Print this page

Paris demande des mesures de soutien pour le vin

Alors que l’OMC a donné son autorisation aux Etats-Unis pour imposer des sanctions douanières contre l’Union européenne, le Ministre de l’Agriculture français Didier Guillaume, appuyé par ses collègues espagnols et italiens, est intervenu lors de la réunion du Conseil des ministres européens de l’agriculture et de la pêche à Luxembourg le 14 octobre dernier pour exprimer « sa vive préoccupation » suite aux sanctions commerciales imposées par les États-Unis en raison des subventions accordées à Airbus, et qui touchent particulièrement les filières viticoles françaises.

Pour le ministre, « la réponse européenne devait être ferme et unie ». Il a alors demandé à la Commission de prendre « des mesures d’accompagnement pour faire face à cette situation exceptionnelle ». Selon les chiffres de la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux (FEVS), ces sanctions qui les frappent de façon « arbitraire » pourraient se traduire par une hausse de 25 % des droits de douanes. Une mauvaise nouvelle pour l’ensemble de la filière alors que les Etats-Unis sont le premier marché d’export de vins et spiritueux français (3,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires sur un total de 13,2 milliards en 2018 au niveau mondial). 

311 K2_VIEWS