Print this page

Adoption d'une nouvelle politique de l'Union intégrée pour l'Arctique

La Haute représentante et la Commission européenne mettent en place une réponse intégrée aux défis de l’Arctique au moyen de 39 actions axées sur le changement climatique, la protection de l’environnement, le développement durable et la coopération internationale.

“Nous agissons sur l’Arctique et l’Arctique agit sur nous. Les conditions météorologiques mondiales, les écosystèmes et la biodiversité locale subissent tous l’influence de l’Arctique. Alors que la tendance au développement humain est inévitable, il nous appartient de faire en sorte que celui-ci prenne une forme durable. Cela doit se faire dans le plein respect des modes de vie des habitants de la région, en protégeant sa ressource la plus précieuse, à savoir l’environnement.” a indiqué Karmenu Vella, Commissaire européen chargé de l’environnement, des affaires maritimes et de la pêche pour justifier les dernières mesures prises par l’Union européenne en faveur de l’Arctique. « La sûreté, la viabilité et la prospérité de l’Arctique ne sont pas seulement dans l’intérêt de ses 4 millions d’habitants, de notre Union européenne et du monde entier. Cette région revêt pour nous tous une importance cruciale à la fois sur le plan environnemental, social et économique. Les mesures qui ont été adoptées aujourd’hui soulignent notre engagement vis-à-vis de cette région et des peuples qui y vivent, et notre détermination à ce que l’Arctique reste un modèle de coopération internationale constructive. Car l’Arctique joue aussi un rôle essentiel dans la sécurité régionale et mondiale, et constitue une composante stratégique de notre politique extérieure » a ajouté Federica Mogherini, Haute représentante de l’Union pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission européenne.

L’Arctique s’est réchauffé à un rythme presque deux fois supérieur à la moyenne mondiale

Or, force est de constater que depuis quelques années, l’Arctique joue un rôle de plus en plus important dans le changement climatique et cette évolution entraîne des répercussions majeures, cette région agissant comme un régulateur du climat mondial, et notamment des conditions météorologiques en Europe. Au cours des dernières décennies, l’Arctique s’est réchauffé à un rythme presque deux fois supérieur à la moyenne mondiale. Des scientifiques ont montré que cette région contribuait elle-même au changement climatique, en raison de la libération progressive de méthane au fur et à mesure du réchauffement de l’Arctique. Les changements climatiques dans l’Arctique entraînent de plus un accroissement de l’activité économique dans la région. Mais alors que plusieurs institutions et instances internationales ont été créées pour faciliter la coopération au niveau mondial sur la gestion concertée de la région arctique, l’Union européenne a choisi d’accentuer encore ses efforts pour la défense et la préservation de l’Arctique. Car même si l’Union européenne ne possède aucun littoral en contact direct avec l’océan Arctique, elle est très fortement liée à la région de l’Arctique, avec laquelle elle partage des liens historiques, économiques, commerciaux et géographiques. « De plus, un grand nombre d’activités, de financements, de projets et de décisions de l’UE en cours influent déjà sur le développement durable de cette région » précise la Commission.

L’UE intensifiera donc ses activités et son engagement présents dans la région au moyen de 39 actions axées sur le changement climatique, la protection de l’environnement, le développement durable et la coopération internationale. « Ces domaines prioritaires reflètent l’importance particulière accordée à la recherche, à la science et à l’innovation ». L’UE se dit ainsi prête à œuvrer avec les Etats arctiques, notamment avec leurs populations locales et leurs communautés autochtones, ainsi que dans les instances internationales pour l’élaboration d’un programme ambitieux d’adaptation au changement climatique dans la région. Elle maintiendra également son niveau de financement actuel en faveur de la recherche consacrée à l’Arctique. L’UE soutiendra également la création d’un réseau de zones maritimes protégées dans la zone. Il est encore prévu que les programmes spatiaux européens contribuent à la sécurité maritime dans la région moyennant la surveillance et le suivi du trafic des navires et des déplacements de la banquise (Copernicus) et la fourniture de services de navigation (Galileo). 

 

1687 K2_VIEWS