Print this page

La Barbade dit goodbye au Royaume-Uni

Micro-Etat des Caraïbes, La Barbade a annoncé sa volonté de s’affranchir de la sujétion de la couronne britannique pour devenir une République fin 2021.

C’est décidé, fin 2021, pour le 55ème anniversaire de son indépendance, la Barbade deviendra une république. La Reine d’Angleterre ne sera plus la souveraine de cette toute petite île des Caraïbes. Ce choix a été officialisé par la Gouverneure-générale de l’île, Sandra Mason au cours du discours de rentrée du parlement local à Bridgetown le 15 septembre dernier et écrit par la Première ministre Mia Mottley. « L’heure est venue de dire un vrai adieu à notre passé colonial. Les Barbadiens veulent un chef d’État barbadien » a énoncé à haute et intelligible voix celle qui est pourtant sur l’île, la représentante de la cheffe d’Etat Elizabeth II. A Londres, au Palais de Buckingham la nouvelle a été accueillie avec tout le flegme britannique que l’on imagine. Un porte-parole de la Couronne a tout juste indiqué que cette décision relevait « des autorités et de la population de la Barbade ».

Pour autant, ce choix n’est pas une réelle surprise. Depuis plusieurs années déjà, La Barbade, ancienne colonie de 430 m2, 290 000 habitants, devenue indépendante en 1966 laissait entendre qu’elle souhaitait voler de ses propres ailes. « Ayant obtenu son indépendance il y a plus d’un demi-siècle, notre pays ne peut nourrir aucun doute sur ses capacités à s’autogérer » a notamment affirmé Sandra Mason lors de ce discours amené à devenir historique. Pour la Barbade, l’heure a donc sonné. Et l’alignement des planètes lui semble propice. Portée par un large mouvement de décolonisation, d’émancipation et de revendications à travers le globe, le gouvernement de la Barbade a multiplié les gestes d’indépendance comme le déboulonnement de la statue de l’amiral Nelson, héros britannique par excellence mais qui est aussi aux yeux des Barbadiens celui qui s’était opposé à l’abolition de l’esclavage.

Pour passer du royaume à la république, nul besoin d’un référendum mais cela nécessitera cependant l’accord et le vote à une majorité des deux tiers des deux chambres. Bien consciente aussi de ce qu’elle pourrait perdre, la Barbade n’est toutefois pas prête à renoncer à tout. L’île a bien précisé que rompre avec la Couronne ne signifiait pas pour autant rompre avec le Commonwealth qui assure à la Barbade une belle manne en matière de formations et de bourses. Le Commonwealth est aussi une tribune politique loin d’être négligeable pour la toute petite république qu’elle sera.

Le choix de la Barbade de devenir une république n’est pas non plus une première pour l’inébranlable monarchie britannique. Plusieurs anciennes colonies ont ainsi pris leurs distances avec la couronne comme en Afrique avec le Ghana (1960), l’Afrique du Sud (1960), la Gambie (1970). Le mouvement s’est propagé dans les Caraïbes dans les années 70 avec le Guyana en 1970, Trinidad et Tobago en 1976 et La Dominique en 1978. La Jamaïque a aussi exprimé cette volonté sans pour autant la concrétiser. Dans l’Océan Indien, l’Île Maurice a pris le large en 1992.

Signalons toutefois que l’on est loin d’une hémorragie : En Australie, l’indépendance a même été rejetée par référendum. Au-delà du Royaume-Uni, la Reine Elizabeth II reste la souveraine de 15 autres nations : Antigua-et-Barbuda, Australie, Bahamas, Barbade, Bélize, Canada, Grenade, Jamaïque, Nouvelle-Zélande, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Saint-Kitts-et-Nevis, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Îles Salomon et État des Tuvalu.

La question est aujourd’hui de savoir si l’annonce de la Barbade pourrait donner des idées à ces autres territoires britanniques, ce qui à la longue finirait probablement par fragiliser la Couronne et le Commonwealth. Pourquoi ne pas poser la question à la chanteuse mondialement connue Rihanna justement née à la Barbade et qui pour cette raison a été désignée ambassadrice de cette perle des Caraïbes, chargée d’en favoriser le tourisme, l’éducation et les investissements.

Avant la Covid, la Barbade, paradis touristique des petites Antilles située à 300 km du Venezuela accueillait plus d’un million de touristes par an, principalement Britanniques, Américains et Canadiens. 


La Barbade est un micro-État insulaire situé en mer des Caraïbes. Pendant plus de trois siècles, la Barbade a été sous domination britannique ; le souverain du Royaume-Uni en est le chef de l’État. Indépendante depuis le 30 novembre 1966, la Barbade est un royaume du Commonwealth jusqu’au 30 novembre 2021, date à laquelle elle doit devenir une république. La Barbade fait partie des Petites Antilles. Les îles les plus proches sont les îles de Saint-Vincent-et-les-Grenadines et Sainte-Lucie, à l’ouest. Au sud, Trinité-et-Tobago — avec qui la Barbade partage une frontière maritime fixe et officielle — et la côte sud-américaine.

340 K2_VIEWS