REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

INFORMATIONS SUR LES COOKIES

1. Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est un fichier texte susceptible d’être enregistré, sous réserve de vos choix, dans un espace dédié du disque dur de votre terminal, à l’occasion de la consultation d’un service en ligne grâce à votre logiciel de navigation.

Un fichier cookie permet à son émetteur d’identifier le terminal dans lequel il est enregistré, pendant la durée de validité.

2. A quoi servent les cookies émis sur notre site ?

Seul l’émetteur d’un cookie est susceptible de lire ou de modifier les informations qui y sont contenues.

Les cookies utilisés sur notre site permettent d'identifier les services et rubriques que l'utilisateur a visités, et plus généralement son comportement en matière de visites. Ces informations sont utiles pour mieux personnaliser les services, contenus, offres promotionnelles et bannières qui apparaissent sur notre site et faciliter votre navigation sur notre site. Des cookies sont également nécessaires au bon fonctionnement de certains services ou encore pour mesurer leur audience.

Des cookies sont susceptibles d’être inclus dans les espaces publicitaires de notre site. Ces espaces contribuent au financement des contenus et services que nous mettons à votre disposition.

 

3. Les cookies que nous émettons sur notre site :

Lorsque vous vous connectez à notre site, nous pouvons être amenés, sous réserve de vos choix, à installer divers cookies dans votre terminal nous permettant de reconnaître le navigateur de votre terminal pendant la durée de validité du cookie concerné.
Les cookies que nous émettons sont utilisés aux fins décrites ci-dessous, sous réserve de vos choix qui résultent des paramètres de votre logiciel de navigation utilisé lors de votre visite de notre site.

Les cookies que nous émettons nous permettent de :

4. Faciliter votre navigation sur notre site :

- en adaptant la présentation de notre site aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc) lors de vos visites sur notre site, selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en mémorisant des informations relatives à un formulaire que vous avez rempli sur notre site (inscription ou accès à votre compte) ou à des produits, services ou informations que vous avez choisis sur notre site (service souscrit, contenu consulté, achat effectué etc …).

- en vous permettant d’accéder à des espaces réservés et personnels de notre site, tels que votre compte, grâce à des identifiants ou des données que vous nous avez éventuellement antérieurement confiés

- en mettant en œuvre des mesures de sécurité.

 

5. Améliorer nos services :

Ces cookies permettent d’établir des statistiques et volume de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant notre site (rubriques et contenus visité, parcours) afin d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie de nos services.

6. Adapter la publicité proposée sur notre site :

- en comptabilisant le nombre total de publicités affichées par nos soins sur nos espaces publicitaires, d’identifier ces publicités, le nombre d’utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et d’établir des statistiques,

- en adaptant nos espaces publicitaires aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal par nos espaces publicitaires, selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- en adaptant le cas échéant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous nous avez fournies

7. Les cookies émis sur notre site par des tiers

L'émission et l'utilisation de cookies par des tiers sont soumises aux politiques de protection de la vie privée de ces tiers. Nous vous informons de l'objet des cookies dont nous avons connaissance et des moyens dont vous disposez pour effectuer des choix à l'égard de ces cookies.

a) Du fait d'applications tierces intégrées à notre site

Nous sommes susceptibles d'inclure sur notre site/application, des applications informatiques émanant de tiers, qui vous permettent de partager des contenus de notre site avec d'autres personnes ou de faire connaître à ces autres personnes votre consultation ou votre opinion concernant un contenu de notre site/application. Tel est notamment le cas des boutons "Partager", "J'aime", issus de réseaux sociaux tels que Facebook "Twitter", LinkedIn", "Viadeo", etc.

