REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

INFORMATIONS SUR LES COOKIES

1. Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est un fichier texte susceptible d’être enregistré, sous réserve de vos choix, dans un espace dédié du disque dur de votre terminal, à l’occasion de la consultation d’un service en ligne grâce à votre logiciel de navigation.

Un fichier cookie permet à son émetteur d’identifier le terminal dans lequel il est enregistré, pendant la durée de validité.

2. A quoi servent les cookies émis sur notre site ?

Seul l’émetteur d’un cookie est susceptible de lire ou de modifier les informations qui y sont contenues.

Les cookies utilisés sur notre site permettent d'identifier les services et rubriques que l'utilisateur a visités, et plus généralement son comportement en matière de visites. Ces informations sont utiles pour mieux personnaliser les services, contenus, offres promotionnelles et bannières qui apparaissent sur notre site et faciliter votre navigation sur notre site. Des cookies sont également nécessaires au bon fonctionnement de certains services ou encore pour mesurer leur audience.

Des cookies sont susceptibles d’être inclus dans les espaces publicitaires de notre site. Ces espaces contribuent au financement des contenus et services que nous mettons à votre disposition.

 

3. Les cookies que nous émettons sur notre site :

Lorsque vous vous connectez à notre site, nous pouvons être amenés, sous réserve de vos choix, à installer divers cookies dans votre terminal nous permettant de reconnaître le navigateur de votre terminal pendant la durée de validité du cookie concerné.
Les cookies que nous émettons sont utilisés aux fins décrites ci-dessous, sous réserve de vos choix qui résultent des paramètres de votre logiciel de navigation utilisé lors de votre visite de notre site.

Les cookies que nous émettons nous permettent de :

4. Faciliter votre navigation sur notre site :

- en adaptant la présentation de notre site aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc) lors de vos visites sur notre site, selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en mémorisant des informations relatives à un formulaire que vous avez rempli sur notre site (inscription ou accès à votre compte) ou à des produits, services ou informations que vous avez choisis sur notre site (service souscrit, contenu consulté, achat effectué etc …).

- en vous permettant d’accéder à des espaces réservés et personnels de notre site, tels que votre compte, grâce à des identifiants ou des données que vous nous avez éventuellement antérieurement confiés

- en mettant en œuvre des mesures de sécurité.

 

5. Améliorer nos services :

Ces cookies permettent d’établir des statistiques et volume de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant notre site (rubriques et contenus visité, parcours) afin d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie de nos services.

6. Adapter la publicité proposée sur notre site :

- en comptabilisant le nombre total de publicités affichées par nos soins sur nos espaces publicitaires, d’identifier ces publicités, le nombre d’utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et d’établir des statistiques,

- en adaptant nos espaces publicitaires aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal par nos espaces publicitaires, selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- en adaptant le cas échéant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous nous avez fournies

7. Les cookies émis sur notre site par des tiers

L'émission et l'utilisation de cookies par des tiers sont soumises aux politiques de protection de la vie privée de ces tiers. Nous vous informons de l'objet des cookies dont nous avons connaissance et des moyens dont vous disposez pour effectuer des choix à l'égard de ces cookies.

a) Du fait d'applications tierces intégrées à notre site

Nous sommes susceptibles d'inclure sur notre site/application, des applications informatiques émanant de tiers, qui vous permettent de partager des contenus de notre site avec d'autres personnes ou de faire connaître à ces autres personnes votre consultation ou votre opinion concernant un contenu de notre site/application. Tel est notamment le cas des boutons "Partager", "J'aime", issus de réseaux sociaux tels que Facebook "Twitter", LinkedIn", "Viadeo", etc.

Le réseau social fournissant un tel bouton applicatif est susceptible de vous identifier grâce à ce bouton, même si vous n'avez pas utilisé ce bouton lors de votre consultation de notre site/application. En effet, ce type de bouton applicatif peut permettre au réseau social concerné de suivre votre navigation sur notre site, du seul fait que votre compte au réseau social concerné était activé sur votre terminal (session ouverte) durant votre navigation sur notre site.
Nous n'avons aucun contrôle sur le processus employé par les réseaux sociaux pour collecter des informations relatives à votre navigation sur notre site et associées aux données personnelles dont ils disposent. Nous vous invitons à consulter les politiques de protection de la vie privée de ces réseaux sociaux afin de prendre connaissance des finalités d'utilisation, notamment publicitaires, des informations de navigation qu'ils peuvent recueillir grâce à ces boutons applicatifs. Ces politiques de protection doivent notamment vous permettre d'exercer vos choix auprès de ces réseaux sociaux, notamment en paramétrant vos comptes d'utilisation de chacun de ces réseaux.

b) Via des contenus de tiers diffusés dans nos espaces publicitaires

Les contenus publicitaires sont susceptibles de contenir des cookies émis par des tiers : soit l'annonceur à l'origine du contenu publicitaire concerné, soit une société tierce à l'annonceur (agence conseil en communication, société de mesure d'audience, prestataire de publicité ciblée, etc.), qui a associé un cookie au contenu publicitaire d'un annonceur.

