Le spatial, vrai domaine de souveraineté et d'autonomie

Dans le spatial, cette souveraineté s’exerce, pour la France et l’Europe, à travers son lanceur et notamment le projet Ariane 6 mais aussi par le développement du centre spatial guyanais et avec la mise en service de Galileo.

“Le secteur spatial est important en termes de souveraineté. Si vous dépendez d’un opérateur américain pour lancer vos satellites, vous ne maîtrisez plus votre agenda de lancements et vous perdez votre possibilité d’accès autonome à l’espace. C’est pourquoi, même s’il nécessite un énorme investissement, Ariane 6 est un projet essentiel” explique l’ancienne ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Geneviève Fioraso qui connaît bien le sujet pour avoir rendu un rapport au Premier ministre sur l’avenir du secteur spatial en juillet dernier*. « La maîtrise du lanceur est le socle indispensable à la compétitivité de la filière » poursuit-elle devant les députés venus l’entendre en commission des Affaires économiques. Face à la course à l’espace dans laquelle sont engagés plusieurs pays ayant la capacité de lancer une fusée (Etats-Unis, Russie, Japon, Inde, Chine, Israël, Corée du sud, Corée du nord et bientôt l’Iran) mais aussi des opérateurs privés de plus en plus nombreux majoritairement issus du monde du numérique (SpaceX, Google, Apple, Amazon, One Web, Virgin Galactic et autres start-up), il importe à la France et à l’Europe d’assurer sa capacité et son autonomie dans l’accès à l’espace. Une ambition à laquelle répond parfaitement le projet Ariane 6 et dans une moindre mesure le lanceur Vega C, plus petit, qui permet de lancer jusqu’à 2,3t en orbite basse et jusqu’à 1,5t en orbite polaire (les six premiers lancements ont été assurés et réussis depuis Kourou entre février 2012 et décembre 2015).

La concurrence de SpaceX

Pour être intéressant, le projet Ariane 6 doit être moins coûteux, « c’est-à-dire sans participation publique systématique à chaque vol » - Airbus Safran Launchers (ASL), constructeur d’Ariane 5 s’est engagé à fournir le nouveau lanceur en 2020 tout en réduisant les prix de 50 % - et surtout plus modulaire, avec une configuration à deux ou quatre boosters permettant d’emmener des charges de cinq à dix tonnes. Pour autant, si sur le papier cela se présente plutôt bien, pour faire face à la concurrence, Arianespace qui dépend à 77 % du marché commercial devra aussi pouvoir compter sur le soutien de clients institutionnels. Pour atteindre les objectifs assignés à Ariane 6 par l’Europe - son coût devra être moindre que celui de Soyouz et comparable avec les prix du Falcon 9 pratiqués par l’Américain SpaceX -, avec en ligne de mire l’autofinancement complet des lancements, « la cadence de tirs doit être augmentée, pour atteindre 11 par an » apprend-t-on à la lecture du rapport Fioraso. « Cet objectif ne pourra être atteint que si les acteurs institutionnels européens favorisent Ariane 6 pour leurs propres lancements, comme le font aujourd’hui la Chine, la Russie ou les Etats-Unis » affirme-t-elle. Soit exactement ce qu’a indiqué Stéphane Israël, le PDG d’Arianespace lors de ses vœux début janvier : « 2017 doit permettre aux Européens de formaliser leur engagement aux côtés de leurs lanceurs Ariane 6 et Vega C ».

