Print this page

Bonne année et joyeux anniversaires !

L’année 2021 est celle de plusieurs anniversaires dont certains ne vont pas manquer de susciter débats et polémiques.

Le 5 mai 1821, après six ans d’exil, l’empereur Napoléon 1er s’éteint à Sainte-Hélène. La France s’apprête à commémorer – ou pas – le bicentenaire de sa mort. On pourrait croire que cela ne poserait pas de problème. Hélas, des esprits chagrins très minoritaires laissent déjà entendre que notre pays n’a pas le droit de célébrer officiellement celui qui a mis à bas la Ière République, rétablit l’esclavage dans les colonies et fait la guerre à l’Europe entière. Des approximations faciles qui ne feront pourtant pas oublier que Napoléon Ier est à l’origine de beaucoup de nos institutions (Code civil, Légion d’Honneur, Conseil d’Etat, Comédie française...). Même si Emmanuel Macron, avant son élection louait dans un article de Paris Match le « génie » de l’homme, l’exécutif n’a encore aujourd’hui rien annoncé d’officiel. Une hésitation qui nous remet en mémoire la dérobade de Jacques Chirac et de Dominique de Villepin qui sous la pression d’une poignée d’exaltés d'obscurs collectifs avaient renoncé à commémorer le bicentenaire de la victoire d’Austerlitz en 2005. Les mêmes n’avaient pourtant pas hésité à dépêcher « Le Charles de Gaulle » aux célébrations de notre défaite navale de Trafalgar la même année. Avec en tête de pont, la Fondation Napoléon, c’est donc le milieu associatif et privé qui s’est mobilisé en organisant de très nombreux événements en France et à l’étranger – si la Covid-19 leur en laisse le loisir. A signaler tout particulièrement, l'exposition « Napoléon » à la Grande Halle de la Villette (14 avril - 19 septembre 2021).

Après « l’année De Gaulle » en 2020, aurons-nous une année « Mitterrand » en 2021 ? Car comme le général, le premier président socialiste de la Vème République arriverait (presque) à faire l’unanimité. Le 8 janvier, Emmanuel Macron s’est recueilli à Jarnac sur la tombe de François Mitterrand. Il s’est ensuite rendu dans sa maison natale située non loin du cimetière charentais. Premier hommage d’une année qui va permettre de surfer sur quatre dates-anniversaires de ce premier septennat socialiste : les 25 ans de la mort de François socialiste, le 8 janvier 1996 ; le quarantième anniversaire de son élection, le 10 mai 81 ; les 105 ans de sa naissance et enfin, le 9 octobre, les 40 ans de l’abolition de la peine de mort. Ces événements seront l’occasion pour le Chef de l’Etat de s’approprier quelques éléments fondateurs de cette figure socialiste comme sa vision de l’Europe et du destin de la France tout en jetant un pavé dans la mare socialiste qui depuis le droit d’inventaire lancé par Lionel Jospin sont embarrassés par l’héritage mitterrandien.

L’Algérie va être aussi sur le devant de la scène cette année, non pas tant pour des anniversaires mais parce que le président de la République devrait se prononcer sur le rapport qui lui a été remis en janvier par l’historien Benjamin Stora sur « la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie ». Le Chef de l’Etat est très attendu sur le sujet et sur son choix d’un « geste mémoriel » fort et historique (au même titre que le discours du Vel’ d’Hiv de Jacques Chirac) qu’il devra trouver en faveur de « la réconciliation » entre les deux pays. Mais nul doute qu’il ne sera pas simple de trouver un geste apaisant et consensuel entre les partisans du toujours plus de repentance et les partisans du statuquo. En 2021, on retiendra le soixantième anniversaire du putsch d’un « quarteron de généraux en retraite », le 21 avril 1961 et de la répression sanglante de militants algériens par la police parisienne, le 17 octobre 1961.

Mais 2021, sera aussi l’occasion d’honorer et de se souvenir de nos grands auteurs comme La Fontaine (né le 7 ou 8 juillet 1621), Baudelaire (né le 9 avril 1821) ou encore Flaubert (né le 12 décembre 1821) mais aussi de Georges Feydeau, mort le 5 juin 1921. Reparlerons-nous aussi cette année de l’entrée au Panthéon de Verlaine et Rimbaud au Panthéon dont on fêtera le 130ème anniversaire de la mort ? Plus près de nous, on se souviendra aussi de certaines de nos gloires françaises comme Fernandel, Charles Trenet, Jean Vilar, Georges Brassens et Serge Gainsbourg... une occasion de quelques réjouissances on espère. 

42 K2_VIEWS