Le cas échéant, les cookies émis par ces tiers peuvent leur permettre, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre d'affichages des contenus publicitaires diffusés via nos espaces publicitaires, d'identifier les publicités ainsi affichées, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité, leur permettant de calculer les sommes dues de ce fait et d'établir des statistiques,

- de reconnaître votre terminal lors de sa navigation ultérieure sur tout autre site ou service sur lequel ces annonceurs ou ces tiers émettent également des cookies et, le cas échéant, d'adapter ces sites et services tiers ou les publicités qu'ils diffusent, à la navigation de votre terminal dont ils peuvent avoir connaissance.

c) Par une régie publicitaire externe exploitant nos espaces publicitaires

Les espaces publicitaires de notre site sont susceptibles d'être exploités par une ou plusieurs régie(s) publicitaire(s) externe(s) et, le cas échéant, de contenir des cookies émis par l'une d'entre elles. Le cas échéant, les cookies émis par ces régies publicitaires externes leur permettent, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre total de publicités affichées par leurs soins sur nos espaces publicitaires, d'identifier ces publicités, leur nombre d'affichages respectifs, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et, le cas échéant, les actions ultérieures effectuées par ces utilisateurs sur les pages auxquelles mènent ces publicités, afin de calculer les sommes dues aux acteurs de la chaîne de diffusion publicitaire (annonceur, agence de communication, régie publicitaire, site/support de diffusion) et d'établir des statistiques,

- d'adapter les espaces publicitaires qu'elles opèrent aux préférences d'affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d'affichage, système d'exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation antérieure ou ultérieure de votre terminal sur des sites de tiers au sein desquels la régie concernée émet également des cookies, sous réserve que ces cookies aient été enregistrés dans votre terminal conformément aux choix que vous avez exercés à l'égard de cette régie,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation (longitude et latitude) transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous auriez pu fournir à cette régie publicitaire.

8. Vos choix concernant les cookies

Plusieurs possibilités vous sont offertes pour gérer les cookies. Tout paramétrage que vous pouvez entreprendre sera susceptible de modifier votre navigation sur Internet et notre site ainsi que vos conditions d'accès à certains services nécessitant l'utilisation de cookies. Vous pouvez faire le choix à tout moment d'exprimer et de modifier vos souhaits en matière de cookies, par les moyens décrits ci-dessous.

Les choix qui vous sont offerts par votre logiciel de navigation :

Vous pouvez configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que des cookies soient enregistrés dans votre terminal ou, au contraire, qu'ils soient rejetés, soit systématiquement, soit selon leur émetteur. Vous pouvez également configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que l'acceptation ou le refus des cookies vous soient proposés ponctuellement, avant qu'un cookie soit susceptible d'être enregistré dans votre terminal. Pour plus d'informations, consultez la rubrique "Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?"

(a) L’accord sur les Cookies

L’enregistrement d’un cookie dans un terminal est subordonné à la volonté de l’utilisateur du terminal, que celui-ci peut exprimer et modifier à tout moment et gratuitement à travers les choix qui lui sont offerts par son logiciel de navigation. Si vous avez accepté dans votre logiciel de navigation l’enregistrement de cookies dans votre Terminal, les cookies intégrés dans les pages et contenus que vous avez consultés pourront être stockés temporairement dans un espace dédié de votre terminal. Ils y seront lisibles uniquement par leur émetteur.

(b) Le refus des Cookies

Si vous refusez l'enregistrement de cookies dans votre terminal, ou si vous supprimez ceux qui y sont enregistrés, vous ne pourrez plus bénéficier d'un certain nombre de fonctionnalités nécessaires pour naviguer dans certains espaces de notre site. Tel serait le cas si vous tentiez d'accéder à nos contenus ou services qui nécessitent de vous identifier. Tel serait également le cas lorsque nous -ou nos prestataires- ne pourrions pas reconnaître, à des fins de compatibilité technique, le type de navigateur utilisé par votre terminal, ses paramètres de langue et d'affichage ou le pays depuis lequel votre terminal semble connecté à Internet. Le cas échéant, nous déclinons toute responsabilité pour les conséquences liées au fonctionnement dégradé de nos services résultant de l'impossibilité pour nous d'enregistrer ou de consulter les cookies nécessaires à leur fonctionnement et que vous auriez refusés ou supprimés.

(c) Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?