Pour une « préférence européenne »

Avoir un socle de clients institutionnels, c’est faire jeu égal avec ses concurrents américains notamment (SpaceX, Loockeed ou Boeing) qui bénéficient d’un marché captif, les Etats-Unis interdisant de procéder à ses lancements avec des opérateurs non-américains. Et cela risque de ne pas s’arranger avec l’arrivée de Donald Trump et son « America first ». Largement soutenus par des fonds publics, via des marchés protégés, des prix de vente majorés sur le marché domestique institutionnel (NASA, Département de la Défense…), cette manière d’opérer permet « un dumping à l’export que l’Europe ne tolérerait pas de la part d’un de ses industriels » écrit Geneviève Fioraso. Rappelons que sur les 86 lancements de satellites comptabilisés en 2016, 65 l’ont été pour le compte de clients institutionnels. Sur ce total « 65 % étaient réservés aux lanceurs américains aux Etats-Unis, 100M en Chine, 76 % en Russie et 83 % en Inde et au Japon » fait remarquer Alain Charmeau, le président exécutif d’Airbus Safran Launchers (ASL), le constructeur de la fusée Ariane. Or, regrette-t-il, dans ce paysage, « l’Europe détonne de façon significative », comme l’illustrent deux exemples récents : l’ESA qui confie en 2016 deux missions du programme Copernicus au Russe Rockot ou le choix de SpaceX par l’Allemagne pour deux satellites militaires… Au final tout cela « risque de fragiliser la compétitivité d’Arianespace dans les années à venir, avec un coût d’Ariane 5 élevé dans ce contexte. Cela rend la tenue des délais pour la réalisation d’Ariane 6 d’autant plus impérative » insiste la députée. « L’Europe doit tout simplement faire comme les autres afin que notre industrie puisse se battre à armes égales sur le marché commercial au cours de la prochaine décennie. 2017 devra être l’année de la clarification pour Ariane » complète Stéphane Israël. Pourtant, « cette préférence européenne » attendue, maintes fois discutée à l’initiative de la France dans les réunions préparatoires des ministérielles de l’ESA, « n’a malheureusement jamais été actée ou formalisée officiellement, que ce soit par les Etats-membres de l’ESA ou par la Commission européenne » regrette l’ancienne ministre. Fin 2017, la Commission européenne, l’ESA, Eumetsat (agence en charge des satellites météo) et les gouvernements européens doivent formaliser une promesse de cinq lancements institutionnels à Ariane 6 et de trois à Vega C. « Cette base d’activité garantit une cadence industrielle et donc le prix du lanceur puisque l’effet de série permet de baisser les coûts » précise le PDG d’Arianespace.

Deuxième segment de souveraineté du secteur spatial européen, le Centre spatial guyanais (CSG) qui permet à la France, avec le lanceur Ariane, d’être « fer de lance de l’Europe » dans le domaine spatial se félicite Geneviève Fioraso. Le centre spatial guyanais (CSG) à Kourou a été mis en service en 1968. Sa position géographique favorable, proche de l’équateur, dans une zone peu soumise aux catastrophes naturelles, avec des façades maritimes au nord et à l’est limitant les risques de retombées de débris sur des populations et la synergie entre les différents lanceurs qui y sont tirés (Ariane, Vega et Soyouz) « permettent à la France de fournir à l’Europe une solution autonome d’accès à l’Espace de premier rang en mettant à la disposition de l’Europe une capacité de lancement fiable » écrit encore la députée. Pour l’avenir, l’ancienne ministre, dans son rapport propose que l’Europe s’approprie cette base spatiale « encore davantage qu’elle ne le fait aujourd’hui » à travers « un programme dynamique de modernisation », intitulé EuroK 25, en développant notamment une offre pour les microlanceurs « afin de servir à l’aval de la filière ». « Si l’Europe sait valoriser sa propre base spatiale, elle pourra s’imprégner de la notion de préférence européenne que nous avons pour l’instant bien du mal à faire prévaloir » souligne à nouveau Geneviève Fioraso.

