Print this page

Un Guide de la laïcité à la Ville de Paris

En préparation avant les attentats du 13 novembre, le Guide de la laïcité rédigé par la Ville de Paris entend répondre « à un manque ».

Même si la Mairie de Paris affirme ne pas avoir eu vent de cas de radicalisation de ses agents, le risque existe. Les syndicats avaient même fait savoir que « sur ces sujets sensibles, les agents ont besoin de consignes claires » reconnaît Emmanuel Grégoire, Adjoint aux Ressources humaines à la Mairie de Paris. Ce Guide qui « répond à un manque» et dont l'idée remonte à bien avant les attentats du 13 novembre est basé sur la loi et les propositions de l'Observatoire parisien de la laïcité. Il va être distribué à l'ensemble des 5 600 cadres municipaux pour leur permettre de faire face à des situations de non-respect de la laïcité et de neutralité si elles devaient se présenter. Un employé refuse de serrer la main d'une collègue féminine, une agent refuse de retirer son voile au travail, un autre demande à pouvoir prier pendant ses heures de travail…En une dizaine de pages et en six cas pratiques décrits, les cadres vont avoir les moyens de répondre à ces situations et éviter qu'elles ne dérapent. Premier cas concret : quelle réaction avoir « lors des entretiens d'embauche face à des personnes très vindicatives sur la question de la religion et portant un signe ostentatoire ? ». « On ne peut motiver un refus de recrutement en raison du port d'une tenue ou d'un signe religieux ostentatoire. (...) Toutefois, si lors de l'entretien, le candidat déclare vouloir conserver sa tenue ou son signe religieux ostentatoire après avoir été embauché, le recruteur est fondé à lui rappeler l'incompatibilité de cette exigence avec les règles en vigueur au sein de la fonction publique » répond le guide. Autre cas, celui d'une « incitation religieuse sur le lieu et pendant le temps de travail ». Le guide souligne qu'elle est « interdite » tout en rappelant le principe de « neutralité du service public ». « Le refus d'être placé sous l'autorité hiérarchique d'une femme constitue un refus d'obéissance caractérisé » peut-on encore lire en parcourant ce vade-mecum révélateur, qui, assure la Mairie de Paris, sera complété par des stages de formation. Enfin, dans sa préface, Anne Hidalgo, la Maire de Paris, prévient qu'en cas de manquement, si le dialogue et la pédagogie doivent être « systématiquement privilégiés », elle n'exclut pas « dans un second temps » d'assumer « la mise en œuvre du pouvoir disciplinaire et de sanctions adaptées, proportionnées prenant en compte la gravité du manquement, son contexte, ses conséquences et les cas de récidive ». Voilà qui est dit. 

 

1550 K2_VIEWS