Print this page

L’enjeu de la propreté

Le projet de l’Exposition universelle vante les mérites de l’accueil et de l’hospitalité, encore faut-il être à la hauteur. Le président de l’Association des maires d’Île-de-France, Stéphane Beaudet a été le premier à mettre « les pieds dans le plat » comme il l’a lui-même si bien dit.

 

« Nous allons devoir faire un effort colossal pour rendre plus attractive la région francilienne » lance le maire de Courcouronnes visant la question de la propreté. « Car ce qui peut paraître dérisoire est en fait essentiel : redevenir une région attractive, s’ouvrir aux yeux du monde, suppose de ne pas laisser à la vue des étrangers, qui atterriraient à Orly ou à Roissy, les entrées de Paris dans leur état actuel » explique l’édile. Yves Nicolin (UMP, Loire) a voulu à son tour insister sur « le manque de propreté » qu’il a lui-même pu constater en faisant le trajet entre nos aéroports et la capitale, « c’est une vraie catastrophe ! » « Il est exact que certains lieux sont vraiment très sales. Cela vaut, entre autres, pour certaines entrées de gare. Chez nous, on appelle cela des « incivilités ». Or comment croire qu’on peut être en sécurité sur certains lieux du territoire si on n’est pas capable d’y faire respecter la propreté la plus élémentaire ? Nous devrons faire preuve de pédagogie. Mais nous devrons peut-être aussi sévir à l’encontre tous ceux qui dégradent les lieux qui ont pourtant été mis à leur disposition » rebondit Stéphane Volant. Début mars, en déplacement sur un chantier de nettoyage sur les abords de l’A1, le Premier ministre a indiqué que le gouvernement avait décidé de « débloquer cinq millions d'euros en urgence pour le nettoyage des abords des autoroutes franciliennes ».

 

 

7749 K2_VIEWS