REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

INFORMATIONS SUR LES COOKIES

1. Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est un fichier texte susceptible d’être enregistré, sous réserve de vos choix, dans un espace dédié du disque dur de votre terminal, à l’occasion de la consultation d’un service en ligne grâce à votre logiciel de navigation.

Un fichier cookie permet à son émetteur d’identifier le terminal dans lequel il est enregistré, pendant la durée de validité.

2. A quoi servent les cookies émis sur notre site ?

Seul l’émetteur d’un cookie est susceptible de lire ou de modifier les informations qui y sont contenues.

Les cookies utilisés sur notre site permettent d'identifier les services et rubriques que l'utilisateur a visités, et plus généralement son comportement en matière de visites. Ces informations sont utiles pour mieux personnaliser les services, contenus, offres promotionnelles et bannières qui apparaissent sur notre site et faciliter votre navigation sur notre site. Des cookies sont également nécessaires au bon fonctionnement de certains services ou encore pour mesurer leur audience.

Des cookies sont susceptibles d’être inclus dans les espaces publicitaires de notre site. Ces espaces contribuent au financement des contenus et services que nous mettons à votre disposition.

 

3. Les cookies que nous émettons sur notre site :

Lorsque vous vous connectez à notre site, nous pouvons être amenés, sous réserve de vos choix, à installer divers cookies dans votre terminal nous permettant de reconnaître le navigateur de votre terminal pendant la durée de validité du cookie concerné.
Les cookies que nous émettons sont utilisés aux fins décrites ci-dessous, sous réserve de vos choix qui résultent des paramètres de votre logiciel de navigation utilisé lors de votre visite de notre site.

Les cookies que nous émettons nous permettent de :

4. Faciliter votre navigation sur notre site :

- en adaptant la présentation de notre site aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc) lors de vos visites sur notre site, selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en mémorisant des informations relatives à un formulaire que vous avez rempli sur notre site (inscription ou accès à votre compte) ou à des produits, services ou informations que vous avez choisis sur notre site (service souscrit, contenu consulté, achat effectué etc …).

- en vous permettant d’accéder à des espaces réservés et personnels de notre site, tels que votre compte, grâce à des identifiants ou des données que vous nous avez éventuellement antérieurement confiés

- en mettant en œuvre des mesures de sécurité.

 

5. Améliorer nos services :

Ces cookies permettent d’établir des statistiques et volume de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant notre site (rubriques et contenus visité, parcours) afin d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie de nos services.

6. Adapter la publicité proposée sur notre site :

- en comptabilisant le nombre total de publicités affichées par nos soins sur nos espaces publicitaires, d’identifier ces publicités, le nombre d’utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et d’établir des statistiques,

- en adaptant nos espaces publicitaires aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal par nos espaces publicitaires, selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- en adaptant le cas échéant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous nous avez fournies

7. Les cookies émis sur notre site par des tiers

L'émission et l'utilisation de cookies par des tiers sont soumises aux politiques de protection de la vie privée de ces tiers. Nous vous informons de l'objet des cookies dont nous avons connaissance et des moyens dont vous disposez pour effectuer des choix à l'égard de ces cookies.

a) Du fait d'applications tierces intégrées à notre site

Nous sommes susceptibles d'inclure sur notre site/application, des applications informatiques émanant de tiers, qui vous permettent de partager des contenus de notre site avec d'autres personnes ou de faire connaître à ces autres personnes votre consultation ou votre opinion concernant un contenu de notre site/application. Tel est notamment le cas des boutons "Partager", "J'aime", issus de réseaux sociaux tels que Facebook "Twitter", LinkedIn", "Viadeo", etc.

Le réseau social fournissant un tel bouton applicatif est susceptible de vous identifier grâce à ce bouton, même si vous n'avez pas utilisé ce bouton lors de votre consultation de notre site/application. En effet, ce type de bouton applicatif peut permettre au réseau social concerné de suivre votre navigation sur notre site, du seul fait que votre compte au réseau social concerné était activé sur votre terminal (session ouverte) durant votre navigation sur notre site.
Nous n'avons aucun contrôle sur le processus employé par les réseaux sociaux pour collecter des informations relatives à votre navigation sur notre site et associées aux données personnelles dont ils disposent. Nous vous invitons à consulter les politiques de protection de la vie privée de ces réseaux sociaux afin de prendre connaissance des finalités d'utilisation, notamment publicitaires, des informations de navigation qu'ils peuvent recueillir grâce à ces boutons applicatifs. Ces politiques de protection doivent notamment vous permettre d'exercer vos choix auprès de ces réseaux sociaux, notamment en paramétrant vos comptes d'utilisation de chacun de ces réseaux.