Le réseau social fournissant un tel bouton applicatif est susceptible de vous identifier grâce à ce bouton, même si vous n'avez pas utilisé ce bouton lors de votre consultation de notre site/application. En effet, ce type de bouton applicatif peut permettre au réseau social concerné de suivre votre navigation sur notre site, du seul fait que votre compte au réseau social concerné était activé sur votre terminal (session ouverte) durant votre navigation sur notre site.
Nous n'avons aucun contrôle sur le processus employé par les réseaux sociaux pour collecter des informations relatives à votre navigation sur notre site et associées aux données personnelles dont ils disposent. Nous vous invitons à consulter les politiques de protection de la vie privée de ces réseaux sociaux afin de prendre connaissance des finalités d'utilisation, notamment publicitaires, des informations de navigation qu'ils peuvent recueillir grâce à ces boutons applicatifs. Ces politiques de protection doivent notamment vous permettre d'exercer vos choix auprès de ces réseaux sociaux, notamment en paramétrant vos comptes d'utilisation de chacun de ces réseaux.

b) Via des contenus de tiers diffusés dans nos espaces publicitaires

Les contenus publicitaires sont susceptibles de contenir des cookies émis par des tiers : soit l'annonceur à l'origine du contenu publicitaire concerné, soit une société tierce à l'annonceur (agence conseil en communication, société de mesure d'audience, prestataire de publicité ciblée, etc.), qui a associé un cookie au contenu publicitaire d'un annonceur.

Le cas échéant, les cookies émis par ces tiers peuvent leur permettre, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre d'affichages des contenus publicitaires diffusés via nos espaces publicitaires, d'identifier les publicités ainsi affichées, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité, leur permettant de calculer les sommes dues de ce fait et d'établir des statistiques,

- de reconnaître votre terminal lors de sa navigation ultérieure sur tout autre site ou service sur lequel ces annonceurs ou ces tiers émettent également des cookies et, le cas échéant, d'adapter ces sites et services tiers ou les publicités qu'ils diffusent, à la navigation de votre terminal dont ils peuvent avoir connaissance.

c) Par une régie publicitaire externe exploitant nos espaces publicitaires

Les espaces publicitaires de notre site sont susceptibles d'être exploités par une ou plusieurs régie(s) publicitaire(s) externe(s) et, le cas échéant, de contenir des cookies émis par l'une d'entre elles. Le cas échéant, les cookies émis par ces régies publicitaires externes leur permettent, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre total de publicités affichées par leurs soins sur nos espaces publicitaires, d'identifier ces publicités, leur nombre d'affichages respectifs, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et, le cas échéant, les actions ultérieures effectuées par ces utilisateurs sur les pages auxquelles mènent ces publicités, afin de calculer les sommes dues aux acteurs de la chaîne de diffusion publicitaire (annonceur, agence de communication, régie publicitaire, site/support de diffusion) et d'établir des statistiques,

- d'adapter les espaces publicitaires qu'elles opèrent aux préférences d'affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d'affichage, système d'exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation antérieure ou ultérieure de votre terminal sur des sites de tiers au sein desquels la régie concernée émet également des cookies, sous réserve que ces cookies aient été enregistrés dans votre terminal conformément aux choix que vous avez exercés à l'égard de cette régie,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation (longitude et latitude) transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous auriez pu fournir à cette régie publicitaire.

8. Vos choix concernant les cookies

Plusieurs possibilités vous sont offertes pour gérer les cookies. Tout paramétrage que vous pouvez entreprendre sera susceptible de modifier votre navigation sur Internet et notre site ainsi que vos conditions d'accès à certains services nécessitant l'utilisation de cookies. Vous pouvez faire le choix à tout moment d'exprimer et de modifier vos souhaits en matière de cookies, par les moyens décrits ci-dessous.

Les choix qui vous sont offerts par votre logiciel de navigation :

Vous pouvez configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que des cookies soient enregistrés dans votre terminal ou, au contraire, qu'ils soient rejetés, soit systématiquement, soit selon leur émetteur. Vous pouvez également configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que l'acceptation ou le refus des cookies vous soient proposés ponctuellement, avant qu'un cookie soit susceptible d'être enregistré dans votre terminal. Pour plus d'informations, consultez la rubrique "Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?"

