REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

INFORMATIONS SUR LES COOKIES

1. Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est un fichier texte susceptible d’être enregistré, sous réserve de vos choix, dans un espace dédié du disque dur de votre terminal, à l’occasion de la consultation d’un service en ligne grâce à votre logiciel de navigation.

Un fichier cookie permet à son émetteur d’identifier le terminal dans lequel il est enregistré, pendant la durée de validité.

2. A quoi servent les cookies émis sur notre site ?

Seul l’émetteur d’un cookie est susceptible de lire ou de modifier les informations qui y sont contenues.

Les cookies utilisés sur notre site permettent d'identifier les services et rubriques que l'utilisateur a visités, et plus généralement son comportement en matière de visites. Ces informations sont utiles pour mieux personnaliser les services, contenus, offres promotionnelles et bannières qui apparaissent sur notre site et faciliter votre navigation sur notre site. Des cookies sont également nécessaires au bon fonctionnement de certains services ou encore pour mesurer leur audience.

Des cookies sont susceptibles d’être inclus dans les espaces publicitaires de notre site. Ces espaces contribuent au financement des contenus et services que nous mettons à votre disposition.

 

3. Les cookies que nous émettons sur notre site :

Lorsque vous vous connectez à notre site, nous pouvons être amenés, sous réserve de vos choix, à installer divers cookies dans votre terminal nous permettant de reconnaître le navigateur de votre terminal pendant la durée de validité du cookie concerné.
Les cookies que nous émettons sont utilisés aux fins décrites ci-dessous, sous réserve de vos choix qui résultent des paramètres de votre logiciel de navigation utilisé lors de votre visite de notre site.

Les cookies que nous émettons nous permettent de :

4. Faciliter votre navigation sur notre site :

- en adaptant la présentation de notre site aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc) lors de vos visites sur notre site, selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en mémorisant des informations relatives à un formulaire que vous avez rempli sur notre site (inscription ou accès à votre compte) ou à des produits, services ou informations que vous avez choisis sur notre site (service souscrit, contenu consulté, achat effectué etc …).

- en vous permettant d’accéder à des espaces réservés et personnels de notre site, tels que votre compte, grâce à des identifiants ou des données que vous nous avez éventuellement antérieurement confiés

- en mettant en œuvre des mesures de sécurité.

 

5. Améliorer nos services :

Ces cookies permettent d’établir des statistiques et volume de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant notre site (rubriques et contenus visité, parcours) afin d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie de nos services.

6. Adapter la publicité proposée sur notre site :

- en comptabilisant le nombre total de publicités affichées par nos soins sur nos espaces publicitaires, d’identifier ces publicités, le nombre d’utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et d’établir des statistiques,

- en adaptant nos espaces publicitaires aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal par nos espaces publicitaires, selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- en adaptant le cas échéant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous nous avez fournies

7. Les cookies émis sur notre site par des tiers

L'émission et l'utilisation de cookies par des tiers sont soumises aux politiques de protection de la vie privée de ces tiers. Nous vous informons de l'objet des cookies dont nous avons connaissance et des moyens dont vous disposez pour effectuer des choix à l'égard de ces cookies.

a) Du fait d'applications tierces intégrées à notre site

Nous sommes susceptibles d'inclure sur notre site/application, des applications informatiques émanant de tiers, qui vous permettent de partager des contenus de notre site avec d'autres personnes ou de faire connaître à ces autres personnes votre consultation ou votre opinion concernant un contenu de notre site/application. Tel est notamment le cas des boutons "Partager", "J'aime", issus de réseaux sociaux tels que Facebook "Twitter", LinkedIn", "Viadeo", etc.