Pour la gestion des cookies et de vos choix, la configuration de chaque navigateur est différente. Elle est décrite dans le menu d'aide de votre navigateur, qui vous permettra de savoir de quelle manière modifier vos souhaits en matière de cookies.
Pour Internet Explorer™
Pour Safari™
Pour Chrome™
Pour Firefox™
Pour Opera™
etc...

(d) Les cookies "Flash"© de "Adobe Flash Player"™

"Adobe Flash Player"™ est une application informatique qui permet le développement rapide des contenus dynamiques utilisant le langage informatique "Flash". Flash (et les applications de même type) mémorise les paramètres, les préférences et l'utilisation de ces contenus grâce à une technologie similaire aux cookies. Toutefois, "Adobe Flash Player"™ gère ces informations et vos choix via une interface différente de celle fournie par votre logiciel de navigation.

Dans la mesure où votre terminal serait susceptible de visualiser des contenus développés avec le langage Flash, nous vous invitons à accéder à vos outils de gestion des cookies Flash, directement depuis le site http://www.adobe.com/fr.

“Une forme de renoncement à l’urgence à mettre en œuvre la transition énergétique”

Par Yves Marignac, porte-parole de l’Association négaWatt

Moins de quatre ans après l’adoption de la loi de 2015 relative à la transition énergétique, le gouvernement présente un nouveau projet de loi. Bien qu’abandonnant le terme de transition, ce texte prétend renforcer l’ambition de la France dans ce domaine. La genèse du projet, et ses principales dispositions, suggèrent pourtant que cette énième agitation législative soit une fois de plus le miroir de l’inaction concrète. Cela appelle un petit retour en arrière.

La loi de 2015 soldait un processus initié par l’engagement de campagne du futur président de la République, François Hollande, de « réduire la double dépendance de la France au pétrole et au nucléaire ». Dans le contexte d’inquiétude né de la catastrophe de Fukushima, il fixait plus précisément l’objectif d’abaisser à 50 % la part du nucléaire (contre 75 %) dans la production d’électricité à l’échéance 2025. Pour mettre en œuvre cet objectif, il fallait doter le gouvernement du pouvoir de décider de la fermeture de réacteurs pour des raisons de politique énergétique.

On cherchera en vain cette disposition, qui était pourtant sa première raison d’être, dans la loi de 2015. Après des mois de résistance menée notamment par EDF, le statu quo a prévalu. La loi a toutefois introduit des instruments censés donner au gouvernement les moyens d’imposer une trajectoire nucléaire, au premier rang desquels la Programmation pluriannuelle de l’énergie à 5 et 10 ans (PPE), assortie de l’obligation faite à l’opérateur historique du parc nucléaire de présenter au gouvernement un plan stratégique conforme à cette PPE.

Cette PPE doit elle même s’inscrire dans une trajectoire à plus long terme, la Stratégie nationale bas carbone (SNBC), conforme aux orientations de la loi – mise en œuvre de la sobriété et de l’efficacité énergétique pour maîtriser la demande, développement des énergies renouvelables pour y répondre – et aux nombreux objectifs fixés aux horizons 2030, 2040 ou 2050. Ces objectifs, tirés du débat préparatoire à la loi, forment d’ailleurs une trajectoire ambitieuse et cohérente, soucieuse du bon équilibre entre les différents enjeux de transformation du système énergétique :

• un objectif de réduction de la consommation finale d’énergie de 20 % à l’horizon intermédiaire de 2030 et de 50 % à l’horizon 2050 – l’analyse des différents scénarios ayant conclu à la nécessité d’une telle évolution pour réduire au niveau alors considéré, soit une baisse de 75 % à 2050, les émissions de gaz à effet de serre ;

• un objectif spécifique d’élimination progressive des énergies fossiles, avec une réduction de 30 % de leur consommation en 2030 par rapport à 2012 ;

• des objectifs de substitution par les énergies renouvelables, pour atteindre 23 % de la consommation finale brute d’énergie en 2020 et 32 % en 2030, et de rééquilibrage du mix électrique, combinant l’objectif précité de réduction de la part du nucléaire à celui de porter celle des renouvelables à 40 % en 2030 dans la production d’électricité.

Tous les experts s’accordent en revanche à dire que le train des politiques et mesures prévues par la loi, ou des textes qui en découlent reste très en deçà des objectifs à atteindre. L’application timide ou incomplète de ces mesures finit d’écarter la France de la trajectoire qu’elle s’est fixée, qu’il s’agisse du retard dans le développement des énergies renouvelables ou du premier budget carbone prévu par la SNBC.

L’échec à engager la fermeture de réacteurs nucléaires à travers la loi de 2015, et le retard observé dans la transformation plus large de notre système énergétique ne sont peut-être que deux symptômes du même mal : l’incapacité politique à faire émerger dans notre pays une vision partagée de la transition énergétique, susceptible de devenir un projet commun.