(a) L’accord sur les Cookies

L’enregistrement d’un cookie dans un terminal est subordonné à la volonté de l’utilisateur du terminal, que celui-ci peut exprimer et modifier à tout moment et gratuitement à travers les choix qui lui sont offerts par son logiciel de navigation. Si vous avez accepté dans votre logiciel de navigation l’enregistrement de cookies dans votre Terminal, les cookies intégrés dans les pages et contenus que vous avez consultés pourront être stockés temporairement dans un espace dédié de votre terminal. Ils y seront lisibles uniquement par leur émetteur.

(b) Le refus des Cookies

Si vous refusez l'enregistrement de cookies dans votre terminal, ou si vous supprimez ceux qui y sont enregistrés, vous ne pourrez plus bénéficier d'un certain nombre de fonctionnalités nécessaires pour naviguer dans certains espaces de notre site. Tel serait le cas si vous tentiez d'accéder à nos contenus ou services qui nécessitent de vous identifier. Tel serait également le cas lorsque nous -ou nos prestataires- ne pourrions pas reconnaître, à des fins de compatibilité technique, le type de navigateur utilisé par votre terminal, ses paramètres de langue et d'affichage ou le pays depuis lequel votre terminal semble connecté à Internet. Le cas échéant, nous déclinons toute responsabilité pour les conséquences liées au fonctionnement dégradé de nos services résultant de l'impossibilité pour nous d'enregistrer ou de consulter les cookies nécessaires à leur fonctionnement et que vous auriez refusés ou supprimés.

(c) Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?

Pour la gestion des cookies et de vos choix, la configuration de chaque navigateur est différente. Elle est décrite dans le menu d'aide de votre navigateur, qui vous permettra de savoir de quelle manière modifier vos souhaits en matière de cookies.
Pour Internet Explorer™
Pour Safari™
Pour Chrome™
Pour Firefox™
Pour Opera™
etc...

(d) Les cookies "Flash"© de "Adobe Flash Player"™

"Adobe Flash Player"™ est une application informatique qui permet le développement rapide des contenus dynamiques utilisant le langage informatique "Flash". Flash (et les applications de même type) mémorise les paramètres, les préférences et l'utilisation de ces contenus grâce à une technologie similaire aux cookies. Toutefois, "Adobe Flash Player"™ gère ces informations et vos choix via une interface différente de celle fournie par votre logiciel de navigation.

Dans la mesure où votre terminal serait susceptible de visualiser des contenus développés avec le langage Flash, nous vous invitons à accéder à vos outils de gestion des cookies Flash, directement depuis le site http://www.adobe.com/fr.

La France made in China - La France peut-elle résister à la puissance chinoise ?

La France a accueilli en grande pompe le Président Chinois Xi Jinping. A la suite de cette visite d’Etat, plusieurs contrats ont été signés. Mais en France certains s’interrogent sur les intentions cachées des investisseurs Chinois et leur appétit pour nos fleurons industriels. Un « essor » qui rime aussi avec lobbying politique, espionnage industriel et transfert de technologie imposé. En s’appuyant sur une enquête rigoureuse et de nombreux entretiens, Pierre Tiessen et Régis Soubrouillard montrent le nouveau dilemme de la France face à une puissance économique chinoise. Une France tiraillée entre la volonté d’attirer ces nouveaux investisseurs et celle de protéger des savoir-faire stratégiques. Mais en France, la Chine sait pouvoir compter sur ses « amis ».

Auteurs : Pierre Tiessen et Régis Soubrouillard*

*Formé au chinois à l’Université des langues à Pékin où il a été correspondant pendant une dizaine d’années, Pierre Tiessen couvre l’actualité chinoise pour Challenges. Journaliste à Marianne pendant dix ans, Régis Soubrouillard collabore aujourd’hui à divers médias, notamment économiques.