Le réseau social fournissant un tel bouton applicatif est susceptible de vous identifier grâce à ce bouton, même si vous n'avez pas utilisé ce bouton lors de votre consultation de notre site/application. En effet, ce type de bouton applicatif peut permettre au réseau social concerné de suivre votre navigation sur notre site, du seul fait que votre compte au réseau social concerné était activé sur votre terminal (session ouverte) durant votre navigation sur notre site.
Nous n'avons aucun contrôle sur le processus employé par les réseaux sociaux pour collecter des informations relatives à votre navigation sur notre site et associées aux données personnelles dont ils disposent. Nous vous invitons à consulter les politiques de protection de la vie privée de ces réseaux sociaux afin de prendre connaissance des finalités d'utilisation, notamment publicitaires, des informations de navigation qu'ils peuvent recueillir grâce à ces boutons applicatifs. Ces politiques de protection doivent notamment vous permettre d'exercer vos choix auprès de ces réseaux sociaux, notamment en paramétrant vos comptes d'utilisation de chacun de ces réseaux.

b) Via des contenus de tiers diffusés dans nos espaces publicitaires

Les contenus publicitaires sont susceptibles de contenir des cookies émis par des tiers : soit l'annonceur à l'origine du contenu publicitaire concerné, soit une société tierce à l'annonceur (agence conseil en communication, société de mesure d'audience, prestataire de publicité ciblée, etc.), qui a associé un cookie au contenu publicitaire d'un annonceur.

Le cas échéant, les cookies émis par ces tiers peuvent leur permettre, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre d'affichages des contenus publicitaires diffusés via nos espaces publicitaires, d'identifier les publicités ainsi affichées, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité, leur permettant de calculer les sommes dues de ce fait et d'établir des statistiques,

- de reconnaître votre terminal lors de sa navigation ultérieure sur tout autre site ou service sur lequel ces annonceurs ou ces tiers émettent également des cookies et, le cas échéant, d'adapter ces sites et services tiers ou les publicités qu'ils diffusent, à la navigation de votre terminal dont ils peuvent avoir connaissance.

c) Par une régie publicitaire externe exploitant nos espaces publicitaires

Les espaces publicitaires de notre site sont susceptibles d'être exploités par une ou plusieurs régie(s) publicitaire(s) externe(s) et, le cas échéant, de contenir des cookies émis par l'une d'entre elles. Le cas échéant, les cookies émis par ces régies publicitaires externes leur permettent, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre total de publicités affichées par leurs soins sur nos espaces publicitaires, d'identifier ces publicités, leur nombre d'affichages respectifs, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et, le cas échéant, les actions ultérieures effectuées par ces utilisateurs sur les pages auxquelles mènent ces publicités, afin de calculer les sommes dues aux acteurs de la chaîne de diffusion publicitaire (annonceur, agence de communication, régie publicitaire, site/support de diffusion) et d'établir des statistiques,

- d'adapter les espaces publicitaires qu'elles opèrent aux préférences d'affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d'affichage, système d'exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation antérieure ou ultérieure de votre terminal sur des sites de tiers au sein desquels la régie concernée émet également des cookies, sous réserve que ces cookies aient été enregistrés dans votre terminal conformément aux choix que vous avez exercés à l'égard de cette régie,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation (longitude et latitude) transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous auriez pu fournir à cette régie publicitaire.

8. Vos choix concernant les cookies

Plusieurs possibilités vous sont offertes pour gérer les cookies. Tout paramétrage que vous pouvez entreprendre sera susceptible de modifier votre navigation sur Internet et notre site ainsi que vos conditions d'accès à certains services nécessitant l'utilisation de cookies. Vous pouvez faire le choix à tout moment d'exprimer et de modifier vos souhaits en matière de cookies, par les moyens décrits ci-dessous.

Les choix qui vous sont offerts par votre logiciel de navigation :

Vous pouvez configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que des cookies soient enregistrés dans votre terminal ou, au contraire, qu'ils soient rejetés, soit systématiquement, soit selon leur émetteur. Vous pouvez également configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que l'acceptation ou le refus des cookies vous soient proposés ponctuellement, avant qu'un cookie soit susceptible d'être enregistré dans votre terminal. Pour plus d'informations, consultez la rubrique "Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?"