b) Via des contenus de tiers diffusés dans nos espaces publicitaires

Les contenus publicitaires sont susceptibles de contenir des cookies émis par des tiers : soit l'annonceur à l'origine du contenu publicitaire concerné, soit une société tierce à l'annonceur (agence conseil en communication, société de mesure d'audience, prestataire de publicité ciblée, etc.), qui a associé un cookie au contenu publicitaire d'un annonceur.

Le cas échéant, les cookies émis par ces tiers peuvent leur permettre, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre d'affichages des contenus publicitaires diffusés via nos espaces publicitaires, d'identifier les publicités ainsi affichées, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité, leur permettant de calculer les sommes dues de ce fait et d'établir des statistiques,

- de reconnaître votre terminal lors de sa navigation ultérieure sur tout autre site ou service sur lequel ces annonceurs ou ces tiers émettent également des cookies et, le cas échéant, d'adapter ces sites et services tiers ou les publicités qu'ils diffusent, à la navigation de votre terminal dont ils peuvent avoir connaissance.

c) Par une régie publicitaire externe exploitant nos espaces publicitaires

Les espaces publicitaires de notre site sont susceptibles d'être exploités par une ou plusieurs régie(s) publicitaire(s) externe(s) et, le cas échéant, de contenir des cookies émis par l'une d'entre elles. Le cas échéant, les cookies émis par ces régies publicitaires externes leur permettent, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre total de publicités affichées par leurs soins sur nos espaces publicitaires, d'identifier ces publicités, leur nombre d'affichages respectifs, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et, le cas échéant, les actions ultérieures effectuées par ces utilisateurs sur les pages auxquelles mènent ces publicités, afin de calculer les sommes dues aux acteurs de la chaîne de diffusion publicitaire (annonceur, agence de communication, régie publicitaire, site/support de diffusion) et d'établir des statistiques,

- d'adapter les espaces publicitaires qu'elles opèrent aux préférences d'affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d'affichage, système d'exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation antérieure ou ultérieure de votre terminal sur des sites de tiers au sein desquels la régie concernée émet également des cookies, sous réserve que ces cookies aient été enregistrés dans votre terminal conformément aux choix que vous avez exercés à l'égard de cette régie,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation (longitude et latitude) transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous auriez pu fournir à cette régie publicitaire.

8. Vos choix concernant les cookies

Plusieurs possibilités vous sont offertes pour gérer les cookies. Tout paramétrage que vous pouvez entreprendre sera susceptible de modifier votre navigation sur Internet et notre site ainsi que vos conditions d'accès à certains services nécessitant l'utilisation de cookies. Vous pouvez faire le choix à tout moment d'exprimer et de modifier vos souhaits en matière de cookies, par les moyens décrits ci-dessous.

Les choix qui vous sont offerts par votre logiciel de navigation :

Vous pouvez configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que des cookies soient enregistrés dans votre terminal ou, au contraire, qu'ils soient rejetés, soit systématiquement, soit selon leur émetteur. Vous pouvez également configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que l'acceptation ou le refus des cookies vous soient proposés ponctuellement, avant qu'un cookie soit susceptible d'être enregistré dans votre terminal. Pour plus d'informations, consultez la rubrique "Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?"

(a) L’accord sur les Cookies

L’enregistrement d’un cookie dans un terminal est subordonné à la volonté de l’utilisateur du terminal, que celui-ci peut exprimer et modifier à tout moment et gratuitement à travers les choix qui lui sont offerts par son logiciel de navigation. Si vous avez accepté dans votre logiciel de navigation l’enregistrement de cookies dans votre Terminal, les cookies intégrés dans les pages et contenus que vous avez consultés pourront être stockés temporairement dans un espace dédié de votre terminal. Ils y seront lisibles uniquement par leur émetteur.

