borloo, éternel second rôle

« Ce que Dominique de Villepin a fait à l’ONU est resté gravé, lui a donné une aura et un respect à l’international. En comparaison, Jean-Louis Borloo, c’est le Louis de Funès des relations internationales », ironise de son côté un ancien ministre de François Hollande. Les activités de l’ancien maire de Valenciennes, député, ministre de la Ville, puis de l’Emploi, ensuite de l’Économie, enfin de l’Écologie valent qu’on s’y arrête.

Après quelques mois de gloire avec sa « fondation » pour l’électrification de l’Afrique, Jean-Louis Borloo a pris ses marques dans un autre rôle, qu’on pourrait qualifier de second couteau ou de doublure. Quand l’entreprise de voyage Selectour ne parvient pas à embaucher Nicolas Sarkozy pour égayer ses soirées annuelles, c’est lui qui s’y colle. À l’image d’un Matt Damon qui récupère les rôles refusés par Brad Pitt, l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy parvient à faire fonctionner sa propre petite boutique. « C’est incroyable qu’il continue à être pris au sérieux après avoir fait tant de bruit autour d’un projet qui était soutenu par l’Élysée, qui promettait une Afrique électrifiée en dix ans et qui n’a rien donné », peste l’un de ses anciens soutiens. Un propos qui vise le fait que, pendant près de deux ans, Jean-Louis Borloo a été reçu à l’Élysée par François Hollande, a utilisé le réseau diplomatique français pour promouvoir l’électrification de l’Afrique, sans que des résultats vraiment probants sortent de ces mois d’activisme sous couverture de l’État. Ce que le principal intéressé continue à nier, assurant que son initiative a été un sillon pour la création d’une agence spécialisée. [...] Spécialiste des coups de bluff, l’ancien avocat d’affaires se sort de toutes les impasses grâce à sa gouaille. En quelques pirouettes, il parvient à expliquer pourquoi ce qu’il présentait il y a encore quelques mois comme le projet du reste de sa vie est désormais aux oubliettes. Grâce à son culot, il n’est jamais totalement hors jeu. Car, après avoir fait une tournée médiatique et internationale sur l’électrification de l’Afrique, expliquant chercher une cause après les affaires et la politique, il a été administrateur du géant chinois des télécoms Huawei. Poste qu’il a cumulé avec l’élaboration du « plan banlieue », réalisé sur commande de l’Élysée en 2018, tout en ayant un rôle informel de conseiller de Sodexo ou d’administrateur de la très sérieuse Fondation Énergies pour le monde. « Sa stratégie est simple, il ne touche pas d’argent avec le plan banlieue ou la Fondation Énergies pour le monde1, mais ces activités publiques l’aident pour avoir l’air connecté auprès de Huawei et d’autres business. Il cherche à être multicarte », appuie l’ancien compagnon de route.

Les chinoiseries de Jean-Pierre Raffarin

« Qu’est-ce qu’on peut faire de plus que faire passer des messages ? On ne convoque pas un ancien Premier ministre. Ce genre de démarche se fait par des moyens détournés. Le message a été passé avec beaucoup de délicatesse et, s’il décide qu’il n’en a rien à faire, que peuvent les services ? C’est un homme politique avec des connexions avec le plus haut sommet de l’État », finit par me lâcher un ponte du contre-espionnage français. La presse en avait fait écho, et plusieurs sources le confirment, dans un cadre policé, par médias interposés et avec toutes les précautions d’usage, le message aurait dû être reçu par Jean-Pierre Raffarin : sa lune de miel avec la Chine devient obscène.

Misant sur le personnage tout en rondeur qu’il campe avec brio, le chiraquien a d’abord feint de ne pas comprendre. Quand la presse l’interrogeait sur le sujet, il niait en bloc. Assurant avoir un rapport cordial et de coopération avec nos services.

[...] Depuis le voyage présidentiel de janvier 2018, il représente officiellement le gouvernement dans des missions en Chine. Avec pour mission principale de « porter les préoccupations de nos entreprises au niveau de décision chinois le plus approprié ». [...]

Des fiches de poste sur lettres d’or qui sont autant de récompenses pour son ralliement à Emmanuel Macron lors de la présidentielle.

Protégé par ces nouvelles cartes de visite, il pousse le mélange des genres jusqu’à faire le tour des plateaux français de télévision et de radio pour promouvoir son livre Chine, le grand paradoxe. Il y raconte ses chinoiseries dans la peau d’un voyageur orientaliste. [...] Pour défendre son ouvrage, il ressort le cliché de « l’Orient compliqué », celui qui serait inaccessible à la plupart des hommes politiques, mais pas à lui qui l’a connu grâce aux voyages officiels. Quant à la méfiance vis-à-vis des ambitions impérialistes chinoises, elle serait, à l’en croire, un délire des pro-Américains. Le tout expliqué à renfort d’anecdotes sympathiques, style carnet de voyage. Un discours naïf qui consiste à dire que la Chine doit être vue comme une opportunité pour l’Europe de s’émanciper de l’influence américaine. À mille lieues de la réalité des rapports que chaque pays européen entretien avec Pékin – dans un chacun pour soi désordonné –, l’homme politique vernit son panégyrique prochinois d’un discours de realpolitik. 

Ces Français au service de l’étranger - Affairisme, mélange des genres ou naïveté : quand notre élite oublie la France. Clément Fayol – Editions Plon – 256 pages

© Avec l’aimable autorisation des Editions Plon

22 K2_VIEWS