REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

INFORMATIONS SUR LES COOKIES

1. Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est un fichier texte susceptible d’être enregistré, sous réserve de vos choix, dans un espace dédié du disque dur de votre terminal, à l’occasion de la consultation d’un service en ligne grâce à votre logiciel de navigation.

Un fichier cookie permet à son émetteur d’identifier le terminal dans lequel il est enregistré, pendant la durée de validité.

2. A quoi servent les cookies émis sur notre site ?

Seul l’émetteur d’un cookie est susceptible de lire ou de modifier les informations qui y sont contenues.

Les cookies utilisés sur notre site permettent d'identifier les services et rubriques que l'utilisateur a visités, et plus généralement son comportement en matière de visites. Ces informations sont utiles pour mieux personnaliser les services, contenus, offres promotionnelles et bannières qui apparaissent sur notre site et faciliter votre navigation sur notre site. Des cookies sont également nécessaires au bon fonctionnement de certains services ou encore pour mesurer leur audience.

Des cookies sont susceptibles d’être inclus dans les espaces publicitaires de notre site. Ces espaces contribuent au financement des contenus et services que nous mettons à votre disposition.

 

3. Les cookies que nous émettons sur notre site :

Lorsque vous vous connectez à notre site, nous pouvons être amenés, sous réserve de vos choix, à installer divers cookies dans votre terminal nous permettant de reconnaître le navigateur de votre terminal pendant la durée de validité du cookie concerné.
Les cookies que nous émettons sont utilisés aux fins décrites ci-dessous, sous réserve de vos choix qui résultent des paramètres de votre logiciel de navigation utilisé lors de votre visite de notre site.

Les cookies que nous émettons nous permettent de :

4. Faciliter votre navigation sur notre site :

- en adaptant la présentation de notre site aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc) lors de vos visites sur notre site, selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en mémorisant des informations relatives à un formulaire que vous avez rempli sur notre site (inscription ou accès à votre compte) ou à des produits, services ou informations que vous avez choisis sur notre site (service souscrit, contenu consulté, achat effectué etc …).

- en vous permettant d’accéder à des espaces réservés et personnels de notre site, tels que votre compte, grâce à des identifiants ou des données que vous nous avez éventuellement antérieurement confiés

- en mettant en œuvre des mesures de sécurité.

 

5. Améliorer nos services :

Ces cookies permettent d’établir des statistiques et volume de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant notre site (rubriques et contenus visité, parcours) afin d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie de nos services.

6. Adapter la publicité proposée sur notre site :

- en comptabilisant le nombre total de publicités affichées par nos soins sur nos espaces publicitaires, d’identifier ces publicités, le nombre d’utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et d’établir des statistiques,

- en adaptant nos espaces publicitaires aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal par nos espaces publicitaires, selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- en adaptant le cas échéant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous nous avez fournies

7. Les cookies émis sur notre site par des tiers

L'émission et l'utilisation de cookies par des tiers sont soumises aux politiques de protection de la vie privée de ces tiers. Nous vous informons de l'objet des cookies dont nous avons connaissance et des moyens dont vous disposez pour effectuer des choix à l'égard de ces cookies.

a) Du fait d'applications tierces intégrées à notre site

Nous sommes susceptibles d'inclure sur notre site/application, des applications informatiques émanant de tiers, qui vous permettent de partager des contenus de notre site avec d'autres personnes ou de faire connaître à ces autres personnes votre consultation ou votre opinion concernant un contenu de notre site/application. Tel est notamment le cas des boutons "Partager", "J'aime", issus de réseaux sociaux tels que Facebook "Twitter", LinkedIn", "Viadeo", etc.