(b) Le refus des Cookies

Si vous refusez l'enregistrement de cookies dans votre terminal, ou si vous supprimez ceux qui y sont enregistrés, vous ne pourrez plus bénéficier d'un certain nombre de fonctionnalités nécessaires pour naviguer dans certains espaces de notre site. Tel serait le cas si vous tentiez d'accéder à nos contenus ou services qui nécessitent de vous identifier. Tel serait également le cas lorsque nous -ou nos prestataires- ne pourrions pas reconnaître, à des fins de compatibilité technique, le type de navigateur utilisé par votre terminal, ses paramètres de langue et d'affichage ou le pays depuis lequel votre terminal semble connecté à Internet. Le cas échéant, nous déclinons toute responsabilité pour les conséquences liées au fonctionnement dégradé de nos services résultant de l'impossibilité pour nous d'enregistrer ou de consulter les cookies nécessaires à leur fonctionnement et que vous auriez refusés ou supprimés.

(c) Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?

Pour la gestion des cookies et de vos choix, la configuration de chaque navigateur est différente. Elle est décrite dans le menu d'aide de votre navigateur, qui vous permettra de savoir de quelle manière modifier vos souhaits en matière de cookies.
Pour Internet Explorer™
Pour Safari™
Pour Chrome™
Pour Firefox™
Pour Opera™
etc...

(d) Les cookies "Flash"© de "Adobe Flash Player"™

"Adobe Flash Player"™ est une application informatique qui permet le développement rapide des contenus dynamiques utilisant le langage informatique "Flash". Flash (et les applications de même type) mémorise les paramètres, les préférences et l'utilisation de ces contenus grâce à une technologie similaire aux cookies. Toutefois, "Adobe Flash Player"™ gère ces informations et vos choix via une interface différente de celle fournie par votre logiciel de navigation.

Dans la mesure où votre terminal serait susceptible de visualiser des contenus développés avec le langage Flash, nous vous invitons à accéder à vos outils de gestion des cookies Flash, directement depuis le site http://www.adobe.com/fr.

Eoliennes : chronique d’un naufrage annoncé

Le grand plan de développement de l’énergie éolienne en France va-t-il tourner au naufrage ? « Tout semble l’annoncer » jugent les auteurs. « Des doutes de plus en plus forts et justifiés entourent ce choix énergétique qui répond essentiellement à des considérations politiques. Dans toutes les régions de France se manifeste une opposition croissante de la part des riverains contre les éoliennes qui menacent leur environnement et leur santé, mais aussi des Français en général, révoltés par le saccage de leurs paysages et le gaspillage des denier publics » expliquent-ils.

Auteurs : Pierre Dumont et Denis de Kergorlay*

* Pierre Dumont est chef d’entreprise. Il dirige une société familiale bicentenaire, elle-même engagée dans d’autres énergies renouvelables. Il mène, depuis de nombreuses années, un combat acharné pour préserver des éoliennes les sites emblématiques du pays de George Sand et de la Vallée des Peintres, entre Bas-Berry et Creuse.

* Denis de Kergorlay est un acteur de longue date du monde associatif dans le domaine de l’environnement (Les Amis de la Terre), de l’action humanitaire (Médecins Sans Frontières) et de la défense du patrimoine culturel (La Demeure Historique, Europa Nostra, French Heritage Society).

A la base de l’utopie : du fait de leur intermittence, les éoliennes ne pourront jamais remplacer le nucléaire. Prétendre remplacer les sources traditionnelles de production d’électricité décarbonées (hydraulique et nucléaire) par le solaire et l’éolien est une utopie par laquelle on trompe l’opinion. On aura beau faire, jamais il ne sera possible de « maîtriser » la force des vents, ni de les activer lorsqu’il n’y en a pas. On peut même affirmer que plus on construira d’éoliennes en France, plus on aura besoin de sources traditionnelles de production d’électricité pour faire face à l’intermittence de l’éolien. Plus nous produirons d’électricité éolienne, plus grand est le risque de manquer de courant en cas d’absence ou d’excès de vent, et donc plus importantes devront être les capacités alternatives de production immédiate d’électricité à partir d’énergies fossiles et donc de gaz (il n’y a plus de centrales à charbon en fonctionnement en France), ou du nucléaire. […] De surcroît, passer de l’un à l’autre ne se fait pas en « appuyant sur un bouton », mais suppose une régulation très fine. Il faut pouvoir monter très vite en puissance, afin de garantir la stabilité de la fourniture d’électricité. Or une centrale nucléaire ne peut pas varier sa production très facilement et ne peut pas s’adapter, en très peu de temps, à la force du vent dans une région donnée.