Les « amis » de la Chine

Jean-Pierre Raffarin, le « panda kisser »

[…] Même s’il n’est plus Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin sert de relais aux gouvernements français successifs pour dialoguer avec Pékin, ce qui lui vaut le surnom de « chef des pompiers » dans la presse chinoise. En 2008, les relations entre les deux pays se tendent brusquement. Le parcours de la flamme olympique a été perturbé à Paris par des militants pro-Tibet. Jean-Pierre Raffarin est appelé à la rescousse. Il s’envole alors régulièrement à Pékin pour tenter de calmer les esprits. La presse officielle chinoise rend compte avec enthousiasme de l’une des conférences de presse qu’il donne sur place pour dénoncer les actes des « provocateurs français ». […]

Jean-Pierre Raffarin adore la Chine – et c’est réciproque – mais pas au point de s’y installer. Il aurait pourtant pu y être ambassadeur de France, poste que lui a proposé Nicolas Sarkozy en 2010. Il a préféré refuser la proposition : « Je suis libre alors que lorsque l’on est ambassadeur, on ne l’est pas vraiment », nous explique-t-il.

Libre au point d’écrire des livres, publiés uniquement en Chine. Des ouvrages qui suivent la « ligne du parti » comme le notera Philippe Grangereau, correspondant en 2011 de Libération à Pékin qui a lu Ce que la Chine nous a appris, un ouvrage paru en 2010 et édité par une maison d’édition liée au ministère des Affaires étrangères chinois dans lequel l’ancien Premier ministre ne cache pas son admiration pour les caciques du parti. « Les leaders chinois ont toujours pléthore de talents, et leur culture est extrêmement profonde. Les dirigeants chinois sont tous d’une grande qualité », écrivait-il alors.

Pour le journaliste de Libération, « Raffarin est entré dans le cercle très fermé des “vrais amis de la Chine”, aux côtés d’Henry Kissinger et quelques autres. Le Quotidien du peuple les interviewe fréquemment, et les autorités les reçoivent presque comme des chefs d’État. Un universitaire américain les a un peu méchamment baptisés les “panda kissers”. » (1) […]

L’ancien Premier ministre de Jacques Chirac serait-il toujours un « panka kisser » ? En retrait de la vie politique française, il est en tout cas toujours (très) actif quand il est question de la Chine. Il est même presque devenu un intime de Xi Jinping. « Quand il y a une conférence avec 50 personnes alignées, c’est moi qu’il vient saluer en premier », nous raconte-t-il pour assurer de sa proximité avec l’actuel Président Chinois. […]

Professeur à l’école de commerce sino-européenne CEIBS, basée à Shanghai, Jean-Pierre Raffarin y dirige la « Chaire du Général de Gaulle », créée en 2018, qui se veut une étude comparative des stratégies de leadership françaises et chinoises. Il a également rejoint la même année le conseil d’administration de la holding chinoise de l’équipementier automobile français Plastic Omnium.

À côté de ses activités privées, il joue au Quai d’Orsay le rôle de représentant spécial pour la Chine. Une mission que lui a confiée Jean-Yves Le Drian en janvier 2018. Une fonction officieuse de « superambassadeur » pour laquelle il précise ne pas être payé. Il siège également au sein du comité de direction du Boao Forum for Asia, directement organisé par le PCC, rappelle Emmanuel Dubois de Prisque, corédacteur en chef de la revue Mondes Chinois. […]

Une multitude de « casquettes » qui amènent certains à se demander si Jean-Pierre Raffarin ne sert pas tout simplement la propagande du régime chinois (2)[…].