Le réseau social fournissant un tel bouton applicatif est susceptible de vous identifier grâce à ce bouton, même si vous n'avez pas utilisé ce bouton lors de votre consultation de notre site/application. En effet, ce type de bouton applicatif peut permettre au réseau social concerné de suivre votre navigation sur notre site, du seul fait que votre compte au réseau social concerné était activé sur votre terminal (session ouverte) durant votre navigation sur notre site.
Nous n'avons aucun contrôle sur le processus employé par les réseaux sociaux pour collecter des informations relatives à votre navigation sur notre site et associées aux données personnelles dont ils disposent. Nous vous invitons à consulter les politiques de protection de la vie privée de ces réseaux sociaux afin de prendre connaissance des finalités d'utilisation, notamment publicitaires, des informations de navigation qu'ils peuvent recueillir grâce à ces boutons applicatifs. Ces politiques de protection doivent notamment vous permettre d'exercer vos choix auprès de ces réseaux sociaux, notamment en paramétrant vos comptes d'utilisation de chacun de ces réseaux.

b) Via des contenus de tiers diffusés dans nos espaces publicitaires

Les contenus publicitaires sont susceptibles de contenir des cookies émis par des tiers : soit l'annonceur à l'origine du contenu publicitaire concerné, soit une société tierce à l'annonceur (agence conseil en communication, société de mesure d'audience, prestataire de publicité ciblée, etc.), qui a associé un cookie au contenu publicitaire d'un annonceur.

Le cas échéant, les cookies émis par ces tiers peuvent leur permettre, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre d'affichages des contenus publicitaires diffusés via nos espaces publicitaires, d'identifier les publicités ainsi affichées, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité, leur permettant de calculer les sommes dues de ce fait et d'établir des statistiques,

- de reconnaître votre terminal lors de sa navigation ultérieure sur tout autre site ou service sur lequel ces annonceurs ou ces tiers émettent également des cookies et, le cas échéant, d'adapter ces sites et services tiers ou les publicités qu'ils diffusent, à la navigation de votre terminal dont ils peuvent avoir connaissance.

c) Par une régie publicitaire externe exploitant nos espaces publicitaires

Les espaces publicitaires de notre site sont susceptibles d'être exploités par une ou plusieurs régie(s) publicitaire(s) externe(s) et, le cas échéant, de contenir des cookies émis par l'une d'entre elles. Le cas échéant, les cookies émis par ces régies publicitaires externes leur permettent, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre total de publicités affichées par leurs soins sur nos espaces publicitaires, d'identifier ces publicités, leur nombre d'affichages respectifs, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et, le cas échéant, les actions ultérieures effectuées par ces utilisateurs sur les pages auxquelles mènent ces publicités, afin de calculer les sommes dues aux acteurs de la chaîne de diffusion publicitaire (annonceur, agence de communication, régie publicitaire, site/support de diffusion) et d'établir des statistiques,

- d'adapter les espaces publicitaires qu'elles opèrent aux préférences d'affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d'affichage, système d'exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation antérieure ou ultérieure de votre terminal sur des sites de tiers au sein desquels la régie concernée émet également des cookies, sous réserve que ces cookies aient été enregistrés dans votre terminal conformément aux choix que vous avez exercés à l'égard de cette régie,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation (longitude et latitude) transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous auriez pu fournir à cette régie publicitaire.

8. Vos choix concernant les cookies

Plusieurs possibilités vous sont offertes pour gérer les cookies. Tout paramétrage que vous pouvez entreprendre sera susceptible de modifier votre navigation sur Internet et notre site ainsi que vos conditions d'accès à certains services nécessitant l'utilisation de cookies. Vous pouvez faire le choix à tout moment d'exprimer et de modifier vos souhaits en matière de cookies, par les moyens décrits ci-dessous.

Les choix qui vous sont offerts par votre logiciel de navigation :

Vous pouvez configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que des cookies soient enregistrés dans votre terminal ou, au contraire, qu'ils soient rejetés, soit systématiquement, soit selon leur émetteur. Vous pouvez également configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que l'acceptation ou le refus des cookies vous soient proposés ponctuellement, avant qu'un cookie soit susceptible d'être enregistré dans votre terminal. Pour plus d'informations, consultez la rubrique "Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?"