[…] Les promoteurs de l’éolien avancent en général deux arguments pour éviter de se heurter de front à la question de l’intermittence : l’émergence de nouvelles technologies de stockage de l’électricité et la multiplication des éoliennes sur le territoire pour profiter de la « compensation » des vents.

Autrement dit, on conserverait l’électricité produite par les éoliennes en cas de surplus pour l’utiliser lors des pics de consommation, ce qui en gommerait la nature intermittente, et l’on jouerait sur le fait que lorsqu’il n’y a pas de vent en Méditerranée, il peut y en voir dans l’Atlantique ou dans la Manche ; lorsqu’Éole est muet en Picardie, il peut se déchaîner à Toulouse ou à Lyon… En multipliant le nombre d’éoliennes, on aurait ainsi la garantie de profiter de tous les vents disponibles sur l’ensemble des territoires. Regardons ces arguments de près.

La compensation des vents

Il n’y a pas de « marché » du vent. On ne peut pas « acheter » du vent de la mer du Nord pour compenser son absence en Méditerranée. Et que se passe-t-il lorsqu’il n’y a pas de vent du tout sur l’ensemble du territoire français ?

Évoquer cette idée de compensation est une autre façon de plaider pour le mitage du territoire en multipliant les éoliennes. La force et la direction des vents sont impossibles à planifier. Au reste, l’efficacité énergétique d’une éolienne est faible.[…]

Le stockage de l’électricité

[…] Ni le vent, ni le soleil ne sont des sources d’énergie « stables ». Le soleil se couche précisément au moment où l’on a le plus besoin d’électricité. Le vent ne souffle pas avec force égale selon les saisons ou les moments de la journée. D’où le problème de l’intégration de cette énergie dans les réseaux existants. Trop de flux lorsqu’il fait beau ou qu’il y a du vent, pas assez dans le cas contraire font peser sur les réseaux des à-coups qu’ils supportent difficilement et qui peuvent même être facteurs d’incidents. Résoudre ce problème supposerait donc que l’on puisse « stocker » l’énergie afin de lisser les flux, quelle que soit leur origine, énergies renouvelables ou traditionnelles. […]

La vérité est que l’énergie éolienne est chère, qu’elle n’offre aucune sécurité d’approvisionnement et qu’elle nécessite, pour pallier son intermittence, le recours à des énergies alternatives souvent extrêmement polluantes, à l’exception du nucléaire qu’elle est censée remplacer. Cherchez l’erreur !

Le prix de l’utopie : des paysages dévastés, des sites et des monuments défigurés

Le choc est brutal lorsque l’on constate l’indifférence de nos dirigeants de tous bords face à la question de la destruction des paysages. À entendre les responsables politiques discourir à l’envi sur les atouts de la France et évoquer, en tête de liste, ses paysages et la beauté et l’authenticité de ses territoires, on ne peut qu’être pris de vertige devant cette contradiction flagrante : ceux-là mêmes qui mettent en avant la diversité des paysages français et le capital qu’ils représentent pour notre industrie touristique sont aussi les promoteurs de l’énergie éolienne, et donc les fossoyeurs de ce capital naturel, culturel et économique.

Le silence assourdissant, sur cette question essentielle, des ministres de la Culture qui se sont succédés depuis l’élection de François Hollande en 2012, est stupéfiant ! Sauf à considérer que les paysages et les monuments de la France ne font pas partie de notre culture… […]

Quand on présente l’objection que ces éoliennes ont pour effet d’altérer nos paysages, nos sites et nos monuments historiques, on se heurte à plusieurs types de réponses.

La première est le déni. On vous fait valoir que les considérations de protection du paysage sont déjà prises en compte. Les promoteurs insistent sur le cadre réglementaire qu’ils estiment déjà très contraignant : la distance de cinq cents mètres entre une éolienne et les habitations, l’enquête publique, les avis des différentes administrations…

Le deuxième type de réponse, c’est la reconnaissance partielle… En privé, certains, dans les cercles du pouvoir, ont l’honnêteté de ne pas nier l’impact des éoliennes sur les paysages, les sites et les monuments. Mais ils utilisent l’argument archi-usé de la résignation : « On ne fait pas d’omelettes sans casser des oeufs… » […]

Le prix de l’utopie : un saccage environnemental

[…] Les atteintes aux paysages sont faciles à percevoir : les éoliennes se voient de loin. Mais leur implantation provoque d’autres types de pollutions, plus difficiles à déceler, tout aussi préoccupantes.