Galileo : un enjeu important de réglementation européenne

Le troisième segment de souveraineté du secteur spatial européen est Galileo. Lancé en 1999 pour concurrencer le système américain GPS, Galileo a connu depuis de nombreuses péripéties  – la dernière en date, un problème sur les horloges atomiques des satellites  – Galileo vient s’ajouter au modèle américain GPS très répandu mais aussi aux systèmes de géolocalisation russe et chinois. « Avec bien des hauts et des bas, les crédits de ce programme ont été multipliés par cinq ; aujourd’hui enfin, l’Europe offre ses premiers services Galileo, et les États-Unis, qui y étaient farouchement opposés au départ, reconnaissent désormais l’intérêt dans un monde peu pacifique, de disposer d’une redondance de leur système GPS. Du coup, Galileo offrira des performances supérieures à celles du GPS, notamment au niveau des distances d’observation » explique une Geneviève Fioraso enthousiaste qui pointe cependant un problème de réglementation européenne. Pour que Galileo soit « utile », il faut qu’il soit, selon elle, utilisé dans tous les systèmes embarqués, dans ce que l’on appelle l’internet des objets, particulièrement dans les systèmes de mobilité, les avions et surtout les véhicules. « Pour cela, insiste-telle, il faut une réglementation européenne très persuasive ». « Ce qui n’est pas gagné du côté de l’Union européenne… » ajoute-t-elle mettant en exergue les discussions serrées entre les commissaires chargés du marché intérieur et de l’espace, convaincus qu’il va falloir l’imposer et celui chargé de la concurrence : « pour la direction générale de la concurrence, ironise l’ancienne ministre, la concurrence s’entend à l’intérieur de l’Europe et non à l’extérieur. Une petite conversion culturelle s’impose ». En attendant, pour l’utilisateur final, c’est totalement invisible. On ne voit jamais si on utilise le GPS ou Galileo sur son portable ou dans son outil de mobilité. « mais, ajoute-t-elle, il est essentiel pour notre industrie d’utiliser davantage Galileo. Il y a donc bien un enjeu important de réglementation européenne »


* Open space, l’ouverture comme réponse aux défis de la filière spatiale  – Mission confiée par le Premier ministre Manuel Valls à l’ancienne ministre Geneviève Fioraso

 

Le budget spatial de la France
« Le budget spatial de la France est constant  – il a même un peu augmenté depuis
• 2013 »
s’est félicitée devant les députés de la Commission des Affaires économiques, Geneviève Fioraso. Il est de l’ordre de 2,2 milliards d’euros par an en moyenne. Par comparaison, le budget du Ministère de la Recherche est de 7,8 milliards d’euros, et l’ensemble de l’effort réalisé en faveur de la recherche publique, en y incluant le Programme d’investissements d’avenir (PIA) ainsi que tous les ministères investis, représente 15 milliards d’euros. « Avec 2,2 milliards d’euros, c’est un gros budget qui est consacré à la recherche spatiale publique » insiste l’ancienne ministre.
En 2015, le CNES a versé à l’ESA 860 millions d’euros au titre de sa contribution au programme Ariane ; « il s’agit de la plus importante des dépenses du CNES ». Viennent ensuite les travaux de remise à jour et de rénovation du lanceur Ariane (307 millions). Avec 202 millions d’euros, la défense, pour les activités de surveillance et d’observation est le troisième poste de dépenses. Vient ensuite, avec 188 millions d’euros, tout ce qui touche aux sciences, à la préparation de l’avenir et à l’exploration. En cinquième position, les dépenses consacrées à l’observation de la Terre, pour des implications dans le domaine de l’environnement (159 millions d’euros). On trouve ensuite en sixième position, les ressources mutualisées (121 millions d’euros). Les coûts d’intervention, qui viennent en septième place, s’élèvent à 102 millions d’euros. « On remarque que les dépenses consacrées aux télécommunications, avec 71 millions d’euros, ne viennent qu’en huitième position, souligne la députée, ce n’est qu’une toute petite partie des dépenses du CNES ».