(a) L’accord sur les Cookies

L’enregistrement d’un cookie dans un terminal est subordonné à la volonté de l’utilisateur du terminal, que celui-ci peut exprimer et modifier à tout moment et gratuitement à travers les choix qui lui sont offerts par son logiciel de navigation. Si vous avez accepté dans votre logiciel de navigation l’enregistrement de cookies dans votre Terminal, les cookies intégrés dans les pages et contenus que vous avez consultés pourront être stockés temporairement dans un espace dédié de votre terminal. Ils y seront lisibles uniquement par leur émetteur.

(b) Le refus des Cookies

Si vous refusez l'enregistrement de cookies dans votre terminal, ou si vous supprimez ceux qui y sont enregistrés, vous ne pourrez plus bénéficier d'un certain nombre de fonctionnalités nécessaires pour naviguer dans certains espaces de notre site. Tel serait le cas si vous tentiez d'accéder à nos contenus ou services qui nécessitent de vous identifier. Tel serait également le cas lorsque nous -ou nos prestataires- ne pourrions pas reconnaître, à des fins de compatibilité technique, le type de navigateur utilisé par votre terminal, ses paramètres de langue et d'affichage ou le pays depuis lequel votre terminal semble connecté à Internet. Le cas échéant, nous déclinons toute responsabilité pour les conséquences liées au fonctionnement dégradé de nos services résultant de l'impossibilité pour nous d'enregistrer ou de consulter les cookies nécessaires à leur fonctionnement et que vous auriez refusés ou supprimés.

(c) Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?

Pour la gestion des cookies et de vos choix, la configuration de chaque navigateur est différente. Elle est décrite dans le menu d'aide de votre navigateur, qui vous permettra de savoir de quelle manière modifier vos souhaits en matière de cookies.
Pour Internet Explorer™
Pour Safari™
Pour Chrome™
Pour Firefox™
Pour Opera™
etc...

(d) Les cookies "Flash"© de "Adobe Flash Player"™

"Adobe Flash Player"™ est une application informatique qui permet le développement rapide des contenus dynamiques utilisant le langage informatique "Flash". Flash (et les applications de même type) mémorise les paramètres, les préférences et l'utilisation de ces contenus grâce à une technologie similaire aux cookies. Toutefois, "Adobe Flash Player"™ gère ces informations et vos choix via une interface différente de celle fournie par votre logiciel de navigation.

Dans la mesure où votre terminal serait susceptible de visualiser des contenus développés avec le langage Flash, nous vous invitons à accéder à vos outils de gestion des cookies Flash, directement depuis le site http://www.adobe.com/fr.

La guerre des mots aura-t-elle lieu ?

Par Pascal Salin, Professeur honoraire d'économie, ancien président de la Société du Mont Pèlerin

Les mots ont une caractéristique fascinante : ils sont évidemment censés permettre la communication entre les êtres humains – ce qu'ils font, bien sûr - et ceci en particulier parce qu'ils ont une signification précise de telle sorte que, dans un dialogue, chacun peut comprendre exactement la pensée d'autrui. Mais en réalité, bien souvent, les mots véhiculent avec eux une interprétation implicite.

Lorsqu'un mot est trop chargé d'ambiguïté on pourrait espérer qu'un autre lui soit substitué. Mais cela ne se fait pas nécessairement. En effet si un mot est connu et accepté par un grand nombre de personnes, il n'est pas facile de modifier les habitudes de ces derniers. Un changement d'habitude a toujours un coût, ne serait-ce que psychologique, et il a surtout un coût pour ceux qui pourraient être tentés de remplacer un mot par un autre. C'est pourquoi la guerre des mots n'a lieu que rarement, ce que l'on peut considérer comme regrettable. On pourrait en effet considérer comme idéale une situation où le changement de mots se ferait presque instantanément et à coût presque nul parce que tout le monde serait persuadé de la nécessité de ce changement. Mais, précisément, le plus souvent, si ce changement n'a pas lieu c'est parce que certains ont intérêt à ce qu'il n'ait pas lieu car la signification implicite d'un mot leur apporte un avantage. Ceci est particulièrement vrai dans le domaine de la politique économique parce que les hommes de l'Etat sont en position de faire accepter un langage officiel, ce qu'aucun individu ne peut faire à lui seul.

