REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

INFORMATIONS SUR LES COOKIES

1. Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est un fichier texte susceptible d’être enregistré, sous réserve de vos choix, dans un espace dédié du disque dur de votre terminal, à l’occasion de la consultation d’un service en ligne grâce à votre logiciel de navigation.

Un fichier cookie permet à son émetteur d’identifier le terminal dans lequel il est enregistré, pendant la durée de validité.

2. A quoi servent les cookies émis sur notre site ?

Seul l’émetteur d’un cookie est susceptible de lire ou de modifier les informations qui y sont contenues.

Les cookies utilisés sur notre site permettent d'identifier les services et rubriques que l'utilisateur a visités, et plus généralement son comportement en matière de visites. Ces informations sont utiles pour mieux personnaliser les services, contenus, offres promotionnelles et bannières qui apparaissent sur notre site et faciliter votre navigation sur notre site. Des cookies sont également nécessaires au bon fonctionnement de certains services ou encore pour mesurer leur audience.

Des cookies sont susceptibles d’être inclus dans les espaces publicitaires de notre site. Ces espaces contribuent au financement des contenus et services que nous mettons à votre disposition.

 

3. Les cookies que nous émettons sur notre site :

Lorsque vous vous connectez à notre site, nous pouvons être amenés, sous réserve de vos choix, à installer divers cookies dans votre terminal nous permettant de reconnaître le navigateur de votre terminal pendant la durée de validité du cookie concerné.
Les cookies que nous émettons sont utilisés aux fins décrites ci-dessous, sous réserve de vos choix qui résultent des paramètres de votre logiciel de navigation utilisé lors de votre visite de notre site.

Les cookies que nous émettons nous permettent de :

4. Faciliter votre navigation sur notre site :

- en adaptant la présentation de notre site aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc) lors de vos visites sur notre site, selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en mémorisant des informations relatives à un formulaire que vous avez rempli sur notre site (inscription ou accès à votre compte) ou à des produits, services ou informations que vous avez choisis sur notre site (service souscrit, contenu consulté, achat effectué etc …).

- en vous permettant d’accéder à des espaces réservés et personnels de notre site, tels que votre compte, grâce à des identifiants ou des données que vous nous avez éventuellement antérieurement confiés

- en mettant en œuvre des mesures de sécurité.

 

5. Améliorer nos services :

Ces cookies permettent d’établir des statistiques et volume de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant notre site (rubriques et contenus visité, parcours) afin d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie de nos services.

6. Adapter la publicité proposée sur notre site :

- en comptabilisant le nombre total de publicités affichées par nos soins sur nos espaces publicitaires, d’identifier ces publicités, le nombre d’utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et d’établir des statistiques,

- en adaptant nos espaces publicitaires aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal par nos espaces publicitaires, selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- en adaptant le cas échéant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous nous avez fournies

7. Les cookies émis sur notre site par des tiers

L'émission et l'utilisation de cookies par des tiers sont soumises aux politiques de protection de la vie privée de ces tiers. Nous vous informons de l'objet des cookies dont nous avons connaissance et des moyens dont vous disposez pour effectuer des choix à l'égard de ces cookies.

a) Du fait d'applications tierces intégrées à notre site

Nous sommes susceptibles d'inclure sur notre site/application, des applications informatiques émanant de tiers, qui vous permettent de partager des contenus de notre site avec d'autres personnes ou de faire connaître à ces autres personnes votre consultation ou votre opinion concernant un contenu de notre site/application. Tel est notamment le cas des boutons "Partager", "J'aime", issus de réseaux sociaux tels que Facebook "Twitter", LinkedIn", "Viadeo", etc.

Le réseau social fournissant un tel bouton applicatif est susceptible de vous identifier grâce à ce bouton, même si vous n'avez pas utilisé ce bouton lors de votre consultation de notre site/application. En effet, ce type de bouton applicatif peut permettre au réseau social concerné de suivre votre navigation sur notre site, du seul fait que votre compte au réseau social concerné était activé sur votre terminal (session ouverte) durant votre navigation sur notre site.
Nous n'avons aucun contrôle sur le processus employé par les réseaux sociaux pour collecter des informations relatives à votre navigation sur notre site et associées aux données personnelles dont ils disposent. Nous vous invitons à consulter les politiques de protection de la vie privée de ces réseaux sociaux afin de prendre connaissance des finalités d'utilisation, notamment publicitaires, des informations de navigation qu'ils peuvent recueillir grâce à ces boutons applicatifs. Ces politiques de protection doivent notamment vous permettre d'exercer vos choix auprès de ces réseaux sociaux, notamment en paramétrant vos comptes d'utilisation de chacun de ces réseaux.

b) Via des contenus de tiers diffusés dans nos espaces publicitaires

Les contenus publicitaires sont susceptibles de contenir des cookies émis par des tiers : soit l'annonceur à l'origine du contenu publicitaire concerné, soit une société tierce à l'annonceur (agence conseil en communication, société de mesure d'audience, prestataire de publicité ciblée, etc.), qui a associé un cookie au contenu publicitaire d'un annonceur.