 

Pour tenir ses engagements et les objectifs assignés par l’Europe, le premier vol inaugural devra impérativement avoir lieu en 2020. Et pour respecter cette date butoir, il importe de ne pas perdre de temps. « Tout l’enjeu, c’est le démarrage de la production et de la commercialisation d’Ariane 6 » indique Alain Charmeau, le président exécutif d’Airbus Safran Launchers (ASL), le constructeur de la fusée Ariane. Les premières pièces devront être usinées dès cette année pour être assemblées en 2019. Pour être dans les temps, ASL va achever cette année la construction de six nouvelles infrastructures dédiées à Ariane 6. La nouvelle usine tout juste sortie de terre aux Mureaux, en région parisienne, aura en charge l’assemblage du premier étage du lanceur. A Vernon, dans l’Eure, de nouveaux bâtiments permettront la mise en production de Vinci, le moteur de l’étage supérieur d’Ariane 6.

 

988 K2_VIEWS
La Revue Parlementaire

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

INFORMATIONS SUR LES COOKIES

1. Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est un fichier texte susceptible d’être enregistré, sous réserve de vos choix, dans un espace dédié du disque dur de votre terminal, à l’occasion de la consultation d’un service en ligne grâce à votre logiciel de navigation.

Un fichier cookie permet à son émetteur d’identifier le terminal dans lequel il est enregistré, pendant la durée de validité.

2. A quoi servent les cookies émis sur notre site ?

Seul l’émetteur d’un cookie est susceptible de lire ou de modifier les informations qui y sont contenues.

Les cookies utilisés sur notre site permettent d'identifier les services et rubriques que l'utilisateur a visités, et plus généralement son comportement en matière de visites. Ces informations sont utiles pour mieux personnaliser les services, contenus, offres promotionnelles et bannières qui apparaissent sur notre site et faciliter votre navigation sur notre site. Des cookies sont également nécessaires au bon fonctionnement de certains services ou encore pour mesurer leur audience.

Des cookies sont susceptibles d’être inclus dans les espaces publicitaires de notre site. Ces espaces contribuent au financement des contenus et services que nous mettons à votre disposition.

 

3. Les cookies que nous émettons sur notre site :

Lorsque vous vous connectez à notre site, nous pouvons être amenés, sous réserve de vos choix, à installer divers cookies dans votre terminal nous permettant de reconnaître le navigateur de votre terminal pendant la durée de validité du cookie concerné.
Les cookies que nous émettons sont utilisés aux fins décrites ci-dessous, sous réserve de vos choix qui résultent des paramètres de votre logiciel de navigation utilisé lors de votre visite de notre site.

Les cookies que nous émettons nous permettent de :

4. Faciliter votre navigation sur notre site :

- en adaptant la présentation de notre site aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc) lors de vos visites sur notre site, selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en mémorisant des informations relatives à un formulaire que vous avez rempli sur notre site (inscription ou accès à votre compte) ou à des produits, services ou informations que vous avez choisis sur notre site (service souscrit, contenu consulté, achat effectué etc …).

- en vous permettant d’accéder à des espaces réservés et personnels de notre site, tels que votre compte, grâce à des identifiants ou des données que vous nous avez éventuellement antérieurement confiés

- en mettant en œuvre des mesures de sécurité.

 

5. Améliorer nos services :

Ces cookies permettent d’établir des statistiques et volume de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant notre site (rubriques et contenus visité, parcours) afin d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie de nos services.

6. Adapter la publicité proposée sur notre site :

- en comptabilisant le nombre total de publicités affichées par nos soins sur nos espaces publicitaires, d’identifier ces publicités, le nombre d’utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et d’établir des statistiques,

- en adaptant nos espaces publicitaires aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal par nos espaces publicitaires, selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- en adaptant le cas échéant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- en adaptant les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous nous avez fournies

7. Les cookies émis sur notre site par des tiers

L'émission et l'utilisation de cookies par des tiers sont soumises aux politiques de protection de la vie privée de ces tiers. Nous vous informons de l'objet des cookies dont nous avons connaissance et des moyens dont vous disposez pour effectuer des choix à l'égard de ces cookies.

a) Du fait d'applications tierces intégrées à notre site

Nous sommes susceptibles d'inclure sur notre site/application, des applications informatiques émanant de tiers, qui vous permettent de partager des contenus de notre site avec d'autres personnes ou de faire connaître à ces autres personnes votre consultation ou votre opinion concernant un contenu de notre site/application. Tel est notamment le cas des boutons "Partager", "J'aime", issus de réseaux sociaux tels que Facebook "Twitter", LinkedIn", "Viadeo", etc.