(a) L’accord sur les Cookies

L’enregistrement d’un cookie dans un terminal est subordonné à la volonté de l’utilisateur du terminal, que celui-ci peut exprimer et modifier à tout moment et gratuitement à travers les choix qui lui sont offerts par son logiciel de navigation. Si vous avez accepté dans votre logiciel de navigation l’enregistrement de cookies dans votre Terminal, les cookies intégrés dans les pages et contenus que vous avez consultés pourront être stockés temporairement dans un espace dédié de votre terminal. Ils y seront lisibles uniquement par leur émetteur.

(b) Le refus des Cookies

Si vous refusez l'enregistrement de cookies dans votre terminal, ou si vous supprimez ceux qui y sont enregistrés, vous ne pourrez plus bénéficier d'un certain nombre de fonctionnalités nécessaires pour naviguer dans certains espaces de notre site. Tel serait le cas si vous tentiez d'accéder à nos contenus ou services qui nécessitent de vous identifier. Tel serait également le cas lorsque nous -ou nos prestataires- ne pourrions pas reconnaître, à des fins de compatibilité technique, le type de navigateur utilisé par votre terminal, ses paramètres de langue et d'affichage ou le pays depuis lequel votre terminal semble connecté à Internet. Le cas échéant, nous déclinons toute responsabilité pour les conséquences liées au fonctionnement dégradé de nos services résultant de l'impossibilité pour nous d'enregistrer ou de consulter les cookies nécessaires à leur fonctionnement et que vous auriez refusés ou supprimés.

(c) Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?

Pour la gestion des cookies et de vos choix, la configuration de chaque navigateur est différente. Elle est décrite dans le menu d'aide de votre navigateur, qui vous permettra de savoir de quelle manière modifier vos souhaits en matière de cookies.
Pour Internet Explorer™
Pour Safari™
Pour Chrome™
Pour Firefox™
Pour Opera™
etc...

(d) Les cookies "Flash"© de "Adobe Flash Player"™

"Adobe Flash Player"™ est une application informatique qui permet le développement rapide des contenus dynamiques utilisant le langage informatique "Flash". Flash (et les applications de même type) mémorise les paramètres, les préférences et l'utilisation de ces contenus grâce à une technologie similaire aux cookies. Toutefois, "Adobe Flash Player"™ gère ces informations et vos choix via une interface différente de celle fournie par votre logiciel de navigation.

Dans la mesure où votre terminal serait susceptible de visualiser des contenus développés avec le langage Flash, nous vous invitons à accéder à vos outils de gestion des cookies Flash, directement depuis le site http://www.adobe.com/fr.

Objets connectés, une filière en devenir

Lorsqu’il s’agit de parler des objets connectés, les députées Laure de La Raudière et Corinne Erhel sont enthousiastes. Pour les deux élues, il est indéniable que l’Internet des objets est un enjeu majeur sur le plan économique qui aura également de nombreuses implications dans notre vie quotidienne de demain. Un virage à ne pas rater pour la France.

Internet connaît une extension inédite en connectant non seulement les gens entre eux mais également les personnes aux objets et les objets entre eux. En 2016, on estime à 6,4 milliards le nombre d’objets connectés dans le monde. Dès 2020, il pourrait y en avoir entre 30 et 50 milliards. Des estimations prometteuses qui laissent songeur. Le potentiel de l’Internet des objets dont il reste énormément à explorer laisse imaginer aux deux rapporteures* que l’on pourrait être « à l’aube d’une nouvelle révolution technologique ». Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette explosion des objets connectés. Les avancées technologiques récentes sont l’un des premiers facteurs avec la miniaturisation des microprocesseurs, des semi-conducteurs et autres composants électroniques qui sont à la base de la technologie des objets connectés. A ces innovations, il faut ajouter « le développement massif de l’informatique en nuage – cloud computing – associé à une puissance de calcul et de traitement des données inégalé – le big data », qui participent « de cette nouvelle donne technologique » complète Corinne Erhel. Autre facteur, l’accessibilité financière qui progresse (vraiment ?) et qui rend plus accessible au grand public ces objets. Une demande est également apparue « pour des objets au design élégant qui prolongent l’utilisation courante du smartphone et qui améliorent notre confort au quotidien ».

