Print this page

L’agriculture biologique en France, une croissance soutenue !

Par Philippe Henry, Président, et Florent Guhl, Directeur de l’Agence Bio

Le Bio est aujourd’hui à une étape « charnière » de son histoire. L’un de ces moments clés au cours desquels les décisions prises ont un impact fondamental sur l’avenir de tout un secteur.

En effet le succès du secteur bio soulève plusieurs questions : le modèle bio peut-il s’imposer définitivement dans le paysage agroalimentaire français ? Quels sont les leviers nécessaires à la poursuite de cette croissance ?

C’est, notamment, pour répondre à ces questions que l’Agence BIO a mené une étude auprès d’un échantillon représentatif de 2.000 Français de plus de 18 ans, publiée en février 2020.

Premier enseignement de cette enquête, et non des moindres : même si les moins de 35 ans sont les « fers de lance » de la consommation, « l’envie de bio » est partagée par toutes les tranches d’âge de la population.

Pour autant, à chaque génération ses motivations ! Les jeunes, pour qui consommer est presque devenu un acte de militantisme, sont avant tout sensibles aux enjeux éthiques et environnementaux. Chez les plus de 50 ans, l’acte d’achat se veut de plus en plus « citoyen ». S’ils sont particulièrement attachés à la qualité du produit, ces derniers sont de plus en plus attentifs au respect des saisons et aux produits locaux.

Deuxième enseignement majeur : la grande majorité des Français interrogés se dit prête à changer sa façon de consommer. Cette révolution des habitudes à laquelle nous assistons inclut le Bio bien sûr, mais aussi la lutte contre le gaspillage alimentaire, la limitation des emballages et le respect des agriculteurs.

Les travaux de la nouvelle commission sur la distribution créée fin 2019, réunissant autour de l’Agence BIO tous les distributeurs, magasins spécialisés en bio et grandes enseignes généralistes, porteront ainsi sur les attentes exprimées par les consommateurs français : plus de bio certes, mais du bio local, éthique et responsable !

Cette évolution n’est pas sans lien avec les chiffres de croissance du marché de l’agriculture biologique française au cours des trois dernières années, établis par l’Agence Bio. Ils sont éloquents !

Tout particulièrement ceux publiés en juin 2019 par l’Agence BIO relatifs à l’année 2018, marquée par le franchissement de seuils symboliques. Ils illustrent un développement cohérent de l’offre et la demande… Les agriculteurs et les entreprises françaises sont indéniablement au rendez-vous des attentes des Français, qui s’interrogeaient sur la capacité de la production française à répondre à leur souhait de consommer davantage de produits bio.

Fin 2018 près de 10 % des fermes françaises sont engagées en agriculture biologique, soit plus de 41 600 fermes. La plus forte progression jamais enregistrée, avec un solde fin 2018 de 5 000 fermes supplémentaires par rapport à fin 2017 et une croissance de 60 % en 5 ans !

Si l’on raisonne en surfaces cultivées en bio, la progression est encore plus spectaculaire avec plus de 2,1 millions d’hectares cultivés en bio fin 2018 soit 8 % de la surface agricole française, avec en particulier un très fort développement des productions céréalières, viticoles et de fruits et légumes.

Le développement des entreprises de transformation de produits bio, tissu de PME-TPE dans les territoires, se fait sur le même rythme avec une augmentation de 16 % en un an et de 60 % en 5 ans.

Ce succès impacte fortement l’emploi dans le secteur, puisque 2018 aura vu pas moins de 18 700 emplois nouveaux créés dans la production, la transformation et la distribution.

Fin 2018 on compte plus de 155 000 emplois directs à temps plein dans les filières bio, soit plus du double par rapport à fin 2012. Pour l’emploi agricole cela représente 14 % d’emplois dans l’agriculture biologique.

Enfin l’année 2018 aura également été une année de forte augmentation de la consommation de produits bio. A fin 2018, le marché total des produits bio est estimé à 9,7 milliards d’euros soit près de 5 % de l’alimentaire des Français. Il est surtout remarquable de constater que la part des importations dans la consommation est restée stable à 31 % de la consommation totale et 18 % si on restreint aux produits non-exotiques.

Ce développement de la consommation bio illustre le dynamisme des producteurs et entreprises français, qui ne se dément pas !

Lorsque les fortes conversions constatées en 2018 et en très bonne voie pour l’année 2019 donneront des produits certifiés bio, après 2 à 3 ans de conversion, la consommation de produits bio français s’affirmera encore davantage.

Nous sommes à la croisée des chemins, plus que jamais mobilisés. En atteste l’organisation en France du Congrès Mondial de la Bio qui réunira, du 21 au 27 septembre prochains, plus de 2 200 congressistes à Rennes, pour échanger et débattre de l’agriculture biologique d’aujourd’hui et de demain.

La France a été historiquement un pionnier de l’agriculture biologique en France et dans le monde. Elle assume aujourd’hui encore un rôle de leader. Les agriculteurs et les consommateurs français sont prêts à relever le défi de ce formidable changement. 

653 K2_VIEWS