Le réseau social fournissant un tel bouton applicatif est susceptible de vous identifier grâce à ce bouton, même si vous n'avez pas utilisé ce bouton lors de votre consultation de notre site/application. En effet, ce type de bouton applicatif peut permettre au réseau social concerné de suivre votre navigation sur notre site, du seul fait que votre compte au réseau social concerné était activé sur votre terminal (session ouverte) durant votre navigation sur notre site.
Nous n'avons aucun contrôle sur le processus employé par les réseaux sociaux pour collecter des informations relatives à votre navigation sur notre site et associées aux données personnelles dont ils disposent. Nous vous invitons à consulter les politiques de protection de la vie privée de ces réseaux sociaux afin de prendre connaissance des finalités d'utilisation, notamment publicitaires, des informations de navigation qu'ils peuvent recueillir grâce à ces boutons applicatifs. Ces politiques de protection doivent notamment vous permettre d'exercer vos choix auprès de ces réseaux sociaux, notamment en paramétrant vos comptes d'utilisation de chacun de ces réseaux.

b) Via des contenus de tiers diffusés dans nos espaces publicitaires

Les contenus publicitaires sont susceptibles de contenir des cookies émis par des tiers : soit l'annonceur à l'origine du contenu publicitaire concerné, soit une société tierce à l'annonceur (agence conseil en communication, société de mesure d'audience, prestataire de publicité ciblée, etc.), qui a associé un cookie au contenu publicitaire d'un annonceur.

Le cas échéant, les cookies émis par ces tiers peuvent leur permettre, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre d'affichages des contenus publicitaires diffusés via nos espaces publicitaires, d'identifier les publicités ainsi affichées, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité, leur permettant de calculer les sommes dues de ce fait et d'établir des statistiques,

- de reconnaître votre terminal lors de sa navigation ultérieure sur tout autre site ou service sur lequel ces annonceurs ou ces tiers émettent également des cookies et, le cas échéant, d'adapter ces sites et services tiers ou les publicités qu'ils diffusent, à la navigation de votre terminal dont ils peuvent avoir connaissance.

c) Par une régie publicitaire externe exploitant nos espaces publicitaires

Les espaces publicitaires de notre site sont susceptibles d'être exploités par une ou plusieurs régie(s) publicitaire(s) externe(s) et, le cas échéant, de contenir des cookies émis par l'une d'entre elles. Le cas échéant, les cookies émis par ces régies publicitaires externes leur permettent, pendant la durée de validité de ces cookies :

- de comptabiliser le nombre total de publicités affichées par leurs soins sur nos espaces publicitaires, d'identifier ces publicités, leur nombre d'affichages respectifs, le nombre d'utilisateurs ayant cliqué sur chaque publicité et, le cas échéant, les actions ultérieures effectuées par ces utilisateurs sur les pages auxquelles mènent ces publicités, afin de calculer les sommes dues aux acteurs de la chaîne de diffusion publicitaire (annonceur, agence de communication, régie publicitaire, site/support de diffusion) et d'établir des statistiques,

- d'adapter les espaces publicitaires qu'elles opèrent aux préférences d'affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d'affichage, système d'exploitation utilisé, etc), selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation de votre terminal sur notre site,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires selon la navigation antérieure ou ultérieure de votre terminal sur des sites de tiers au sein desquels la régie concernée émet également des cookies, sous réserve que ces cookies aient été enregistrés dans votre terminal conformément aux choix que vous avez exercés à l'égard de cette régie,

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal via nos espaces publicitaires en fonction des données de localisation (longitude et latitude) transmises par votre terminal avec votre accord préalable

- d'adapter les contenus publicitaires affichés sur votre terminal dans nos espaces publicitaires en fonction des données personnelles que vous auriez pu fournir à cette régie publicitaire.