Des marchés qui « gagnent en maturité »

Enfin, les marchés des objets connectés, qu’il s’agisse de ceux des entreprises ou de ceux des consommateurs finaux « gagnent en maturité ». En termes d’enjeux économiques, « Il y a, explique Laure de La Raudière, le potentiel de création de valeur de ces objets connectés et la plus-value que présente les données collectées par les objets connectés eux-mêmes ». Pour ce qui est du potentiel de création de valeur des objets connectés, plusieurs études montrent que l’Union européenne gagnerait jusqu’à 7 points de PIB, soit 1000 milliards d’euros d’ici à 2025. Une estimation qui est fondée sur la vente des objets connectés, de la montre au compteur électrique intelligent ou du capteur placé sur une chaîne de production mais aussi des services fournis via des objets connectés (surveillance à distance, pilotage de lignes industrielles, etc.). Mais, souligne Laure de La Raudière, « la création de valeur sera surtout indirecte, sous la forme de gains de temps […] A terme, l’Internet des objets devrait permettre une augmentation de la compétitivité de notre industrie ».

Une création de valeur « surtout indirecte »

Pour ce qui est de la création de valeur, la co-rapporteure estime que ce sont les politiques publiques qui devraient être les « grandes bénéficiaires de l’Internet des objets ». Et de citer la ville connectée qui « va résoudre des problèmes sociaux et environnementaux (lutte contre les pollutions, gestion des ressources, décongestion des villes, etc.) » et les politiques sociales et de santé publique « qui vont pouvoir se reconfigurer autour des données que les individus mesureront en temps réel et mettront à la disposition des personnes publiques et des personnels de santé pour suivre et analyser leur état de santé » (La recommandation 13 du rapport préconise le remboursement partiel par la Sécurité sociale des objets connectés qui contribueraient à une politique de prévention). Pourtant sur ce point les avis divergent. « Ne risque-t-on pas, sous prétexte d’améliorer la prise en charge des patients, de passer d’une médecine préventive à une sorte de dictature médicale ayant pour corolaire la fin de la mutualisation des risques, remplacée par une tarification personnalisée ? » se demande, inquiet, Yves Daniel.

Le potentiel économique et social des données du big data

Les deux élues se disent également convaincues que le potentiel économique et social des données du big data est encore plus important avec le développement exponentiel des objets connectés et alors que nous assistons à un essor exponentiel du volume des données disponibles, mais aussi des services pouvant être fournis sur la base de l’exploitation de ces données – « des services dont les consommateurs sont très demandeurs ». Au-delà du gain de productivité attendu par l’exploitation des données des objets connectées, les élues estiment encore que ces données vont permettre « de concentrer le modèle économique des industries vers les services, qui sont au cœur de l’industrie du futur ». « La vision d’un mode de production où l’industrie et les services sont deux secteurs bien distincts est maintenant dépassée » assure Laure de La Raudière. « Ce recentrage de la valeur économique sur les services suppose que les entreprises industrielles s’approprient les données que les objets industriels permettent de collecter, ce qui constitue une véritable révolution culturelle pour les industries françaises » admet la députée LR. Sur ce point, les co-rapporteures formulent deux recommandations. L’une consiste à renforcer « substantiellement » les moyens alloués au plan de l’Industrie du futur dénommé « Économie de la donnée » via « le lancement de plusieurs appels à manifestation d’intérêt dans ce domaine ». L’autre recommandation consiste à inciter les universités à développer des formations de sciences de la donnée, aujourd’hui cantonnées aux grandes écoles d’ingénieurs « alors qu’elles auraient vocation à être démocratisées sur l’ensemble du territoire, afin de répondre aux besoins futurs des industries ».