Une raison essentielle de cette difficulté vient du fait qu'un mot peut sembler avoir un contenu objectif reconnaissable par tous, mais qu'il a en fait une signification implicite normative. Quelques exemples tirés du vocabulaire économique et social permettent de donner une illustration de cette situation. Ainsi par une transposition de terme de l'anglais au français qui est loin d'être innocente, on parle généralement de la “dérégulation” d'un système, alors qu'en bon français on devrait parler de “dérèglementation”. Le terme “deregulation” en anglais signifie de manière stricte “dérèglementation” et il ne suggère en rien que la dérèglementation puisse avoir un effet nocif sur le bon fonctionnement d'un système, c'est-à-dire sur sa régulation. Mais en parlant de dérégulation en français on laisse entendre qu'un système non règlementé est un système incohérent. Et symétriquement, bien sûr, on justifiera implicitement n'importe quelle réglementation tout simplement en parlant de régulation. Or, on peut démontrer qu'une réglementation arbitraire et qui repose nécessairement sur une information imparfaite concernant le fonctionnement réel d'un marché a toutes les chances d'empêcher son auto-régulation qui résulterait de l'adaptation spontanée et progressive des comportements individuels les uns aux autres. Mais, en utilisant les termes de régulation et dérégulation, les hommes de l'Etat suggèrent implicitement que les contraintes règlementaires qu'ils imposent aux citoyens permettent d'éviter les désordres économiques et sociaux.

On a par ailleurs pris l'habitude d'appeler “politique de relance” une politique d'augmentation des dépenses publiques (ou, éventuellement, une politique d'accélération de la création de monnaie). Certes, dans ce domaine, les gouvernements bénéficient du support d'une théorie économique – la théorie keynésienne – qui a certainement beaucoup contribué à populariser l'idée que la relance économique nécessite une augmentation de la demande globale et que seul l'Etat est en position d'obtenir un tel résultat. Malheureusement la théorie keynésienne est certainement la théorie la plus incohérente et la plus arbitraire de toute l'histoire de la pensée économique et l'idée même que l'on puisse faire varier la demande globale est une idée absurde. Mais cette théorie doit évidemment une grande partie de son succès d'une part au fait que Keynes s'est exprimé le plus souvent d'une manière peu compréhensible et que, par ailleurs, cette théorie apportait un alibi extraordinaire à des gouvernants qui recherchent toujours l'appui des électeurs en leur distribuant toutes sortes de biens et services. Or, la théorie keynésienne est à juste titre critiquée par de nombreux économistes et puisqu'il y a un désaccord profond à propos de la politique de demande, l'honnêteté impliquerait évidemment d'éviter l'utilisation du terme de “politique de relance” et d'utiliser des termes qui décrivent correctement la réalité, par exemple en parlant de “politique de dépenses publiques” (ce que chacun pourrait interpréter comme il l'entend). Symétriquement, bien sûr, il conviendrait de ne pas parler de politique d'austérité lorsqu'un gouvernement, confronté à l'impossibilité de payer les intérêts de sa dette et de rembourser celle-ci, est amené à réduire le déficit budgétaire. Cela signifie certes une plus grande austérité pour l'Etat, mais quand on parle de politique d'austérité on suggère implicitement que toute la population va être victime d'une cure d'austérité. On éviterait cette interprétation incorrecte en parlant tout simplement de politique de réduction du déficit public ou de politique de retour à l'équilibre budgétaire.