8. Vos choix concernant les cookies

Plusieurs possibilités vous sont offertes pour gérer les cookies. Tout paramétrage que vous pouvez entreprendre sera susceptible de modifier votre navigation sur Internet et notre site ainsi que vos conditions d'accès à certains services nécessitant l'utilisation de cookies. Vous pouvez faire le choix à tout moment d'exprimer et de modifier vos souhaits en matière de cookies, par les moyens décrits ci-dessous.

Les choix qui vous sont offerts par votre logiciel de navigation :

Vous pouvez configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que des cookies soient enregistrés dans votre terminal ou, au contraire, qu'ils soient rejetés, soit systématiquement, soit selon leur émetteur. Vous pouvez également configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que l'acceptation ou le refus des cookies vous soient proposés ponctuellement, avant qu'un cookie soit susceptible d'être enregistré dans votre terminal. Pour plus d'informations, consultez la rubrique "Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?"

(a) L’accord sur les Cookies

L’enregistrement d’un cookie dans un terminal est subordonné à la volonté de l’utilisateur du terminal, que celui-ci peut exprimer et modifier à tout moment et gratuitement à travers les choix qui lui sont offerts par son logiciel de navigation. Si vous avez accepté dans votre logiciel de navigation l’enregistrement de cookies dans votre Terminal, les cookies intégrés dans les pages et contenus que vous avez consultés pourront être stockés temporairement dans un espace dédié de votre terminal. Ils y seront lisibles uniquement par leur émetteur.

(b) Le refus des Cookies

Si vous refusez l'enregistrement de cookies dans votre terminal, ou si vous supprimez ceux qui y sont enregistrés, vous ne pourrez plus bénéficier d'un certain nombre de fonctionnalités nécessaires pour naviguer dans certains espaces de notre site. Tel serait le cas si vous tentiez d'accéder à nos contenus ou services qui nécessitent de vous identifier. Tel serait également le cas lorsque nous -ou nos prestataires- ne pourrions pas reconnaître, à des fins de compatibilité technique, le type de navigateur utilisé par votre terminal, ses paramètres de langue et d'affichage ou le pays depuis lequel votre terminal semble connecté à Internet. Le cas échéant, nous déclinons toute responsabilité pour les conséquences liées au fonctionnement dégradé de nos services résultant de l'impossibilité pour nous d'enregistrer ou de consulter les cookies nécessaires à leur fonctionnement et que vous auriez refusés ou supprimés.

(c) Comment exercer vos choix, selon le navigateur que vous utilisez ?

Pour la gestion des cookies et de vos choix, la configuration de chaque navigateur est différente. Elle est décrite dans le menu d'aide de votre navigateur, qui vous permettra de savoir de quelle manière modifier vos souhaits en matière de cookies.
Pour Internet Explorer™
Pour Safari™
Pour Chrome™
Pour Firefox™
Pour Opera™
etc...

(d) Les cookies "Flash"© de "Adobe Flash Player"™

"Adobe Flash Player"™ est une application informatique qui permet le développement rapide des contenus dynamiques utilisant le langage informatique "Flash". Flash (et les applications de même type) mémorise les paramètres, les préférences et l'utilisation de ces contenus grâce à une technologie similaire aux cookies. Toutefois, "Adobe Flash Player"™ gère ces informations et vos choix via une interface différente de celle fournie par votre logiciel de navigation.

Dans la mesure où votre terminal serait susceptible de visualiser des contenus développés avec le langage Flash, nous vous invitons à accéder à vos outils de gestion des cookies Flash, directement depuis le site http://www.adobe.com/fr.