Une influence positive sur notre vie sociale

Pour les rapporteurs, il ne fait également aucun doute que « l’Internet des objets [va] dans les années à venir transformer notre quotidien » et « influer de façon positive sur notre vie sociale ». « En contribuant à relier des personnes entre elles au travers de leurs objets connectés, il crée du lien social, notamment pour les plus jeunes générations marquées par le développement des réseaux sociaux » croit fermement Corinne Erhel. Un avis que ne semble pas totalement partagé Yves Blein qui reste dubitatif quant à « l’impact social et au lien créés ». « On peut à l’inverse, estime-t-il, se demander si les objets connectés n’aboutissement pas parfois à une véritable déconnexion du citoyen du monde réel ». « L’impact social des objets n’est pas univoque ». Ils peuvent porter « en germe des risques d’exclusion » reconnaît Corinne Erhel qui, sans angélisme, pointe d’autres risques comme celui d’une dépendance technologique. Si l’on n’y prend garde, « la pratique de l’auto-mesure pourrait se traduire par un enfermement dans une représentation statistique de soi, voire conduire à une addiction à la mesure » explique-t-elle. Il y a aussi le respect de la vie privée qui peut se trouver remis en question « face à la captation et à un partage massif » des données personnelles par les objets connectés « sans que l’utilisateur n’exprime clairement son consentement ».

Des freins à lever

Enfin, dernier écueil et pas des moindres, la question de la couverture numérique du territoire qui est « insatisfaisante » et qui peut « empêcher le développement équilibré de l’Internet des objets sur tout le territoire ».

Au fil de leur mission et de leurs auditions, les deux élues en sont ressorties avec l’intime conviction que la France peut « légitimement prétendre à une position d’avant-garde dans cette révolution des objets connectés ». Elle dispose pour cela « d’un véritable dynamisme entrepreneurial souvent tourné vers l’innovation » explique Corinne Erhel, même si, tempère Laure de La Raudière, « il existe quelques freins à lever ». Les start-up par exemple ont encore du mal à s’inscrire dans une croissance durable : elles ont du mal à réussir des levées de fonds importantes ; elles ont aussi du mal « à maîtriser un environnement réglementaire qui se complexifie ». Autre point d’attention : le développement d’infrastructures de réseaux performants sur tout le territoire, comme avec le retard pris sur le Très Haut Débit. Un autre frein concerne, insistent les deux élues, « l’environnement administratif et fiscal français ».

« Les risques et les craintes légitimes que suscitent les objets connectés ne doivent pas être sous-estimées, mais évaluées avec tout le recul nécessaire » concluent les deux élues qui souhaitent que soit apportée « une réponse proportionnée et adaptée à ces enjeux ». Elles en appellent à la mise en œuvre d’une « régulation politique axées sur la responsabilité personnelle des utilisateurs (mesures pédagogique spécifiques) ainsi que sur une régulation souple et évolutive introduite par les pouvoirs publics »


* Rapport d’information n°4362 de Laure de La Raudière et Corinne Erhel sur les objets connectés – Commission des Affaires économiques

 

Selon l’Union internationale des télécommunications (UIT), l’Internet des objets se définit comme « l’infrastructure mondiale pour la société de l’information, qui permet de disposer de services évolués en interconnectant des objets (physiques ou virtuels) grâce aux technologies de l’information et de la communication interopérables existantes ou en évolution ».

 

Une filière qui a de l’avenir
• 430 millions d’euros de chiffre d’affaires pour les objets connectés en France (de janvier à septembre 2016)
• 740 000 montres connectées vendues en France en 2016
• 30 objets connectés par foyer d’ici à 2020
• 30 milliards d’objets connectés dans le monde
• 293 millions de wearables (vêtements et accessoires intelligents) vendus dans le monde en 2016
Sources : GFK, GARTNER, OPINION WAY

 

1782 K2_VIEWS