Le cas échéant, les cookies émis par ces tiers peuvent leur permettre, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre d'affichages des contenus publicitaires diffusés via nos espaces publicitaires, d'identifier les publicités ainsi affichées, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité, leur permettant de calculer les sommes dues de ce fait et d'établir des statistiques,

- de reconnaître votre terminal lors de sa navigation ultérieure sur tout autre site ou service sur lequel ces annonceurs ou ces tiers émettent également des cookies et, le cas échéant, d'adapter ces sites et services tiers ou les publicités qu'ils diffusent, à la navigation de votre terminal dont ils peuvent avoir connaissance.

c) Par une régie publicitaire externe exploitant nos espaces publicitaires

Les espaces publicitaires de notre site sont susceptibles d'être exploités par une ou plusieurs régie(s) publicitaire(s) externe(s) et, le cas échéant, de contenir des cookies émis par l'une d'entre elles. Le cas échéant, les cookies émis par ces régies publicitaires externes leur permettent, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre total de publicités affichées par leurs soins sur nos espaces publicitaires, d'identifier ces publicités, leur nombre d'affichages respectifs, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et, le cas échéant, les actions ultérieures effectuées par ces utilisateurs sur les pages auxquelles mènent ces publicités, afin de calculer les sommes dues aux acteurs de la chaîne de diffusion publicitaire (annonceur, agence de communication, régie publicitaire, site/support de diffusion) et d'établir des statistiques,

- d'adapter les espaces publicitaires qu'elles opèrent aux préférences d'affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d'affichage, système d'exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation antérieure ou ultérieure de votre terminal sur des sites de tiers au sein desquels la régie concernée émet également des cookies, sous réserve que ces cookies aient été enregistrés dans votre terminal conformément aux choix que vous avez exercés à l'égard de cette régie,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation (longitude et latitude) transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous auriez pu fournir à cette régie publicitaire.

8. Vos choix concernant les cookies

Plusieurs possibilités vous sont offertes pour gérer les cookies. Tout paramétrage que vous pouvez entreprendre sera susceptible de modifier votre navigation sur Internet et notre site ainsi que vos conditions d'accès à certains services nécessitant l'utilisation de cookies. Vous pouvez faire le choix à tout moment d'exprimer et de modifier vos souhaits en matière de cookies, par les moyens décrits ci-dessous.

Les choix qui vous sont offerts par votre logiciel de navigation :

Vous pouvez configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que des cookies soient enregistrés dans votre terminal ou, au contraire, qu'ils soient rejetés, soit systématiquement, soit selon leur émetteur. Vous pouvez également configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que l'acceptation ou le refus des cookies vous soient proposés ponctuellement, avant qu'un cookie soit susceptible d'être enregistré dans votre terminal. Pour plus d'informations, consultez la rubrique "Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?"

(a) L’accord sur les Cookies

L’enregistrement d’un cookie dans un terminal est subordonné à la volonté de l’utilisateur du terminal, que celui-ci peut exprimer et modifier à tout moment et gratuitement à travers les choix qui lui sont offerts par son logiciel de navigation. Si vous avez accepté dans votre logiciel de navigation l’enregistrement de cookies dans votre Terminal, les cookies intégrés dans les pages et contenus que vous avez consultés pourront être stockés temporairement dans un espace dédié de votre terminal. Ils y seront lisibles uniquement par leur émetteur.

