Print this page

Des vacances en “bleu blanc rouge”

Dès la fin du confinement annoncée et la limitation des 100 km remisée, les Français se sont organisés pour leurs vacances d’été. Tandis que, par choix ou par défaut, la destination France est privilégiée, les territoires rivalisent d’imagination pour attirer les touristes.

Les Français sont nombreux à vouloir oublier cette période difficile et à vouloir prendre du repos, un vrai repos réparateur en prenant des vacances. Alors que les frontières ne s’ouvrent que partiellement, nos compatriotes ont choisi à une large majorité de prendre leurs vacances en France. C’est en tout cas ce que révèle l’enquête BVA-Les entreprises du voyage, selon laquelle 87 % des Français partant en vacances ont déclaré projeter des vacances en France et 13 % à l’étranger. Au cours des années précédentes, cette proportion était de l’ordre de 2/3 pour la France et de 1/3 pour l’étranger.

A une forte majorité (67 %) les Franciliens déclarent prévoir de partir cet été. Les jeunes (74 % des 18-24 ans) entendent bouger aussi comme les familles (66 %) et les personnes appartenant aux catégories socio-professionnelles plus élevées (71 %). Mais paradoxalement, moins de la moitié des personnes envisageant de partir en vacances ont effectué leurs différentes réservations (44 % contre 60 % habituellement) quand la majorité ne l’a pas encore fait (56 %) notamment les personnes ayant l’intention de partir en France (58 %). « Cela traduit le manque de visibilité des Français sur l’évolution de la situation dans les semaines à venir, et ce, en dépit de leurs envies d’ailleurs » souligne l’enquête.

Un autre sondage, réalisé pour le JDD par OpinionWay montre que 77 % de ceux qui partiront cet été le feront en France : 34 % avec une volonté de soutenir l’économie française. En même temps, « les Français n’ont pas tellement le choix vu les incertitudes sur les destinations étrangères, ce qui biaise probablement cette affirmation » explique au JDD Stéphane Lefebvre-Mazurel, directeur du Pôle marketing chez OpinionWay.

La France donc. Mais où en France ? Pour ce qui est du lieu de villégiature, les Français plébiscitent le littoral. Ils sont 54 % à avoir répondu la mer comme destination privilégiée. Les Franciliens sont ceux ayant le plus d’attrait pour ce type de vacances (65 %). La campagne arrive ensuite en deuxième position (24 %) devant la montagne (12 %). La ville reste un choix minoritaire pour les vacanciers partant en France (9 %). « C’est, en revanche, une option retenue par 21 % des individus voyageant à l’étranger, privilégiant sûrement davantage les visites culturelles » note l’enquête.

En tête des destinations, Paca (23 %), Bretagne (19 %), Languedoc-Roussillon (16 %) selon les répondants d’OpinionWay.

Pour les territoires et faute d’une clientèle étrangère, il va falloir rivaliser d’imagination et de propositions pour attirer le touriste. Le Gouvernement a ainsi chargé Atout France, l’agence officielle de développement touristique français, de lancer une vaste campagne de communication franco-française sur les réseaux sociaux, « cet été je visite la France ». En coordination avec les régions, les territoires et les entreprises concernés, cette campagne vise à informer sur les mesures sanitaires mises en place et valorisera l’offre nationale de proximité pour la saison estivale 2020.Une mission inédite pour cette agence qui a pour habitude de s’adresser à une clientèle étrangère.

Sur le terrain, les territoires font aussi campagne, par voie de presse et d’affichage. On ne compte plus les départements et/ou régions à proposer des bons d’achat, des réductions en tout genre pour attirer le client. Une situation qui n’est pas sans poser problème comme ont pu le constater les députés Frédérique Lardet (LREM, Haute Savoie) et Vincent Rolland (LR, Savoie), du groupe de travail sur le tourisme à la Commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale. « Les stratégies des territoires diffèrent, mais rivalisent d’ingéniosité et de moyens pour attirer les touristes de proximité, faisant craindre le spectre d’une « guerre des territoires » pour le partage des fruits du tourisme estival » s’inquiètent ainsi les élus dans une note du 18 mai. 


Pour relancer à la fois le tourisme et soutenir le personnel soignant, de sécurité et/ou en première ligne, sous la houlette de Jacques Pédehontaà, le président de l’Agence d’attractivité et de développement touristique Pays Basque-Béarn, le département des Pyrénées-Atlantiques en association avec VVF a mis en place une opération solidaire intitulée « Repos des héros » (séjours touristiques gratuits ou bons de vacances). Une somme de 100 000 euros a été réunie permettant d’offrir 500 séjours pour deux personnes dans un hébergement de la Région. D’autres départements ont suivi, comme la Creuse, le Cher, la Charente-Maritime, l’Indre-et-Loire, la Mayenne ou le Var. La région Auvergne-Rhône-Alpes et les départements de l’Allier, du Cantal, du Puy-de-Dôme et de la Haute-Loire ont aussi, de leur côté, organisé des opérations de solidarité pour l’accueil du personnel soignant de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris.

105 K2_VIEWS