Un terme bien souvent utilisé – probablement précisément à cause du sens normatif implicite qu'il a acquis – est le terme “social”. En toute rigueur ce terme devrait être considéré comme parfaitement neutre : il se réfère tout simplement aux phénomènes qui concernent une société humaine. Mais on considère généralement que cet adjectif désigne des phénomènes qui peuvent être considérés comme bénéfiques pour l'ensemble d'une société ou pour une partie de ses membres (par exemple ceux que l'on considère comme particulièrement “défavorisés”). Tel est bien le sens normatif que l'on donne, par exemple à des expressions telles que “politique sociale” ou “Sécurité sociale”. Il n'est évidemment pas innocent d'avoir appelé “Sécurité sociale” une organisation qui devrait s'appeler de manière plus neutre “système public d'assurance-maladie”. Mais les deux termes “Sécurité” et “sociale” comportent un tel aspect positif qu'il ne faut pas s'étonner si cette organisation est devenue un tabou et si toute mesure qui mettrait, par exemple, un terme à son caractère monopolistique est considérée comme une atteinte grave au bien-être des citoyens. Les réactions à cet égard seraient bien différentes si l'on intitulait cette organisation “monopole public d'assurance-maladie”, ce qu'elle est en réalité.

Quant à la “politique sociale” elle n'est pas censée être mise en œuvre en vue d'améliorer le bien-être de tous les membres d'une société, mais plutôt comme une politique consistant à redistribuer les revenus et les richesses. Or le terme de “redistribution” est-lui même un terme chargé d'affectivité et il recèle une analyse implicite, au demeurant fort contestable. En effet parler de redistribution c'est suggérer qu'il y a eu une distribution initiale et donc laisser entendre que les richesses appartiennent à la société (ou même à l'Etat !) et que le stock de richesses est distribué entre les citoyens par diverses procédures (que l'on considère peut-être comme injustes puisqu'on évoque la nécessité d'une “redistribution”). Mais la réalité est bien différente puisque toutes les richesses humaines sont le résultat d'efforts de création effectués par des individus qui deviennent par là-même les propriétaires légitimes de ce qu'ils ont créé. C'est pourquoi, pour éviter d'utiliser des termes arbitrairement normatifs, il conviendrait de ne parler ni de politique sociale ni de redistribution, mais de “transferts obligatoires”. On objecterait peut-être alors que l'utilisation d'une expression telle que “transferts obligatoires” comporte aussi un contenu normatif, mais qui pour sa part se trouve être négatif. Cela est certes vrai, mais cela correspond tout de même à une description parfaitement exacte de la réalité du processus en question.

On pourrait multiplier les exemples de termes à contenu normatif, avec les conséquences pratiques que cela peut comporter. Il n'est évidemment pas question d'être exhaustif dans ce domaine et nous allons donc nous contenter pour terminer d'évoquer une question un peu plus technique, celle de la balance commerciale et de la balance des paiements. Il existe une habitude d'écriture comptable qui consiste, pour des raisons de commodité, à affecter d'un signe moins la partie achat d'une transaction et d'un signe plus la partie vente. Appliquée aux échanges internationaux, cette règle traditionnelle aboutit à affecter les importations du signe moins et les exportations d'un signe plus. On parlera alors de déficit de la balance commerciale lorsque les importations sont supérieures aux exportations et d'excédent dans le cas contraire. Un déficit commercial est ainsi assimilé à une situation regrettable de telle sorte d'ailleurs qu'on en vient à essayer de mettre en œuvre des politiques de “rééquilibre de la balance commerciale” (autre expression normative). Il n'y a pourtant aucune raison a priori de déplorer ce qu'on appelle un déficit de la balance commerciale. Certes la théorie keynésienne prétend justifier le caractère non désirable d'un déficit commercial (1), mais on peut penser que cette théorie a été d'autant mieux accueillie que les mots semblaient lui donner une caution.

Il serait certes souhaitable d'éviter les mots ayant un contenu normatif injustifié. Mais on ne change pas les habitudes de langage par décret et aucun individu ne peut, à lui seul, prendre la décision de lancer une guerre des mots. C'est pourquoi cette dernière se déclare bien rarement, même si on peut le regretter. 


1. Nous en expliquons en détail les raisons dans notre ouvrage, Les systèmes monétaires – Des besoins individuels aux réalités internationales, Paris, éditions Odile Jacob, 2016.