Print this page

Le nouveau président de l’Arcep au Club parlementaire du numérique

Sébastien Soriano a présenté les grandes orientations de son mandat qui court jusqu’en 2020. Il a répondu aux questions des parlementaires de la ruralité, venus en force défendre leur circonscription.

 

“Qui sera le régulateur Soriano ?” La question posée d’emblée n’a pas décontenancé l’invité. « Ne personnalisons pas trop le débat », a-t-il souri. Tres a l’aise, l’ancien directeur de cabinet de Fleur Pellerin a déroulé son programme et présenté sa vision de la régulation. « Oui, il faut un arbitre impartial entre les opérateurs. Mais indépendant ne signifie pas indépendantiste ». Sébastien Soriano s’est surtout dit a l’écoute des priorités du pays et ne veut pas faire de l’Arcep un bastion libéral déconnecté de l’intéret général.

 

 

Vous pouvez acheter l'article complet en cliquant ici

 

 

2189 K2_VIEWS