Print this page

“La France a fait le choix de mener de front la bataille sanitaire et la bataille économique”

Par Franck Riester, Ministre délégué auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères en charge du Commerce extérieur et de l’Attractivité

Alors qu’approche la fin d’une année qui aura durement éprouvé notre pays, l’incertitude économique est toujours forte. La crise sanitaire a fortement affecté les flux mondiaux d’investissements directs, qui pourraient chuter cette année de près de 40 %.

La résurgence de la pandémie en Europe a conduit la plupart des pays du continent à adopter des mesures sanitaires renforcées. La France a fait le choix de mener de front la bataille sanitaire et la bataille économique : nouveau confinement pour protéger les Français, nouvelles mesures de soutien pour protéger les fondamentaux de notre économie, et en particulier, l’emploi. Les deux vont de pair. Nous avons besoin de l’économie pour financer l’effort sanitaire, et nous avons besoin de maîtriser la pandémie pour que l’activité économique puisse reprendre durablement.

Notre méthode porte ses fruits. Entre avril et novembre 2020, la part des dirigeants étrangers qui entendent maintenir leurs investissements en France a cru de plus de 20 %.

Cette résilience, nous la devons d’abord aux fondamentaux structurels de notre pays, que, sous l’impulsion du Président de la République, le Gouvernement n’a eu de cesse de consolider depuis 2017. La démographie française fait de notre pays le 2ème marché de l’Union européenne, derrière l’Allemagne. C’est un atout sur lequel nous capitalisons pleinement, en engageant une baisse sans précédent des impôts qui pèsent sur les ménages. Avec la baisse de l’impôt sur le revenu de 10 milliards d’euros, avec la suppression progressive de la taxe d’habitation, nous avons rendu aux Français davantage de pouvoir d’achat qu’ils n’en avaient gagné en dix ans.

Le savoir-faire de nos entreprises et de nos talents est internationalement reconnu : dans de nombreux secteurs, la France compte des leaders mondiaux. Mais nos entreprises ont longtemps souffert d’un différentiel de compétitivité par rapport à leurs concurrents, européens ou internationaux. Les efforts que nous avons entrepris ont permis de corriger le tir. Ordonnances travail, baisse des cotisations salariales et patronales, transformation du CICE en allègement pérenne de charges sociales : grâce aux réformes menées, c’est en France que la compétitivité-coût a le plus progressé dans la zone euro depuis 2018. C’est-à-dire que ce sont les entreprises françaises qui ont le mieux consolidé leurs positions face à la concurrence. Nous conforterons cette dynamique, en poursuivant la baisse de l’impôt sur les sociétés pour en ramener le taux dans la moyenne européenne, à 25 %, à l’horizon 2022.

Les résultats sont là. En 2019, notre pays devenait, pour la première fois, le champion d’Europe de l’attractivité, devant le Royaume-Uni. Avec un bénéfice extrêmement concret, puisque cette année-là, 17 % des créations d’emploi dans le secteur privé étaient directement imputables à des investissements étrangers.

Cette résilience, nous la devons également aux moyens sans précédent que nous avons déployés pour faire face à la crise économique et sanitaire. Entre avril et juillet, nous avons mobilisé près de 20 % de notre richesse nationale pour éviter la ruine de pans entiers de notre économie, soutenir la trésorerie de nos entreprises, sauver les emplois qui en dépendent et préserver l’attractivité du site France. Grâce à un arsenal de mesures parmi les plus complets et les plus généreux d’Europe, nous avons su faire face. Nos partenaires étrangers ont jugé notre stratégie crédible, efficace et proportionnée. C’est un signal extrêmement encourageant car les investissements étrangers ont des retombées très concrètes : les 28 000 étrangères présentes en France y emploient près de deux millions de personnes, soit 11 % de l’effectif salarié du pays. Mais aussi et surtout, au service des territoires : en 2019, 41 % des projets d’investissements étrangers se sont dirigés vers des communes de moins de 20 000 habitants.

Il est donc impératif que nous attirions en France davantage d’investissements étrangers. C’est le sens du portefeuille ministériel dédié à la fois au Commerce extérieur et, de manière inédite, à l’Attractivité, que le Président de la République et le Premier ministre m’ont confié.

C’est aussi la raison pour laquelle, avec le plan France Relance, nous faisons le choix d’investir massivement dans la qualité, l’inventivité et la compétitivité de l’offre française.

Lors de chacune de mes missions à l’étranger, j’explique l’esprit, la stratégie et la méthode du plan de relance auprès des acteurs économiques. Partout, j’ai réaffirmé un message clair. Avec les transformations engagées dans le cadre de France Relance, choisir la France sera un choix plus gagnant que jamais. A chacun des échanges que j’ai eus avec les patrons étrangers qui s’intéressent à la France, j’ai rencontré un intérêt renouvelé et même renforcé pour la France, la richesse de ses territoires, les potentialités de son économie, le savoir-faire de ses entreprises et de ses talents. Avec l’édition 2021 du sommet Choose France, que le Président de la République organise en janvier prochain, nous placerons d’emblée la période post-COVID sous le signe de l’attractivité de la France.

La France est prête à offrir les solutions aux entreprises qui cherchent un point d’entrée en Europe, à accueillir les entreprises britanniques qui, après le Brexit, voudront préserver leur accès au marché unique, à accueillir aussi les entreprises d’Etats tiers qui auraient été tentées de s’installer au Royaume-Uni. Nous finalisons un dispositif qui permettra de suivre et d’accompagner les projets d’investissements sur tout le territoire. L’équipe de France de l’attractivité sera au rendez-vous, et les Régions y joueront un rôle moteur. Dans cette période charnière, le Gouvernement est totalement mobilisé pour inciter les investisseurs à faire le choix de la France, sécuriser leurs projets, faciliter leurs investissements, simplifier leurs démarches et leur fournir un accompagnement personnalisé. 

748 K2_VIEWS