Des terres industrialisées et stérilisées

Un projet éolien se monte d’abord comme une opération de promotion immobilière : il faut trouver des terrains disponibles. Sans foncier, pas de machines. Au début du développement de l’énergie éolienne, l’État avait défini un certain nombre de zones susceptibles d’accueillir des projets éoliens, les Schémas régionaux éoliens (SRE). À l’intérieur de ces zones, la chasse au foncier s’est déchaînée. Immédiatement, les associations ont réagi et ont été entendues par la justice administrative, dont le Conseil d’État.

En 2017, plus de 15 schémas régionaux éoliens avaient été annulés, faute d’études d’impact environnemental sérieuses, notamment en Bretagne, en Poitou-Charentes ou en Île-de-France.

[…] Les promoteurs de l’éolien oublient évidemment d’évoquer les quantités de béton nécessaires pour implanter une machine dans le sol : entre 800 et 2 000 tonnes ancrées parfois à plus de vingt mètres de profondeur, et qui y resteront pour l’éternité, puisqu’en cas de démantèlement, il est prévu de ne décaper ce bloc que sur un mètre de hauteur environ. C’est un béton hautement ferraillé qui engendre des pollutions à long terme, notamment sur les ressources en eau, dont le propriétaire du terrain risque d’être tenu pour seul responsable à terme.

Dans un arrêt du 11 juillet 2012, la Cour de cassation a en effet jugé qu’un propriétaire de terrain ayant accueilli une « installation classée pour la protection de l’environnement » (ICPE), qui désigne des installations comme un dépôt, un chantier, une exploitation agricole, une usine, un atelier ou des éoliennes, doit éliminer tous les déchets, « en l’absence de tout autre responsable identifiable ».

Si, au bout du cycle de vie d’une installation éolienne, la société exploitante se déclare en faillite ou disparaît, c’est donc l’agriculteur qui sera seul face aux coûts du démantèlement […] »

[…] plus préoccupant encore, est le phénomène dit du repowering. Il s’agit, sur un site donné, de remplacer des machines anciennes par des éoliennes plus puissantes, donc plus hautes. Les exploitants soutiennent que cet « échange » entre matériel ancien et nouveau économise de la surface, ce qui est faux, car on n’installe pas les nouvelles éoliennes sur les massifs de béton qui ont soutenu les anciennes. Il faut en effet bétonner de nouvelles surfaces, avec des quantités de béton et de ferraille encore plus importantes.

Le prix de l’utopie : un gâchis financier abyssal

La Contribution au service public de l’électricité (CSPE) : la machine à traire…

Qui prend le temps de lire les lignes, à dessein minuscules, figurant au verso de ses factures d’électricité ? Si davantage de Français avaient la curiosité de le faire, ils constateraient que, parmi les taxes prélevées sur leur facture, figure une très discrète, à défaut d’être anodine, « CSPE » qui ne représente pas moins de 15 %, en moyenne, du montant total de la facture.

L’électricité d’origine éolienne n’est pas rentable. Le dispositif d’obligation de rachat, par EDF, de cette électricité à un tarif hors-norme risque de mettre en péril notre producteur national. Il fallait donc trouver la source de financement. D’où la CSPE, taxe instituée en 2003 et destinée à compenser les surcoûts liés aux charges de service public de l’électricité supportée par EDF et les autres concessionnaires des réseaux publics d’électricité. Elle a été complétée récemment par des prélèvements sur les autres sources d’énergie.

[…] Selon les calculs de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), une baisse d’un euro par MWh des prix du marché de gros se traduit par une hausse des surcoûts de plus de 50 millions d’euros. Entre 2016 et 2018, la charge de soutien aux énergies renouvelables a donc progressé d’un milliard d’euros.

Qui paie la CSPE ? Tous les consommateurs d’électricité, y compris les plus démunis, ceux qui ont déjà du mal à s’acquitter de leur facture. […] 

Éoliennes : chronique d’un naufrage annoncé – 154 pages

© Avec l’aimable autorisation des éditions François Bourin

127 K2_VIEWS