Dominique de Villepin, l’homme qui a dit « oui » à la Chine

L’ancien patron du Quai d’Orsay a marqué l’histoire diplomatique française par son discours prononcé à l’ONU en 2003 au moment de la crise irakienne. L’homme qui a dit « non » aux Américains a été largement célébré par les médias chinois. « Villepin le lettré » est depuis considéré par Zhongnanhai comme une référence. Un « ami » de la Chine. Une amitié qu’il sait entretenir depuis sa prise de distance de la vie politique française. Dominique de Villepin, aujourd’hui consultant international, est en effet une référence dans les milieux d’affaires chinois. Il est à la tête de deux sociétés enregistrées à Hong Kong dont Villepin International China Limited. Cette entité locale de Villepin International est gérée par son fils Arthur Galouzeau de Villepin, résidant à Hong Kong, par ailleurs à la tête de Pont des Arts, une société d’export de grands vins français.

De quoi, pour certains, poser la question de sa « neutralité » lorsque l’ancien patron du Quai d’Orsay s’exprime sur les questions de politique internationale[…].

Ce n’est pas la première fois que l’ancien Premier ministre fait profiter les organismes économiques chinois de sa réputation. Sa reconversion dans le privé a presque commencé à Pékin. En 2013, il demande en effet à toucher sa retraite de diplomate, pour devenir président du conseil consultatif international de UCRG, la première agence de notation chinoise, dont l’ambition vise à cette époque à concurrencer les agences de notation occidentales. UCRG est détenue par Dagong, une institution financière mais aussi une émanation du pouvoir chinois, pour laquelle Dominique de Villepin a déjà effectué des missions de conseil. La notoriété internationale de l’ancien Premier ministre français représente un atout non négligeable pour cette agence qui a l’ambition de lutter contre l’alignement américain des milieux financiers. […]

[…] L’ancien Premier ministre intervient toujours régulièrement dans les médias officiels pour y commenter la vie politique chinoise. En novembre 2017, il est ainsi l’invité du China Global Television Network au moment du 19ème congrès du PCC qui consacre la « réélection » de Xi Jinping pour un nouveau mandat de cinq ans. Pour Dominique de Villepin, il s’agit d’un « moment historique. […] Nous avons vu la plus importante action politique de ces dix dernières années ». Puis il défend le modèle de parti unique qu’il estime tout à fait adapté au « format » chinois. « Pour les Occidentaux, il est parfois difficile de comprendre pourquoi un Parti comme le Parti communiste chinois a autant de responsabilités mais je crois qu’il est réellement adapté au format de la Chine. Vous ne pouvez pas diriger 66 millions de personnes comme vous dirigez 1,5 milliard d’habitants. » Contacté par nos soins pour commenter ses paroles, Dominique de Villepin nous répondra par e-mail que celles-ci « doivent être appréciées dans leur contexte évoquant les nécessités de la modernisation du pays et de structuration de la société et de la nation chinoises, autant que le contexte de prise de responsabilités mondiales pour la sécurité de l’ordre international ».

Jean-Marie Le Guen, du modèle taïwanais au business chinois

À ses débuts en politique, c’est peu dire que Jean-Marie Le Guen n’a pas été tendre avec la Chine communiste. « Depuis des années, la Chine nous roule dans la farine. Nous avons perdu que trop de temps, et il nous faut repenser maintenant complètement notre stratégie dans cette région », déclare-t-il en 1992 au magazine Capital. Le député de la 9ème circonscription de Paris qui comprend le 13ème arrondissement – où réside une grande partie de la communauté chinoise parisienne – plaide alors pour un renforcement des relations France-Taïwan. Son ami et mentor Dominique Strauss-Kahn est sur la même ligne et estime que « la France finance trop de projets franco-chinois ». À l’époque, cette frange du Parti socialiste a clairement choisi son camp entre la République populaire de Chine et la République de Chine (autre nom de Taïwan), en plaidant pour un renforcement du dialogue avec Taipei. […]

Mais en 2003, l’élu change de camp, et intègre le groupe d’amitié France-Chine à l’Assemblée nationale qu’il ne quittera qu’en 2017. Tout ce temps, le député du 13ème sera l’un des principaux référents sur la Chine au sein du Parti Socialiste.