(b) Le refus des Cookies

Si vous refusez l'enregistrement de cookies dans votre terminal, ou si vous supprimez ceux qui y sont enregistrés, vous ne pourrez plus bénéficier d'un certain nombre de fonctionnalités nécessaires pour naviguer dans certains espaces de notre site. Tel serait le cas si vous tentiez d'accéder à nos contenus ou services qui nécessitent de vous identifier. Tel serait également le cas lorsque nous -ou nos prestataires- ne pourrions pas reconnaître, à des fins de compatibilité technique, le type de navigateur utilisé par votre terminal, ses paramètres de langue et d'affichage ou le pays depuis lequel votre terminal semble connecté à Internet. Le cas échéant, nous déclinons toute responsabilité pour les conséquences liées au fonctionnement dégradé de nos services résultant de l'impossibilité pour nous d'enregistrer ou de consulter les cookies nécessaires à leur fonctionnement et que vous auriez refusés ou supprimés.

(c) Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?

Pour la gestion des cookies et de vos choix, la configuration de chaque navigateur est différente. Elle est décrite dans le menu d'aide de votre navigateur, qui vous permettra de savoir de quelle manière modifier vos souhaits en matière de cookies.
Pour Internet Explorer™
Pour Safari™
Pour Chrome™
Pour Firefox™
Pour Opera™
etc...

(d) Les cookies "Flash"© de "Adobe Flash Player"™

"Adobe Flash Player"™ est une application informatique qui permet le développement rapide des contenus dynamiques utilisant le langage informatique "Flash". Flash (et les applications de même type) mémorise les paramètres, les préférences et l'utilisation de ces contenus grâce à une technologie similaire aux cookies. Toutefois, "Adobe Flash Player"™ gère ces informations et vos choix via une interface différente de celle fournie par votre logiciel de navigation.

Dans la mesure où votre terminal serait susceptible de visualiser des contenus développés avec le langage Flash, nous vous invitons à accéder à vos outils de gestion des cookies Flash, directement depuis le site http://www.adobe.com/fr.

Les mercredis de l’Elysée, de De Gaulle à Macron, 60 ans de secrets

Chaque mercredi, le Conseil des ministres est la boîte noire de nos institutions. Projets de lois, nominations, communications plus ou moins inspirées font certes l’objet de comptes rendus hebdomadaires. Mais il y aussi tout ce qui ne franchit pas la porte du salon des Ambassadeurs… Que se passe-t-il derrière ces portes closes ? Y règle-t-on ses comptes ? Qui sont les bavards, les taiseux ? Les bons élèves, les dissipés ? Comment ce rituel institué par le général de Gaulle a-t-il évolué au fil des présidences… et depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Élysée ? Bérengère Bonte a collé son œil au judas et recueilli les confidences de soixante-dix hommes et femmes politiques, dont deux présidents. Eux seuls peuvent en témoigner. Le Conseil, en effet, n’est ni filmé ni enregistré, même pour l’histoire. Nourri de révélations – on y trouve le verbatim du dernier Conseil de François Hollande, applaudi par ses ministres –, une enquête au long cours dans l’un des antres les mieux gardés de la République.

Auteur : Bérengère Bonte*

* Directrice adjointe de la rédaction d’Europe 1, Bérengère Bonte a signé des documentaires pour France 5, dont la série Dans le secret du Conseil des ministres. Elle est l’auteure, aux éditions du Moment, de Sain Nicolas (2010), Hommes de... (2015), ainsi que La République française du Qatar (Fayard, 2017).

Dix heures. Depuis quelques minutes, les deux cavaliers de la garde républicaine positionnés au salon des Tapisseries lèvent le sabre au visage pour saluer l’entrée de chaque ministre dans le salon des Aides de camp. Une fois le gouvernement au complet, on prévient à l’étage. L’huissier-chef, redingote bleue, ouvre alors la route au couple exécutif qui descend du Salon doré et prononce les six mots solennels : « Monsieur le président de la République ! »

Les deux gardes républicains hissent le sabre bien haut. Droit comme un « I » derrière sa chaise, chaque ministre fait silence. Le président pénètre dans le salon des Ambassadeurs, suivi du Premier ministre et des secrétaires généraux. Tour de table pour de Gaulle, qui prend cinq ou dix minutes afin de serrer chaque main. Sarkozy se contente d’attraper les quelques-unes qu’il croise jusqu’à sa place. En 2013, Hollande s’épargne cet effort. Sous Macron encore, l’huissier déplace légèrement le fauteuil présidentiel, différent de celui des ministres. Sa Majesté s’assied. Ses troupes font de même.

L’huissier quitte la pièce et ferme les portes. Fin des prémices.

Le huis clos commence.