Il faudrait pour cela réconcilier l’histoire du système énergétique français avec son avenir. La première, totalement focalisée sur le système électrique, est faite de l’assise du service public régulé sur un opérateur national, un système hyper centralisé et un outil industriel régalien par nature, le nucléaire. Le second, qui impose d’abord de retrouver une vision beaucoup plus complète de la problématique énergétique, est fait tout à la fois d’intégration européenne, de dynamiques de marché, de décentralisation au profit des collectivités et des acteurs locaux, d’innovation et de foisonnement des solutions de production et d’action sur la demande.

Faute d’assumer ce travail politique de construction d’un nouveau modèle, dans lequel les acquis sociaux et économiques doivent être refondés pour être préservés, le gouvernement reste prisonnier de l’ancien. Il cherche à repousser l’échéance de choix pourtant inéluctables. Son réflexe politique n’est pas d’accélérer la transformation pour rattraper le retard constaté vis-à-vis de ses propres objectifs, mais de construire la justification politique de son conservatisme.

Le dossier nucléaire est au cœur du problème. La fin du cycle industriel lancé dans les années soixante-dix devait coïncider avec l’impulsion d’un changement. Mais depuis 2015, le gouvernement a renoncé à fermer Fessenheim dans le délai prévu (repoussant l’échéance de 2016 à 2020), puis a surjoué l’impact potentiel de fermetures de réacteurs sur les émissions de CO2 ou sur la sécurité du système électrique. Il a notamment ignoré les scénarios officiels montrant que l’objectif de 50 % pouvait être atteint dès 2030 en fermant plus de 20 réacteurs, retenant plutôt un scénario de 14 fermetures seulement pour n’atteindre 50 % qu’en 2035.

La prolongation de réacteurs est présentée comme l’option la plus naturelle et la moins chère, au prix d’un raisonnement économique plus que court-termiste, et d’un déni des difficultés techniques, de la charge industrielle et du risque financier associés à cette option. Il reste à l’issue de la trajectoire PPE, en 2035, 44 réacteurs en service qui atteignent 50 ans de durée de vie en moyenne. Ce choix, combiné au développement des énergies renouvelables, conduit à plus d’un quart de surproduction que le gouvernement parie de déverser à l’exportation, avec un risque de surcoût massif pour le système électrique français.

La SNBC, sans statuer sur la nature du mix électrique décarboné à l’horizon 2050, ne peut que composer avec cette surélectrification, en jouant plus que de raison sur le levier de l’électricité bas carbone. Le tout conduisant, étape ultime, à devoir ajuster les objectifs… Pour aboutir à cette situation absurde, contraire à l’équilibre des pouvoirs exécutif et législatif : c’est à la loi qu’on demande de s’adapter aux instruments réglementaires qu’elle a créés !

Pour masquer ce renoncement à court-moyen terme, il est de bonne guerre de renforcer l’ambition à long terme. Le principal apport du projet de loi est d’introduire, en ligne avec l’Accord de Paris, un objectif bienvenu de neutralité carbone à 2050 – qui reste toutefois à définir précisément et à assortir d’un facteur de réduction des émissions de gaz à effet de serre qui, pour être cohérent avec cet objectif, doit être au moins de huit. Dans un autre registre, la création du Haut conseil pour le climat constitue sur le papier un progrès important pour la gouvernance des politiques publiques dans ce domaine.

Mais l’essentiel n’est pas là. L’échec à légiférer sur un mécanisme politique de fermeture des réacteurs, qui était l’enjeu en 2015, conduit mécaniquement aujourd’hui à l’obligation de légiférer pour acter ce renoncement, et rendre le glissement de trajectoire proposé par la PPE légal. De la révision des objectifs prévue par l’article 1er aux aménagements prévus par l’article 8 du mécanisme d’accès régulé à l’électricité nucléaire historique (ARENH), clé pour protéger des effets de marché la mise en œuvre de la trajectoire prévue par la PPE, la raison d’être du projet est claire.

Le signal est désastreux. Aucune impulsion n’est donnée pour une véritable politique de maîtrise de la consommation d’énergie, pourtant premier levier d’action de la transition, et encore moins de celle d’électricité, seule à même de desserrer les contraintes qui pèsent sur le système électrique. Celui-ci, saturé par les capacités existantes, n’offre pas tout l’espace nécessaire pour un développement au niveau affiché des énergies renouvelables électriques. Et la priorité à l’électricité freine les efforts dans les autres domaines, à commencer par la mobilisation nécessaire de la biomasse.

C’est, en creux, une forme de renoncement à l’urgence à mettre en œuvre la transition énergétique. Mais notre système vieillissant, sclérosé et de plus en plus coûteux pour les entreprises et les ménages, ne résistera guère plus au temps, et à la pression du nécessaire changement. Aucune loi ne permettra de repousser indéfiniment le temps politique des véritables décisions. 

737 K2_VIEWS