Une expertise qu’il saura faire valoir. Au lendemain de l’élection d’Emmanuel Macron à l’Élysée, faute d’avoir pu obtenir l’investiture de LREM, Jean-Marie Le Guen rejoint en effet Siaci Saint Honoré, le premier courtier en assurances français. Il y conseille Pierre Donnersberg, son président, qui signe en janvier 2018 un partenariat avec HNA, un conglomérat chinois à la tête de la compagnie aérienne Hainan Airlines et ancien actionnaire à hauteur de 10 % du groupe Pierre & Vacances. HNA est aussi propriétaire du suisse GateGroup – spécialisé dans la restauration et l’industrie du voyage – racheté fin 2016 pour 1,5 milliard de dollars. En mai 2017, Jean-Marie Le Guen intègre également le conseil d’administration de cette société. Puis, quelques mois plus tard, celui de Swissport, un fournisseur de services aux aéroports également racheté par HNA en 2015 pour près de 3 milliards d’euros. […] Dans une de ses enquêtes, parue en 2017, le Financial Times qualifiera la structure actionnariale du groupe de « complexe et alambiquée » entre ses actionnaires fantômes et la multiplication des filiales dans des paradis fiscaux.

Les autres amis de la Chine (et cercles d’influence)

C’est l’une des tables d’affaires les plus prisées de Paris. L’une des plus sélectes aussi. Impossible, pour un gourmet lambda, de pousser la porte du Chinese Business Club (CBC) sans carton d’invitation. Pour participer aux agapes « 5 étoiles » de ce réseau d’affaires franco-chinois – le plus coté de la place –, il faut en être membre. Et débourser pour cela un droit d’adhésion fixé à plusieurs milliers d’euros en échange d’une dizaine de rendez-vous par an[…].

Mais surtout de précieux temps d’échanges ; de « business matching », selon le vocable maison. Car ici, en plus de bien manger, l’on « réseaute ». Être encarté au CBC – créé il y a seulement huit ans –, c’est en effet croiser, le temps d’une formule rapide (3 heures montre en main, apéritif compris), tout le gotha économique et financier des échanges France-Chine. Au total, une centaine d’entreprises sont membres. Henri Giscard d’Estaing, fils aîné de l’ex-président français et patron du Club Med (aux mains du groupe Fosun), y a ses habitudes. De son vivant, l’industriel Serge Dassault y avait ses entrées aussi. L’ex-sénateur de l’Essonne et ses lieutenants y ont d’ailleurs conclu, sur un coin de table dit-on, plusieurs ventes de Falcon privés avec de riches hommes d’affaires hongkongais. Bernard Laporte – patron du rugby français – y a déjà pris place à table. Tout comme l’ex-ministre de l’Intérieur Claude Guéant, reconverti dans le conseil en Afrique, ou Bernard Squarcini, ancien patron du Renseignement intérieur français… Et même, dernièrement, Alexandre Benalla – l’ancien adjoint au chef de cabinet de l’Élysée, reconverti, depuis son éviction du Palais, dans la sécurité internationale. Côté chinois, on y trinque avec le président France du géant bancaire ICBC ou encore avec celui du premier opérateur télécom mondial China Mobile. Du lourd.

Mais c’est avec les « super-VIP » – ses invités prestigieux, à la fois people et politiques – que le CBC s’est imposé comme l’un des clubs d’affaires les plus influents de France. The place to be pour qui fait du business avec Pékin. À son palmarès : Nicolas Sarkozy, Anne Hidalgo, le prince Albert de Monaco, Pierre Gattaz, Guillaume Pepy, Sophie Marceau, Isabelle Huppert, Juliette Binoche… Tous, sans exception y ont vanté « l’amitié France-Chine » et prôné un renforcement des échanges bilatéraux. Même Arnaud Montebourg, à l’époque patron de Bercy et déjà infatigable défenseur du « Made in France », s’est laissé tenter en 2014. Jean-Pierre Raffarin y est quant à lui un invité régulier, sinon permanent. Tandis que Jean-Yves Le Drian y a récemment déjeuné. Autre visite remarquée au CBC : celle d’Emmanuel Macron, en 2015, accompagné de cinq autres ministres du gouvernement Valls de l’époque. Alors ministre de l’Économie, l’actuel chef de l’État avait ce jour-là appelé ses auditeurs à une « révolution culturelle » … La référence maoïste avait fait mouche.