Premiers instants sur l’olympe

Règle numéro un : solidarité gouvernementale. « On joue collectif, sous l’autorité du Premier ministre. Je vous demande de la modestie dans le comportement, vous êtes là pour servir l’État, pas pour vous servir. Pas de comportement qui agresse », énonce Chirac. Autour de la table, tout le monde s’empresse de prendre en note ces paroles historiques, juste avant de s’entendre rappeler la règle numéro deux : le secret des délibérations, autre grand principe gaullien. « Tout le monde avait tout noté, se souvient Dominique Bussereau. Le lendemain tout s’est retrouvé dans la presse. »

Également parmi les classiques du premier Conseil : le tour de vis budgétaire. L’État donne l’exemple. D’entrée, en 2012, François Hollande réduit les salaires du gouvernement : « 30 % de moins », précise le décret à l’ordre du jour de ce 17 mai. Soit 9 940 euros bruts mensuels pour un ministre au lieu de 14 200. Une loi adoptée durant l’été, mais rétroactive au 15 mai, ramène la rémunération du président de 21 300 à 14 910 euros. Le train de vie des cabinets ministériels n’est pas épargné. Dotation réduite de 10 % avec, pour chaque ministre, 15 collaborateurs maximum – 10 pour un ministre délégué.

Cinq ans plus tard, Emmanuel Macron va encore plus loin mettant la barre à 10 maximum pour un ministre de plein exercice, 8 pour un ministre délégué, 5 pour un secrétaire d’État. Élagage spectaculaire qui permet 35 millions d’euros d’économies : le gouvernement d’Édouard Philippe compte 288 conseillers, au lieu de 551 sous Valls. Un mouvement entamé une quarantaine d’années plus tôt avec Giscard qui, en 1974, avait déjà douché l’enthousiasme de ses troupes le premier jour, annonçant cent cinquante licenciements à l’Élysée et un serrage de ceinture dans tous les cabinets.

Ah ! La première photo de famille que tant de ministres font ensuite encadrer ! Devant les marches, les bras dans le dos, François Mitterrand pose à côté de son grand Premier ministre, un pas devant, le reste des troupes réparti sur l’escalier. Sous leurs pieds, une étiquette indique leur position. Là non plus, aucune place pour l’improvisation. Encore que…

L’histoire retient quelques erreurs. Cécile Duflot, ministre du Logement des premiers gouvernements Hollande/Ayrault en 2012, se serait-elle trompée de place, postée en bas à gauche du perron ? « Ah non ! C’est mon étiquette qui était mal placée ! », proteste la ministre rebelle, qui râle aussi de devoir participer à un cliché des ministres femmes autour du président. (…) À sa sortie, elle découvre qu’elle a provoqué l’hilarité sur les réseaux sociaux et dans les médias à cause de… son jean. « Pas calculé du tout », jure-t-elle, arguant qu’elle portait ce jour-là « les vêtements les plus chers de [sa] garde-robe. La paire de chaussures, notamment. »

En 2017, l’équipe Macron opère une petite révolution. Pas question d’emmener tous les photographes dans le jardin. Avant la fin du Conseil, ce 18 mai, les journalistes sont même priés de quitter la Cour d’honneur. Très vite, ils comprennent qu’ils vont être privés des déclarations des novices. Privés aussi de la photo sur le perron extérieur ! Du jamais vu. (…)

Nouvelle scène inédite cinq semaines plus tard. Le gouvernement Édouard Philippe allongé de onze membres après les législatives se retrouve, cette fois, dans le jardin. Mais seul un « pool » de quatre photographes est autorisé à venir prendre un cliché. Nouvelle frustration pour les autres. Et nouvelle grogne dans la Cour d’honneur, côté rue. Du jardin, on entend des : « En grève ! » Tous font dos au Château. La communicante en chef, Sibeth Ndiaye, vient aux nouvelles et laisse finalement entrer un représentant par média… mais avec pour consigne de ne pas immortaliser la mise en place. Obéissants, les photographes se tiennent à carreau pendant la pose – un homme/une femme, pour souligner la parité, et le président au deuxième rang, pour casser les codes. Mais ils se régalent au moment de la dispersion. Furax, Sibeth Ndiaye promet qu’on ne l’y prendra plus ! Le ton est donné. (…)

Giscard et Sarkozy : les modernes

Nicolas Sarkozy (2007-2012)

L’anecdote en dit long sur l’attachement de Nicolas Sarkozy au Conseil des ministres et à son décorum. Un mercredi, pénétrant dans le salon Murat, le président de la République ne voit qu’elle. Une chaise. Elle traîne. Une petite chaise, différente des autres, qui vient manifestement de la pièce d’à côté. Quelques ministres laissés en liberté dans la salle juste avant la réunion l’auront sans doute déplacée pour tailler le bout de gras ensemble. Le chef de l’État ne le tolère pas. « C’est en désordre ici », admoneste-t-il, un oeil noir dirigé vers les secrétaires généraux. Ça jette un froid.

