Print this page

Paris : “Fluctuat nec mergitur”, vraiment ?

A l’heure du Grand Paris, l’une des priorités pour les pouvoirs publics est de faciliter l’émergence d’une ville résiliente aux inondations alors que les Parisiens gardent en mémoire la grande crue du 28 janvier 1910 qui avait mis 12 arrondissements parisiens les pieds dans l’eau. Aujourd’hui PAPI et OCDE sont dans le meme bateau.

 

“Nous aurons une crue centennale. C’est une certitude. La seule inconnue c’est quand ?”. Les autorités ne cachent plus aujourd’hui leur inquiétude face au risque de submersion important de la région parisienne. Et cette inquiétude est encore plus grande lorsque ces memes autorités constatent que « paradoxalement, les habitants s’averent tres peu sensibilisés a ce risque ». En 1910, crue historique, le niveau de la Seine avait atteint les 8m50. Une catastrophe majeure qui avait alors engendré des dégâts considérables dans la capitale. Si d’autres évenements importants ont eu lieu en 1924 et 1955, « depuis pres de 60 ans, aucune crue majeure de la Seine n’a eu lieu, contribuant a anesthésier la mémoire du risque » écrit l’OCDE dans son étude sur « la gestion des risques d’inondation : la Seine en Île-de- France » datée de 2014.

 

 

Vous pouvez acheter l'article complet en cliquant ici

 

 

1709 K2_VIEWS