[…] Parfois, ce sont les entreprises chinoises elles-mêmes qui cherchent à s’entourer d’influents relais. C’est notamment le cas du géant des télécoms Huawei, dont Jean-Louis Borloo est membre du conseil d’administration depuis fin 2016. « Le 13 décembre au soir, l’ancien Ministre a convié quelques-unes de ses relations au Ritz pour leur présenter Ken Hu, le grand patron de Huawei », écrit à l’époque Le Canard enchaîné. Jean-Marie Le Guen et Paul Boury, lobbyiste proche de François Hollande, étaient présents. Mais aussi Antoine Gosset - Grainville, ancien directeur adjoint du cabinet de François Fillon à Matignon, Édouard Tétreau, conseil en entreprise et soutien d’Emmanuel Macron… « Objectif : convaincre que Huawei n’est pas une boîte si affreuse que ça… » En février 2017, le groupe chinois fera à la ville de Valenciennes, dont Jean-Louis Borloo fut maire de 1989 à 2002, un cadeau d’une valeur de 2 millions d’euros, annonçant le renouvellement complet du système de caméras de la ville.

Huawei est en réalité un grand adepte du lobbying assuré par le cabinet Boury, Tallon & Associés, très actif dans les milieux politiques et enregistré au Sénat en tant que « groupe d’intérêts ». Si l’on en croit les échanges d’e-mails révélés par WikiLeaks, le responsable des affaires publiques de Huawei a invité Pierre Person à Roland-Garros dans son carré VIP, en juin 2016. Lors de la campagne présidentielle de 2017, Pierre Person était le conseiller politique d’Emmanuel Macron. Devenu député, il nous répondra : « N’occupant aucun poste à responsabilité auprès d’En Marche, et étant simple salarié du privé ne disposant d’aucun mandat d’élu national et local, je ne pouvais être alerté sur les activités de cette entreprise. Le cadre de ce rendez-vous informel nous a permis d’échanger avec plusieurs représentants de think tanks sur la question du secteur des télécoms. » Pourtant, après cette rencontre « informelle », Huawei cherche à se rapprocher du mouvement En Marche et propose un voyage en Chine « dans une optique prospectiviste et d’ouverture sur de nouveaux business models » pour découvrir le campus de Huawei à Shenzhen et visiter Tencent, le géant de l’Internet chinois. Le voyage ne se fera pas mais les échanges en disent long sur l’objectif du groupe chinois de séduire les milieux politiques. 


(1) « Le Petit livre rouge de Raffarin », Libération, 27 octobre 2011


(2) En juillet 2018, l’hebdomadaire Valeurs actuelles écrit que « les relations très étroites de Jean-Pierre Raffarin avec la Chine ont attiré l’attention de la DGSI […] Dans le jargon, on dit qu’il “clignote” ». Jean-Pierre Raffarin a adressé à Valeurs actuelles un droit de réponse dans lequel il se dit « choqué par les insinuations que contient votre article sur mon travail au service des relations franco-chinoises. En effet ces relations n’ont rien de mystérieux : elles sont officielles, publiques et transparentes. J’ai notamment aidé plus de 1 000 entreprises françaises ces dix dernières années. Mes contacts, établis depuis bientôt 50 ans, ont toujours été mis au service des intérêts français et toujours avec des relations de confiance avec l’ensemble de nos services ».

154 K2_VIEWS