Il pourrait ne rien s’y passer, Nicolas Sarkozy savourerait quand même ce rituel du mercredi. Chaque chose doit être à sa place. C’est son moment. Avec ou sans talonnettes, le simple fait de franchir la porte du salon Murat lui rappelle chaque semaine la hauteur de sa fonction. Le Conseil des ministres symbolise son pouvoir, la continuité de l’État. De fait, l’huissier annonçant son arrivée rappelle qu’il est bien « Monsieur le président de la République ». Une fois tous les sept jours. Quarante-neuf fois par an.

Maniaque au-delà du raisonnable, le chef de l’État surveille d’ailleurs comme le lait sur le feu le nombre de Conseils. Est-on dans les clous ? N’en a-t-on pas supprimé un de plus par rapport à l’année précédente ? Deux sautent en été, et celui des fêtes de Noël. D’où le chiffre magique : quarante-neuf Conseils par an, et non cinquante-deux comme le nombre de semaines. Le sabre au clair du garde républicain, la tasse de café qu’on lui porte au début et à laquelle les membres du gouvernement n’ont pas droit, les ministres qui s’adressent à lui et à lui seul. Tout symbolise l’exercice et la continuité du pouvoir. Essentiel aux yeux du président Sarkozy. (…)

ÉPILOGUE

À droite comme à gauche, durant toute la Vème, la majorité des ministres a eu beau s’en plaindre, prétendre s’y ennuyer, regretter l’absence de délibération et de collégialité, tous couinaient à l’idée que le Conseil des ministres soit supprimé. Sans parler du président lui-même. L’appel de l’huissier, le pouvoir constitutionnel de présider cette grand-messe hebdomadaire, le formalisme lié à la fonction rendent ce moment, pour lui, non négociable.

Certains de nos voisins l’ont pourtant abandonné ou ont resserré le casting. Aux États-Unis – régime présidentiel, il est vrai –, l’organe que réunit le plus fréquemment le président, c’est-à-dire le Conseil de sécurité nationale, se limite à quatre personnes : vice-président, secrétaire d’État (l’équivalent du ministre des Affaires étrangères), secrétaire de la Défense et conseiller à la Sécurité nationale. En Grande-Bretagne, le Premier ministre réunit très souvent l’Inner Cabinet, réservé aux principaux ministres. Le Conseil plus complet, néanmoins réduit à vingt-quatre membres sur une centaine, n’est convoqué que pour entériner les décisions à formaliser.

À l’inverse, au nord de l’Europe, le Conseil des ministres demeure une véritable instance délibérative, le plus souvent avec des majorités de coalition, où le débat s’impose plus naturellement.

Comme en Allemagne, au Danemark, en Suède, aux Pays-Bas… mais aussi en Israël où l’on s’invective, dit-on, copieusement.

Négliger le Conseil des ministres a deux conséquences préjudiciables, disait le constitutionnaliste Guy Carcassonne quand nous l’interrogions, à la fin de sa vie : « l’absence de sentiment d’équipe gouvernementale » et surtout « l’appauvrissement des décisions politiques ». L’exact contraire des intentions du fondateur de la Vème République quand il a imaginé cette réunion du mercredi. En 1958, le Général ne rêvait certes pas de discussions de café du commerce, mais de véritables délibérations, pour que la voix du gouvernement puisse s’exprimer ensuite par sa bouche. « Un vrai débat au sein du Conseil des ministres ? Il faut juste qu’un président le veuille vraiment », concluait Guy Carcassonne. Et d’ajouter : « De Gaulle, lui, craignait d’autant moins la confrontation qu’il avait une vraie autorité sur ses ministres. »

L’histoire dira si Emmanuel Macron est vraiment cet héritier.

Si « l’exercice de com’ imaginé pour les besoins de la télé », selon le mot de Michel Rocard, est enfin devenu un outil de collégialité. 


Les mercredis de l’Elysée - de De Gaulle à Macron, 60 ans de secrets - Bérengère Bonte – 351 pages


Avec l’aimable autorisation des éditions l’Archipel

1211 K2_VIEWS